background preloader

La France pourrait connaître un climat extrême à la fin du siècle

Des pics de température frôlant les 50 °C, des vagues de chaleur longues et intenses, des nuits tropicales… C’est la surchauffe que connaîtra la France à la fin du siècle si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas drastiquement réduites. Voilà la partie la plus alarmante des nouvelles projections climatiques pour la métropole au XXIe siècle publiées par Météo France, lundi 1er février, auxquelles Le Monde a eu accès en exclusivité. Pour réaliser ce travail, Météo France a sélectionné et analysé trente simulations du climat futur faites sur l’Europe, en collaboration avec l’Institut Pierre Simon Laplace (IPSL) et le Centre européen de recherche et de formation avancée en calcul scientifique (Cerfacs). Il en résulte un vaste jeu de données, intitulé Drias, brossant les possibles du climat en France métropolitaine pour trois périodes (2021-2050, 2041-2070 et 2071-2100) en fonction de trois scénarios d’émissions de gaz à effet de serre.

https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/02/01/la-france-pourrait-connaitre-un-climat-extreme-a-la-fin-du-siecle_6068324_3244.html

Related:  ECO 5.1 La croissance mais à quel prixLes sources et les défis de la croissance économique?Chapitre 2 : Quelle action publique pour l'environnement ?

La croissance a un « coût dévastateur pour la nature », selon un rapport britannique En pleine pandémie de Covid-19, la nature vient rappeler régulièrement qu’elle ne saurait être éternelle si les humains n’en prennent pas soin. Un nouvel avertissement est formulé par un rapport de 600 pages, commandé il y a deux ans par le gouvernement britannique. Fruit du travail de spécialistes internationaux, coordonné par le professeur d’économie de l’université de Cambridge Partha Dasgupta, il dresse un bilan inquiétant quant aux aspects économiques, sanitaires et sociaux de la croissance économique. D’après les conclusions du rapport, le produit national brut (PNB) par habitant a doublé au niveau mondial depuis 1992 mais le « capital naturel » – c’est-à-dire l’estimation des bénéfices que les humains tirent de services offerts par la nature – a chuté de 40 % par tête. « Si l’humanité a immensément prospéré ces dernières décennies, la manière dont nous avons atteint cette prospérité fait qu’elle a été acquise à un coût dévastateur pour la nature », dénoncent les auteurs.

La croissance a un « coût dévastateur pour la nature », selon un rapport britannique En pleine pandémie de Covid-19, la nature vient rappeler régulièrement qu’elle ne saurait être éternelle si les humains n’en prennent pas soin. Un nouvel avertissement est formulé par un rapport de 600 pages, commandé il y a deux ans par le gouvernement britannique. Fruit du travail de spécialistes internationaux, coordonné par le professeur d’économie de l’université de Cambridge Partha Dasgupta, il dresse un bilan inquiétant quant aux aspects économiques, sanitaires et sociaux de la croissance économique. D’après les conclusions du rapport, le produit national brut (PNB) par habitant a doublé au niveau mondial depuis 1992 mais le « capital naturel » – c’est-à-dire l’estimation des bénéfices que les humains tirent de services offerts par la nature – a chuté de 40 % par tête. « Si l’humanité a immensément prospéré ces dernières décennies, la manière dont nous avons atteint cette prospérité fait qu’elle a été acquise à un coût dévastateur pour la nature », dénoncent les auteurs.

Après des négociations tendues, les eurodéputés adoptent la nouvelle politique agricole commune C’est une étape cruciale pour l’agriculture européenne de demain. Le Parlement européen a adopté, vendredi 23 octobre, la prochaine politique agricole commune (PAC) de l’Union européenne (UE), avec notamment des obligations environnementales accrues pour les agriculteurs, provoquant la colère d’organisations non gouvernementales (ONG) écologiques et d’eurodéputés qui jugent ces propositions insuffisantes compte tenu des enjeux climatiques. Les trois rapports constituant la future PAC ont été adoptés à une large majorité, en dépit d’incertitudes sur l’issue du vote. Les ministres des 27 Etats membres s’étaient, eux, mis d’accord sur leur feuille de route. Désormais, sur la base de leurs propositions respectives, eurodéputés, Etats et Commission européenne devront négocier et trancher d’ici au début de 2021 sur les règles qui s’appliqueront à partir de 2023. Article réservé à nos abonnés Lire aussi La France présentera son plan stratégique agricole en 2021

La France a connu une récession massive en 2020 avec une chute de 8,3% du PIB sur l'année, selon une première estimation de l'Insee C'est du jamais-vu depuis la création de l'Insee en 1946. L'économie française a subi une récession massive en 2020 sous le coup de l'épidémie de Covid-19, avec une chute du produit intérieur brut (PIB) de 8,3%, selon une première estimation publiée vendredi 29 janvier par l'institut de la statistique. Toutefois, cette chute n'est pas aussi mauvaise que ce qu'anticipait l'Insee. Perspectives mondiales à l'automne 2020 : quel rebond après une chute historique ? Après avoir ralenti en 2019 (+2,9 %), la croissance mondiale reculerait fortement en 2020 (–4,1 %) du fait de l'épidémie de covid-19 et des mesures de confinement, puis rebondirait en 2021 (+5,2 %), sous l'hypothèse d'une levée progressive des incertitudes sanitaires. Les économies émergentes rattraperaient globalement d'ici fin 2021 leur niveau d'activité de 2019, mais pas les économies avancées où le choc serait plus fort et le rebond plus limité. L'activité de la zone euro, pénalisée au 1er semestre par la sévérité de l'épidémie, connaîtrait un recul inédit en 2020 (–7,9 %) et se redresserait en 2021 (+6,3 %), sans retrouver son niveau d'avant-crise. La reprise serait hétérogène : l'Allemagne serait moins pénalisée (perte cumulée de –1,8 %) que l'Espagne (–4,6 %) et l'Italie (–5,0 %). Les aléas autour de ce scénario sont nombreux.

Ella Adoo-Kissi-Debrah, 9 ans, « tuée » par la pollution de l’air Des années que la question hantait les nuits et les jours de Rosamund Adoo-Kissi-Debrah : « La pollution de l’air a-t-elle tué ma fille ? » La justice britannique a fini par y apporter une réponse claire : oui, « la pollution de l’air a contribué au décès d’Ella ». Dans une décision sans précédent rendue mercredi 16 décembre à Londres, le coroner, officier de police chargé d’établir les causes des morts violentes, a jugé que le décès d’Ella Adoo-Kissi-Debrah le 15 février 2013, à l’âge de 9 ans, n’était pas seulement dû à une insuffisance respiratoire aiguë causée par un asthme sévère, comme l’avait d’abord conclu la justice en 2014, mais le résultat d’une exposition chronique à des niveaux de pollution élevés, liés au trafic routier.

La productivité française à l’épreuve du Covid Comment la France peut-elle rester compétitive après un choc comme celui causé par la crise sanitaire en cours ? C’est la question à laquelle tente de répondre le deuxième rapport du Conseil national de la productivité. Instituée en 2018 au sein de France Stratégie, cette instance est présidée par Philippe Martin et composé de onze économistes dont Olivier Blanchard, Gilbert Cette, Alexandra Roulet ou encore Xavier Ragot. Tous les Etats de l’Union européenne membres de la zone euro ont mis en place un conseil similaire, dans le but d’améliorer la coordination de leurs politiques économiques.

Les comptes extravagants de l'Irlande dans la crise L’Irlande fait mieux que résister à la crise. A tel point que, d’après les projections de la Commission européenne, l’économie irlandaise serait, avec la Lituanie, la seule économie eurolandaise à retrouver dès l’année prochaine un niveau de PIB pré-Covid. Cela ne sera pas le cas de la Zone euro ni même en 2022. Un vrai miracle économique ou un mirage statistique ? En fait, l’Irlande incarne à elle seule, ces petites économies où 1- le PIB a perdu son sens, 2- l’incroyable domination des GAFAM dans le jeu du capitalisme contemporain et 3 – leur incapacité d’entraînement des territoires.

Podcast. Climat : la relance économique sera-t-elle verte ou grise ? Le Monde et des tiers selectionnés, notamment des partenaires publicitaires, utilisent des cookies ou des technologies similaires. Les cookies nous permettent d’accéder à, d’analyser et de stocker des informations telles que les caractéristiques de votre terminal ainsi que certaines données personnelles (par exemple : adresses IP, données de navigation, d’utilisation ou de géolocalisation, identifiants uniques). Ces données sont traitées aux fins suivantes : analyse et amélioration de l’expérience utilisateur et/ou de notre offre de contenus, produits et services, mesure et analyse d’audience, interaction avec les réseaux sociaux, affichage de publicités et contenus personnalisés, mesure de performance et d’attractivité des publicités et du contenu. Pour plus d’information, consulter notre politique de confidentialité. Vous pouvez consentir à l’utilisation de ces technologies en cliquant sur « accepter »

Climat : et si on se disait la vérité Dans son dernier et passionnant ouvrage, Bouleversement. Les nations face aux crises et au changement (Gallimard, 2020), le chercheur américain Jared Diamond étudie les conditions dans lesquelles une nation arrive à s’en sortir face à des crises ou des changements profonds qui auraient pu la détruire. Il ne s’agit pas de théorie mais d’observation historique de pays qui ont réussi à affronter et dépasser les situations les plus graves, que celles-ci soient le résultat d’un choc extérieur ou d’une lente décomposition intérieure. Transposant à l’échelon politique un cadre d’analyse que les psychologues spécialistes de situations d’urgence utilisent au niveau des individus, l’auteur identifie ainsi une douzaine de critères qui, s’ils sont remplis – au moins en partie –, peuvent faire la différence entre l’effondrement et la renaissance d’une société. La première des cases à cocher, impérative, est la reconnaissance de la crise. Certains se livrent même à de la surenchère.

L’Amazonie, bien commun universel Editorial du « Monde ». A qui appartient l’Amazonie ? Aux neuf pays d’Amérique latine sur les territoires desquels s’étend cette immense forêt vierge ? Les fronts de la déforestation se multiplient sur la planète Les fronts de la déforestation se multiplient et s’étendent, alerte le Fonds mondial pour la nature, le WWF. La Terre, qui était couverte à 50 % de forêts il y a huit mille ans, ne l’est plus qu’à 30 %. Non seulement de nouvelles zones soumises aux incendies et aux défrichements apparaissent en Afrique – au Liberia, au Ghana, à Madagascar – et en Amérique latine – notamment au Mexique et au Guatemala –, mais la destruction des jungles, forêts primaires ou sèches, savanes arborées s’accélère partout sur la planète. Dans un rapport rendu public mercredi 13 janvier, l’ONG recense et analyse les vingt-quatre principaux fronts dans trente pays. Cinq ans après leur précédente analyse, la situation s’est encore dégradée : à eux seuls, ces vingt-quatre fronts menacent un cinquième des forêts tropicales du monde. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Déforestation : Casino sommé de traquer le bœuf illégal qu’il vend en Amérique du Sud

Santé ou croissance, l'heure du choix - Ép. 1/3 - L’économie d’un monde meilleur Alors que la France compte plus de 12 000 nouveaux cas de Covid-19 par jour, que certaines régions qui ont vu leur taux de contamination exploser sont soumises à un couvre-feu dès 18 heures et que deux nouvelles souches de coronavirus, l’une sud-africaine, l’autre britannique, sont entrées sur notre territoire, l’espoir que 2021 soit l’année de la vaccination à grande échelle, synonyme de reprise économique, demeure. D’ailleurs, ce début d’année 2021 acte bel et bien la course à la vaccination. Avec un nombre quotidien de contaminations variant entre 3 000 et plus de 21 000 cas ces deux dernières semaines, les chiffres de suivi de l'épidémie restent loin de l'objectif des 5 000 cas quotidien fixé par le gouvernement.

Concurrence, innovation : deux notions clés en économie Des marques qui se copient les unes les autres, une publicité agressive, des comparateurs de prix qui font florès : l'époque semble faire la part belle à une concurrence commerciale acharnée. Mais que signifie exactement ce terme en économie ? Comment définir une innovation en économie ?

Related: