background preloader

Etes-vous nomophobe?

Etes-vous nomophobe?
La nomophobie? C’est une nouvelle «maladie», ou au moins déviance, dont le diagnostic est le suivant: souffrir de ne pas avoir son téléphone portable à portée de main. Une enquête britannique très sérieuse, reprise par le Los Angeles Times, vient de révéler, en effet, que 66% des personnes interrogées reconnaissaient être nomophobes, c’est-à-dire craindre de perdre leur mobile ou de le voir trop loin d’eux. Il y a quatre ans, le même sondage avait enregistré un taux de seulement 53%. Dans le détail, les femmes s’avéreraient plus nomophobes (70%) que les hommes (61%) sachant que les 18-24 ans seraient les plus sérieusement atteints avec un total de 77% devant les 25-34 ans (68%). Selon le site allaboutconselling.com, la nomophobie peut se traduire par des attaques de panique, une respiration qui deviendrait courte, des nausées, des tremblements ou un rythme cardiaque accéléré. Comment en guérir? Photo: Le nouveau Windows Phone, octobre 2010.REUTERS/Jessica Rinaldi publicité Devenez fan sur Related:  Les comportements addictifs liés à l'usage numérique

Note : Cyberdépendance.ca Comment devient-on accro au numérique ? Atlantico : Portables, tablettes, ordinateurs, les nouvelles technologies nous entourent. Elles sont partout : au bureau, à la maison, dans les magasins… Nous en avons tous un usage régulier, à partir de quel moment pouvons-être considérés comme addicts aux nouvelles technologies ? Comment cette addiction se traduit-elle au quotidien ? Michael Stora : Cela ne se traduit pas tant en terme d’heures passées sur les nouvelles technologies qu’en termes de rupture des liens sociaux réels. L’addiction se manifeste par un décrochage de la vie sociale : refus de participer à des repas de famille, moins de sorties en couple, abandon de ses responsabilités de parent... Pour les enfants cela commence par l’absence de présence au repas du soir et cela peut aller jusqu’à la déscolarisation. Les nouvelles technologies mettent la vie sociale au second plan petit à petit. Pour lire les autres épisodes de notre série de la semaine sur les Nouvelles addictions, consultez notre dossier : ici. Je m'abonne

Quelques articles de vulgarisation mais qui sont intéressants... Note : Wikipédia Lost memories Des blogs portant, plus ou moins,  sur les addictions... Inserm : Addictions Des articles, trouvés chez des tiers, portant sur de... Comprendre les mécanismes de l'addiction Des articles intéressants sur le sujet, par ordre croissant... Addictions Dossier réalisé en collaboration avec Bertrand Nalpas, Directeur de recherche à l’Inserm et chargé de mission Addiction – Décembre 2014 Les addictions les plus répandues concernent le tabac (nicotine) et l’alcool. Viennent ensuite le cannabis et, loin derrière, les opiacés (héroïne, morphine), la cocaïne, les amphétamines et dérivés de synthèse. Des substances plus ou moins addictives souvent testées à l’adolescence Des dépendances peuvent survenir à tout moment de l’existence, mais la période de 15 à 25 ans est la plus propice à leur émergence. Certaines substances semblent avoir un pouvoir addictif supérieur à d’autres compte tenu de la proportion de personnes dépendantes parmi leurs consommateurs. Part des usagers développant une dépendance à la substance qu'ils consomment. Parmi les jeux vidéo, ceux en réseau sont réputés être les plus addictogènes, particulièrement les jeux de rôle multi-joueurs. Un diagnostic très normé Des conséquences délétères Des mécanismes complexes © Inserm, F.

(20+) Cyberdépendance : un enjeu en ligne de mire Vingt-cinq millions de Français jouent aux jeux vidéo. Et selon un rapport sur la cyberdépendance, rédigé en 2008 par deux députés UMP, entre 600 000 et 800 000 personnes (adultes ou jeunes) seraient victimes d’une «conduite addictive». Fiable ? Préoccupant ? Assez pour que le phénomène fasse l’objet d’une conférence-débat à la Sorbonne mardi soir, organisé par l’Union régionale des associations familiales (Uraf) et des rectorats d’Ile-de-France, en présence d’un spécialiste de la question, le psychiatre et médecin chef à l’hôpital Marmottan, Marc Valleur. Thème de la discussion : «Dépendance aux écrans. Dépendance et pas addiction. «Le problème de la dépendance aux jeux en ligne est certes préoccupant, explique Olivier Gérard, de l’Union nationale des associations familiales, mais moins que celui de l’addiction aux drogues ou à l’alcool.» Victor Matet

Bonjour,
J'ai beaucoup aimé cet article, et tout particulièrement l'idée qu'il m'a donnée : tenter l'expérience!!! Je réalise alors que je réfléchis au "bon moment" pour tenter cette expérience; preuve que je ne suis pas du tout prête à le faire. Je suis nomophobe!
Cordialement,
Jeanne Gautier-Bouillaud by gautierbouillaud_groupee_psy Mar 6

Bonjour, à travers mes recherches avec le moteur de recherche Google sur la cyberdépendance, je n'étais pas tombée sur cette addiction appelée" nomophobie "; addiction liée à la relation téléphone/utilisateur qui se traduit par la peur excessive d'être séparé de son téléphone mobile. Merci pour cette perle, je partage. Cordialement.Peggy by desplains_groupe5_psy Apr 10

Je ne connaissais pas la "nomophobie". Merci de partager vos connaissances. Bien cordialement. Cindy by petitprez_groupe4_psy Apr 8

Merci de partager avec nous cet article qui nous fait découvrir cette nouvelle phobie qui apparaît au sein de nombreux articles sur internet. Je ne connaissais pas du tout. by vassy_groupe4_psy Apr 7

Chiffres effrayants mais qui n'étonnent plus. Encore une nouvelle maladie, une autre cause de mal-être, de stress... et surtout d'autres patients pour les psychologues!! by xuan_psy Apr 5

Le site Slate.fr nous présente une nouvelle maladie: la nomophobie.On y trouve des informations telles que sadéfinition,ses symptômes,comment en guérir ainsi qu'une expérience réelle. by gangloff_groupe4_psy Apr 1

Je ne connaissais pas non plus ce concept. Ravie de partager
Nolwenn by lecollen_groupe2_psy Mar 27

Bonjour, j'ignorais que cette nouvelle "déviance", s'appelait la nomophobie. Merci pour le partage. Bonne continuation. Dominique by dereux_groupe1_psy Mar 19

Related: