background preloader

Etes-vous nomophobe?

Etes-vous nomophobe?
La nomophobie? C’est une nouvelle «maladie», ou au moins déviance, dont le diagnostic est le suivant: souffrir de ne pas avoir son téléphone portable à portée de main. Une enquête britannique très sérieuse, reprise par le Los Angeles Times, vient de révéler, en effet, que 66% des personnes interrogées reconnaissaient être nomophobes, c’est-à-dire craindre de perdre leur mobile ou de le voir trop loin d’eux. Il y a quatre ans, le même sondage avait enregistré un taux de seulement 53%. Dans le détail, les femmes s’avéreraient plus nomophobes (70%) que les hommes (61%) sachant que les 18-24 ans seraient les plus sérieusement atteints avec un total de 77% devant les 25-34 ans (68%). Selon le site allaboutconselling.com, la nomophobie peut se traduire par des attaques de panique, une respiration qui deviendrait courte, des nausées, des tremblements ou un rythme cardiaque accéléré. Comment en guérir? Photo: Le nouveau Windows Phone, octobre 2010.REUTERS/Jessica Rinaldi publicité Devenez fan sur

http://www.slate.fr/lien/50349/SANTE-nomophobie-addiction-portable-mobile

Related:  Les comportements addictifs liés à l'usage numérique

Addictions Dossier réalisé en collaboration avec Bertrand Nalpas, Directeur de recherche à l’Inserm et chargé de mission Addiction – Décembre 2014 Les addictions les plus répandues concernent le tabac (nicotine) et l’alcool. Viennent ensuite le cannabis et, loin derrière, les opiacés (héroïne, morphine), la cocaïne, les amphétamines et dérivés de synthèse. Il existe également des addictions liées à des activités (et non à des substances), comme les jeux d’argent, les jeux vidéo, le sexe ou encore les achats compulsifs. Des substances plus ou moins addictives souvent testées à l’adolescence Des dépendances peuvent survenir à tout moment de l’existence, mais la période de 15 à 25 ans est la plus propice à leur émergence. Souffrez-vous de nomophobie? Se sentir "très angoissé" à l'idée de perdre son portable ou être incapable de s'en passer plus d'une journée... La "nomophobie", contraction de "no mobile phobia", touche principalement les accros aux réseaux sociaux qui ne supportent pas d'être déconnectés. En février, une étude menée auprès d'un millier d'utilisateurs de mobiles au Royaume-Uni -pays où le terme de "nomophobie" est apparu en 2008- révélait que 66% d'entre eux se disaient "très angoissés" à l'idée de perdre leur téléphone. La proportion atteint 76% chez les jeunes de 18-24 ans, selon ce sondage réalisé par l'entreprise de solutions de sécurité pour mobile SecurEnvoy. 40% des personnes interrogées indiquaient en outre posséder deux téléphones. "Le phénomène s'est amplifié avec l'arrivée des smartphones et des forfaits illimités. Chacun a accès à une panoplie de services: Où suis-je?

Nomophobie Les nouvelles technologies sont partout, tellement omniprésentes et indispensables que certains sont paralysés par la peur de perdre leur téléphone portable. La nomophobie, cette nouvelle angoisse liée au fait de ne pas avoir accès à son portable devrait aller en s'accentuant. Zoom sur cette nouvelle crainte des temps modernes.

La nomophobie : le mal du siècle ? > > La nomophobie : le mal du siècle ? Vous avez les mains moites ? Vous vous sentez angoissés ? Vous respirez difficilement ? Voici certains symptômes que peuvent ressentir les personnes atteintes de nomophobie, c’est-à-dire la peur d’être sans téléphone portable, d’avoir son mobile à court de batterie ou être sans couverture réseau. Le terme a été créé en Angleterre au cours d’une étude. Définition et typologie de la cyberdépendance Définition et typologie de la cyberdépendance Désignant, à l’origine, toute dépendance à l’ordinateur, ou plus largement à l’univers informatique, ce terme est aujourd’hui utilisé principalement pour désigner une dépendance qui s'instaure chez une personne faisant un usage distordu des moyens de communication offerts par Internet. Cette personne est dans la recherche constante de connexion au réseau informatique afin d’y établir une communication, d’ y trouver une information, du sexe ou du jeu virtuel. Elle éprouve une anxiété désorganisatrice si elle ne peut pas se connecter, et sa vie personnelle et sociale s'organise autour de la connexion. À l'image d'une toxicodépendance, le cyberdépendant manifeste un phénomène de manque et peut recourir au mensonge pour réduire l'importance de son addiction.

trtfrancais La dépendance aux téléphones portables encore appelée nomophobie, entraîne des difficultés de concentration et d’apprentissage chez les jeunes. Le téléphone mobile est devenu un tel phénomène de société qu’il fait partie de nos conversations de tous les jours et nous procure souvent des anecdotes à raconter. Avec des smartphones de plus en plus sophistiqués, et des applications toujours plus ingénieuses, il devient réellement difficile de s’en séparer. Dépendance à Internet Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La dépendance à Internet Internet et cyberdépendance - Développement personnel - Psychologie Aujourd'hui environ 27 millions de Français se connectent à Internet. Le web a fait naître des addictions d'un nouveau genre, de plus en plus fréquentes. Comment prévenir ces dépendances numériques ? La réponse avec le psychologue Jean-Charles Nayebi, auteur de « La cyberdépendance en 60 questions ». Doctissimo : Qu'appelle-t-on cyberdépendance et quel est le profil des individus qui en souffrent ? Jean-Charles Nayebi : A l'origine, la cyberdépendance désigne toute dépendance à l'univers informatique.

Mieux comprendre les addictions Compte-rendu des JOURNÉES GRAND PUBLIC SUR LE THÈME DES ADDICTIONS 2013 Cliquez pour télécharger le résumé en version pdf La Fédération pour la Recherche sur le Cerveau et Réunica sont partenaires depuis trois ans pour financer des projets de recherche sur le cerveau, contribuer à la campagne nationale du Neurodon lors de la Semaine du Cerveau et mettre en place des actions de sensibilisation. Quatre journées dédiées aux addictions ont, dans le cadre de ce partenariat, été organisées en 2012 et 2013 à Paris, Strasbourg, Marseille et à Besançon. L’objectif était de présenter au public l’état actuel des connaissances permettant la compréhension des addictions ainsi que les dernières avancées de la recherche scientifique en la matière. Un guide « quand mon cerveau devient accro » et une z-card « addictions, attention !

Je suis nomophobe : séparé de mon portable, j’angoisse ! - France-Monde Par la rédaction pour La Voix du Nord, Publié le 09/02/2013 - Mis à jour le 09/02/2013 à 15:28 Cette semaine avaient lieu les treizièmes journées mondiales sans portable avec, pour thème, la nomophobie. Nomophobie ou l’angoisse de se retrouver sans téléphone portable à portée de main. Le nouveau mal du siècle ?

Les remèdes pour les addicts du numérique se développent Les thérapies contre l'addiction aux nouvelles technologies se développent, du papier peint anti-Wifi aux vacances 100% offline, en passant par les cures de désintoxication. « Les gens se connectent sans arrêt, partout, dans toutes les positions - au lit, au restaurant, dans les salles d'attente », constate Remy Oudghiri, directeur de l'institut de sondage français Ipsos et auteur d'un livre sur la « e-dépendance ». Les écrans ont colonisé les années 2010. Aux États-Unis, près de la moitié des adultes disposent d'un smartphone, et plus d'un tiers arborent une tablette numérique. « Ce surgissement soudain des possibilités infinies de connexion, après une période initiale d'enthousiasme, conduit chaque utilisateur à réfléchir sur la façon de savourer l'existence tout en profitant de leur connexion. La question se pose de savoir comment éviter la dépendance », ajoute M.

Tribune : la cyberdépendance chez les jeunes Ci-dessous, un communiqué qui nous a été transmis cette semaine. Une enquête réalisée sur 100 000 adolescents japonais révèle qu'utiliser Internet peut engendrer une dépendance au même titre qu'une drogue. Nicolas Oliveri, enseignant-chercheur en communication à l'IDRAC et auteur de « Cyberdépendances. Une étude comparative France-Japon » et « Les jeux vidéo : quand jouer c'est communiquer », revient sur le phénomène de l'otakisme japonais, phénomène de relation fusionnelle aux nouvelles technologies et donne sa vision de cette cyberdépendance en France chez nos jeunes et ses risques. 1. Cette enquête révèle que 8,1% des lycéens et collégiens japonais souffrent d'une dépendance à Internet, que cela soit aux échanges de messages, aux jeux ou aux autres activités en ligne et seraient incapables d'arrêter (les lycéens (9,4%), collégiens (6%), mais aussi plus les filles (9,9%) que les garçons (6,4%)).

Bonjour, J'ai beaucoup aimé cet article, et tout particulièrement l'idée qu'il m'a donnée : tenter l'expérience!!! Je réalise alors que je réfléchis au "bon moment" pour tenter cette expérience; preuve que je ne suis pas du tout prête à le faire. Je suis nomophobe! Cordialement, Jeanne Gautier-Bouillaud by gautierbouillaud_groupee_psy Mar 6

Bonjour, à travers mes recherches avec le moteur de recherche Google sur la cyberdépendance, je n'étais pas tombée sur cette addiction appelée" nomophobie "; addiction liée à la relation téléphone/utilisateur qui se traduit par la peur excessive d'être séparé de son téléphone mobile. Merci pour cette perle, je partage. Cordialement.Peggy by desplains_groupe5_psy Apr 10

Je ne connaissais pas la "nomophobie". Merci de partager vos connaissances. Bien cordialement. Cindy by petitprez_groupe4_psy Apr 8

Merci de partager avec nous cet article qui nous fait découvrir cette nouvelle phobie qui apparaît au sein de nombreux articles sur internet. Je ne connaissais pas du tout. by vassy_groupe4_psy Apr 7

Chiffres effrayants mais qui n'étonnent plus. Encore une nouvelle maladie, une autre cause de mal-être, de stress... et surtout d'autres patients pour les psychologues!! by xuan_psy Apr 5

Le site Slate.fr nous présente une nouvelle maladie: la nomophobie.On y trouve des informations telles que sadéfinition,ses symptômes,comment en guérir ainsi qu'une expérience réelle. by gangloff_groupe4_psy Apr 1

Je ne connaissais pas non plus ce concept. Ravie de partager Nolwenn by lecollen_groupe2_psy Mar 27

Bonjour, j'ignorais que cette nouvelle "déviance", s'appelait la nomophobie. Merci pour le partage. Bonne continuation. Dominique by dereux_groupe1_psy Mar 19

Related: