background preloader

La bible ou la réclame

La bible ou la réclame
Vous êtes Dieu, vous avez créé un univers, et maintenant, pour transmettre votre savoir divin vous devez compiler toutes les informations dans un livre sacré: la bible. Sacré boulot, surtout. Lorsqu'on crée une série télévisée, dont le nombre total d'épisodes n'est pas connu au moment de l'écriture (j'exclus donc les sagas de l'été, les téléfilms en deux parties, etc.), il convient de décrire l'univers de la série dans une "bible d'écriture". Celle-ci est destinée aux autres scénaristes qui devront écrire des épisodes de la série. Il faut donc leur communiquer tous les éléments nécessaires pour qu'ils puissent partir sur des bases solides pour rester "dans le sujet" de la série. Cette bible n'est pas à confondre avec le dossier que l'on envoie à un producteur pour "vendre" la série. Le dossier destiné au producteur est plus court, plus "sexy", il met en avant les points forts de la série, esquisse les personnages principaux, le ton, les grandes lignes des premiers épisodes, etc.

le budget prévisionnel Après mon premier article qui expliquait d’une manière général les étapes de préparation d’un film cette semaine nous allons aller plus loin dans l’explication de ce qu’est un budget prévisionnel. Nous verrons dans un prochain article comment faire un devis et comment rechercher des financements. Apprendre le cinéma…du moins apprendre à faire du cinéma n’est pas une chose facile…Apprendre comment faire un film en mettant toutes les chances de son côté est une chance. Si je peux vous aider à y voir plus clair c’est déjà ça de gagné. C’est parti. Prévoir pour quoi faire ? Avant de tourner il faut faire les comptes. Pour faire un budget prévisionnel vous devez lister tous les postes : production, mise en scène, casting, régie, décoration, habillage, maquillage, coiffure, image, son, machinerie, éclairage, ventousage, cascade, post-production, cantine et prévoir l’imprévisible… Il vous faut allouer une enveloppe à chaque poste. Prenons un exemple : L’image L’équipe Technique : Revenons au budget :

Les esclaves et la danse Contexte historique Une main d’œuvre servile peuple en nombre considérable les Antilles et les Amériques proches de celles-ci. Les propriétaires des plantations de canne à sucre ou de coton, avant l’invention de la photographie, font faire des peintures-souvenirs : portraits de la famille, petites scènes de genre, tableaux dont un des principaux objectifs est de rendre visible l’heureux aboutissement d’une ambition de prospérité harmonieuse dans la plantation. Certains maîtres tolèrent à leurs esclaves un repos le dimanche ; il arrive alors parfois que l’esclave et sa famille ne soient pas nourris par leur maître, ce dimanche devant être consacré à la culture vivrière d’un lopin de terre concédé autour de la case. Cette peinture non signée est attribuée à Augustin Brunias(1730-1796), peintre italien mort à la Dominique après avoir passé trente ans aux Antilles. Analyse des images Brunias observe. Interprétation Le tableau prend alors une signification plus profonde. Auteur : Yves BERGERET

Related: