background preloader

Les technologies de l'information et de la communication à l'école& primaire. État de question en 2011

Les technologies de l'information et de la communication à l'école& primaire. État de question en 2011
Les technologies de l'information et de la communication à l'école primaire. État de question en 2011 Georges-Louis Baron, Lætitia Boulc'h Résumé Cette contribution vise à faire un état de question relativement à la prise en compte de l'informatique et des technologies numériques dans l'enseignement à l'école primaire. Elle a été réalisée dans le cadre du projet Oppidum mené en relation avec la municipalité de Saint-Maur-des-Fossés, en adoptant un cadre de références large, prêtant attention aussi bien à l'apprentissage des enfants qu'aux pratiques pédagogiques des enseignants et aux questions liées à la régulation sociale du fonctionnement de l'enseignement primaire. La première partie de ce texte présente des éléments de contexte historique et précise les grandes étapes du développement de ces technologies dans les établissements scolaires. 1. En France, des recherches pionnières ont été menées dès les années 1970 sur la prise en compte de l'informatique dans les systèmes éducatifs.

Soubassements théoriques pour guider l'intégration réussie des TICE Soubassements théoriques pour guider l'intégration réussie des TICE Khalid Ahaji, Saïd Zahim, Benaissa Badda Résumé Le présent article porte sur les fondements méthodologiques de l'utilisation des TIC (technologies de l'information et de la communication) dans le processus enseignement-apprentissage. Il s'intéresse aux conditions nécessaires à leur intégration aux pratiques pédagogiques des enseignants, et plus particulièrement aux types de formations de ces derniers. Cet article essaye d'apporter des pistes de réflexion sur la méthodologie d'intégration des TICE en général et sur l'importance de l'adhésion des enseignants dans la recherche-développement en particulier. 1. Les usages des TICE dans les pratiques enseignantes deviennent une nécessité. 2. 3. Une typologie des ressources apportées par les TICE fait distinguée cinq grandes familles de ressources qui peuvent être retenues (idem) : 4. 5. 6. Selon J. 7. 8. 9. Conclusion Ahaji Khalid 1, 2, 3 Saïd Zahim 3 Badda Benaissa 4, 5, 6

L’éducation autrement : oui, mais comment Un nombre croissant d’évidences provenant des salles de classe elles-mêmes, couplées à des recherches stimulantes en psychologie cognitive et en neurosciences commencent à nous permettre de comprendre comment les gens apprennent… Or, l’enseignement, même sur les campus, n’a pas beaucoup évolué, ont reconnus les intervenants d’une journée de conférence, sur le campus d’Harvard, consacrée à l’enseignement et à l’apprentissage, rapporté par Dan Berret pour The Chronicle of Higher Education. Vidéo : le reportage sur la journée proposé par l’université d’Harvard. Trop souvent, les membres du corps professoral enseignent par habitude, a déclaré Carl E. Cette conférence était la première pierre à une nouvelle initiative que lance Harvard, un projet de reconstruction des classes et de financement d’idées innovantes pour l’éducation. L’enseignement traditionnel est façonné par des idées fausses et préconçues, qu’il répète. Il nous faut comprendre comment on apprend

L'utilisation du tableau blanc interactif pour enseigner la géographie au lycée Notes Deux abréviations existent : le TBI pour Tableau Blanc Interactif ; le TNI pour Tableau Numérique Interactif. Pour plus de clarté, nous utiliserons uniquement l’abréviation TBI. Le C.2.i.2.e (certificat informatique et internet spécialisé pour les enseignants) est expérimenté au cours de l’année 2004-2005 et généralisé à partir de la rentrée universitaire 2006. Depuis la rentrée 2007, ce certificat atteste que le professeur stagiaire, au sortir de sa formation initiale, possède les compétences requises pour la maîtrise des TICE. Il n’existe pas de statistiques nationales concernant le niveau de compétences TICE des professeurs. Il y a en fait une grande inégalité entre les académies, certaines proposent des stages (émanant soit de l’Inspection Académique, soit de l’IUFM), d’autres non. Sur un grand écran fixé au mur… Cette dernière étape est à manier avec précaution car les élèves de terminale doivent réaliser une production graphique manuelle au baccalauréat.

L’intention pédagogique avant la technologie Il y a deux ans environ, un cours en ligne en anglais proposait aux professeurs actuels une formation sur les différents outils technologiques accessibles sur la Toile. Dans ce qui reste des vestiges de ces leçons, on peut retrouver une page Internet couvrant tous les logiciels et services Internet disponibles. La liste a de quoi donner le vertige : Outils de création, édition et partage DocumentsDiagrammes et graphiquesImagesDiaporamasSites InternetBloguesWikisVidéos (édition, enregistrement, convertisseur, partage)AudioOutils de communication et réseautage Messageries instantanéesForums de discussionConférences par le WebOutils de réseautageMicrobloggingOutils d’aménagement du temps, des tâches et de l’information Pour les coursLe tempsLes tâchesLes projets collaboratifs ou en équipeMoteurs de recherche généraux, visuels, etc.MétarechercheCollecte d’informations Et nous en omettons! Les intentions pédagogiques avant tout

Veille et Analyse TICE Après avoir été interrogée dans les trois premières semaines de confinement, la question de l’autonomie dans les apprentissages semble avoir été reléguée au second plan des préoccupations médiatisées au profit des inégalités et autres fractures numériques puis de la reprise (le fameux « après »). Initialement, le constat a été fait que les élèves ont du mal à réaliser des apprentissages scolaires dès lors qu’ils sont hors de l’espace-temps scolaire. Cette analyse pouvait être une hypothèse de travail, s’appuyant sur de nombreux travaux sur l’autonomie des élèves. Cela semble se confirmer encore davantage si l’enseignement est à distance et médiatisé par les moyens numériques. Dans la situation nouvelle imposée par le confinement, l’autonomie (dont nous détaillons les différents aspects ci-dessous) est devenue encore plus essentielle pour les élèves. La motivation première pour un apprentissage scolaire est d’abord externe (extrinsèque), on est « obligé » d’y aller. Kuhl, J. (1987).

Expérimentation de l’usage du TNI en CM2 dans le Val d’Oise L’exemple du projet du Val d’Oise est intéressant en matière de conduite de projet à plusieurs titres. D’abord, parce qu’il a impliqué différents échelons territoriaux, ce qui a nécessité une répartition claire des compétences, d’où la mise en place d’un plan d’action. Ensuite, parce qu’il a accordé une part importante à l’accompagnement et à la formation des enseignants, facteurs essentiels à la réussite d’un projet de déploiement de TNI. L’expérimentation s’inscrit dans un projet numérique global qui s’est déroulé en plusieurs phases :informatisation des classes primaires (2001-2009),appel à projets pour l’accompagnement à la scolarité avec les TICE (septembre 2007, « Anper 95 »),expérimentation du TNI en classe de CM2 (2010-2012)…… puis ENT dans les collèges en septembre 2011. Ce projet est original en ce sens qu’il vise à favoriser la liaison CM2/sixième, afin d’éviter le risque de fracture numérique et qu’il fédère donc la communauté éducative du premier degré et du second degré.

Pour un véritable apprentissage augmenté La septième conférence annuelle de Plymouth (Royaume-Uni) sur le e-learning change de nom. Sous l'acronyme PELeCON, on lisait auparavant "Plymouth e-learning Conference". A partir de cette année, il faudra lire "Plymouth enhanced learning conference". Le changement paraît trivial, mais il témoigne en fait d'une mutation considérable. "L'apprentissage augmenté" (enhanced learning, soit le e-learning nouvelle manière) remplace l'apprentissage électronique. Plusieurs raisons motivent ce changement. L'électronique est partout D'une part, le terme "électronique"(remplacé ensuite par l'expression "en ligne") qui a donné le "e" de e-learning ne désigne plus rien de spécifique : aujourd'hui, l'électronique est présente partout, y compris dans le monde de l'enseignement et de l'apprentissage, et en dépit des résistances remarquables du monde scolaire à son introduction dans les routines d'étude. L'apprentissage augmenté : apprendre mieux, en utilisant les TIC La civilisation de la latéralité

Jean-Roch Masson : Twitter pour apprendre à lire Par François Jarraud Un enseignant français lauréat d'un forum européen d'éducation, ça mérite d'être salué. Professeur des écoles à Dunkerque, Jean-Roch Masson aide ses élèves de CP à apprendre à lire et écrire avec Twitter. C'est la reconnaissance des pairs qui a salué le travail de Jean-Roch Masson. Qu'apporte Twitter par rapport à la correspondance scolaire ? L'apprentissage du net.. Un projet bien accueilli. Il nous restait à demander à Jean-Roch ce qu'il allait faire de son prix. Liens Les résultats du Forum de Moscou et le reportage du Café Le blog de Jean-Roch Masson La charte d'utilisation de Twitter La présentation du projet aux parents 74_article_505.pdf TIC et pédagogie inversée Le concept de pédagogie inversée est de plus en plus populaire actuellement même si cette approche est loin d'être novatrice, comme on le constate dans ce billet d'eSchoolNews consacré au flipped learning. Un certain nombre de contributions en ligne s'en font néanmoins l'écho depuis le début de l'année 2012. Qu'est-ce que la pédagogie inversée ? Pour reprendre la définition de ZoneTIC, la pédagogie inversée est "une stratégie d’enseignement où la partie magistrale du cours est donnée à faire en devoir, à la maison, alors que les traditionnels devoirs, donc les travaux, problèmes et autres activités, sont réalisés en classe". Cette approche aux contours encore flous repose à l'évidence sur l'usage des outils numériques et vise à éviter la dérive d'un enseignement trop frontal et magistral. Blog, carte mentale et pédagogie inversée Vous trouverez ci-dessous un exemple de carte mis à disposition par l'auteur via la plateforme de partage XMindShare : Innovation et pédagogie inversée

L’impact de l’usage des technologies numériques sur les apprentissages des élèves : qu’en dit la science ? Par Jean Heutte Comme il n’existe pas de déterminisme pédagogique des technologies numériques, la maîtrise réfléchie de leur usage, selon les attendus du C2i n°2 « enseignant », ne peut se concevoir sans des dispositifs d’accompagnement et de formation de l’ensemble des acteurs (1) s’appuyant sur des compétences et des connaissances éprouvées, mêlant astucieusement des exemples de pratiques pédagogiques éclairées par les avancées de la recherche scientifique concernant l’apport du numérique dans les actes d’enseignement/apprentissage. L’idée que l’apprentissage serait facilité par le numérique est souvent admise comme une évidence. Nous revenons sur l’un des articles de Jean Heutte (2) car, à notre connaissance, cette recherche scientifique (respectant les principes méthodologiques issus de la démarche expérimentale ) (3) est l’une des rares (4) concernant l’impact de ces technologies sur les résultats des élèves (5) . Les principaux résultats remarquables de l’étude Allegro moderato

Related: