background preloader

Manifeste du Web indépendant

Manifeste du Web indépendant
Le Web indépendant, ce sont ces millions de sites offrant des millions de pages faites de passion, d’opinion, d’information, mises en place par des utilisateurs conscients de leur rôle de citoyens. Le Web indépendant, c’est un lien nouveau entre les individus, une bourse du savoir gratuite, offerte, ouverte ; sans prétention. Face aux sites commerciaux aux messages publicitaires agressifs, destinés à ficher et cibler les utilisateurs, le Web indépendant propose une vision respectueuse des individus et de leurs libertés, il invite à la réflexion et au dialogue. Pourtant le Web indépendant et contributif est menacé ; menacé par la fuite en avant technologique qui rend la création de sites de plus en plus complexe et chère, par l’écrasante puissance publicitaire du Web marchand, et bientôt par les accès dissymétriques, les Network Computers, les réseaux privés, le broadcasting, destinés à cantonner le citoyen au seul rôle de consommateur.

http://www.uzine.net/article60.html

Related:  Un autre monde numérique est possibleGAMBERGE

Vie privée, sécurité, démocratie... : quels sont les projets que finance DuckDuckGo en 2017 ? - Tech DuckDuckGo vient d'annoncer les projets que le moteur de recherche soutiendra en 2017. Au total, ce sont 300 000 dollars que vont se partager les bénéficiaires. Nouvelle année, nouvelle vague de dons ! DuckDuckGo, un moteur de recherche qui se démarque de bon nombre de ses concurrents par son respect scrupuleux de la vie privée de ses utilisateurs, vient de dévoiler cette semaine la liste des organismes qui bénéficieront de sa générosité en 2017. Pour une autre innovation Comme le dit Bluetouff, le scandale Prism c’est effectivement comme si on se réveillait d’une gueule de bois qui a duré 12 ans, comme si il nous avait fallu tout ce temps pour digérer l’amère poussière de l’effondrement des tours du World Trade Center. Les scandales Prism et Verizon ne posent pas seulement la question de la surveillance d’Etat, mais de la surveillance tout court, celle dont nous sommes l’objet à l’heure des très grandes masses de données, des Big Data, des algorithmes et des traitements. Ce n’est pas seulement la confiance dans nos Etats qui est en cause, mais également la confiance dans les grands opérateurs de l’internet et dans nos fournisseurs d’accès.

Que pouvez-vous faire pour Mozilla ? Plutôt que de travailler gratuitement pour Google et Facebook en remplissant leurs bases de vos contenus et de vos données personnelles à longueur de journée, pourquoi ne vous lanceriez-vous pas dans quelque chose d'utile et de bénévole ? Si vous aimez Firefox et tout ce que fait Mozilla pour promouvoir le logiciel libre et le respect de la vie privée, vous pouvez les aider et cela même si vous n'avez aucune compétence en code. Pour vous guider, Josh Matthews, Henri Koivuneva et leurs copains ont mis en ligne le site whatcanidoformozilla.org qui avec de simples questions, vous permettra de trouver un truc à faire pour entrer dans la grande famille des Mozilliens. Ensuite, une fois que vous aurez trouvé quelque chose qui correspond à vos attentes, vous serez redirigé vers le wiki ou d'autres pages de Mozilla pour avoir plus d'infos.

L’âge de la prédation Dominique Boullier, professeur de sociologie à Sciences Po et coordinateur scientifique du MediaLab nous propose une lecture du livre de Nicolas Colin et Henri Verdier, L’âge de la multitude, Entreprendre et gouverner après la révolution numérique, paru au printemps 2012 chez Armand Colin. Il en livre une critique sans concession, mais qui permet d’analyser et de prendre du recul sur la façon dont l’innovation est trop souvent célébrée. Prenez cette note de lecture foisonnante comme une occasion de débattre sur ce qu’est l’économie numérique aujourd’hui… et ce qu’elle n’est pas. Amazon, peine emploi Amazon continue d’embaucher. L’annonce peut paraître une bonne nouvelle au vu de la situation moribonde de l’emploi en France. Certes. Mais pour quelles conditions de travail ?

Nous ne serons plus jamais déconnectés… Jenna Wortham (@jennydeluxe) pour le New York Times a commis un de ces papiers faciles sur les vertus de la déconnexion à l’heure d’un monde toujours plus connecté. Alors qu’elle se rendait à la piscine, elle a été invitée à déposer son téléphone et a pu profiter pleinement de sa journée, sans avoir à consulter avec anxiété ses comptes Facebook et Twitter pour regarder ce que ses amis faisaient. La peur de manquer quelque chose (Fomo, pour Fear of Missing Out) que décrivait Caterina Fake, cofondatrice de Flickr, s’évaporait quelques instants.

Collecter et monétiser les données de la maison connectée: pourquoi, comment Avec l'émergence de la maison connectée de nouvelles sources de données personnelles apparaissent: comment les agréger et les monétiser ? Comment garantir la sécurité des données personnelles ? Les CNIL européennes ont rappelé à l'ordre Google la semaine dernière concernant son utilisation des données privées sur le Web. En cause notamment la "simplification" de sa gestion des données personnelles, qui permet en fait à Google d'agréger les données personnelles d'un utilisateur sur ses multiples services.

Répression d'internet : la carte des coupures politiques Depuis deux mois, une partie du Cameroun est coupée d'internet. A l'heure de la journée mondiale contre la censure sur internet, voici un état des lieux en cartes et graphiques des blocages d'internet dans le monde depuis 2006. Une nouvelle forme de répression politique. Le souci des geeks (avec la politique) Journaliste à France Culture, Xavier de la Porte s'est fendu de la traduction d'un billet récent de Cory Doctorow, activiste, auteur de science-fiction et co-éditeur du site Boing Boing. Publié initialement sur The Guardian puis sur Internet Actu pour la version française, nous rééditons cette réflexion politique et philosophique sur la place des "geeks" dans la marche du monde. Richard Stallman (aka RMS) - Photo CC Andrew Becraft Depuis le début des guerres de l’information, les gens soucieux de liberté et de technologie ont dû naviguer entre deux écueils idéologiques : le déterminisme geek et le fatalisme geek.

Google, Amazon, Apple et Facebook : main basse sur la culture ! Ils l'aiment, notre culture ; ils la bichonnent, notre vie privée. Ils les vénèrent ! Jeff Bezos, le patron d'Amazon, est un grand lecteur marié à une romancière. Steve Jobs, de son vivant, était tellement épris des artistes qu'il se plaignait de n'avoir "jamais passé autant de temps à convaincre les gens de faire ce qui est le mieux pour eux" ! Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, ne se contente pas de connecter plus d'un milliard d'humains, il le fait de manière res-pon-sable : "Nous existons à l'intersection de la technologie et des problèmes de société, et nous consacrons beaucoup de temps à réfléchir à l'une comme aux autres."

Related: