background preloader

Agriculture urbaine

Agriculture urbaine
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. agriculture urbaine est une forme émergente de pratiques agricoles en ville, généralement en parcelles partagées, ou en jardins individuels et/ou collectifs. L'agriculture urbaine recouvre différents types de production d'intérêt économique local, de plantes, de champignons (comme les champignons de Paris) ou d'animaux sur le territoire urbain ou sur les espaces le jouxtant (péri-urbains). Culture verticale de vigne : grappes de raisin accessibles depuis les fenêtres, Lille, Nord de la France L'agriculture urbaine et prériurbaine est une des solutions proposées et recommandées par l'ONU et la FAO[2] pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire[3] aux défis de l'urbanisation et de la périurbanisation, notamment dans les villes des pays dits pauvres. Certains écoquartiers ont intégré une ferme urbaine dans leur périmètre (exemple : E.V.A. Les types de production[modifier | modifier le code] Les grands objectifs[modifier | modifier le code]

Nature en ville Agriculture de proximité Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'agriculture de proximité est une agriculture qui se pratique à proximité des marchés qu'elle dessert. À proximité des villes, l'agriculture est régulièrement malmenée et en danger de disparition à cause des espaces requis par l'urbanisation et de ses impacts sur les résidents des villes. L'agriculture de proximité est celle qui, malgré la proximité des villes, parvient à se maintenir pour les raisons suivantes : elle est au service des consommateurs-citoyens ;elle utilise des techniques de production compatibles avec la présence proche de nombreuses habitations ;son activité économique lui permet de faire face à la promotion immobilière. Difficultés[modifier | modifier le code] L'agriculture de proximité reste néanmoins soumise aux contraintes fortes que sont : Défi[modifier | modifier le code] Face à ces contraintes, l'agriculture de proximité doit être encouragée. Voir aussi[modifier | modifier le code]

Les toitures végétalisées 1. Introduction Appelée également toiture verte, le concept de toiture végétalisée existe depuis la préhistoire. Le principe ? Il consiste à recouvrir d'un substrat et de végétation un toit plat ou en pente.Outre l’aspect esthétique, différentes études menées en Europe depuis les années 80 ont confirmé l’intérêt des toitures végétalisées dans une perspective de restauration ou de protection de la biodiversité et de l'Environnement en milieu urbain et plus particulièrement en ce qui concerne la qualité de l'air et l'atténuation des îlots de chaleur urbaine.Avec des coûts d’entretien et des surcoûts de construction faibles, cette technique totalement éprouvée et relativement facile à mettre en place, ne cause aucune altération au bâtiment et se révèle même plus stable et plus étanche que des systèmes plus classiques de toitures plates.Découverte de ces systèmes de toiture qui font revenir la nature au cœur de nos ville 4. Une toiture végétalisée est constituée de différentes couches.

Circuit court Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. On évoque assez souvent les circuits courts pour les produits agricoles, domaine pour lequel la France dispose d'une définition officielle : Selon le Ministère de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche, est considéré comme « un circuit court un mode de commercialisation des produits agricoles qui s’exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte, à condition qu'il n'y ait qu'un seul intermédiaire» . En France et en 2010, les achats faits en circuit court représentent 6 à 7 % des achats alimentaires d'après l'Ademe qui estime que ces circuits courts sont « aujourd'hui une opportunité économique non négligeable que ce soit pour le producteur (sécurisation de son modèle économique), le consommateur (prix ajusté au coût réel) ou un territoire (création d'emplois locaux) »[2]. Émergence de la notion moderne de circuit court[modifier | modifier le code] Terminologie[modifier | modifier le code]

Toiture végétale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ancienne ferme en Islande. La végétalisation du toit contribue à l'intégration paysagère Graminées sur habitat traditionnel, Musée des traditions d'Oslo Des graines d'érables germent dans la mousse qui couvre ce chaume, mais meurent en été quand le substrat sèche Une toiture végétale également appelée toiture végétalisée, toit végétalisé, toit vert ou plus scientifiquement PCVH[1] (Paroi Complexe Végétalisée Horizontale) est une toiture aménagées en toit-terrasse ou penthouse appartement, recouverts de végétation, alternative à des matériaux couramment utilisés, comme les tuiles, le bois ou les tôles. Cette technique existe vraisemblablement depuis le néolitique (-12500 à -8000 av. Plusieurs entreprises spécialisées ont mis au point des systèmes complets de verdissement des toitures, fiables et performants. En France, des centres de compétences travaillent sur la thématique des toitures végétalisées. Histoire[modifier | modifier le code]

Culture du riz Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Rizières traditionnelles en terrasse dans les environs de Guilin, en Chine (2008). La culture du riz (ou riziculture) est apparue au Néolithique. La riziculture a été l'une des bases de la révolution verte des années 1960 à nos jours, non sans impacts socio-économiques sur les populations paysannes (exode urbain entrainé par la mécanisation) ; le recours massif à l'agrochimie[1] (engrais, pesticides), puis aux plantes transgéniques) a eu un coût important pour biodiversité, pour les auxiliaires de l'agriculture et pour la santé des riziculteurs[2],[3]. Histoire[modifier | modifier le code] L'Homme a commencé à cultiver le riz il y a près de 10 000 ans lors de la révolution néolithique. La culture traditionnelle du riz[modifier | modifier le code] La « riziculture irriguée », qui produit un riz aquatique, le « riz irrigué », est le type de culture le plus répandu et le plus intensif. L’acheminement de l’eau[modifier | modifier le code]

Bâtiments végétalisés stage Skyscraper Sites de recherches Energies renouvelables 5 familles énergies renouvelables Fournies par le soleil, le vent, la chaleur de la terre, les chutes d’eau, les marées ou encore la croissance des végétaux, les énergies renouvelables n’engendrent pas ou peu de déchets ou d’émissions polluantes. Elles participent à la lutte contre l’effet de serre et les rejets de CO2 dans l’atmosphère, facilitent la gestion raisonnée des ressources locales, génèrent des emplois. Le solaire (solaire photovoltaïque, solaire thermique), l’hydroélectricité, l’éolien, la biomasse, la géothermie sont des énergies flux inépuisables par rapport aux « énergies stock » tirées des gisements de combustibles fossiles en voie de raréfaction : pétrole, charbon, lignite, gaz naturel. Pour en savoir plus ou télécharger la fiche pédagogique des "5 familles énergies renouvelables", connectez-vous.

Article sur le sujet de "Agriculture urbaine" issu de l'encyclopédie Wikipédia. Article pas pertinent car le nom de l'auteur est inconnu. by maximebertron Mar 31

Related: