background preloader

Asclépios

Asclépios
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la mythologie grecque, Asclépios (en grec ancien Ἀσκληπιός / Asklêpiós, en latin Aesculapius) est dans l'épopée homérique un héros thessalien puis, à l'époque classique, le dieu de la médecine. Fils d'Apollon, il meurt foudroyé par Zeus pour avoir ressuscité les morts, avant d'être placé dans le ciel sous la forme de la constellation du Serpentaire. Il correspond à l'Esculape romain, dont le nom est une traduction en alphabet latin du dieu grec, et à l'Imhotep égyptien. Son attribut principal est le bâton d'Asclépios, autour duquel s'enroule un serpent, aujourd'hui symbole de la médecine. Mythe[modifier | modifier le code] Naissance[modifier | modifier le code] Mort[modifier | modifier le code] Se rendant compte par la suite du bien qu'Asclépios avait apporté aux hommes, Zeus le place parmi les étoiles sous la forme de la constellation du Serpentaire[9]. Autres mythes associés[modifier | modifier le code] Culte[modifier | modifier le code] Related:  Dieux Grecs - A Classer

Création de Étolos Jason Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jason et Médée joignant leurs mains droites, sarcophage romain de la fin du Ier siècle ap. J. Dans la mythologie grecque, Jason ou Iason (en grec ancien Ἰάσων / Iásôn, « le guérisseur ») est le fils d'Éson, roi d'Iolcos en Thessalie, et un descendant d'Éole. Mythe[modifier | modifier le code] La quête de la Toison d'or[modifier | modifier le code] Un oracle avait prédit à Pélias, usurpateur du trône d'Iolcos, qu'il serait détrôné par un homme qui se présenterait à lui avec une seule sandale. Parti d'Iolcos, Jason débarque sur les terres de Laomédon, le roi de Troie. Au terme d'un périlleux voyage (où il doit entre autres passer les Symplégades), les Argonautes accostent enfin en Colchide. De retour à Iolcos, Jason constate que Pélias a profité de son absence pour tuer son père et se débarrasser de sa famille. L'exil à Corinthe[modifier | modifier le code] Sources littéraires[modifier | modifier le code] Notes[modifier | modifier le code]

Dioscures Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Avatars grecs de la figure indo-européenne des dieux jumeaux, les Dioscures sont le symbole des jeunes gens en âge de porter les armes. Ils apparaissent comme des sauveurs dans des situations désespérées et sont les protecteurs des marins[1]. Mythe[modifier | modifier le code] Naissance[modifier | modifier le code] Inversement, ils sont tous deux fils de Zeus dans le Catalogue des femmes du pseudo-Hésiode[4] et dans les Hymnes homériques, dont l'hymne qui leur est adressée les qualifie pour la première fois de « Dioscures »[5]. La légende établit que leur mère Léda, qui se serait unie avec Zeus métamorphosé en cygne, aurait pondu deux œufs : l'un contenant Pollux et Hélène, fils de Zeus et un deuxième contenant Castor et Clytemnestre, descendants de Tyndare. Mort[modifier | modifier le code] Les Dioscures sont déjà morts quand débute la guerre de Troie, ce qui explique qu'ils n'y prennent pas part[9]. Culte[modifier | modifier le code]

Capanée Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Il fut foudroyé devant Thèbes par Zeus, irrité de son mépris pour les dieux. Eschyle, dans les Sept contre Thèbes, a évoqué cet orgueil. Sur les autres projets Wikimedia : Capanée, sur Wikimedia Commons Portail de la mythologie grecque

Étéocle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la mythologie grecque, Étéocle (en grec ancien Ἐτεοκλῆς / Eteoklếs) est le fils du mariage incestueux d'Œdipe et Jocaste, et le frère de Polynice, Ismène et Antigone[1]. Mythe[modifier | modifier le code] Évocations artistiques[modifier | modifier le code] Notes[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Portail de la mythologie grecque

Adonis (mythologie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Adonis. Fils de Cinyras, roi de Chypre, et de la fille de ce dernier, Myrrha, il jaillit de sa mère transformée en arbre à myrrhe en punition de son inceste. Doté d'une grande beauté, Adonis fut aimé d'Aphrodite. La décision de Calliopé sembla, dans un premier temps, apaiser les tensions entre les deux déesses. Dès lors, le partage n'était plus équitable et l'amour qui liait Aphrodite à Adonis attisa la convoitise des autres dieux. Ainsi, certains affirment qu'Arès (dieu de la Guerre), l'amant officiel d'Aphrodite, ne supportait pas d'être ainsi délaissé au profit d'un autre. Les amours d'Adonis avec Aphrodite et Perséphone symbolisent les cycles des saisons et de leurs capacités à produire des richesses dont pouvaient profiter les hommes.« On reconnaît dans ce mythe une personnification des forces productrices de la nature et une image du rythme des saisons. »[2] Sur les autres projets Wikimedia :

Amphiaraos Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la mythologie grecque, Amphiaraos (en grec ancien Ἀμφιάραος / Amphiáraos) est un héros et devin argien. Il est un des meneurs de la guerre des sept chefs contre Thèbes. Il fait l'objet d'un culte héroïque chthonien à l'Amphiaréion d'Oropos. Mythe[modifier | modifier le code] Selon Virgile, il est le père de Catillus et le grand-père de Tiburtus, fondateur de Tibur près de Rome en Italie. Sources[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] Sur les autres projets Wikimedia : Amphiaraos, sur Wikimedia Commons Pierre Sineux, Amphiaraos.

Admète Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la mythologie grecque, Admète (en grec ancien Ἄδμητος / Ádmêtos, « indompté, insoumis ») est un roi de Phères en Thessalie. Selon certains auteurs, il prend part à l'expédition des Argonautes. Mythe[modifier | modifier le code] Dès l’Iliade, Admète est dit fils de Phérès, qui est roi de Phères avant lui, et il épouse Alceste[1]. La servitude d'Apollon chez Admète[modifier | modifier le code] Admète et Alceste[modifier | modifier le code] Apollodore[5] et Hygin[6] sont les premiers auteurs connus[7] à évoquer les circonstances du mariage entre Admète et Alceste : le père d'Alceste, Pélias, réclamait aux prétendants à la main de sa fille un exploit impossible, consistant à atteler un sanglier et un lion à un char, exploit qu'Admète parvient seul à réaliser grâce à l'aide d'Apollon. Chez Platon[11] c'est Perséphone qui, admirant le sacrifice d'Alceste, l'a renvoyée des Enfers : Bibliographie[modifier | modifier le code]

Related: