background preloader

L’ouverture optimale : améliorez la netteté de vos images

L’ouverture optimale : améliorez la netteté de vos images
Bienvenue sur Apprendre la Photo !Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute lire mon guide qui répond aux 5 problèmes courants des débutants : Cliquez ici pour télécharger le guide gratuitement !Merci de votre visite, et à bientôt sur Apprendre la Photo ! :) Je vais aborder une notion peu connue des débutants, et que les anglophones appellent «sweet spot», que j’ai bassement traduit par « ouverture optimale ». Je l’avais déjà évoqué dans les 5 astuces pour rendre pour améliorer la netteté de vos images, mais je pense que ça mérite un article à part entière pour vous montrer la preuve par l’exemple Le «sweet spot», ou ouverture optimale, c’est tout simplement l’ouverture à laquelle votre optique produit la meilleure netteté, le meilleur piqué. Pour que vous compreniez mieux ce que je veux dire, j’ai fait des tests avec mon cher 50mm f/1.8. J’ai utilisé un bouquin pour l’exemple : la netteté des caractères se voit bien. Et n'oubliez pas de partager l'article !

L’ouverture Bienvenue sur Apprendre la Photo !Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute lire mon guide qui répond aux 5 problèmes courants des débutants : Cliquez ici pour télécharger le guide gratuitement !Merci de votre visite, et à bientôt sur Apprendre la Photo ! 🙂 A la suite de l’article sur l’exposition, comme promis, il y aura un article sur chaque « angle » du triangle de l’exposition. Attention, si vous n’avez pas lu ce premier article, je vous recommande vivement de le lire avant ! Je commencerai donc par l’ouverture : ce n’est pas le plus facile à appréhender parmi ces éléments, mais une fois que vous aurez compris cette partie, le reste vous paraîtra plus facile. Note : plus récemment, j’ai réalisé une vidéo courte pour vous expliquer l’ouverture. Comme ça va sans dire mais que ça va toujours mieux en le disant, un rapide rappel. L’ouverture se mesure en « nombre f« . plus le nombre f est grand, plus l’ouverture est petiteplus le nombre f est petit, plus l’ouverture est grande

La vitesse d’obturation Bienvenue sur Apprendre la Photo !Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez peut-être faire un tour sur la page Par où commencer, qui vous aidera à vous y retrouver parmi tous les articles.Merci de votre visite, et à bientôt sur Apprendre la Photo ! :) Après l’article sur l’exposition en général et sa suite concernant l’ouverture du diaphragme (que vous DEVEZ lire pour comprendre cet article), abordons aujourd’hui la vitesse d’obturation, autre « angle » de notre triangle de l’exposition. Mal maîtrisée, la vitesse d’obturation peut gâcher vos photos voire vous frustrer si vous ne la comprenez pas du tout. Sur le modèle de l’article sur l’ouverture, découvrons ensemble la théorie et la pratique sur cet aspect fondamental de la photographie. La vitesse d’obturation, c’est le temps pendant lequel l’obturateur s’ouvre au déclenchement, c’est-à-dire le temps pendant lequel votre capteur est exposé à la lumière. Ici, tout se passe un peu comme pour l’ouverture. En mode manuel (M) ).

MP #21 : Le couple vitesse / ouverture Suite à notre MP sur l’ouverture puis celui sur la vitesse d’obturation, il est temps de voir comment ces deux paramètres clefs fonctionnent ensemble dans votre boîtier. Parlons d’abord de la théorie. On a vu ensemble que plus l’ouverture est importante, plus la quantité de lumière qui pénètre dans le capteur est importante, et inversement. De même, plus la vitesse d’obturation est lente, plus la lumière entre, et inversement. Il va donc falloir jongler entre ces deux valeurs pour avoir une image correctement exposée. Pour une même scène et donc la même lumière, il y a plusieurs combinaisons possibles qui permettent d’avoir la même exposition : si la photo est réussie (en tout cas concernant l’exposition) à 1/500 et f/4, elle le sera aussi à 1/125 et f/8 ou 1/2000 et f/2. Qu’en est-il dans la pratique ? D’abord, il est évident que votre appareil peut tout gérer pour vous. priorité ouverture : vous choisissez l’ouverture vous même et laissez l’appareil régler la vitesse en fonction.

Conserver Nous arrivons à la fin de ce dossier consacré à la préservation des photographies anciennes. Après avoir trier puis numériser les photos en votre possession, il vous faut maintenant aborder l'étape de conservation qui est tout aussi importante, si ce n'est la plus importante des trois. Si vous voulez gardez et transmettre le plaisir de feuilleter un vieil album, d'avoir en main une photo centenaire, quelques règles de conservation sont à suivre. Organiser les albums Nous l'avons vu dans le deuxième volet du dossier (1), organisez vos albums papiers comme vous organisez vos albums numériques. Eviter les altérations Les photographies sont composées de substance chimiques actives qui réagissent à leur environnement. La lumièrecomposée d'ultraviolets et d'infrarouges, la lumière est néfaste pour les photographies. Idéalement choisissez un environnement stable, une pièce bien isolée où il n'y a pas de grandes fluctuations ni de température ni d'humidité. Conserver durablement

Scanner Choisir la qualité de l'image Avant toute chose, vérifier les réglages de votre scanner. Vous devrez choisir le niveau de résolution selon l'utilisation que vous prévoyez de faire de votre copie numérique : Pour une copie de sauvegarde, que vous pourrez ensuite retoucher dans un logiciel, choisissez une résolution de 1 200 dpi pour une épreuve ancienne ou 2 400 pour un négatifSi vous prévoyez d'imprimer ou de faire imprimer la photo choisissez une résolution entre 300 et 1 200 dpi et sauvegardez votre copie au format TIFF non compresséPour une diffusion multimédia (Internet par exemple) une résolution entre 72 et 100 dpi sera suffisante. Bien que vous scanniez des images en noir et blanc, ne scannez pas en mode noir et blanc (bi-tons). Le noir et le blanc sont composés d'une grande variété de nuances de gris. Dans tous les cas, prévisualisez le scan avant de valider. Nommer la photo Saisir des informations complémentaires Sous Windows, allez dans l'explorateur, sélectionnez la photo.

Comprendre la photo Flash » Accéssoires pour flash cobra : les rendus en photo Vous l’attendiez avec impatience, je vais vous donner en photo les rendus de mes différents accéssoires flash. J’ai commandé ces accéssoires, un ring flash, et un parapluie. Ces accéssoires donnent des rendus de lumières différents des uns des autres. De la lumière dure à la lumière douce, tout y est. La liste des accessoires est la suivante : Gary Fong,Parapluie,Ring Flash,Snoot,Nid d’abeille,Barn door,Grosse lampe,Diffuseur blanc et de couleurs En fonction de l’utilisation de ces accessoires, de leur placement par rapport au sujet, et de la puissance du flash, il existe un nombre infini de combinaison pour éclairer un sujet. Pour mes tests, j’ai pris une poupée qui présente un aspet plastique et tissu. Les conditions de prise de vue sont les suivantes : Le sujet est situé à 8 cm du mur, et est adossé la pochette du flash. Le flash direct sur sujet sans accessoire La photo est prise en portrait. Le flash avec rebond sur le plafond La lumière devient plus douce. Le ring flash Le diffuseur

Trier Dans ce nouveau dossier proposé par La Gazette des ancêtres, je vous propose de voir ensemble comment organiser vos photos anciennes. Trois étapes suffisent : Trier, Scanner, Conserver. Aujourd'hui, nous allons trier nos photos. Se fixer des objectifs raisonnables Ne prévoyez pas d'organiser toutes vos photos dans la journée. Faire des piles Il n'y a rien de plus démoralisant que d'ouvrir cette valise ou cette grosse boîte et de constater l'amas de photos qui la remplit. - Prélevez les photos au fur et à mesure et composez des piles par famille. - Personnellement je raisonne selon la définition de l'état civil, à savoir qu'un individu x sera avec ses père et mère jusqu'à ce que lui-même se marie, je créé alors une nouvelle famille. Noter les informations Utilisez uniquement un crayon papier. Vous noterez le nom des individus, la date et le lieu. Jeter Vous avez bien lu, vous avez le droit de jeter. Faites une exception pour les photographies avec des inconnus. Conserver provisoirement

Comment utiliser un flash avec un reflex numérique ? Article proposé par Jean-Pascal Bailliot pour Nikon Passion Au sommaire : quelques bases sur la photo au flashles différents types de flashsla synchronisation avec le boîtierles différentes utilisations du flashles pièges du flash Les flashs électroniques modernes peuvent fonctionner de différentes façons sur les reflex numériques actuels et il est parfois un peu difficile de s’y retrouver. Quelques bases Le flash est un accessoire qui permet, lors de la prise de vue, d’ajouter une source de lumière artificielle d’une température comprise entre 5000 et 6000 Kelvin (la lumière du soleil est de 5400 K). La puissance d’un flash est indiquée en Nombre Guide (NG). Cette valeur est actuellement exprimée par Nikon avec un objectif de 35 mm à 100 ISO. Certains fabricants donnent le NG avec une focale de 105 mm (plus flatteur) ; si le flash est équipé d’un zoom, il s’agit de sa valeur la plus haute. Il est possible de calculer le NG pour une autre sensibilité : Mais également pour plusieurs flashs :

Comment choisir son flash ? La photographie au flash est une pratique ardue, souvent délaissée par les photographes. Mal maîtrisé, le flash écrase les perspectives et donne des résultats décevants. Pourtant, il peut se révéler extraordinaire, quel que soit le genre photographique dans lequel vous exercez ! Le flash embarqué : un gadget ou un incontournable ? Pour commencer, intéressons-nous aux flashes d’appoint embarqués dans certains appareils. Le petit flash d’appoint du Canon EOS 600D et le bouton permettant de le déployer : ne sous-estimez pas ses possibilités ! Cependant, tous les reflex n’en sont pas systématiquement équipés. Les reflex professionnels Canon EOS 1D Mark IV et Nikon D3x sont dépourvus de flash d’appoint. Tous les COI (Compacts à Objectifs interchangeables) ne disposent pas d’un petit flash d’appoint. Le flash escamotable du Pentax Q. En revanche, tous les compacts disposent d’un flash d’appoint situé généralement sur la gauche de l’appareil. Les flashes externes de type cobra • Vos objectifs.

Compact, Bridge, Réflex: qu’est-ce que c’est donc? | Club Photo Boisbriand On m’a plusieurs fois posé la question à savoir quelle était la différence entre compacte, bridge et réflex. Faisons donc le tour de ces trois grandes classes d’appareils ensemble! Je tiens d’abord à vous avertir que cette petite introduction est nécessairement brève et superficielle. Je pense cependant que, dans ses grandes lignes, elle est exacte. Commençons donc: Les Compacts La caractéristique principale d’un appareil compact, c’est justement qu’il est compact. L’organisation physique d’un appareil compact, vu en coupe, donnerait à peu près ceci: Un compact vu en coupe On a une lentille fixe, avec possibilité de focus, parfois même de zoom mais de façon assez limitée, une chambre pour le senseur ou le film, et pas grand-chose d’autre. Les appareils compacts sont généralement relativement peu dispendieux et offrent souvent une résolution élevée, du genre 5 mégapixels et plus. Un exemple d’appareil compact: l’Olympus FE-230: Les Bridges En coupe, un bridge ressemblerait à ceci: Les réflex

Indexer ses photos pour les retrouver Savoir chercher, c'est déjà avoir trouvé... La maxime s'applique bien aux fichiers photos que nous stockons sur notre ordinateur. Leurs noms initiaux ne fournissent aucune donnée sur ce qu'ils contiennent, et il faut impérativement 1/ les renommer et 2/ les stocker dans des dossiers aux titres précis pour avoir une chance de remettre la main sur une photo datant de plusieurs mois ou années. Mais au fil du temps, même avec ce genre de classement, retrouver une photo parmi des milliers devient une véritable gageure ! Surtout si l'on souhaite par exemple retrouver toutes les photos où figure telle personne, prises au bord de la mer ou possédant une dominante rouge... Comment faire ? Le meilleur moyen de faire en sorte qu’une photo soit retrouvée et consultée est de l’indexer convenablement. Sébastien Jean ne parle que des logiciels d'indexation les plus connus des professionnels et amateurs exigeants. Choisir les bons mots-clés

Comment choisir son appareil photo numérique petits rappels et infographie les sources ont-elles été vérifiées ? toutes les sources ont-elles été exploitées ? Ais-je écrit un bon paragraphe ? blog, histoire familiale, monographie, il faut savoir prendre du recul par rapport à ses écrits.Les informations pour mon projet [ma recherche] sont-elles complètes ? les sources, après avoir été vérifiées, doivent être systématiquement citées. Qu'ai-je appris qui pourra me servir plus tard ? une notion de paléographie, la découverte d'un métier ou un point d'organisation pour améliorer sa recherche. Qu'ai-je aimé ou détesté ? qu'est-ce qui a fonctionné ? Quelle note me donnerais-je ? Truffe généalogique ou pas ?

L’exposition Bienvenue sur Apprendre la Photo !Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute lire mon guide qui répond aux 5 problèmes courants des débutants : Cliquez ici pour télécharger le guide gratuitement !Merci de votre visite, et à bientôt sur Apprendre la Photo ! L’exposition est un paramètre technique important dans la réussite (ou non) d’une photo. Note : plus récemment, j’ai réalisé une vidéo courte pour vous expliquer l’exposition. Nous avons donc dit que l’exposition était l’action du rayonnement lumineux. Une photo sur-exposée est une photo où trop de lumière a été captée : elle est « trop claire« . La même photo avec une exposition normale donnera ceci : Attention, j’ai bien dit « normale » et pas « correcte« . Vous l’aurez remarqué, en mode automatique (ne vous cachez pas, on a tous utilisé ce mode !) Sans rentrer dans trop de détails techniques, l’appareil possède des capteurs pour mesurer la luminosité de l’image. L’exposition est influencée par 3 paramètres : La fenêtre

Related: