background preloader

Réseau social d'entreprise : 4 étapes clés à ne pas rater - Journal du Net Solutions

Réseau social d'entreprise : 4 étapes clés à ne pas rater - Journal du Net Solutions
Related:  RSE : Facteurs clés de succèsKNOWLEDGE MANAGEMENTEspaces Collaboratifs : étude

La confiance, indispensable à tout projet de réseau social d'entreprise Les réseaux sociaux externes ont le vent en poupe ; en interne, c’est une autre histoire. Du printemps arabe au mouvement mondial des indignés, les médias sociaux démontrent leur capacité à réunir, fédérer et même co-produire de l’information. Trois fonctions vivement recherchées par les entreprises en cette période d’austérité et de restriction budgétaire. Cependant, certaines études montrent que les utilisateurs restent très méfiants face à tous ces outils, comme l'illustre le baromètre réalisé par l'Idate pour l'Association de l'économie numérique (Acsel) et la Caisse des Dépôts (Les Français, des adeptes méfiants des réseaux sociaux). Attitude d’autant plus forte dans les entreprises où un certain nombre de projets sont à la peine. Quel est donc l’élément manquant pour qu’enfin, dans le monde professionnel, on trouve ce désir de partager et de créer ensemble ? La diffusion des informations sur le réseau, une prise de conscience progressive

Les étapes d’un dispositif Knowledge Management 2.0 Les wikis, les blogs, le social bookmarking et les réseaux sociaux, ainsi que toute la panoplie des nouvelles pratiques et technologies 2.0 sont en train de révolutionner les processus du Knowledge Management. Oui, c’est bien de Knowledge Management dont on parle ! Ce vieux terme (relativement) est toujours là pour nous rappeler qu’au cœur de tous ces dispositifs c’est la connaissance qui est en jeu. C’est bien la connaissance qui est gérée dans ces systèmes, et de diverses manières : elle peut être explicitée, comme elle peut rester implicite dans la tête des genselle peut être structurée, comme elle peut rester librement indexée par des mots clés dans une structure à platelle peut être brute,comme elle peut être valorisée, commentée, mise en contexte et renouveléeelle peut constituer des pages et des pages, comme elle peut être simplement résumée en 140 caractères ! Le wiki est à mon avis l’exemple type du nouveau dispositif KM de l’entreprise. Nous vous recommandons aussi :

Developing the Social Management Team This post was originally published on my personal blog, but I realized that many folks may have missed it. I’ve been around Enterprise 2.0 (or Social Business) for more than 3 yrs now. Since going to my first Enterprise 2.0 conference in 2008, I have been fortunate to be part of one of the most successful deployments of social technology in a large company (Computer World) to date. The approach was not filled with business cases and justification, but instead was largely fed by need and opportunity. As I work with more organizations, I realize that a common trend is emerging. To be honest, at first, I used to think that Middle Management was the enemy (as depicted in the slide below). The fundamental problem seems to be that many managers feel that one of their key responsibilities is to manage information flow up and down the organization. At best their ability to do this is diminishing (if it hasn’t been eliminated completely). Focus on the behavior, not the tool – Tools are for IT.

13 freins et obstacles à l’adoption des Réseaux Sociaux d’Entreprise (#RSE) Tout comme les dispositifs de veille, la mise en place d’un réseau social d’entreprise (RSE) ne s’improvise pas, et nécessite un certain nombre de prérequis pour augmenter les chances de sa réussite et sa viabilité dans le temps pour l’ensemble de l’organisation. Plusieurs freins sont en effet à l’origine de blocages dans l’adoption des RSE malgré les efforts fournis, et ils trouvent majoritairement leur origine dans le rapport de l’entreprise à la notion de collaboration. A ce titre, voici une liste non exhaustive des freins et obstacles fréquemment rencontrés lors de la mise en place d’un RSE. Il est à noter que ces freins ne sont pas complètement indépendants, et majoritairement, c’est un ensemble d’obstacles qui justifient l’échec du projet, et non pas un seul et unique paramètre. La connaissance c’est le pouvoir : certains trouvent et justifient leur légitimité par l’accès à certains types d’informations qu’ils n’ont pas envie de partager, par crainte de perte de pouvoir interne.

10 conseils pour lancer avec succès un Réseau Social d’Entreprise « Zyncro Blog France: le blog de l'Entreprise 2.0 Temps de lecture estimé: 5 minutes Note de l’éditeur: Aujourd’hui nous souhaitons partager avec nos lecteurs l’expérience de la mise en place et des premiers mois suivant l’implémentation d’un Réseau Social d’Entreprise chez CETELEM Espagne par la directrice de la communication interne Sonia Ruiz Moreno. Merci Sonia de partager votre expérience sur Zyncro sur votre blog et sur le nôtre Implémenter un Réseau Social d’Entreprise n’est pas un challenge technologique, c’est un changement culturel que vous devez gérer, pour lequel toute la société doit être impliquée, spécialement la direction qui doit opérer comme moteur du changement vers l’entreprise 2.0. Vous souhaitez en savoir plus ? 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Et vous?

Avis d’expert : Comment mettre en place un espace collaboratif pour devenir une entreprise capitalisante par Pascal Bernardon – Tribune Management Les espaces collaboratifs se développent dans les entreprises mais une réflexion s'impose pour réussir ce changement de méthodes de travail. Les départs massifs à la retraite engendrent une pénurie des talents. Les entreprises prennent peu à peu conscience des pertes de productivité que cela occasionne et des coûts engendrés pour se ré-approprier les connaissances qu'elles détenaient déjà auparavant.Les responsables RH et les responsables métiers mesurent et valorisent le temps nécessaire pour recruter ou réussir la mobilité d'un collaborateur. Le délai avant que ce dernier soit rapidement opérationnel et rentable s'étale généralement entre 3 à 9 mois.Par ailleurs, la complexité des exigences des clients et la concurrence exacerbée mettent en lumière les difficultés à travailler avec les méthodes traditionnelles, à savoir, un travail collectif dans un processus séquentiel. Pour relever ces défis, les entreprises doivent mettre en oeuvre des méthodes de travail collaboratives.

Formation professionnelle : m-learning et serious game ont le vent en poupe « L’Ecole Nomade : J’apprends où je veux, quand je veux » Introduction WapEduc souhaite s’appuyer sur l’exceptionnelle technologie que représente le téléphone portable pour accompagner l’élève, lutter contre l’échec scolaire et contre la fracture numérique. Les besoins des apprenants évoluent, les situations de nomadisme sont fréquentes. WapEduc accompagne l’enseignant et l’élève sur le chemin de la réussite. 1. • Le téléphone portable, objet d’apprentissage. La consultation de WapEduc est envisagée en dehors de l’établissement scolaire (sauf expérimentation en accord avec l’enseignant, comme le podcasting) car l’usage des mobiles y est interdit. On a donc, pour la première fois dans l’histoire de la transmission des connaissances, un objet qui peut permettre aux apprenants de communiquer et de progresser où ils veulent, quand ils le souhaitent. 2. Au delà d’une innovation technologique, WapEduc se présente comme un outil de travail collaboratif entre les enseignants et les élèves. 3. 4.

Emploi : Réseaux sociaux : les entreprises s'y mettent aussi Danone, LVMH, BNP Paribas, Orange ou Alcatel se sont lancés. Mais en général ces plates-formes restent encore avant tout des outils de recrutement. La question n'est plus pourquoi, mais comment? Le top départ date de 2008 et le véritable tournant de fin 2010. Pour autant l'évolution se fait lentement. Si les directions ne le font pas, les collaborateurs passent à l'acte. Nicolas Rolland, directeur de la prospective sociale du groupe Danone, n'est pas convaincu. Présent dans plus de 90 pays, Danone avait un besoin professionnel de développer les relations entre collaborateurs. Sur les 40 000 personnes connectées, 30 000 ont enrichi leur profil et 10 000 l'utilisent régulièrement. Deux enjeux majeurs Chez Orange aussi le RSE est porté par le comité exécutif et sponsorisé par le DRH groupe. Reste un enjeu de taille à réussir pour les entreprises. » Les réseaux sociaux mettent l'info à leur service » Jeunes diplômés: comment doper son réseau

réseau social d’entreprise « Christophe Gazeau Lorsqu’une entreprise envisage de mettre en place un réseau social d’entreprise, son attention peut vite se retrouver focalisée sur la solution digitale proposée par l’éditeur pour outiller la démarche. Les raisons en sont assez simples et aisément compréhensibles : le choix d’une solution technologique représente un engagement qu’on ne prend pas à la légère. On ne choisit pas une solution pour en changer 6 mois plus tard. Pour justifiées que soient ces préoccupations, elles ne doivent pourtant pas occulter d’autres questions tout aussi importantes. Pour les conserver à l’esprit, les responsables d’un projet de réseau social d’entreprise doivent porter leur regard au-delà de la plateforme technologique en elle-même, dans 3 directions ou selon 3 dimensions : 1) La dimension humaine et organisationnelle Dans ce contexte, trop peu d’entreprises imaginent l’impact réel que peut avoir le réseau social d’entreprise sur leur organisation. 2) Au-delà ou en deça des communautés

Outgrow.me : le crowdfunding a désormais sa boutique en ligne Où trouver le gadget dernier cri capable de révolutionner votre quotidien ? La réponse se trouve désormais sur Outgrow.me, une plateforme dont les produits sont tout droit issus du crowdfunding. Le collectif Digitives a décrypté pour vous ce nouveau mode de shopping. A l'origine de cette boutique en ligne atypique, il y a Sam Fellig, un new-yorkais passionné d'innovations high-tech en tous genres. Après avoir endossé le rôle de backer (internaute contribuant financièrement à un projet), il décide de participer encore plus activement à la découverte et promotion de ces innovations qui améliorent notre quotidien en créant un site web dédié aux projets ayant vu le jour grâce aux dons de la communauté. L'idée de créer une boutique en ligne pour ce type de produits semble évidente mais n'avait jusqu'ici jamais été exploitée. Le principe La plateforme offre plusieurs options de navigation : par genre (photographie, cuisine, accessoires high-tech etc.)date d'ajoutordre de prixdisponibilité

Arbre de connaissances Un arbre de connaissances est une représentation des connaissances ; c'est par exemple une représentation imagée et structurée de la somme des richesses que chaque membre apporte à une communauté, selon diverses réalités (connaissances, compétences, opinions, événements, projets, besoins etc.) vécues par un groupe de personnes. Origines[modifier | modifier le code] La société Trivium a été fondée dès 1992 dans la foulée de cette mission. Exemple d'intégration des arbres de connaissances dans un outil décisionnel spécifique aux ressources humaines Trois postulats fondamentaux énoncés par Michel Serres sous-tendent le dispositif. Postulat 1 : « chacun sait » : du fait qu'il a vécu, tout être humain sait quelque chose ; le savoir est une dimension de l'être, indissociable de l'expérience sensible et, de ce fait, singulière à chaque individu. Les arbres de connaissances constituent une nouvelle approche du repérage des connaissances et des compétences dans une communauté de personnes.

Les DRH doivent-ils intégrer la RSE dans leur stratégie ? La société Nielsen a publié une étude sur la perception qu’ont les consommateurs de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). Pour cela, près de 29 000 personnes provenant de 58 pays différents ont été interrogées. L’analyse de cette étude révèle que la moitié des consommateurs veulent récompenser les entreprises qui appliquent une démarche de RSE. L’Europe : dernière de la classe en RSE Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’Europe et plus particulièrement la France ne se soucient pas beaucoup de la RSE. Seulement 31 % des Français interrogés se révèlent sensibles à la RSE alors qu’en Inde, en Indonésie, en Thaïlande et aux Philippines, plus des deux tiers des personnes accepteraient de payer plus pour des produits provenant d’entreprises fortement engagées dans cette problématique. Les plus mauvais élèves européens seraient la France, la Hollande, la Belgique et la Finlande. Les consommateurs montrent un intérêt croissant pour la RSE .Gwenaëlle de Parlons RH

Rendez visuel votre réseau social d’entreprise ! « Christophe Gazeau S’il est un mérite que beaucoup s’accordent à reconnaître à Pinterest, Instagram & consorts, c’est celui d’avoir montré à quel point les images sont une source de valeur inédite dans l’économie digitale telle qu’elle existe aujourd’hui (à savoir à la fois numérique, en réseau, sociale, mobile… et de plus en plus tactile). Certes, on savait avant ces réseaux sociaux à quel point nous sommes attirés par les images : le règne de la télévision, par exemple, nous l’a assez montré. Mais dans le contexte digital, Pinterest, notamment, a su révéler à quel point il pouvait être facile d’extraire les images de leur contexte d’usage (par exemple en tant qu’illustration d’un article), sans pour autant en perdre l’intérêt ni la compréhension, et bien au contraire les faire rentrer dans un nouveau cycle d’usages, de contextes, de collections, qui sont autant de contributions à la signification et à la valeur de chaque image. L’interface de Pinterest La nouvelle interface de eBay, inspirée de Pinterest

Related: