background preloader

Clearstream 2

Clearstream 2
Related:  [surplus temp]

Clearstream 1 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. D'après les défenseurs de Clearstream, aucune preuve de ces allégations n'avait été apportée. Clearstream n'a pas été créée pour le blanchiment d'argent et d'après eux aurait toujours uniquement servi à faciliter le règlement livraison des euro obligations. Aucune enquête judiciaire n'a établi que Cedel International, devenu Clearstream, ait mis en place un système de transactions ­occultes et des comptes secrets utilisés par des banques délictueuses ou des personnes privées. Plus de 60 procès ont été intentés à Denis Robert. Les accusations de « Révélations »[modifier | modifier le code] L'accusation de Denis Robert et Ernest Backes repose sur quatre points: En mars 2001, Denis Robert et Ernest Backes ont présenté leurs travaux à l'intergroupe "Capital Tax, Fiscal Systems and Globalization" du Parlement européen ainsi qu'à l'Assemblée nationale (mission parlementaire de Vincent Peillon et Arnaud Montebourg).

Clearstream Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Clearstream Logo de Clearstream Depuis 2001, elle est au centre d'une affaire financière, industrielle et internationale, l'affaire Clearstream 1, et en 2006, au cœur d'une affaire politico-financière, l'affaire Clearstream 2. Description[modifier | modifier le code] Historique[modifier | modifier le code] Clearstream a été créé en 1971 sous le nom de CEDEL. Les clients de Clearstream qui sont des banques ou des institutions financières et quelques entreprises (4 en 2006), ouvrent un compte en Clearstream par lequel seront réglées/livrées leurs transactions avec leur contrepartie elle-même banque ou institution financière. En janvier 2000, elle est devenue Clearstream par la fusion de Cedel International et Deutsche Börse Clearing, une filiale de Deutsche Börse Group, propriétaire de la bourse de Francfort qui en détient 50 %. Affaires judiciaires[modifier | modifier le code] Clearstream 1[modifier | modifier le code]

Comprendre l'affaire Karachi en trois minutes Bonjour, et bienvenue sur Le Monde.fr Pour permettre à nos 400 journalistes de vous apporter chaque jour une information de qualité, fiable, variée, et pour pouvoir continuer à vous proposer des services innovants et performants, nous devons pouvoir compter sur les revenus de la publicité. Bonne lecture sur nos pages Vous appréciez les contenus du Monde.fr ? Je désactive mon bloqueur de publicité Regardez comment faire Découvrez notre Édition abonnés Vous pouvez profiter d’un confort de lecture optimal grâce à l’Edition abonnés et accéder à un contenu éditorial enrichi sur ordinateur, mobile et tablette Je m’abonne Déjà abonné ? Je poursuis ma navigation

Affaire des frégates d'Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’affaire des frégates d’Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan, communément désignée sous diverses appellations dans la presse et notamment sous le nom d'« affaire Karachi », est une affaire politico-financière qui concerne deux contrats d’armement signés en 1994. Le premier prévoyait la vente par la France de frégates à l’Arabie saoudite et le second celle de sous-marins au Pakistan ; ces contrats sont soupçonnés d’avoir donné lieu à des rétrocommissions qui auraient financé la campagne d’Édouard Balladur à l’élection présidentielle de 1995. La vente des sous-marins et des frégates[modifier | modifier le code] Le 21 septembre 1994, un contrat prévoit la fourniture de trois sous-marins de classe Agosta au Pakistan; il est signé par François Léotard, ministre de la Défense du Gouvernement Balladur, et son homologue pakistanais pour une somme de 5,4 milliards de francs[2]. L'attentat du 8 mai 2002 à Karachi[modifier | modifier le code]

Clearstream : Sarkozy a-t-il laissé la "machination" s'emballer Charles Pasqua et Nicolas Sarkozy à Paris en jun 2009 (Francois Mori/Reuters). En attendant que le procès en correctionnelle débute le 21 septembre, l’affaire Clearstream continue de connaître ses développements multiples hors des prétoires. Le Parisien publie ce mardi un extrait du procès-verbal de Charles Pasqua, qui remonte au 25 septembre 2006. L’ancien ministre de l’Intérieur est entendu dans le bureau des juges en qualité de partie civile. « Il m’avait indiqué qu’il savait qu’une machination était montée contre lui. (...) « Le jeu de secret, c’était de monter une cabale contre Nicolas Sarkozy » Là réside une des clés du procès à venir. « Le jeu de secret, c’était de monter une cabale contre Nicolas Sarkozy. « Premier trimestre de l’année 2004 », selon Charles Pasqua ; « février ou mars 2004 », pour Imad Lahoud. « Les magistrats ne pousseront pas davantage leurs investigations » Photo : Charles Pasqua et Nicolas Sarkozy à Paris en juin 2009 (Francois Mori/Reuters).

Gladio-Luxembourg : Juncker contraint de démissionner Inamovible Premier ministre du Luxembourg depuis 18 ans, Jean-Claude Juncker a présenté sa démission au Grand duc à l’issue de 7 heures de débats à la Chambre des députés. Des élections législatives anticipées devraient être convoquées. M. Juncker, démocrate-chrétien, a été lâché par ses alliés socialistes. La Chambre examinait, le 10 juillet 2013, le rôle du Premier ministre dans la gestion des services secrets, suite à la publication, le 5 juillet, du rapport de la Commission d’enquête sur le SREL. Les parlementaires ont fait mine de croire que le Gladio avait effectivement été dissous en 1990 et que les agissements ultérieurs du SERL étaient une dérive explicable par un manque de supervision du Premier ministre. Sur le même sujet : « Luxembourg : Jean-Claude Juncker refuse de démissionner pour le Gladio », Réseau Voltaire, 10 juillet 2013

Clearstream, la finance occulte révélée au grand jour par Denis Robert Un conseil aux lecteurs : sauvez-là bien cette émission. C’est une série de 6 documentaires qui passe sur France 5 le Dimanche soir (les 2 premiers épisodes ont été diffusé dimanche dernier). Et les sujets traités vont bien au delà de la seule affaire Clearstream. Les contrats d’armements sulfureux sur lesquels les affaires sortent maintenant sont traités et expliqués de manière très claire. L’histoire du documentaire est assez édifiante. Puis finalement c’est France Television qui a accepté le projet, en fait l’ancienne direction. Pour les 4 derniers épisodes, c’est le Dimanche Soir à 20H30. Il y a aussi un site Web pour appuyer le documentaire qui est assez intéressant à consulter.

Affaire des frégates de Taïwan Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les commissions (payées in fine par l’État taïwanais) étaient explicitement interdites dans le contrat de vente ; les bénéficiaires n’ont jamais été inquiétés et ce sera la France qui remboursera cette somme en 2011. En France, une enquête fut ouverte à propos des rétrocommissions (interdites par la loi), mais les juges se sont vus opposer le secret défense par les gouvernements de droite comme de gauche. La vente des frégates[modifier | modifier le code] Contexte[modifier | modifier le code] Île de Taïwan. Drapeau de la République de Chine (Taïwan). Thomson-CSF est une entreprise française d’électronique professionnelle créée en 1968, nationalisée en 1982. La direction des constructions navales (aujourd’hui DCNS) est une entreprise publique chargée de la construction des navires et sous-marins militaires. Contrat de vente[modifier | modifier le code] Intermédiaires, commission et rétrocommission[modifier | modifier le code]

manipulation médiatique Après les attaques de Jean-Claude Marin au micro d’Europe 1 la semaine dernière, c’est au tour d’Imad Lahoud de charger l’ancien Premier Ministre dans le Journal Du Dimanche à la veille du procès. Une nouvelle illustration de l’aspect purement politique de l’affaire. Lagardère charge Villepin A l’origine déjà, le timing de l’affaire Clearstream était suspect. En effet, il est déjà extrêmement choquant que Jean-Claude Marin se soit exprimé publiquement sur l’affaire en mettant lourdement en cause Dominique de Villepin. Un procès de Moscou à Paris Même le tribunal de Nanterre a jugé récemment qu’il y avait une asymétrie anormale dans ce procès entre l’accusé, Dominique de Villepin, et le plaignant, Nicolas Sarkozy, dans la mesure où le locataire de l’Elysée ne peut pas être inquiété par la justice, du fait de son immunité. Il est temps que cette farce, qui dure depuis plus de trois ans, se termine. L’addition de tous ces points amène à s’interroger sur Clearstream.

Related: