background preloader

Affaire Clearstream 2

Affaire Clearstream 2
Related:  [surplus temp]

Affaire des frégates de Taïwan Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les commissions (payées in fine par l’État taïwanais) étaient explicitement interdites dans le contrat de vente ; les bénéficiaires n’ont jamais été inquiétés et ce sera la France qui remboursera cette somme en 2011. En France, une enquête fut ouverte à propos des rétrocommissions (interdites par la loi), mais les juges se sont vus opposer le secret défense par les gouvernements de droite comme de gauche. La vente des frégates[modifier | modifier le code] Contexte[modifier | modifier le code] Île de Taïwan. Drapeau de la République de Chine (Taïwan). Thomson-CSF est une entreprise française d’électronique professionnelle créée en 1968, nationalisée en 1982. La direction des constructions navales (aujourd’hui DCNS) est une entreprise publique chargée de la construction des navires et sous-marins militaires. Contrat de vente[modifier | modifier le code] Intermédiaires, commission et rétrocommission[modifier | modifier le code]

Révélation$ Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Révélation$ est un livre du journaliste Denis Robert et de Ernest Backes publié en aux éditions Les Arènes (455 pages) (ISBN 2912485282). Le thème[modifier | modifier le code] Les listings de Clearstream[modifier | modifier le code] Des 'sources' (apparemment Florian Bourges) ont communiqué à Denis Robert des listings informatiques de comptes ouverts chez Clearstream. La chambre de compensation luxembourgeoise n'en a jamais contesté l'authenticité et a porté plainte pour viol du secret bancaire.Ces fichiers recensent les principales banques du monde entier utilisatrices du système informatique de compensation mis en place par Clearstream. Les comptes de personnes physiques[modifier | modifier le code] En tant que chambre de compensation, Cedel International et Clearstream ne devraient avoir que des comptes de banques ou d'établissement financier. Parties[modifier | modifier le code] Le livre comporte trois parties : Surprise d'octobre

Affaire Clearstream 1 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. D'après les défenseurs de Clearstream, aucune preuve de ces allégations n'avait été apportée. Clearstream n'a pas été créée pour le blanchiment d'argent et d'après eux aurait toujours uniquement servi à faciliter le règlement livraison des euro obligations. Aucune enquête judiciaire n'a établi que Cedel International, devenu Clearstream, ait mis en place un système de transactions ­occultes et des comptes secrets utilisés par des banques délictueuses ou des personnes privées. Plus de 60 procès ont été intentés à Denis Robert. Les accusations de « Révélations »[modifier | modifier le code] L'accusation de Denis Robert et Ernest Backes repose sur quatre points: En mars 2001, Denis Robert et Ernest Backes ont présenté leurs travaux à l'intergroupe "Capital Tax, Fiscal Systems and Globalization" du Parlement européen ainsi qu'à l'Assemblée nationale (mission parlementaire de Vincent Peillon et Arnaud Montebourg).

Comprendre l'affaire Karachi en trois minutes Bonjour, et bienvenue sur Le Monde.fr Pour permettre à nos 400 journalistes de vous apporter chaque jour une information de qualité, fiable, variée, et pour pouvoir continuer à vous proposer des services innovants et performants, nous devons pouvoir compter sur les revenus de la publicité. Bonne lecture sur nos pages Vous appréciez les contenus du Monde.fr ? Je désactive mon bloqueur de publicité Regardez comment faire Découvrez notre Édition abonnés Vous pouvez profiter d’un confort de lecture optimal grâce à l’Edition abonnés et accéder à un contenu éditorial enrichi sur ordinateur, mobile et tablette Je m’abonne Déjà abonné ? Je poursuis ma navigation

Affaire des frégates d'Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’affaire des frégates d’Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan, communément désignée sous diverses appellations dans la presse et notamment sous le nom d'« affaire Karachi », est une affaire politico-financière qui concerne deux contrats d’armement signés en 1994. Le premier prévoyait la vente par la France de frégates à l’Arabie saoudite et le second celle de sous-marins au Pakistan ; ces contrats sont soupçonnés d’avoir donné lieu à des rétrocommissions qui auraient financé la campagne d’Édouard Balladur à l’élection présidentielle de 1995. La vente des sous-marins et des frégates[modifier | modifier le code] Le 21 septembre 1994, un contrat prévoit la fourniture de trois sous-marins de classe Agosta au Pakistan; il est signé par François Léotard, ministre de la Défense du Gouvernement Balladur, et son homologue pakistanais pour une somme de 5,4 milliards de francs[2]. L'attentat du 8 mai 2002 à Karachi[modifier | modifier le code]

Rien compris à l'affaire Karachi ? On reprend de zéro Hortefeux, Balladur, Copé, Bazire, Gaubert, Sarkozy... leurs noms sont associés à l’attentat de Karachi. Que leur reproche-t-on ? Que risquent-ils ? Jacques Chirac rend hommage aux onze Français morts lors de l’attentat de Karachi à Cherbourg, le 13 mai 2002 (Charles Platiau/Reuters) A l’origine, un attentat suicide fait quatorze morts Le 8 mai 2002, vers 8 heures, les employés français de la Direction des constructions navales (DCNS) en poste à Karachi, où ils participent à la conception de sous-marins Agosta vendus par la France au Pakistan, partent à leur travail. Comme chaque matin, un bus de la marine pakistanaise est passé les prendre dans leurs hôtels respectifs. L’explosion est « si violente qu’une phalange est retrouvée à près de 70 mètres de là », écrit L’Express à l’époque. Le jour-même à Paris, le gouvernement Raffarin prend ses fonctions. D’abord, la piste d’Al-Qaeda Trois jours après l’attentat, le patron du parquet antiterroriste de Paris est à Karachi. Takieddine :

Denis Robert Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Portrait de Denis Robert en 2012 (Photo: NR, agence Poppy) Denis Robert en juin 2011 au Grand-Duché de Luxembourg lors du vernissage d'une exposition (Photo: François Besch) Ses livres, films et interviews à la presse, dénonçant le fonctionnement opaque de la chambre de compensation financière Clearstream, lui ont valu de nombreuses procédures judiciaires (une soixantaine) intentées contre lui en France, en Belgique et au Luxembourg, par des banques comme Menatep (une banque russe), la Banque Générale de Luxembourg (filiale de Fortis) et bien sûr la société Clearstream. Il a été, en 2008, au cœur d'une polémique qui l'a opposé à l'ancien patron du journal Charlie Hebdo, Philippe Val et au journaliste Edwy Plenel. Biographie[modifier | modifier le code] Fin 1997, Denis Robert cherche également à dénoncer les conséquences de ce qu'il appelle la "machine" (le système économique capitaliste) pour les plus démunis.

Clearstream Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Clearstream Logo de Clearstream Depuis 2001, elle est au centre d'une affaire financière, industrielle et internationale, l'affaire Clearstream 1, et en 2006, au cœur d'une affaire politico-financière, l'affaire Clearstream 2. Description[modifier | modifier le code] Historique[modifier | modifier le code] Clearstream a été créé en 1971 sous le nom de CEDEL. Les clients de Clearstream qui sont des banques ou des institutions financières et quelques entreprises (4 en 2006), ouvrent un compte en Clearstream par lequel seront réglées/livrées leurs transactions avec leur contrepartie elle-même banque ou institution financière. En janvier 2000, elle est devenue Clearstream par la fusion de Cedel International et Deutsche Börse Clearing, une filiale de Deutsche Börse Group, propriétaire de la bourse de Francfort qui en détient 50 %. Affaires judiciaires[modifier | modifier le code] Clearstream 1[modifier | modifier le code]

Clearstream, la finance occulte révélée au grand jour par Denis Robert Un conseil aux lecteurs : sauvez-là bien cette émission. C’est une série de 6 documentaires qui passe sur France 5 le Dimanche soir (les 2 premiers épisodes ont été diffusé dimanche dernier). Et les sujets traités vont bien au delà de la seule affaire Clearstream. Les contrats d’armements sulfureux sur lesquels les affaires sortent maintenant sont traités et expliqués de manière très claire. L’histoire du documentaire est assez édifiante. Puis finalement c’est France Television qui a accepté le projet, en fait l’ancienne direction. Pour les 4 derniers épisodes, c’est le Dimanche Soir à 20H30. Il y a aussi un site Web pour appuyer le documentaire qui est assez intéressant à consulter.

Related: