background preloader

Le boom des cours gratuits sur Internet à l'université

Le boom des cours gratuits sur Internet à l'université
Retraités, salariés… Plus besoin d'aller sur les bancs de la fac pour s'instruire. Toutes les universités ont désormais un site Web dédié à l'enseignement (www.universites-numeriques.fr). La plupart ont décidé de faire en sorte que leurs ressources pédagogiques soient de plus en plus souvent rendues publiques. Selon le ministère de l'Enseignement supérieur, qui a financé la formation de deux mille enseignants en la matière, le volume de cours disponibles en fichiers podcast numérisés, vidéo ou audio, a triplé entre 2009 et 2010, passant de 12.000 à 30.000 heures. «Ce chiffre a sans doute encore doublé depuis», assure le responsable des nouvelles technologies d'une université parisienne. Au point que les enseignants sont régulièrement contactés par des passionnés… qui ne sont plus étudiants depuis longtemps. Marché noir Les leçons rendues accessibles au grand public sont généralement adaptés. «L'idée de partager mes cours me plaît» «Une aventure positive»

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/02/12/01016-20120212ARTFIG00205-universite-le-boom-des-cours-gratuits-sur-internet.php

Related:  un media de masse peut-il favoriser l'accès à une culture savante-learningDocs généralistes / articles

Patrimoine et télévision L’association culture et télévision a fait pendant un temps l’objet d’un consensus chez les personnels de la télévision, que partageaient aussi les spectateurs, la “télévision culturelle” constituant une sorte de doctrine des professionnels, et le sujet a fait l’objet d’une bonne bibliographie. En 2013, l’association culture et télévision semble moins aller de soi. Or l’évolution qui conduit non de l’hégémonie de la culture à la télévision mais de sa forte représentation à sa disparition progressive, est une forme d’obsession des observateurs de ce média chez certains universitaires et une certaine critique. Les fondements de cette interrogation sur la place de la culture à la télévision la rendent légitime, mais il y a beaucoup de choses à déconstruire des représentations de la culture à la télévision pour que le débat ne se réduise pas à un propos caricatural. Ce billet a été inspiré par la relecture de mes notes de l’ouvrage d’Isabelle Veyrat-Masson[1] :

Dix projets d’e-éducation sélectionnés pour les investissements d’avenir L’appel à projets « Technologies de l’e-éducation » a abouti à la désignation de dix projets, qui bénéficieront d’une aide de 8,3 millions d’euros, soit la moitié de leur montant. Le gouvernement annonce (PDF) ce mardi que dix projets coopératifs de recherche et développement dans le domaine de l’e-éducation ont été sélectionnés parmi 55 projets candidats. « Retenus en raison de leur caractère innovant et de leurs perspectives économiques, ces projets représentent un montant total de près de 16,5 millions d’euros. Ils bénéficieront d’une aide totale de 8,3 millions d’euros du programme d’Investissements d’Avenir. Les aides apportées à chaque projet s’échelonneront de 445.000 euros à 1,36 million d’euros.

archeologie Archéologie - Histoire - L'archéologie est aujourd'hui une science reconnue avec ses professionnels, ses techniques, ses méthodes et ces bénévoles qui, dans un strict respect du site et de ce qu'il contient, mettent à jour une part de notre passé. Mais l'archéologie a longtemps été l'objet de la convoitise des hommes, le moyen de valoriser sa propre personne sans méthodes adaptées, sans considération parfois pour le site fouillé. L'archéologie ne commence vraiment à se développer qu'au cours du XVIIIe siècle grâce à un événement dont la portée sera gigantesque. En 1732, une paysanne italienne se prend les pieds dans une pierre effleurant de la terre. Il s'agit de la partie visible de l'un des sites archéologique les mieux conservés au monde : Pompéï et Herculanum, deux cités romaines.

Université : vers de nouveaux entrepôts de cours ouverts Le programme Open CourseWare (Wikipédia) du Massachusetts Institute of Technology, lancé en 2001 et ouvert en 2003 a été un modèle imité depuis par de nombreuses universités de par le monde – et non des moindres. Ce sont désormais plus de 200 universités et plus de 13 000 cours qui sont librement accessibles en ligne via le consortium Open CourseWare, comme s’en félicitait le MIT en avril dernier en fêtant les 10 ans de son programme. Reste que pour l’essentiel, ce matériel se compose de vidéos, de présentations et de textes. S’il est un répertoire de connaissance sans égal, il ne permet pas d’acquérir de diplômes et propose rarement des exercices interactifs pour mieux appréhender les notions que les professeurs dispensent. Est-ce que cela serait en train de changer ? Le 10 octobre, Peter Norvig et Sebastian Thrun, deux spécialistes de l’intelligence artificielle de l’université de Stanford, vont se lancer dans une nouvelle forme de cours gratuits en ligne.

L'Etat soutient une plate-forme de cours universitaires sur Internet 01net. le 02/10/13 à 16h19 La première plate-forme française de cours universitaire en ligne (Mooc, massive online open course) ouverte à tous, va être créée. Elle bénéficie le soutien politique et financier du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, dans le cadre de l'initiative France université numérique.

Guide du travail collaboratif à distance NetPublic évoquait en février 2012 une formation en ligne gratuite sur le travail collaboratif à distance sous la forme d’une auto-formation en ligne proposée par Isabelle Gonon (CNAM Paris). Ce module vise à définir avec précision et à différencier les notions de travail collaboratif, communauté virtuelle et réseau social. A l’issue de cette séquence pédagogique, l’apprenant est capable de mettre en oeuvre une méthode de travail collaboratif en situation de formation et de faire un choix raisonné d’outils à utiliser. En complément de cette formation, Isabelle Gonon a mis à disposition en libre téléchargement le Guide du travail collaboratif à distance (en pdf, 30 pages). Méthodologie de projet Ce guide reprend les différents éléments de la formation afin de comprendre et d’apprendre à travailler dans un mode collaboratif en ligne.

DO-IN en pratique Qu'est-ce que le Do-in? Le Do-in est une pratique ancestrale au service de la santé. C'est un massage que l'on effectue sur soi-même, au travers des vêtements, pour améliorer le métabolisme, favoriser la conscience de soi et le bien-être. Pratiqué avec de légères pressions des doigts et de mouvements effectués dans le but de régulariser le flux d'énergie vitale qui passe dans l'esprit de l'apprenant, il permet de modérer ou de restaurer l'énergie qui circule dans le corps, mais aussi d'activer et d'augmenter les capacités d'apprentissage sur le plan intellectuel. L'avantage du Do-in repose dans le fait qu'il est pratiqué sur son propre corps, qu'il ne nécessite aucun accessoire extérieur, ni connaissance technique.

Médias de masse Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Naissance du concept[modifier | modifier le code] Le terme a été créé dans les années 1920. Dans un premier temps, du fait des techniques employées, les médias de masse se caractérisent par une logique "push" c'est-à-dire que l'information est poussée par un émetteur vers des destinataires, à grande échelle, d'où un coût par contact très faible pour l'annonceur. Ainsi la télévision est considérée comme le média de masse par excellence. Le sociologue Marshall McLuhan[1], présente le phénomène « des médias de masse » sous quatre caractéristiques principales :

Related: