background preloader

Thomas d'Aquin

Thomas d'Aquin
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Thomas d'Aquin Théologien et philosophe occidental Théologie et philosophie médiévale Thomas d'Aquin (né en 1224/1225 au château de Roccasecca près d'Aquino, en Italie du Sud, mort le à l'abbaye de Fossanova près de Priverno dans le Latium), est un religieux de l'ordre dominicain, célèbre pour son œuvre théologique et philosophique. De son nom dérivent les termes : « thomisme » / « thomiste » : concerne l'école ou le courant philosophico-théologique qui se réclame de Thomas d'Aquin et en développe les principes au-delà de la lettre de son expression historique initiale ;« néo-thomisme » : courant de pensée philosophico-théologique de type thomiste, développé à partir XIXe siècle pour répondre aux objections posées au christianisme catholique par la modernité ;« thomasien » : ce qui relève de la pensée de Thomas d'Aquin lui-même, indépendamment des développements historiques induits par sa réception. Biographie[modifier | modifier le code] Related:  Philosophes - psychanalystes (H)

Aristote Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aristote (Ἀριστοτέλης) Philosophie grecque Antiquité Portrait d'après un original en bronze de Lysippe. Véritable encyclopédiste, il s'est beaucoup intéressé aux arts (musique, rhétorique, théâtre) et aux sciences (physique, biologie, cosmologie) de son époque ; il en théorisa les principes et effectua des recherches empiriques pour les appuyer. Son époque est marquée par le renouveau du royaume de Macédoine et le déclin de l’influence de la démocratie athénienne. Biographie[modifier | modifier le code] Buste d'Aristote. Les années de jeunesse[modifier | modifier le code] Vers -367, alors âgé de 17 ans, il est envoyé à l’Académie de Platon[6]. La maturité[modifier | modifier le code] Il s’intéresse alors à la vie politique locale mais ne peut y participer du fait de son statut de métèque (« étranger » à la cité). En -338 Philippe II de Macédoine soumet Athènes où Aristote revient en -335. La formation du lycée[modifier | modifier le code]

Ernst Mach Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Mach. Ernst Mach Ernst Mach en 1900 Ernst Mach (né le et mort le ) est un physicien et philosophe autrichien. Biographie[modifier | modifier le code] Ernst Mach est né à Chirlitz-Turas, près de Brno, en République tchèque actuelle. Ses premiers travaux portèrent sur l’effet Doppler, l'optique et l'acoustique. En 1895, Mach retourne à l’université de Vienne en tant que titulaire de la chaire de philosophie des sciences inductives, nouvellement créée pour lui, et qu’il nomma « Histoire et théorie des sciences inductives ». Il meurt le à Haar, près de Munich, en Allemagne. Physique[modifier | modifier le code] Ces recherches sont rapidement suivies d'importantes découvertes dans le domaine des vitesses supersoniques. Psychologie de la perception[modifier | modifier le code] Philosophie des sciences[modifier | modifier le code] Les citations ci-dessous sont extraites des écrits de Mach pour illustrer sa philosophie.

Franz Brentano Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Brentano. Franz Brentano Philosophe germanique XIXe siècle Franz Brentano était le neveu du poète et romancier allemand Clemens Brentano et de sa sœur Bettina von Arnim. Bibliographie originale[modifier | modifier le code] Zukunft der Philosophie, éd. Bibliographie en français[modifier | modifier le code] F. Notes et références[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code] Sur les autres projets Wikimedia : Franz Brentano, sur Wikimedia Commons

Diogène de Sinope Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Diogène. Diogène de Sinope Philosophe grec Antiquité Disciple de Xéniade, il devient le maître entre autres de Zénon de Cition et de Monime de Syracuse. La masse d'anecdotes légendaires sur Diogène de Sinope montre en tout cas que le personnage a profondément marqué les Athéniens. Diogène avait l'art de l'invective et de la parole mordante. Vie[modifier | modifier le code] Plusieurs anecdotes témoignent de son mépris des richesses et des conventions sociales. On l'aurait également vu parcourir les rues d'Athènes en plein jour, une lanterne à la main, déclarant à ceux qui lui demandaient ce qu'il faisait : « Je cherche un homme. »[7] (parfois traduit « Je cherche l'homme » ou « Je cherche un vrai homme »). Diogène a d'abord vécu en homme libre, mais il se dirigeait vers Égine en bateau, quand ce dernier fut pris par des pirates. La rencontre de Diogène et d'Alexandre. Œuvre et pensée[modifier | modifier le code]

Léon Brunschvicg Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Biographie[modifier | modifier le code] Léon Brunschvicg est élève d'Alphonse Darlu au lycée Condorcet, comme Marcel Proust qu'il a côtoyé en outre dans l'adolescence[1]. Il se fait connaître entre 1900 et 1940 comme un philosophe idéaliste, voire intellectualiste ; il est le représentant de ce que l'on a appelé le courant idéaliste français. Il est nommé professeur à la Sorbonne en 1909, où il enseigne pendant trente ans. Il participe en 1929 au deuxième cours universitaire de Davos, avec de nombreux autres intellectuels français et allemands. Il est président, à partir de 1932, de l'Académie des sciences morales et politiques. Sous l'Occupation, Brunschvicg doit quitter son poste à la Sorbonne et se réfugier en zone libre pour échapper aux nazis qui le traquent en raison de ses origines juives. Il meurt en janvier 1944 à l'âge de 74 ans. Œuvre[modifier | modifier le code] Critique[modifier | modifier le code] Ouvrages[modifier | modifier le code]

Vladimir Jankélévitch Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vladimir Jankélévitch Philosophe français Philosophie contemporaine Vladimir Jankélévitch est un philosophe et musicologue français, né à Bourges le et mort à Paris le . Biographie[modifier | modifier le code] Vladimir Jankélévitch est né dans une famille d'intellectuels russes qui avait fui les pogroms antisémites dans leur pays. Reçu premier à l’agrégation en 1926, Jankélévitch part pour l'Institut français de Prague l'année suivante. Dès le mois de janvier 1940, il entre dans la clandestinité à Toulouse où il passera les années de guerre (sous plusieurs identités dont celle d’André Dumez). Il retrouve en octobre 1947 son poste de professeur à la Faculté de Lille. En 1979, lors des États Généraux de la philosophie qui se sont tenus à la Sorbonne, il a puissamment contribué, avec Jacques Derrida, à sauver l'enseignement de la philosophie en Terminale en France[2]. Sa pensée[modifier | modifier le code] Anecdotes[modifier | modifier le code]

Slavoj Žižek Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Slavoj Žižek Philosophe occidental Époque contemporaine Slavoj Žižek (prononciation : /slaˈvɔj ʒiˈʒɛk/), né le 21 mars 1949 à Ljubljana, en Slovénie, est un philosophe slovène de tradition continentale. Formé en Slovénie et en France, il est chercheur en 2012 à l'Institut de sociologie de l'université de Ljubljana et est régulièrement invité dans des universités étrangères, particulièrement aux États-Unis (Columbia, Princeton, New School for Social Research, New York et Michigan). Il est connu pour son utilisation des travaux de Jacques Lacan sous l'angle de la culture populaire ainsi que pour ses analyses de Hegel. Personnalité des mouvements alternatifs slovènes, il s'est présenté en 1990 comme candidat du parti Démocratie libérale slovène (Liberalna Demokracija Slovenije, centriste) à la première élection présidentielle libre qui a précédé l'indépendance de son pays en 1991. Vie et œuvre[modifier | modifier le code] Thèse de doctorat

Henri Lefebvre Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Lefebvre. Henri Lefebvre Henri Lefebvre en 1971 Œuvres principales La Vie quotidienne dans le monde moderne (1968)Le droit à la ville (1968)Du rural à l'urbain (1970)La Révolution urbaine (1970)La Production de l'espace (1974) Biographie[modifier | modifier le code] Il a étudié la philosophie à la Sorbonne, diplômé en 1920. Son évolution au cours des années 1950 concernant la théorie marxiste, en particulier son rejet sans concession du stalinisme, lui vaut d’être exclu du PCF en 1958. En 1960, il signe le manifeste des 121 pour le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie. En 1962, il devient professeur de sociologie à l'Université de Strasbourg, puis à l'Université de Paris X-Nanterre de 1965 à 1968. Dans son hommage, le magazine Radical Philosophy écrit : « Le plus prolifique des intellectuels marxistes français, est décédé dans la nuit du 28 au 29 juin 1991, peu après son 90e anniversaire.

François Châtelet (philosophe) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. François Châtelet, né le à Paris[1] et mort le à Paris[1], est historien de la philosophie, philosophe politique et penseur de l'histoire français. Il est l'époux de la philosophe Noëlle Châtelet, sœur de Lionel Jospin. Élève du lycée Faidherbe[2] de Lille, il devient agrégé de philosophie en 1948[1] et docteur ès lettres en 1961[1]. Il fut, avec Michel Foucault et Gilles Deleuze, à l'origine du Département de philosophie du Centre universitaire expérimental de Vincennes dite Université de Vincennes, future Université de Paris VIII, le cofondateur du Collège international de philosophie et professeur à l'Institut supérieur des carrières artistiques (ICART).

Ludwig Binswanger Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ludwig Binswanger ( à Kreuzlingen – dans la même ville) est un psychiatre suisse. Biographie[modifier | modifier le code] Ludwig Binswanger descend d'une famille de médecins : son grand-père (aussi nommé Ludwig Binswanger) avait fondé en 1857 le « Sanatorium Bellevue » de Kreuzlingen et son oncle Otto Binswanger (1852-1929) était professeur de psychiatrie à l'Université d'Iéna. Jusqu'à la fin des années 1950, Binswanger se réclame particulièrement de Heidegger, avant de revenir à son maître Husserl, et peut-être à travers lui à ses lectures kantiennes. Œuvres[modifier | modifier le code] En français[modifier | modifier le code] Par ordre chronologique Bibliographie[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code]

Related: