background preloader

P.A.Taguieff théoricien& propagandiste

P.A.Taguieff théoricien& propagandiste
Related:  indigenisme / anticoloniaux / afrocentrisme

La RÈGLE du "JE" A propos de second degré... Tout va bien ! Aux défenseurs du Grand Israël Cher militant de notre grand projet, tout va bien, l’avenir s’annonce radieux ! Après plus de 60 ans d’efforts, notre conquête du territoire palestinien sera bientôt complète. Le plan de nettoyage ethnique que nous avions élaboré et lancé en 1948 est en bonne voie de finition. Avec le soutien actif des USA, notre indéfectible allié, et la collaboration silencieuse des pays européens, nous sommes devenus – et de loin – la plus grande puissance militaire du Moyen-Orient et la 6ème puissance nucléaire du monde ! Mais avant tout, n’oubliez pas que tout antisioniste est un antisémite ! A propos du sionisme Depuis la fondation de notre mouvement à la fin du XXème siècle, les critiques n’ont pas manqué et des traîtres comme Albert Einstein et Hanna Arendt ont même osé, en compagnie d’une bonne vingtaine d’intellectuels juifs renégats, affirmer que notre idéologie était fasciste. Vive Ben Gourion ! A propos de l’apartheid Source

Pierre-André Taguieff : "Ce pseudo-antiracisme rend la pensée raciale acceptable" Marianne : Comment définissez-vous le « nouvel antiracisme » ? Pierre-André Taguieff : Il est victimaire et identitaire, et rompt avec la tradition du combat contre les préjugés raciaux fondé sur l’universalisme des Lumières. Il dérive de la définition antiraciste du racisme fabriquée par des militants afro-américains révolutionnaires à la fin des années 1960, et connue sous diverses dénominations : « racisme institutionnel », « racisme structurel » ou « racisme systémique ». Il ne s’agit pas d’une conceptualisation du racisme, mais d’une arme symbolique qui consiste à réduire le racisme au racisme blanc censé être inhérent à la « société blanche » ou à la « domination blanche », celle-ci étant la seule forme de domination raciale reconnue et dénoncée par les néo-antiracistes. La société blanche tout entière serait donc intrinsèquement raciste. Il s’ensuit que le racisme anti-Blancs ne peut pas exister. En quoi est-il dangereux, selon vous ?

JSSNdénonce lesPenséesNonConformes àLaTorah Parce que nous estimons que le signe de la « quenelle », ce fameux salut nazi inversé, est un signe de ralliement antisémite et anti-sioniste, JSSNews a décidé, avec l’aide de lecteurs et de personnalités diverses, de créer un nouveau groupe sur Facebook (anti-quenelles), ainsi qu’une nouvelle catégorie de lecture dans notre magazine. « Chasse aux nazillons » a pour but de débusquer les fachos du XXIè siècle, ceux qui font ce salut nazi depuis leur lieu de travail, et de les dénoncer à leurs employeurs. La haine ne peut rester impunie ! Si vous avez des informations sur un nazillon qui a publié une photo de lui effectuant ce geste depuis son emploi, n’hésitez pas à nous contacter. La lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine raciale nécessite l’aide de chacun ! Lettre envoyée par nos services Madame Mireille Munch, Maire de Ferrières en Brie, Monsieur Patrice Chateau, responsable du service Jeunesse, Monsieur Christophe Serpe, directeur du Centre de loisir, Vidéos: Par P.

« La pensée “décoloniale” renforce le narcissisme des petites différences  » Tribune. « Les intellectuels ont une mentalité plus totalitaire que les gens du commun », écrivait George Orwell (1903-1950) dans ses Essais, Articles et Lettres. Aujourd’hui, des militants, obsédés par l’identité, réduite à l’identitarisme, et sous couvert d’antiracisme et de défense du bien, imposent dans le champ du savoir et du social des idéologies racistes. Ils usent de procédés rhétoriques qui consistent à pervertir l’usage de la langue et le sens des mots. Ils détournent la pensée de certains auteurs engagés dans la lutte contre le racisme qu’ils citent abondamment, comme Frantz Fanon (1925-1961) ou Edouard Glissant (1928-2011) et qui, au contraire, reconnaissent l’altérité et prônent un nouvel universalisme. La pensée dite « décoloniale » s’insinue à l’université. Elle menace les sciences humaines et sociales sans épargner la psychanalyse. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Débats sur la race, le genre... : hausse des tensions dans les universités

L'Ardenais 1Presse totalement soumise CHAUNY (02). C'est une photo qui fait le buzz sur internet : celle d'une jeune femme faisant un geste connu sous le nom de "quenelle", autrement dit le salut nazi inversé, sur fond de drapeau tricolore. Ce bureau, c'est celui du maire de Chauny. Tout est parti du site pro-israélien dreuz.info. Reprise par un autre site pro-sioniste JSS News, l'image a beaucoup circulé sur le net et les internautes ont identifié le lieu : il s'agit du bureau du maire de Chauny. Pas une employée de la mairie Joint par notre rédaction, l'adjoint au maire Gwenaël Nihouarn confirme qu'il s'agit bien de la table et du fauteuil de Marcel Lalonde mais n'identifie pas l'auteure du geste. La piste s’orienterait plus vers un groupe de jeunes en visite cet été à l’hôtel de ville. Dans tous les cas, en attendant la réaction de Marcel Lalonde, le geste est condamné, que la personne sur la photo ait conscience ou non de sa portée. Un certain nombre de stars de la chanson comme du ballon se sont laissées piéger.

Appel : il faut sanctionner la promotion de l’idéologie décoloniale En présentant la France comme une nation essentiellement raciste et colonialiste, les tenants de l’idéologie décoloniale risquent de tomber sous le coup de l’article 24 de la loi de 1881, qui dispose que : "Ceux qui, par l’un des moyens énoncés à l'article 23, auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, seront punis d’un an d’emprisonnement et de 45.000 euros d'amende ou de l’une de ces deux peines seulement." Enfin, à dessein, l’idéologie décoloniale entretient la confusion en assimilant l’histoire de la France à celle des États-Unis. De plus, cette idéologie décoloniale, racialiste et donc raciste, passe sous silence la tradition anticolonialiste présente dans les débats et les prises de position des républicains se réclamant des Lumières. Signez et faites circuler cet appel.

Hommage sincère au grand penseur de ce Siècle Études décoloniales On entend par études décoloniales une école de pensée qui postule que, malgré l’obtention de l’indépendance, des rapports de pouvoirs subsistent aujourd’hui encore entre les anciennes métropoles et les anciennes colonies. Les études décoloniales découlent de la création des républiques en Amérique latine et de l’acquisition de l’indépendance des anciennes colonies des métropoles espagnoles et portugaises. Les principaux théoriciens des études décoloniales rejettent l'idée selon laquelle la fin des administrations coloniales et la création des États-nations d’Amérique du Sud a fait naître un monde décolonisé et post-colonial. Les études décoloniales postulent que la division internationale du travail entre le centre (l’Europe) et la périphérie (Amérique du Sud, Afrique), de même que la hiérarchisation raciale des peuples faite durant des centaines d’années de colonisation, n’ont pas substantiellement changé avec la fin du colonialisme. Race[modifier | modifier le code]

Related: