background preloader

Aplatissons la courbe de l-infodémie

Pour comprendre l’infodémie, il est essentiel d’apprendre à distinguer l’information, la fausse information et l’information trompeuse. Par information, nous entendons quelque chose qui est exact au regard de nos connaissances actuelles. Par exemple, « COVID-19 » signifie « maladie à coronavirus 2019 », qui est causée par le virus SARS-CoV-2. L’une des difficultés avec tout nouvel agent pathogène, comme ce coronavirus, c’est que l’information évolue au fil du temps à mesure que s’accumulent les connaissances scientifiques. La fausse information, en revanche, est une information erronée. Il importe de noter qu’il s’agit d’informations erronées qui n’ont pas été créées dans l’intention de causer du tort à autrui. À l’opposé, on trouve l’information trompeuse.

https://www.who.int/fr/news-room/spotlight/let-s-flatten-the-infodemic-curve

Related:  Conseils pour se protéger de l'épidémie de "fake news"Semaine de la presse7/15 >>> mutualisons !anelie63L'information au temps du Covid-19

Valider l’information, à la lumière des neurosciences et d’une démarche scientifique – Prof & Doc Suis-je maître de mon cheminement vers l’information? En tant que professeurs-documentalistes soucieux de former nos élèves à la notion de fiabilité, les Sciences de l’Information nous ont apporté des méthodologies afin d’établir la qualité et la véracité d’une information. Ces recettes développées chez nos élèves nous ont permis de traiter avec eux les modalités de la recherche documentaire, à évaluer les sites canulars, ainsi que la pluie d’infox et de fake news qui circulent, à reconnaître l’autorité d’un site par rapport à ceux qui seraient moins sérieux, à observer les algorithmes de recherche et les résultats de nos requêtes. Le contexte actuel nous interroge, car il concerne la citoyenneté mais aussi la santé de nos élèves, chacun pouvant aisément tomber dans des discours pseudo-scientifiques, voire des phénomènes d’emprise intellectuelle. Pourquoi repenser son rapport à l’information ?

Silence, on vous surveille Hier le terrorisme, aujourd’hui la maladie. Face aux périls mortels qui pèsent sur nos existences, la réponse des autorités, guidée par les innovations du secteur de la sécurité et du numérique, passe systématiquement par une extension du contrôle et de la surveillance. Une obsession que partagent les entreprises qui ont fait de nos données personnelles leur fonds de commerce. Au nom de la bonne cause et des bonnes affaires, le traçage et le ciblage s’immiscent toujours davantage dans nos vies – jusqu’à en faire, craignent certains, des chemins tout tracés. Mais peut-on encore imaginer se passer de ces puissants outils ? La nature démocratique de nos régimes constitue-t-elle un garde-fou suffisant face aux dérives flagrantes déjà observées en Chine ?

Présentation de l’épreuve du grand oral de maturité – Doc@zur Présentation de l’épreuve du grand oral de maturité (lien ici) L’ intention est, certes, d’informer les élèves et leurs parents mais ce support sera aussi utilisé lors des premières séances consacrées à ce nouvel examen (voir lien ci-dessous). Le modèle est adapté au contexte d’un lycée général et technologique particulier (donc avec ses spécialités et sa base documentaire), mais il est proposé en mode “réutilisable” sur la plateforme Genially.

Du "choléra" au "variant B.1.1.7" du "SARS-Cov-2" : comment nomme-t-on les maladies ? VOC-202012/01, B.1.1.7 ou VUI-202012/01 : autant de dénominations obscures qui désignent toutes le "variant anglais" du Covid-19. Difficile, pour le profane, de s'y retrouver entre acronymes et suites incompréhensibles de chiffres et de lettres. D'autant que les autres variants sont traités à la même enseigne : B1.1.248 et P1 se réfèrent à la version brésilienne, alors que 501.V2 et B.1.351 concernent le "variant sud-africain". Face à ces noms incompréhensibles, les médias continuent donc de les désigner par leurs lieux d'apparition géographique... au grand dam des pays concernés, qui y voient une forme de stigmatisation.

La désinformation pendant la pandémie de COVID-19 Depuis le début de la pandémie, beaucoup d’informations ont circulé en ligne et sur les réseaux sociaux concernant la COVID-19, et les Canadiens ont été nombreux à se tourner vers les ressources en ligne pour s’informer à ce sujet. La pandémie de la COVID-19 a été accompagnée d’une infodémie, soit une surabondance d’informations, dont certaines sont véridiques et d’autres non, rendant ainsi la recherche de faits et de sources fiables très difficiles pour la population. La désinformation dans le contexte de la COVID-19 peut également mettre en danger la santé de la population, en particulier lorsque les nouvelles répandues portent sur de fausses mesures préventives, de faux traitements ou ébranlent la confiance de la population envers les services de santé et les institutions publiques et politiques (OMS, 2020; OCDE, 2020). Presque tous les Canadiens ont cru voir de la désinformation circuler en ligne au sujet de la COVID-19 Bibliographie GOCH, Anthony. 2020b.

Coronavirus : éviter l'épidémie de fake news — Exprime-toi ! Avec l'épidémie de coronavirus se propage une deuxième épidémie : celle des fake-news. Depuis l'apparition du virus, elles sont légion et se déclinent sur tous les thèmes. Thèses complotistes, informations fantaisistes présentées comme fiables ou encore remèdes farfelus pour se soigner en cas d'infection... Peut-on encore débattre ? Débattre sans se battre : une vraie gageure, à l’heure des réseaux et des polémiques médiatiques qui les nourrissent. Cancel culture, « appropriation culturelle », politiquement correct, clash, menaces et anonymat, autant de spectres qui agitent un débat public éruptif et miné. Peut-on encore parler, avec qui, et dans quelles conditions ? Ce numéro du 1 se penche sur une question au cœur de la vie démocratique du pays, et la réponse ne va pas de soi. Plus que jamais, cette semaine, une question, plusieurs regards.

« Devenir Gardien de son Internet » : un livre blanc pour éduquer petits et grands à leurs droits numériques - Internet Society France Internet offre un immense espace de ressources et une multitude de contenus consultables, pour la plupart, gratuitement. L’Internet Society France, ONG de défense des internautes français, publie avec le think tank NextDay! et la Fondation Elyx un livre blanc pour sensibiliser les usagers de services numériques – et en particulier les jeunes – aux enjeux de la protection des données personnelles et de la vie privée. Spécialement pensé pour la communauté pédagogique, les lieux multimédias, les associations de parents, les collectivités territoriales et tous utilisateurs d’Internet, le livre blanc « Devenir Gardien de son Internet » est en libre accès et téléchargeable gratuitement. Son objectif est de permettre, d’une façon très claire et en une heure, d’acquérir ou transmettre un aperçu du fonctionnement des environnements numériques usuels, des principaux risques encourus, des bonnes pratiques à adopter et d’apprendre où trouver les ressources utiles sur Internet.

Ifé - Veille et analyses Langue(s) : français La pauvreté des enfants à la naissance en France. Résultats de l’enquête Elfe Covid-19 : de la pandémie à l’infodémie et la chasse aux fake news 1 L’université John Hopkins aux États-Unis, qui suit l’évolution de la pandémie, enregistre 217 207 d (...) 1La propagation du coronavirus SARS-CoV2 (Covid-19) observée dans le monde dès le début 2020 a été accompagnée d’une vague de désinformation planétaire, inédite pour un sujet sanitaire. Des contenus erronés – remèdes, conseils « médicaux », théories de complot, etc. –, ont circulé sur différents supports (réseaux socio-numériques, SMS, messageries privées, médias traditionnels) visant les citoyens angoissés et avides d’éclaircissements.

Nos conseils pour identifier les discours complotistes et ne pas tomber dans leurs pièges « Un plan pour pucer l’humanité », « une stratégie pour nous museler », « un génocide planifié de nos anciens »… Depuis le début de l’année, les théories conspirationnistes prolifèrent, à l’image de celles présentées par le documentaire à succès Hold-up en novembre, ou par son ersatz sorti en décembre, Mal traités. Leur point commun ? Dénoncer une prétendue machination secrète expliquant la pandémie et désigner des responsables : le plus souvent Big Pharma, George Soros, Bill Gates, ou encore, en France, le gouvernement.

[CLEMI-Créteil] Modules EMI proposés par le CSA et le CLEMI-Créteil Des modules à destination des enseignants, des activités pour les élèves Le CSA en partenariat avec l’académie de Créteil, propose depuis le 2 novembre 2020, des modules pédagogiques à destination des enseignants. Ces modules sont composés de ressources pédagogiques permettant d’appréhender les enjeux de représentation médiatique et de scénarios pédagogiques envisagés comme activités pour la classe (2e degré). Sommes-nous vraiment en train de fabriquer des “crétins digitaux" ? J’ai l’impression que le discours sur les jeunes et les écrans est en train de changer. Alors qu’il y a quelques années, on vantait les compétences de ces digital natives - certes un peu accro à leurs écrans, mais tellement habiles à les manipuler - aujourd’hui, ce qu’on entend, ce sont le plus souvent des discours très alarmistes. Pour ne prendre qu'un exemple, en septembre dernier, un livre a connu un gros succès commercial et médiatique “La fabrique du crétin digital”, d’un neuroscientifique du nom de Michel Desmurget.

Related: