background preloader

Recruteurs : connaissez-vous les 5 biais cognitifs à éviter

Recruteurs : connaissez-vous les 5 biais cognitifs à éviter
Publi-reportage publié le 09/01/2012 Tendances de la pensée humaine à commettre des erreurs de jugement et à prendre de mauvaises décisions, les biais cognitifs sont le lot de tous, même des recruteurs. Ces raccourcis mentaux peuvent être d’influence sociale, des préjugés ou des facteurs de motivation. Si nous ne pouvons nous en affranchir, nous pouvons essayer de les reconnaître afin de réduire leur influence sur notre prise de décision. Il en existerait une soixantaine. Dans l’univers du recrutement, Patrick Leguide, fondateur de Central Test, identifie cinq principaux biais cognitifs, dont sont souvent victimes les professionnels de l’embauche. Le biais de naïveté Si nos émotions ont leur rôle à jouer dans notre processus de prise de décision, ces derniers ne doivent toutefois pas prendre le pas sur notre esprit critique. Le biais de l’entomologiste Le biais de confirmation Cette tendance nous pousse à rechercher des informations confirmant nos idées préconçues, nos hypothèses.

Quelques conseils pour réussir son recrutement • keycoopt Notre module de dépôt d’annonce a été pensé pour donner le plus simplement possible un maximum d’informations sur les compétences et les critères de « savoir-être » recherchés. Tableau de bord et alertes vous permettent ensuite d’être informé, étape par étape, tout au long du processus de sélection des candidats. Vous êtes ainsi alerté quand des profils ont été recommandés par nos coopteurs, puis, bien sûr, quand les meilleurs de ces profils ont été sélectionnés par Keycoopt. Ne négligez pas la première étape du dépôt d'annonces En effet, c'est à travers les différentes informations que vous aurez renseignées que vont s'effectuer les premières recherches et les premiers filtrages en vue de la sélection du candidat. Soyez précis Plus vous serez précis et rigoureux dans l'offre d'emploi que vous publierez et mieux nous saurons vous retourner les meilleurs candidats pour votre l’offre d’emploi que vous proposez. Agissez stratégiquement Découvrir l'offre Keycoopt

L’intelligence collective : le lâcher prise clé de l’innovation | Les dossiers de l'observatoire L’ordre asphyxie l’innovation ! Voilà ce qui se passe quand la société du savoir, où domine la diffusion d’informations, se heurte à la hiérarchie pyramidale des organisations. Les marchés économiques occidentaux arrivent à un seuil de stagnation inégalé. Pourtant, l’information, le savoir et la connaissance offrent de nouvelles matières premières aux entreprises. Pour saisir cette opportunité, les organisations doivent permettre des temps de réflexions collectives propices à l’émergence d’idées neuves. Conscientes du contexte actuel, les entreprises rencontrent pourtant des difficultés à adapter leur mode de management vertical aux évolutions inhérentes à cette société du savoir. Jeux de pouvoir Mobiliser le collectif. L’information joue alors un rôle clé dans la répartition du pouvoir d’une organisation. Et pour transformer ces informations en connaissances il est nécessaire de créer des situations propices au partage d’expériences individuelles. « Lâcher prise » ! Portrait Olivier Zara

Les styles sociaux La théorie sur les styles sociaux (ou socio-styles) est issue des travaux de Paul Watzlawick portant sur les différences de comportements individuels en société, et est utilisé notamment comme outil pour permettre de comprendre le comportement de ses interlocuteurs (et accessoirement le sien !) et réduire les sources de conflits. Cette théorie distingue 4 grands types de styles sociaux, répartis autour de 2 axes portant sur notre rapport avec l’expression de nos sentiments et le pouvoir : l’axe vertical, permettant de situer la personne dans l’expression de ses sentiments caractère plutôt expansif, tourné vers les gens caractère plutôt réservé, tourné vers les taches l’axe horizontal, permettant de situer la personne dans l’expression du pouvoir caractère plutôt ascendant, à la recherche du pouvoir caractère plutôt consentant, respectant le pouvoir Chacun de nous possède un style social, qui va correspondre au style majeur de comportement. Les styles et les besoins fondamentaux (Maslow)

Se respecter soi-même pour se faire respecter des autres - Nicolas Sarrasin Être soi-même permet de se respecter et quand on se respecte, on respecte généralement les autres. (Guy-Marc Fournier) Si vous ne me connaissez pas encore et êtes nouveaux dans ces pages, je vous invite à consulter l’introduction de tout ce que ce site vous apportera ainsi que ma page de présentation ! Nous ne nous aimons ni nous ne respectons toujours comme il se doit… Le problème, c’est que ce respect que nous avons (ou pas) pour nous-même influence directement le respect que les autres nous accordent ! De l’estime de soi au respect de soi Mais d’abord, qu’est-ce que le respect ? Et pour nous respecter, nous devons nous estimer suffisamment. J’étais aussi bon au niveau académique mais assez peu dans les sports, alors que les gars populaires de mon école secondaire étaient plutôt des sportifs. Cette situation a porté si loin ses fruits pourris que, malgré mes bons résultats scolaires, l’intimidation m’a fait vivre une dépression qui m’a presque fait quitter l’école… 1. 2. 3. 1. 2. 3.

Social Business et Entreprise 2.0 : quelles sont les prochaines étapes ? (2e partie : les outils) Résumé : l’évolution prévisible des stratégies « social » et « 2.0 » des organisations va se traduire par une reconfiguration du paysage ou aujourd’hui seul le réseau social accapare l’attention. L’évolution déjà en cours des outils métier, le besoin d’outils de management de la composante humaine de l’organisation et d’appréciation de sa performance dans un système nouveau va entrainer une évolution radicale d’acteurs plus traditionnels ainsi qu’un possible nouvel équilibre des pouvoirs dans le paysage digital interne. A moins que par faute d’anticipation et de vision, on reparte vers un nouveau déséquilibre. Nous avons vu dans un premier billet quels étaient les enjeux à venir en termes d’usages, voici venir leur déclinaison en termes d’outils. Ceci dit, qu’est ce que cela va changer dans le paysage technologie pourvu que les éditeurs ne ratent pas le train et comprennent le message ? On va vers une « socialisation » des processus, c’est entendu. Avec les mêmes acteurs ?

Le biomimétisme : un atout pour l'avenir ? Geneviève Férone est l'invitée d'info-sciences tous les lundis de cet été. Elle est connue notamment pour avoir créé en 1997, la première agence de notation sociale et environnementale. Elle est aujourd'hui, directrice du développement durable chez Véolia Environnement. Aujourd'hui elle nous suggère de "mimer" la nature - le biomimétisme - pour éviter les pièges de la transhumanie, cet univers où les humains après avoir détruit leur niche écologique vont avoir tendance à s'artificialiser de plus en plus pour créer une sorte d'humanité hors sol pouvant survivre dans toutes les conditions environnementales les plus défavorables... "Bienvenue en transhumanie; sur l'homme de demain" de Geneviève Férone et Jean-Didier Vincent paru chez Grasset. "2030 : le krach écologique" de Geneviève Férone est paru chez Grasset.

saviezvous: Le saviez-vous sur les mises à pied ? Le saviez-vous N° 129 ? Les différentes « mises à pied » ! Comment s’y retrouver entre la mise à pied conservatoire et la mise à pied disciplinaire ? Petit tour d’horizon et précision de la cour de cassation pour les entreprises de plus de 20 salariés qui sont dans l’obligation d’avoir un règlement intérieur…. La mise à pied disciplinaire a un terme, la mise à pied conservatoire est à durée indéterminée… L’employeur, qui souhaite sanctionner une faute grave d’un salarié doit mettre en œuvre, immédiatement après la mise à pied conservatoire, la procédure disciplinaire. Concernant les représentants du personnel, pour les deux cas de mise à pied, l’exécution de leur mandat n’est pas suspendue… La mise à pied disciplinaireC’est donc une sanction, c’est même dans l’échelle des sanctions la plus grave avant un licenciement ! Elle consiste en une suspension temporaire du contrat de travail du salarié avec pour conséquence une « retenue de salaire » pour le ou les jours non travaillés.

Birdeo - Cabinet de recrutement et de chasse de tête spécialisé en Développement Durable et RSEBirdeo | Cabinet de recrutement et de chasse de tête spécialisé en Développement Durable et RSE Investir dans le bien- être au travail favorise la réussite de l'entreprise " Les deux choses les plus importantes n'apparaissent pas au bilan de l'entreprise: sa réputation et ses hommes", affirmait Henry Ford. Florent Bonnel, consultant chez Merlane, explique pourquoi l'entreprise doit croire dans ses salariés et miser sur leur bien-être au travail. Deux ans se sont écoulés depeuis le plan d'urgence contre les risques psychosociaux en entreprise. Les risques, le stress, la violence. " Vous faites quoi dans la vie?". Au prisme de ces changements, les préoccupations sur la santé, la sécurité physique et psychologique, la qualité de la vie et le bien-être des salariés dépassent le seul cadre des questions de santé publique: il y a des enjeux humains et macro-économiques que l'entreprise, à son échelle d'action,doit prendre en considération. Entre les chocs médiatiques, l'effet de simplification qui s'y associe et l'observation de la dégradation d'indicateurs de santé et de sécurité au traval, se constitue la nouvelle classe des "risques psychosociaux".

Guide des startups High-Tech en France : Premiers recrutements : comment choisir les "bonnes" compétences ? - L'Express L'Entreprise Comment créer une équipe cohérente, notamment avec une bonne complémentarité de profils (commerciaux, marketing, ingénieurs, financiers) au niveau des dirigeants ? Ce sont les hommes et les femmes qui font avant tout le succès d'une startup ! C'est souvent un point faible des équipes fondatrices. Elles sont trop fréquemment monoculture : deux jeunes d'école de commerce ou trois ingénieurs sont les cas les plus courants. On rencontre aussi des startups créées par un " inventeur " issu d'une grande entreprise, et coiffé d'un DG au profil très commercial et " beau parleur ". Mais est-ce la bonne combinaison ? Faut-il favoriser la diversité dans ses équipes ? Oui, bien entendu ! Il faudra favoriser la plus grande diversité dans les recrutements. · Le genre : hommes, femmes ; un équilibre rarement respecté dans les startups, surtout celles qui ont une forte composante technologique. · La formation d'origine : technique, design, commerciale, financière, autre.

2014-700 DC du 31 juillet 2014 Loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes Le Conseil constitutionnel a été saisi, dans les conditions prévues à l'article 61, deuxième alinéa, de la Constitution, de la loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, le 24 juillet 2014, par MM. Jean-Claude GAUDIN, Gérard BAILLY, René BEAUMONT, Michel BÉCOT, Joël BILLARD, Jean BIZET, Mme Françoise BOOG, M. Pierre BORDIER, Mme Marie-Thérèse BRUGUIÈRE, MM. François-Noël BUFFET, François CALVET, Christian CAMBON, Jean-Pierre CANTEGRIT, Jean-Noël CARDOUX, Jean-Claude CARLE, Mme Caroline CAYEUX, MM. Gérard CÉSAR, Pierre CHARON, Alain CHATILLON, Jean-Pierre CHAUVEAU, Christian COINTAT, Gérard CORNU, Raymond COUDERC, Jean-Patrick COURTOIS, Mme Isabelle DEBRÉ, MM. Vu la Constitution ; Vu l'ordonnance n° 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Vu le code de la santé publique ; Vu les observations du Gouvernement, enregistrées le 28 juillet 2014 ; 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9.

boc_20130047_0000_0008.pdf

Related: