background preloader

Surpêche

Surpêche
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Pêche. Éléments de définition[modifier | modifier le code] On parle de surpêche quand l’augmentation des capacités de capture entraîne : une diminution du nombre de prises, voire la disparition plus ou moins locale de certaines espècesune diminution de la taille moyenne et de l'âge des prises (qui correspond à une perte de niveaux trophiques)une diminution du poids moyens des prises (individus plus jeunes, ou éventuellement sous-alimentés)la régression du stock d'individus aptes à se reproduire (sachant que le nombre d'œufs fécondés et pondus est bien plus élevés chez les poissons ayant atteint leur pleine maturité) Lorsque ces signes sont groupés, ils indiquent que l’espèce est pêchée plus vite qu’elle ne peut se reproduire et se maintenir. Modélisation[modifier | modifier le code] Situation mondiale[modifier | modifier le code] Histoire[modifier | modifier le code] Captures de requins dans le monde. Related:  Pêche intensiveSURPÊCHE et mort de l'Océan !

Consensus Scientifique sur la Pêche Données récentes Contexte - La pêche et l’aquaculture bénéficient d’une attention croissante en raison non seulement de l’importante source de moyens de subsistance et de nourriture qu’elles constituent, mais également de notre meilleure compréhension des écosystèmes aquatiques. Beaucoup de stocks de poissons sont actuellement surexploités et la nature internationale des ressources rend la gestion des stocks difficiles. L’approvisionnement actuel en poissons est-il menacé ? Ce Dossier est un résumé fidèle du rapport scientifique de consensus produit en 2009 par l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) : "Situation mondiale des pêches et de l’aquaculture" Plus... Source :FAO (2009)Résumé & Détails:GreenFacts 1. En 2006, la production mondiale de la pêche et de l’aquaculture cumulées a atteint environ 144 millions de tonnes, desquelles 110 millions étaient destinés à la consommation humaine. 1.2 Les océans et les mers fournissent près de 90% des captures mondiales. 2. 3. 4. Source: FAO 5. 6.

la pisciculture pour espérer surplomber... SurpêcheGraphique Pêche intensive La pêche industrielle et intensive épuise les ressources halieutiques des océans et des mers, menace la survie des espèces de poissons, l'emploi des pêcheurs et la sécurité alimentaire mondiale. Elle est responsable d'un gâchis considérable. Dans un rapport du WWF, il est dénoncé que 80% des carrelets pêchés en mer du Nord sont rejetés par dessus bord, morts, en raison de leur trop petite taille. La pêche des requins, qui menace la survie de nombreuses espèces de requins indispensables aux écosystèmes marins, est consacrée uniquement à leur aileron. Selon une étude faite par le Fisheries Center de l'University of British Columbia, on retrouvait seulement 1/6 des espèces de poissons comestibles qui existaient dans le nord-est de l'atlantique en 2002. De surcroît, des espèces d'oiseaux marins sont également menacés d'extinction à cause de la dégradation de la chaîne alimentaire marine.

Observatoire Océanologique de Villefranche sur Mer -- Bienvenue EOL3, la grande sœur de LEO 1 La bouée EOL3 (Environnement Observable Littoral) a été mise à l’eau le 29 Mars 2013 dans la rade de Villefranche sur Mer par le baliseur « le Provence » pour les besoins de la science. Est-il besoin de rappeler que l’Océan est le poumon bleu de la planète ? Les Océans recouvrent 70% de la surface de la Terre, produisent 50% de l'oxygène que nous respirons et régulent notre climat. La pression des activités humaines sur le littoral qui représente 8% de la surface mondiale (répartie sur une bande de 50 km sur Terre et 50 km en Mer) est constante. Qu’est ce que la bouée EOL 3 ? Il s’agit d’une grosse bouée jaune orangée munie de panneaux solaires avec un poids de 4 tonnes, un diamètre de 3.6 m et une hauteur de 8 m (immergée et émergée) et un flotteur de 14m3. Un peu d’histoire De LEO 1 à EOL 3 A quoi sert-elle ? Performance industrielle Géraldine Danjon - Chargée de Communication au service Communication et Direction des Relations Extérieures

Surpêche Chaque année, 82 millions de tonnes de poisson sont pêchées par de gigantesques bateaux-usines. C’est quatre fois plus qu’il y a 50 ans. Conséquence: de nombreuses espèces de poissons sont en voie d’extinction ou sont menacées de surpêche. Motivés par des considérations purement économiques, un certain nombre de pays s’ingénient, depuis des décennies, à empêcher que soient définis des quotas de pêche basés sur les recommandations scientifiques. On réalise la puissance des lobbys promouvant la pêche lorsque l’on voit le nombre de pays – parmi lesquels ceux de l’UE – qui subventionnent massivement leurs flottes de pêche. Au cours des dernières décennies, la pêche en eau profonde s’est fortement développée.

Pêche intensive : comment l’Europe affame l’Afrique - Sénégal À proximité de Dakar, la plage de Hann est déserte. Il est un peu plus de 16 heures. À cette heure, la plage devrait grouiller d’une intense activité, avec les pirogues des pêcheurs de nuit et celles des pêcheurs de jour qui viennent décharger leur cargaison. L’une des rares pirogues de retour à cette heure-là est celle d’Alpha Dieng. Un poisson trop cher pour les Sénégalais Les captures se font rares pour tous. Avec ses 700 km de côtes, le Sénégal est pourtant riche d’importantes ressources halieutiques : thons, espadons, voiliers, sardinelles, chinchards, maquereaux, crevettes et merlus, dorades, mérous, crevettes blanches ou céphalopodes… Mais à l’instar de pays africains dont les richesses en diamants, pétrole, gaz, terres arables, donnent lieu aux pires pratiques de prédation, cette richesse a, elle aussi, attisé les convoitises. L’Afrique nourrit l’Europe en poissons L’impuissance du Sénégal face à la pêche pirate Le piège des accords de pêche Eros Sana Vidéo : Elise Picon

FOREDD 2013 : « 50% de l’oxygène que nous respirons vient du plancton marin » En intro­duc­tion du FOREDD 2013, Michel Hagnerelle, ins­pec­teur géné­ral de l'Éducation natio­nale, groupe his­toire et géo­gra­phie, chargé d'une mis­sion natio­nale pour l'EDD, s'est mon­tré très posi­tif : l'EDD va bien ! Il a tenu à sou­li­gner que l'éducation au déve­lop­pe­ment durable était aujourd'hui très pré­sente à l'école et appré­ciée des élèves. Dans ce cadre, les océans sont un sujet majeur. Dans notre envi­ron­ne­ment, les océans doivent être pro­té­gés à tout prix. C'est une évidence : le déve­lop­pe­ment durable de l'humanité passe par la mer. Observer l'océan depuis l'espace Parmi les inter­ven­tions, Anny Cazenave, cher­cheur au LEGOS/CNES, a expli­qué com­bien il était impor­tant d'observer l'océan depuis l'espace. L'océan redis­tri­bue la cha­leur sur terre. Or un tiers de l'augmentation du niveau de la mer est dû à son propre réchauf­fe­ment : l'observation des pro­prié­tés de l'océan est donc essen­tielle pour com­prendre les évolu­tions cli­ma­tiques.

infographie peche Pêche en eaux profondes | encycloEcolo Un article de Encyclo-ecolo.com. La pêche en eaux profondes Lingue bleue, sébaste, aiguillat, empereur, grenadier, hoki, flétan, siki, sabre, : on a tous un jour consommé un de ces poissons, vendus en filets dans tous les supermarchés, Pourtant, ces espèces pêchées en eau profonde sont particulièrement vulnérables, et pour certaines gravement menacées, "ne devraient pas être considérées comme de la nourriture". Encore faut-il les connaître. Ils ne se reproduisent pas assez vite pour contrer la pêche intensive. 80% du stock aurait été prélevés. La pêche en eaux profondes est donc un phénomène relativement récent : Les principales zones de pêche en eau profonde des navires européens se situent à l’ouest de l’Ecosse et de l’Irlande dans les eaux sous souveraineté irlandaises et britanniques, dans les eaux sous souveraineté des Iles Féroé, et sur le banc d’Hatton (haute mer). La palangre de fond Les poissons sont décrochés automatiquement des hameçons en buttant sur deux rouleaux.

40 espèces de poissons menacées par la surpêche - Néoplanète L’ouverture de la pêche au thon le 15 mai prochain relance les débats autour de la protection des espèces marines. Selon une étude de l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), surpêche, dégradation de l’habitat et pollution menacent plus de 40 espèces de poissons. Thon rouge, mérou et merlu comptent parmi les espèces menacées ou quasi menacées d’extinction, selon une étude de l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). « L’utilisation de chaluts est l’un des principaux problèmes pour la conservation et la durabilité de nombreuses espèces marines, explique Maria del Mar Otero, du programme UICN-Med. Pour l’UICN, il faut donc renforcer la réglementation, créer de nouvelles réserves marines et réduire les quotas de pêche. Autre point critiqué par l’Union : l’absence de mesure sur la protection des zones de reproduction et le manque d’informations sur l’état de conservation d’un tiers des poissons de la Méditerranée.

L'elevage des crevettes tropicales, une calamité Réagissez : Partagez : On savait déjà que la crevette est un aliment qui n’est pas sans inconvénient du point de vue environnemental (1). De nouvelles informations confirment que les élevages de crevettes tropicales sont souvent pires que la pêche, surtout en Asie. Le bilan calamiteux de la crevette tropicale Selon l’ONG américaine Center for a New American Dream, si 1000 personnes arrêtent de consommer des crevettes, plus de 5,4 tonnes de produits de la mer seront épargnés / an. Selon des scientifiques réunis le 18 février 2012 pour la réunion annuelle de l’Association américaine pour la promotion de la science (AAAS), à Vancouver, les crevettes tropicales, surtout d’Asie, ont un bilan carbone calamiteux : 100 grammes de crevettes roses d’origine asiatique = 198 kilos de CO2 dans l’atmosphère ! Un vrai souci quand on sait que les 3/4 de la production de crevettes proviennent d’Asie (Indonésie, Thaïlande, Philippines, etc.). Une pêche trop souvent désastreuse Selon J. Vous aimerez aussi :

image, La pêche intensive sous réserve de manque de sens critique

Related: