background preloader

Inconscience, conscience : Freud et les dernières découvertes en neurosciences

Inconscience, conscience : Freud et les dernières découvertes en neurosciences
Sigmund Freud est le fondateur de la psychanalyse. En plusieurs étapes, ce neurologue va tenter d’élaborer une science du psychisme organisée autour de l’idée d’inconscient. La psychanalyse, au-delà d’une science, est une véritable révolution : elle remet en cause la vision des Lumières selon laquelle l’homme serait un être totalement libre et rationnel. Sigmund Freud : à ce nom est attaché la psychanalyse et une nouvelle théorisation de l’inconscient. Sur plusieurs points, la compréhension du fonctionnement de la conscience humaine est bouleversée. "J’interprète, donc je suis. Freud mit au jour un rouage essentiel de notre conscience : précisément ce besoin vital d’interpréter, de donner du sens, d’inventer à travers des constructions imaginaires. Le neurologue Lionel Naccache dans "Le nouvel inconscient" Mots clefs : Colloque neurosciences et psychanalyse Sigmund Freud, le film (…). Sigmund Freud dans "Introduction à la psychanalyse" Related:  Coma & Conscience - Articles

Neurosciences : quelle conscience après la mort ? Pour les gens saint d’esprit, la vie après la mort est une évidence . C’est une question qui n’appartient qu’à notre époque . Pendant des millénaires les hommes ne se sont jamais posés cette question, parce que c’était évident . D’ailleurs ils ont développé de hautes structures philosophiques pour rendre compte de cette réalité, et écrit de nombreux ouvrages à ce sujet . Parfois hermétique à nos conscience, comme le serait nos livres pour eux, parce que entre temps la conscience à évoluée, et la vérité aussi . L’homme évolue, et dans cette évolution il y a ce phénomène ou petit à petit l’homme a du perdre son « instinct spirituel », perdre sa relation avec les esprits de la nature et les rythmes cosmiques, pour pouvoir faire place à l’intelligence matérialiste qui s’est dévelopée . Aujourd’hui on sait beaucoup chose sur la matière, mais on ne sait plus rien sur l’esprit . De nombreux hommes ont rendu compte de la vie spirituelle et de ce qui se passait au delà de la mort .

La Conscience Gilbert Sescousse Introduction Bien des thèmes sont sources de conflits et celui de la conscience est un de ceux là. On ne peut considérer un tel sujet sans aborder les notions de réel, de réalité, de totalité, d’inconscient, d’illusion, d’éveil. On a beaucoup écrit sur ce thème jusqu’à ce que Freud dise qu’on attribuait beaucoup trop d’importance à la conscience. Paradoxalement, son discours fort juste, devait amener notre conscience, sous un angle d’approche nouveau, à considérer ce qui, jusqu’alors, lui avait échappé. C’est sur les diverses définitions et sur ce je(u) de la conscience et de l’inconscient, des phénomènes transitionnels si chers à Winnicott que je me propose de réfléchir. La conscience L’une des définitions les plus simples me semble celle-ci : La conscience est l’intuition qu’a une créature d’elle même et du monde qui l’entoure. Il y a aussi d’autres définitions, parfois beaucoup plus tourmentées, plus spécifiques selon les angles d’approche. Pour la neurologie 1. 2. 3.

Esprit, conscience, sentiment de je et soi | Passerelles vers l'Un Illustration 3D cerveau humain - Source : Wellcome Images Une des questions les plus fascinantes à laquelle les neurosciences tentent de répondre depuis leur début dans les années 1970, dans leur quête du fonctionnement de l’esprit humain, est celle de la conscience. En particulier comment expliquer le sentiment de je ou la conscience de soi? J’ai découvert un dossier brillant intitulé ‘La conscience vue par les neurosciences’ par Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin à ce sujet. Afin de pouvoir évoquer dans des billets ultérieurs d’éventuels rapprochements entre les neurosciences et le Vedanta, et en précisant à l’avance que leurs domaines premiers d’investigations sont distincts, je vous propose de commencer par exposer ce que le Vedanta dit de la relation entre le soi ‘védantique’ (sujet que n’aborderait jamais un scientique) et l’esprit humain et la définition qu’il donne de l’ego ou du sentiment de soi (sujet abordé par les neurosciences et le Vedanta). Notes Like this:

La conscience vue par les neurosciences 28 octobre 2008 par Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin [Dossier] La conscience vue par les neurosciences Sommaire Avant propos et Introduction Section 1. Avant-propos Depuis la création de cette revue, en 2000, nous avons présenté et largement commenté certains ouvrages scientifiques consacrés au fonctionnement du cerveau et aux fonctions dites cognitives [on trouvera en annexe de ce dossier la liste des articles correspondants]. Introduction Même si le sujet de la conscience est comme rappelé ci-dessus obscurci d'ambiguïtés philosophiques et religieuses, nous n'allons pas ici affirmer d'emblée que la conscience n'existe pas, ou bien qu'elle peut être réduite à des mécanismes neurologiques simples. Ceci admis, il serait tout aussi aberrant d'affirmer que le relief et les couleurs n'existent pas vraiment dans le monde extérieur qu'affirmer à l'inverse que les reliefs et les couleurs sont des propriétés ontologiques de ce monde, qu'il ne convient pas d'analyser. Section 1.

Conscience de soi à l'adolescence liée à cérébrales spécifiques, les réponses physiologiques Les adolescents sont notoirement auto-conscience, une conscience aiguë et préoccupés par ce que leurs pairs pensent d’eux. Une nouvelle étude révèle que cette conscience de soi est liée à des réponses physiologiques et cérébrales spécifiques qui semblent émerger et le pic à l’adolescence. «Notre étude identifie l’adolescence comme une période unique de la vie où l’émotion conscient de soi, réactivité physiologique, et l’activité dans les zones spécifiques du cerveau convergent et le pic en réponse à être évalués par d’autres», dit scientifique psychologique et le chercheur principal, Leah Somerville de Harvard Université. Somerville et ses collègues ont voulu vérifier si juste être regardé – une situation socio-évaluation minimale – peut enregistrer avec une plus grande importance, l’excitation et l’intensité pour les adolescents que pour les enfants ou les adultes. La consistance et la solidité des données obtenues ont pris les chercheurs par surprise:

Conscience (biologie) La conscience, telle qu'elle était conçue au XVIIe siècle. Robert Fludd, Utriusque cosmi maioris scilicet et minoris […] historia, tomus II (1619), tractatus I, sectio I, liber X, De triplici animae in corpore visione. En biologie, la conscience regroupe le sens de l'éveil, la connaissance de soi et la perception de l'environnement[1]. L'étude de ce phénomène a été longtemps négligée sur le plan scientifique, faute d'outils conceptuels et expérimentaux[2], tandis qu'il faisait l'objet d'intenses débats dans les domaines de la philosophie, de la métaphysique et de la religion. Dans les années 1980, les études du phénomène de la conscience concernaient surtout l'attention. En comparant les données expérimentales provenant d'animaux, de personnes en bonne santé et de patients ayant des troubles de la conscience, il est possible de caractériser différents états de conscience et niveaux de consciences. la conscience primaire ;la conscience réflexive ;la conscience de soi.

La conscience humaine : l'apport des neurosciences La conscience humaine : l'apport des neurosciences L’année passée j’avais fait une présentation beaucoup plus générales sur quelques concepts neurobiologiques utiles pour les philosophes. Cette année c’est un peu plus costaud comme sujet, mais ça se veut d’abord et avant tou une introduction. « Avertissement : étudier la conscience va changer votre vie. » « Aucun d’entre nous ne peut espérer comprendre véritablement ce qu’est la conscience. - Susan Blackmore, Consciousness: An Introduction, 2003, p.5 Je voudrais rappeler que : • je ne suis pas chercheur en psychologie, en neurosciences, et encore moins sur la conscience (bien que j’aie une formation en neurobiologie) • je suis encore moins conférencier ou professeur • je ne suis pas un spécialiste mais un simple rédacteur scientifique • il 6 ans, j’ai conçu le site le cerveau à tous les niveaux, fruit des frustrations accumulées au cours de ces 10 années en communication scientifique sur le cerveau. • je n’ai même pas fini de le rédiger ! Plan

La psychanalyse, Lacan et le sujet de l'inconscient, le parlêtre La découverte freudienne de l'inconscient est tenue pour l'une des plus décisives avancées du XXème siècle. Sur quoi porte-t-elle qui soit radicalement novateur, quels sont ses développements contemporains, en quoi ses implications seront-elles déterminantes dans le siècle à venir pour le sujet moderne ? À côté de la raison du cogito et de la science positiviste, l'expérience subjective devient, selon une autre logique, articulable précisément. Freud interroge : Comment l'être parlant traite-t-il la jouissance hétérogène au langage, " l'excédent de satisfaction sexuelle qui reste intraduit en représentations verbales "1 ? Trois questions s'ensuivent : Comment la psychanalyse a-t-elle un impact sur le rapport du sujet à ce réel ? Cela confronte le siècle qui commence à une alternative : le sujet y sera-t-il abordé à partir de la singularité de sa cause ou ravalé aux manifestations de ses comportements ? L'inconscient freudien Lacan avec Freud Lacan contre Lacan Lacan après Freud 4 Cf.

Comment fonctionnenotre conscience ? Une équipe de chercheurs français a analysé les signaux cérébraux pour tenter de définir les mécanismes donnant lieu à la prise de conscience. Où se trouve la conscience ? C'est la question que se sont posée trois chercheurs de l'Inserm, Lionel Naccache, neurologue et neurophysiologiste, Raphaël Gaillard, psychiatre, et Stanislas Dehaene, titulaire de la chaire de psychologie expérimentale au Collège de France. Selon la définition communément adoptée en neurosciences, la conscience est l'une des facultés du psychisme. Quand l'on est conscient de quelque chose, on peut se le rapporter à soi-même ou aux autres. C'est le cogito ergo sum («je pense donc je suis») de Descartes. Mais la question de la conscience n'est pas seulement d'ordre philosophique, elle est également neurologique. Son équipe qui fait partie du centre de recherche de l'Institut du cerveau et de la moelle épinière a réalisé des expériences avec des patients épileptiques porteurs d'électrodes intracrâniennes.

L'inconscient, de la psychanalyse au cognitivisme - Jean-François Marmion, article Psychologie L’inconscient constitue un objet d’étude à part entière. Dépeint autrefois comme une source de pulsions inquiétantes, on le considère aujourd’hui comme une sorte de pilote automatique. Si Sigmund Freud n’a pas inventé la notion d’inconscient, il est le premier à lui accorder la place centrale dans un édifice théorique. Le fondateur de la psychanalyse conçoit deux modèles successifs (ou « topiques ») de l’appareil psychique. Dans le premier, l’inconscient constitue le réservoir des pulsions refoulées, interdites à la conscience.

D'où provient la conscience? Les progrès sur la localisation des aires spécialisées dans le cerveau montrent que la conscience est indiscutablement produite par lui. Mais alors, comment les phénomènes faisant partie de notre expérience subjective, peuvent-ils être produit à partir de l’activité physique des neurones de notre cerveau? D’où provient la conscience, c'est-à-dire le fait d’éprouver quelque chose? Pour répondre à ces questions, deux théories s’affrontent. Les identitaires Pour les identitaires, le mental est identique au cérébral. La théorie identitaire se base uniquement sur les phénomènes physiques, ce qui élimine en grande partie le problème de l’origine de la conscience. Les émergentistes Pour les émergentistes, les sensations conscientes subjectives ne peuvent pas être réduites à des états physiques, même si elles sont produites par eux. Par exemple, l’eau a de nombreuses propriétés que l’on ne peut deviner si l’on ne connaît que les atomes d’oxygène et les molécules d’hydrogène.

Une difficulté de la psychanalyse : psychique et conscience - L'inquiétante étrangeté et autres essais (Freud): commentaire composé Texte étudié : Freud, L'inquiétante étrangeté et autres essais : psychique et conscience «Le psychique en toi ne coïncide pas avec ce dont tu es conscient ; ce sont deux choses différentes que quelque chose se passe en ton âme et que tu en sois par ailleurs informé. Je veux bien concéder qu'à l'ordinaire, le service de renseignements qui dessert ta conscience suffit à tes besoins. Tu peux te bercer de l'illusion que tu apprends tout ce qui revête une certaine importance. Mais dans bien des cas, par exemple dans celui d'un conflit pulsionnel de ce genre, il est en panne, et alors ta volonté ne va pas plus loin que ton savoir. Extrait de l'introduction de l'analyse sur « Une difficulté de la psychanalyse : Psychique et Conscience » : Le texte à étudier s'intitule « une difficulté de la psychanalyse ».

Related: