background preloader

Les chevaux de la préhistoire

Les chevaux de la préhistoire
Par un étrange concours de circonstances, en 1879, le cartographe Nicolaï Przewalski en mission dans l’Altaï mongol découvre une espèce inconnue de cheval sauvage alors que le préhistorien Marcelino Sanz de Sautuola met à jour par hasard les premières peintures rupestres dans la grotte d’Altamira. La ressemblance entre les représentations de chevaux et le petit équidé mongol conduit la communauté scientifique de l’époque à le considérer comme un survivant de la préhistoire. Devenu mythe, l’animal est ramené dans les cours d’Europe ce qui paradoxalement, accélère sa disparition en Mongolie, mais le sauve de l’extinction. Le film enquête sur les raisons de la prédominance du cheval dans l’art du paléolithique et cherche à élucider la question de la filiation entre le cheval de la préhistoire et le cheval de Przewalski. Paléontologues, historiens de l’art, zoologues aident à déchiffrer cette énigme. Informations internes, les supports ne sont pas vendus. Related:  Paléonthologie - A Classer

Helmut, le mammouth de Seine-et-Marne a t-il été chassé par l'homme ? Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Mardi, des archéologues français ont annoncé la découverte d'un squelette quasi-complet de mammouth qu'ils ont prénommé "Helmut". L'annonce de la découverte exceptionnelle s'est largement répandue depuis le début de la semaine. Depuis 1859, c'est la quatrième fois qu'une telle trouvaille est réalisée. Néanmoins, les particularités ne s'arrêtent pas là puisque les ossements ne sont étalés que dans un espace très restreint ce qui facilite les fouilles qui ont commencé depuis à peine deux semaines. Une preuve rare de la coexistence de Néandertal et des mammouths Le mystère ne se porte cependant pas que sur les causes de la mort puisque outre les ossements d'Helmut, les archéologues ont aussi trouvé deux éclats de silex près du crâne du mammouth âgé de 50.000 à 200.000 ans. Mais le scénario reste flou.

Le mammouth Répartition géographique Originaire d'Afrique les espèces de mammouths se sont ensuite répandues sur le continent européen (entre -2 et -3 millions d’années), puis en Amérique du Nord (-1,5 millions d’années), probablement en passant par le détroit de Bering. Caractéristiques de l’animal Les mammouths mesuraient entre 3 et 5 mètres au garrot et pesaient en moyenne de 4 à 6 tonnes suivant l’espèce. Le mammouth le plus imposant était Mammuthus sungari, dont le poids était compris entre 6 et 8 tonnes. La femelle était beaucoup plus petite que le mâle. Mode de vie Par analogie avec les tribus d’éléphants actuels on peut supposer qu’un troupeau de mammouths devait être composé d’une femelle dominante et de plusieurs femelles accompagnées de leurs petits. Rapports entre le mammouth et l’homme Aux temps glaciaires la recherche de nourriture devait être une quête perpétuelle pour les hommes. Où voir des restes ou reconstitutions de mammouths ? Références :

Des nanodiamants renforcent la thèse de l'astéroïde tueur de mammouths Un groupe de chercheurs a publié récemment un article annonçant la découverte dans les sédiments d’un lac mexicain, de traces d’impact d’un petit corps céleste. Déjà retrouvées en Amérique du Nord, ces traces seraient celles d'un impact, survenu il a presque 13.000 ans, qui aurait contribué à de nombreuses extinctions d’espèces, dont les mammouths. Il y a 12.900 ans en Amérique du Nord, l’écosystème a brutalement changé, entraînant plusieurs extinctions. Cette thèse est soutenue par plusieurs chercheurs depuis quelques années, appuyée par la découverte dans différents sites d'Amérique du Nord de couches géologiques contenant des nanodiamants et autres matériaux exotiques qu’il est difficile d’expliquer autrement que par un impact de corps célestes, bien que l’hypothèse d’une éruption volcanique n’ait pas été écartée. Des nanodiamants d'impacts extraterrestres En plus de ces nanodiamants, des sphérules d’impact fusionnées apparaissent parfois au microscope électronique.

Les plus anciens animaux marcheurs étaient... des poissons La marche, une pratique vieille de plus de 420 millions d’années Les scientifiques ont alors eu l'idée d'étudier le cerveau de la bestiole. Surprise : les raies utilisent exactement les mêmes neurones pour marcher que les vertébrés terrestres. En plus des neurones, Leucoraja montre d'autres similitudes anatomiques avec les tétrapodes dans sa façon de marcher, à savoir une alternance gauche-droite et une extension-flexion réciproque de ses nageoires. Découverte d'une inquiétante espèce de ver géant vieille de 400 millions d’années - Sciencesetavenir.fr Si le ver des sables de l'oeuvre de science-fiction Dune a de quoi faire frémir, celui-ci, d’une taille plus modeste, n’en demeure pas moins peu ragoutant. Le fossile de ver géant primitif a été découvert par une équipe internationale de scientifiques de l’Université de Bristol, de Lund en Suède et du Musée royal de L’Ontario. Petite particularité de cette charmante créature, elle remporte le titre de la plus grande mâchoire jamais enregistrée sur ces êtres vivants. Soit des scolecodonts (mâchoires des vers polychaete) d'environ 1cm et visibles à l'oeil nue. "Lorsque j'ai demandé des précisions à propos de l'échelle, nous nous sommes rendus compte qu'elle était relativement parlante car énorme ! Habituellement, ces fossiles mesurent de 0,1 à 2 mm "Il a été très difficile d'estimer sa taille en premier lieu, mais nous avons essayé au mieux de nos capacités en utilisant des analogues modernes. Un cousin éloigné d’une espèce toujours bien vivante ! © Youtube / cbloo Ver bobbit

La toute première fleur était hermaphrodite SCIENCE - A quoi ressemblait la première fleur, l'ancêtre de toutes les fleurs que nous connaissons aujourd'hui? Des chercheurs pensent être parvenus à dresser son portrait-robot: elle était hermaphrodite et ses organes ressemblant à des pétales étaient organisés en cercles concentriques, selon une étude publiée mardi 1er août dans la revue Nature Communications C'est la première fois que l'on montre que l'ancêtre de toutes les fleurs possédait à la fois des parties femelles (carpelles) et mâles (étamines) même si, pour les botanistes, "cela ne devrait pas constituer une surprise", déclare à l'AFP Hervé Sauquet, principal auteur et coordonnateur de cette étude 36 chercheurs de 13 pays se sont réunis autour du projet "eFlower", pour combiner les données sur la structure florale des espèces actuelles et le tout dernier arbre évolutif des plantes à fleurs, construit à partir des informations génétiques des différentes espèces. Une fleur portée par un petit arbre Wikimedia Commons

Un fossile d’oiseau de 130 millions d’années a conservé ses plumes et ses couleurs COULEUR. Grâce à cette nouvelle découverte, les dinosaures ont repris des couleurs ! En effet, l’oiseau fossile hors du commun trouvé dans des dépôts lacustres chinois en 2008 a livré ses secrets. La fameuse protéine enfin révélée Via des méthodes de microscopie électronique et des techniques immunologiques, les chercheurs ont pu identifier les deux structures pigmentaires présentes dans les plumes fossilisées. Un fossile de dinosaure exceptionnel Daté de 130 millions d’années, il s’agit du premier fossile retrouvé ayant gardé sa pigmentation.

Un champignon de l’âge des dinosaures retrouvé Des scientifiques ont découvert un champignon datant d’environ 115 millions d’années au Brésil. Il s’agit du spécimen le plus ancien jamais retrouvé. Des scientifiques ont découvert le fossile rare d’un champignon datant d’environ 115 millions d’années, de très loin le plus ancien spécimen jamais trouvé et qui poussait au temps des dinosaures. Ce petit champignon de cinq centimètres de haut, identique à ses lointains descendants contemporains, a été mis au jour au Brésil qui se trouvait à l’époque sur le super-continent du Gondwana. Cette énorme masse continentale s’est ensuite brisée pour former l’Amérique du Sud, l’Afrique, l’Antarctique, l’Inde et l’Australie. Son nom : « Gondwanagaricites magnificus » Il est co-auteur de cette communication qui fait l’objet d’une présentation dans la dernière édition de la revue américaine PLos One datée du 7 juin. 99 millions d’années était le record à battre

Foison de fossiles du Jurassique au Canada MOUS. C'est autour du parc national Banff, dans le sud-ouest de l'Alberta au Canada qu'a été découvert en 2013 ce terrain abritant des centaines de fossiles marins datant d'environ 183 millions d'années, c'est à dire de la période Jurassique. Le site est en passe de devenir l'un des plus importants pour illustrer la faune marine de cette époque car il abrite des pièces exceptionnellement bien conservées dont de nombreux animaux à corps mous. Or ces animaux échappent habituellement aux processus de fossilisation et disparaissent donc du registre de la vie. Les trois sites européens et le nouveau représentés sur une carte de l'époque Jurassique. A cette époque, en effet, le site canadien et les trois européens étaient situés de part et d'autre d'un continent qui deviendra plus tard l'Amérique du Nord. Le fossile apparenté au homard. Le spécimen fossile de vampire des abysses.

Découverte d'araignées à queue vieilles de 100 millions d'années en Birmanie A l'origine de l'identification de cette nouvelle espèce, quatre fossiles d'araignées primitives, piégées dans de l'ambre (résultant des sécrétions de végétaux fossilisés), il y a 100 millions d'années en Birmanie. Très bien conservés, les spécimens font l'objet de deux publications différentes dans la revue Nature Ecology & Evolution. En plus de ses habituelles et quelque peu effrayantes pattes et filières (les appendices qu'elles utilisent pour fabriquer la soie et tisser leur toile), cette très vieille araignée aurait possédé une queue couverte de poils courts, ressemblant un peu à celle des scorpions. Des doutes sur l'ordre Cet appendice aurait pu lui permettre de "détecter l'environnement", selon Paul Selden de l'Institut de paléontologie et du Département de géologie de l'Université du Kansas, coauteur d'une des études. Un spécimen de C. yingi. Et selon le chercheur, il serait même possible que certains de ses descendants à queue soient encore présents dans les forêts birmanes.

Une redoutable fourmi-licorne vivait il y a 99 millions d'années Reconstitution de Ceratomyrmex ellenbergeri basée sur les fossiles exceptionnellement préservés découverts dans l’ambre crétacé du Myanmar. © V. Perrichot Une redoutable fourmi-licorne vivait il y a 99 millions d'années - 3 Photos Depuis des débuts modestes au Crétacé inférieur, vraisemblablement vers 120-130 millions d’années, les fourmis se sont largement diversifiées jusqu’à devenir aujourd’hui les insectes sociaux les plus abondants (on dénombre plus de 13.000 espèces actuelles), présents dans la plupart des écosystèmes terrestres. Leur succès écologique est généralement attribué à leur comportement social remarquable. Toutes les fourmis sont sociales et vivent en colonies variant de quelques dizaines à plusieurs millions d’individus. Ceratomyrmex ellenbergeri (fossiles préservés dans l’ambre crétacé du Myanmar). Ceratomyrmex appartient à une lignée aujourd’hui disparue, les Haidomyrmecines, qui vivaient au Crétacé et possédaient de curieuses mandibules en forme de faucille.

Related: