background preloader

Conjoncture : Une troisième révolution industrielle est en vue

Conjoncture : Une troisième révolution industrielle est en vue
L'économiste américain Jeremy Rifkin présente ce mardi à Paris son dernier essai sur les mutations en cours de l'économie et les bases d'une croissance durable tout au long du XXIe siècle. Voici sa vision du futur. «Une troisième révolution industrielle doit prendre le relais de notre modèle actuel, à bout de souffle», assure l'économiste américain Jeremy Rifkin. Selon lui, «la crise actuelle n'est pas la crise de la finance, mais la crise du pétrole» et cet or noir sera de plus en plus rare et de plus en plus cher. Surtout, cette énergie est polluante, et les catastrophes naturelles de plus en plus violentes et fréquentes plaident en faveur d'un modèle de croissance plus soutenable. Ce modèle alternatif repose sur les énergies vertes et sur Internet, estime Jeremy Rifkin. Cinq préalables à une nouvelle révolution industrielle Les villes pourront alors mettre en place des véhicules électriques, ou à pile à combustible, partagés, que chacun utilise le temps nécessaire. Related:  Economie

Avant le sommet européen, S&P menace le triple A de l'UE Le sommet européen qui débute jeudi soir par un dîner des chefs d'Etat s'annonce d'ores et déjà compliqué: Standard and Poor's a placé mercredi soir sous surveillance le triple A dont bénéficie l'Union européenne depuis 1976. Jusqu'ici, l'agence de notation américaine ne s'en était prise qu'à la zone euro. Lundi, elle avait mis sous surveillance négative quinze pays de la zone euro, dont six qui affichent un triple A. Mardi, ce fut au le tour du Fonds européen de stabilité financière (FESF). Ce mercredi, ce sont les grands établissements financiers, notamment français, que l'agence américaine a aussi menacé de dégrader. Les Etats-Unis, eux aussi, mettent la zone euro sous pression. Berlin a laissé transparaître mercredi un pessimisme, qui a conduit les Bourses européennes à la morosité, alors que Sarkozy n'exclut plus un risque d'explosion de l'UE tant que l'accord franco-allemand n'est pas effectif. Revivez le film de la journée : 23h15. 23 heures. 22h32. 22h05. 21h30. 21h10. 20h45.

Etudiante, je hais les partiels, marathon des nerfs pour perroquets Si l’on se réfère à la terminologie en vogue, je suis actuellement étudiante en quatrième année dans une « grande école » dont on ne cesse de vanter la qualité de l’enseignement. On évoque souvent le désintérêt des jeunes pour l’école. Pourtant, il y a quatre ans lorsque j’étais encore la candidate n°4307, j’ai senti mon cœur faire des claquettes sur mon estomac en remettant ma copie aux surveillants. Je sors d’une session d’examens. Et je partage les conclusions d’un rapport de juillet 2007 remis au ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche sur les modalités d’évaluation des étudiants. Au bout de huit pages... un « peu clair » Il y est souligné que la correction n’aide en aucun cas l’étudiant à progresser, puisque les fameux « partiels » ne donnent lieu à aucun retour. De même, le rapport souligne que le contrôle continu est rarement assorti d’un réel travail sur les difficultés de l’étudiant. La note sur 20, nuancier de 80 humeurs Autre aberration : la note sur 20.

Apprendre autrement? Le modèle collaboratif La question se pose : pourquoi les directions des grandes entreprises s’investissent-elles de cette question ? Et que se passerait-il si l’organisation passait à côté de cette révolution ? Dans un monde dans lequel les impératifs de marché sont l’innovation, le coût et l’efficience sans cesse améliorés, c’est l’engagement permanent des salariés qui fera la différence. L’article « Building a collaborative Enterprise » paru dans la Harvard Business Review en juillet-août 2011 aborde la question de la coopération. Les principes sont : un objectif partagéun sens de l’éthique dans la contributiondes processus interdépendants et institutionnelsla création d’une infrastructure collaborative Les entreprises ont désormais investi ce champ d’action, notamment dans le champ virtuel. Dans les entreprises, les plateformes de savoirs et communautés – blogs, réseaux sociaux, wiki etc. – se mettent en place et les utilisateurs sont invités à apporter leur propre contribution.

Révolution pacifique en Islande, black-out des Médias ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, une véritable révolution démocratique et anticapitaliste a lieu en Islande en ce moment même, et personne n’en parle, aucun média ne relaie l’information, vous n’en trouverez presque pas trace sur « Google » : bref, le black-out total. Alors que gronde dans l’Europe entière la colère des Peuples pris à la gorge par le rouleau-compresseur capitaliste, l’actualité nous dévoile un autre possible, une histoire en marche susceptible de briser bien des certitudes, et surtout de donner aux luttes qui enflamment l’Europe une perspective : la reconquête démocratique et populaire du pouvoir, au service de la population. Ci-dessous… deux articles traitant de cette révolution en marche : Le 16 décembre 2010 par Jean Tosti Depuis le samedi 27 novembre, l’Islande dispose d’une Assemblée constituante composée de 25 simples citoyens élus par leurs pairs. Ces derniers commenceront à se réunir à la mi-février et rendront leur copie avant l’été. (source: cadtm.org)

Risque, hasard et incertitude Risque versus incertitudeRevue économiqueClaude HenryDans Treatise on Probability (1921), John Maynard Keynes différenciait le risque de l’incertitude. Selon lui, le risque est de l’incertitude « structurée par des probabilités objectives ». Le risque est une dimension importante dans ce qu’on appelle les « sciences dures » (ou sciences de la nature), comme la mécanique quantique, mais pas l’incertitude. La situation est radicalement différente en ce qui concerne des sciences comme l’écologie, la climatologie ou encore la médecine qui sont intrinsèquement incertaines – même partiellement – donc non probabilisables objectivement. Traiter le risque est donc particulièrement compliqué. Si, dans ces domaines, il est possible de « probabiliser » l’incertitude subjectivement, les résultats obtenus ne sont pas toujours pris au sérieux par ceux qui ont intérêt à les mettre en cause, comme par exemple dans le cas de la contestation du réchauffement climatique par certains lobbys industriels.

Classement : les 50 premières entreprises de croissance Atteindre les 10 millions d'euros de chiffre d'affaires n'est pas si évident : 96,3 % des quelque 900 000 entreprises françaises qui publient leurs comptes réalisent moins de 10 millions d'euros (source Coface Services). Coup de chapeau donc aux lauréats de ce palmarès 2011 qui ont dépassé en dix ans ce seuil fatidique. Et coup de projecteur sur les trois premiers champions de ce classement. Emergence de l'e-commerce Nous avons identifié deux autres sites marchands également créés en 2001 qui auraient pu figurer parmi ces entreprises indépendantes. Au final donc, peu d'entreprises industrielles : elles sont plus gourmandes en financement. Pour faire partie des champions de la croissance, une enquête exclusive réalisée avec notre partenaire Coface Services, il fallait avoir été créé en 2001, avoir réalisé plus de 10 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2010 et ne pas être filiale d'une maison mère.

Will We Need Teachers Or Algorithms? Editor’s note: This is Part III of a guest post written by legendary Silicon Valley investor Vinod Khosla, the founder of Khosla Ventures. In Part I, he laid the groundwork by describing how artificial intelligence is a combination of human and computer capabilities In Part II, he discussed how software and mobile technologies can augment and even replace doctors. Now, in Part III, he talks about how technology will sweep through education. In my last post, I argued that software will take over many of the tasks doctors do today. And what of education? We find a very similar story of what the popular – and incredibly funny! I want to comment on what I consider a far greater misuse of talent and training: that of our children/students, mostly here talking about high school education. Identifying Emerging Trends In Education There are new key trends that I see emerging in education enabled by advancing technology: namely decentralization and gamification. Envisioning Future Education

Comment passer au management par émergence ? 1) Les trois erreurs à éviter - Ne pas confondre changement et transformation Contrairement à l’idée reçue, je suis convaincu que moins on change, mieux on se porte : la performance est dans la constance et la permanence, qui, seules, peuvent permettre de construire un avantage concurrentiel durable et réel. En effet l’excès de réactivité conduit au zapping et à la destruction de valeur. La transformation est, elle, une adaptation lente et continue. Elle est respectueuse du temps et de l’histoire, ne crée pas de ruptures. - Ne pas avoir un plan d’ensemble rigide et défini Comme tout est incertain, et que l’objectif est de manager par émergence, nul ne peut prétendre connaître seul ce qui doit être fait, et tout dessin précis serait contre-productif. - Ne pas croire que le résultat sera obtenu rapidement Ce ne sont pas seulement des organigrammes qu’il faut redéfinir, des métiers redécouper, des sociétés fusionner. 2) Agir un peu, localement, patiemment - Ne rien changer

What if Greece had to get a new currency? 13 February 2012Last updated at 04:26 ET By Chris Bowlby BBC Radio 4 Analysis Hostility towards the euro itself has grown in Greece over the past two years as the austerity measures have dragged on Although the immediate threat of defaulting on its debt looks to have been averted, Greece still faces years of economic struggle. Support is growing within the country for a return to the drachma and some European leaders have said the euro could survive a Greek exit. Radio 4's Chris Bowlby asks what would happen if Greece had to get a new currency? The eurozone crisis is not just about political deals or high finance. The euro was meant to symbolise a more united and stable continent for every eurozone citizen. But if the single currency begins to fragment, if a country or countries reintroduce national currencies, everyone in the eurozone could be affected. Haggling has continued over the terms of the latest Greek bailout, while political tension rises in Greece itself. Plan B? New currency

Major:Les grands économistes Ce livre présente neuf grands économistes : Smith, Ricardo, Say, Malthus, Marx, Walras, Keynes, Schumpeter et Friedman. À travers eux, tous les grands aspects de la science économique sont abordés : micro- et macro-économies, classiques, keynésiens et hétérodoxes, théories de la valeur, enjeux de politique économique… Pour chaque auteur sont étudiés, après une brève présentation bibliographique, les grands thèmes qui structurent le développement de sa pensée. L'ouvrage Ce livre présente de façon synthé-tique neuf grands économistes : Smith, Ricardo, Say, Malthus, Marx, Walras, Keynes, Schumpeter et Friedman, dont les contributions sont à l’origine de la science économique moderne et qui, par leurs écrits, ont contribué à la compréhension du monde dans lequel nous vivons.Chaque économiste fait l’objet d’une courte biographie suivie d’une présentation des principaux concepts et théories dont il est à l’origine. Table des matières A propos des auteurs Les directeurs Pascal Gauchon

La France est à nouveau en récession Un « court épisode récessif », suivi d'une croissance faible, voire très faible : c'est ce qui attend la France cet hiver et au printemps 2012, à en croire la dernière note de conjoncture de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) présentée jeudi 15 décembre. Constatant que les tensions sur les dettes souveraines se sont étendues au système financier et, à partir de là, à l'économie réelle, les conjoncturistes de l'Insee relèvent que la zone euro « marque le pas » et jugent « touché » le moteur de l'activité en France. Sur la foi d'enquêtes de climat des affaires très dégradées dans l'industrie et les services en octobre et surtout en novembre, l'Insee pense que le produit intérieur brut (PIB) reculera de 0,2% en volume au quatrième trimestre 2011 et que la contraction de l'activité se poursuivra au premier trimestre 2012 (- 0,1%) .

Can Technology Transform Education Before It’s Too Late? Editor’s Note: This guest post was written by Prerna Gupta, who is CEO of Khush (now part of Smule), whose music apps, like Songify and LaDiDa, have been used to create over 125 million songs worldwide. You can follow her @prernagupta. As technology continues its march toward the Singularity, transforming the way we work, socialize and play at an increasing rate, there is one very important aspect of American society that lags behind: education. Many in Silicon Valley have strong opinions on how education should be improved, perhaps most notably Peter Thiel, who believes we are in a higher education bubble and should be encouraging kids to skip college and pursue entrepreneurship instead. I agree that Americans are placing too much emphasis on higher education, but I think the debate over Thiel’s statements misses a much deeper point. Why is higher education overvalued? Dave McClure’s fund, 500 Startups, plans to invest in 10-20 education startups this year.

Olivier Zara - Consultant en management & médias sociaux - Montréal Quebec Canada

Related:  SociétéLa crisedesertecourifkin