background preloader

Espace-temps autour d'un trou noir

Reprenons l’image d’un tissu élastique comme représentation de l’espace en relativité. Le trou noir correspond à une bille si lourde qu’elle s’enfonce profondément dans le tissu jusqu’à disparaître. La bille est désormais invisible et uniquement détectable par la présence d’un trou dans le tissu élastique. De la même façon, il est impossible de voir un trou noir, mais on peut le deviner par la présence d’une importante distorsion de l’espace et du temps dans son voisinage. La distorsion du temps autour d’un trou noir Les propriétés les plus étonnantes sont celles qui concernent la distorsion du temps autour d’un trou noir. Imaginez-vous en train d’observer au loin un ami suffisamment intrépide pour vouloir plonger dans un trou noir. Pour votre ami par contre la situation sera inversée. Il n’est pas utile de préciser qu’il n’y a pas de billet retour pour un tel voyage. L’effet Einstein et les trous noirs Les forces de marée autour d’un trou noir Les trous noirs en rotation

http://www.astronomes.com/la-fin-des-etoiles-massives/trou-noir-espace-temps/

Related:  Trous noirsSources du travailEspace

Astronomie -> Étoiles -> Trous Noirs -> Les Trous Noirs Supermassifs Ce sont des monstres cosmiques. Ultradenses, ils rassemblent des millions, voire des milliards de masses solaires dans un espace guère plus grand que celui occupé par le Système solaire. Jusqu'à récemment, le record était détenu par le trou noir qui siège au cœur de la galaxie Messier 87 (ou M 87) : 6,3 milliards de masses solaires. Mais il vient d'être battu. Nicholas McConnell (université de Berkeley) a débusqué des ogres de près de 10 milliards de masses solaires, trônant au centre des galaxies NGC 3842 (constellation du Lion) et NGC 4889 (Chevelure de Bérénice). Il y a une dizaine d'années seulement, les astronomes ont établi que chaque galaxie proche devait abriter un trou noir supermassif. l'indice qui les a mis sur la voie ?

Comment les trous noirs peuvent à la fois exister et ne pas exister Les trous noirs n'existent pas: c'est la nouvelle marotte de certains scientifiques, parmi les rares sur la planète à maîtriser les subtilités de ces entités fascinantes. Le célèbre physicien britannique Stephen Hawking lui-même est de la partie, puisqu'il balançait dès janvier dernier cette assertion choc, largement relayée par les médias. Et reprise ces dernières semaines par une de ses consoeurs. Pourtant, à l'occasion d'un article sur les dix commandements du trou noir, l'astrophysicien français Jean-Pierre Luminet, qui connaît Hawking –tout comme «ses déclarations fracassantes»–, nous confiait que «les trous noirs [n'étaient] plus spéculatifs en astrophysique aujourd'hui». Alors existe? Ou n'existe pas?

Cylindre O'Neill Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une paire de cylindres O'Neill. Un cylindre O'Neill est un projet d'habitat spatial théorique proposé par le physicien américain Gerard K. O'Neill dans son livre Les Villes de l'espace (1978), permettant l'accomplissement de projets d'exploration spatiale de très longue durée. Présentation[modifier | modifier le code] Vue intérieure, montrant l'alternance de tranches « terre » et « fenêtre ». Firewall  : l'horizon des trous noirs remis en cause ? L'auteur Sean Bailly est journaliste à Pour la Science Du même auteur

La vitesse de rotation d’un trou noir s’approche de celle de la lumière Imaginez une sphère de plus de 3 millions de kilomètres de diamètre, huit fois la distance Terre-Lune, tournant si vite que sa surface se déplace presque à la vitesse de la lumière. Cette monumentale toupie aspirante existe, il s’agit du trou noir supermassif au centre de la galaxie spirale NGC 1365. Les astronomes ont mesuré son impressionnante vitesse de rotation (spin) à l’aide du petit télescope spatial NuSTAR et du satellite de l’Agence spatiale européenne pour l’observation des rayons X, le XMM-Newton. Image d’entête : représentation artistique d’un trou noir supermassif entouré par un disque chaud d’accrétion, alors que de la matière en rotation est dirigée dans un jet bleu effilé.

Pourquoi est-il impossible de se sortir d’un trou noir ? (2/2) La semaine dernière, je vous ai montré (dans ce billet) comment on pouvait appréhender la notion de trou noir rien qu’en utilisant des concepts de physique de lycée; notamment qu’on pouvait voir un trou noir comme un astre dont la vitesse de libération est supérieure à celle de la lumière. Et pourtant cette façon de voir les choses ne résiste pas à une analyse plus poussée. En effet, tant qu’on considère la gravité comme une simple force, on peut toujours imaginer arriver à la contrer en prenant un moteur suffisamment puissant qui délivrerait une force encore supérieure. Donc dans la théorie de la gravité de Newton, il n’est pas vraiment possible d’avoir des trous noirs.

Analyse et explications de la fin d'Interstellar de Christopher Nolan A l’origine de l’épopée spatiale d’Interstellar, il y a une anomalie dans l’espace, à proximité de Saturne : Un trou de ver. Objet purement conceptuel à ce jour, c’est néanmoins un axe de travail de l’astrophysique moderne. D’ailleurs, Christopher et Jonathan Nolan se sont associés à Kip Thorne, une des références mondiales dans l’analyse de la théorie de la relativité générale d’Einstein de laquelle découle la théorie des trous de ver. Nous ne reviendrons pas sur le détail du fonctionnement hypothétique du trou de ver, l’explication étant assez claire dans le film. Au pire, nous pouvons vous proposer ce superbe schéma illustrant le principe du trou de ver présenté par Wikipedia : On évoque aussi un trou noir dans Interstellar, car théoriquement encore, la relativité générale rend possible la création de trou de ver entre deux trous noirs.

Avant d'aller voir «Interstellar», révisez vos dix commandements du trou noir Tout ce que vous n'avez jamais osé demander sur ces machins cosmiques dont tout le monde a entendu parler, sans forcément bien les comprendre. Ils sont partout. Et vous les connaissez forcément, sans jamais, pourtant, les avoir vus.

Pourquoi est-il impossible de se sortir d’un trou noir ? (1/2) Le concept de trou noir a de quoi heurter notre sens commun. Une région de l’espace dont rien ne pourrait s’échapper, même pas la lumière ? Difficile à envisager, n’est-ce pas ? Et si on imaginait aller dans un trou noir avec une fusée équipée d’un moteur hyper-méga-supra-giga-puissant ? Est-ce qu’on ne pourrait quand même pas en ressortir ? Eh bien non !

Que se passe-t-il quand on tombe dans un trou noir ? (ou le problème du firewall) Cela fait un moment que je n’ai pas écrit de billet de physique théorique qui pique. Ça tombe bien : je vais pouvoir vous parler de ce paradoxe qui, depuis quelques mois, donne des insomnies à quelques chercheurs, spécialistes de ce domaine qu’on appelle la gravité quantique. La question qui provoque tout cette agitation est « que se passe-t-il quand on tombe dans un trou noir ?

Related: