background preloader

L'évaluation par compétences est-elle juste ?

L'évaluation par compétences est-elle juste ?
Par François Jarraud L'évaluation des compétences par les enseignants est-elle juste ? La question est posée par la Direction des études et prospectives (DEPP) du ministère de l'éducation nationale dans un petit ouvrage sur "les élèves, connaissances, compétences et parcours". "L'attestation de la maîtrise du socle commun est-elle soluble dans le jugement des enseignants" demandent Jeanne-Marie Daussin, Thierry Rocher et Bruno Trosseille, tous trois de la Depp. Qui est désavantagé dans l'évaluation par compétences ? Une surprise ? On évalue quoi ? Ces travaux ne diminuent pas l'intérêt d'une approche par compétences. François Jarraud Michel Quéré (dir.), Les élèves : connaissances, compétences et parcours, La documentation française. Liens : L'ouvrage Les notes sont-elles justes ? Related:  alarbakande

Pour en finir (ou presque) avec les notes - Évaluer par les compétences Devant les inconvénients maintes fois montrés des évaluations par la note, certains pays comme la Belgique tentent de passer à l’évaluation par les compétences.En France, à côté des livrets de maternelle et des évaluations nationales en CE2, 6e, 5e et seconde, des professeurs tentent de sortir un peu de notre système traditionnel dans une perspective d’évaluation formative. Un témoignage concret au collège en français, en sixième et cinquième. « - M’dame, c’est noté ? - Non, ce n’est pas noté, c’est évalué ! » Beaucoup d’élèves et leurs parents se comportent en consommateurs attendant une note comme on attend une rétribution : « tout travail mérite salaire »... L’institution néanmoins s’inquiète de la violence scolaire, nous apprend, à nous enseignants, qu’il faut combattre l’échec scolaire (comme on réduirait la « fracture sociale » ?) De quelques conséquences de l’abus des notes L’utilisation des notes chiffrées engendre des effets négatifs non négligeables. Une évaluation différenciée

Les ceintures de compétences C’est dans les tuyaux depuis un moment, et c’est la suite logique de l’évolution de mon système d’évaluation autogérée : aujourd’hui je vous parle de ceintures de compétences. Le bilan de ce qui a déjà été fait Pour commencer remettons en contexte le pourquoi de ce système. La vocation première de mes plans de travail c’est (je vous le donne en 1000) la différenciation. Je pars du principe que tous les enfants avancent à des rythmes différents. Les plans de travail permettaient de gérer cette hétérogénéité sur les périodes. – Les ajustements des PDT ordinaires et la création de parcours spécifiques sont très chronophages D’où la nécessité d’un référentiel commun à tous. Et quitte à créer un référentiel commun, autant le faire sur les 2 ans que je garde mes élèves. Ce dispositif, il est emprunté à la pédagogie institutionnelle. Le principe c’est de prendre l’élève là où il en est et d’avancer un pas après l’autre. Alors, concrètement, ça marche comment ? Et au quotidien ? Les objectifs :

Justice, efficacité, hospitalité, trois défis pour l'Ecole Par Eirick Prairat Professeur de sciences de l’éducation à l’université de Lorraine, auteur d'un ouvrage sur l'autorité éducative, Eirick Prairat est bien placé pour évoquer l'évolution du métier enseignant et à travers lui celle de l'Ecole. Pour lui, " il y a urgence aujourd’hui à revitaliser le sens profond de l’institution scolaire, l’école est certes un lieu de formation mais elle est aussi et surtout une instance au service de l’émancipation des hommes". Il fixe trois objectifs à cette réforme : justice, efficacité, hospitalité. Dans ses voeux Nicolas Sarkozy a mis le métier enseignant dans les questions de la campagne électorale. Si la formule signifie qu’enseigner c’est encore et toujours transmettre des savoirs et des connaissances, alors la formule est juste. Le thème de la souffrance enseignante est apparu récemment sur le devant de la scène. Il ne faut pas cependant résumer la souffrance enseignante à cette seule explication. Le premier défi est le défi de justice. Note :

Pour en finir (ou presque) avec les notes - Évaluer par les compétences « – M’dame, c’est noté ? – Non, ce n’est pas noté, c’est évalué ! » Beaucoup d’élèves et leurs parents se comportent en consommateurs attendant une note comme on attend une rétribution : « tout travail mérite salaire »… Peut-on les en blâmer ? L’institution néanmoins s’inquiète de la violence scolaire, nous apprend, à nous enseignants, qu’il faut combattre l’échec scolaire (comme on réduirait la « fracture sociale » ?) De quelques conséquences de l’abus des notes L’utilisation des notes chiffrées engendre des effets négatifs non négligeables. On sait que l’apprentissage est un processus qui implique une large part d’affectif et qu’une attitude positive apparaît comme un élément déterminant de la réussite et de l’efficacité de la transmission des savoirs. Dès lors accueillir dans nos classes des élèves en échec, les aider, permettre à chacun de progresser en fonction de ses possibilités signifie rompre cette logique, abandonner les notes pour aller vers autre chose.

L’évaluation : ressources produites par le groupe thématique de l’académie de Versailles - Réforme du collège Diaporama Le diaporama ci-dessous vise à présenter l’évolution de l’évaluation dans le cadre de la réforme. Déjà présent dans la loi d’orientation, le principe de l’évaluation positive est réaffirmé dans le décret du 31.12.2015 relatif à « l’évaluation des acquis scolaires des élèves et au livret scolaire ». 1 - Évaluation dans le cadre de la réforme de la scolarité obligatoire Activités évaluatives Ce document s’attache à expliciter les différentes activités évaluatives et à donner des axes de réflexion sur la façon dont chacune intègre les objectifs fixés par les textes officiels, dans le cadre de la réforme. 2 - Activités évaluatives Évaluation et implication de l’élève Ce document donne des indications quant à la façon dont l’évaluation s’insère dans le parcours d’apprentissage d’un élève. 3 - Implication de l’élève L’évaluation positive : caractéristiques, observables et démarches associées 4 - L’évaluation positive Évaluation et instances pédagogiques Le bilan périodique

Nouveau socle, nouveaux défis? Instauré par la grande loi d’orientation pour la refondation de l’École de la République de juillet 2013, le nouveau « socle commun de connaissances, de compétences et de culture » ambitionne de redéfinir les objectifs, les contenus, les pratiques pédagogiques et les modalités d’évaluation de la scolarité obligatoire. Justice, lutte pour l’égalité et la démocratisation de la réussite, bienveillance, réaffirmation d’une éducation aux valeurs civiques et laïques, éducation partagée sont autant de principes forts réaffirmés par la loi. Mais qu’en est-il des propositions du nouveau Conseil supérieur des programmes (CSP) qui sont soumises cet automne à une vaste concertation auprès des enseignants dans les écoles et de l’ensemble des acteurs ? Histoire« Socle commun » et/ou « culture commune » ? Culture et société« Le savoir, c’est du commun » Le défi de ce nouveau socle est d’articuler étroitement les savoirs et les compétences. AilleursInventer un nouveau modèle français ?

Intelligences Multiples : présentation présentation Parmi les nombreuses grilles d'intelligences qui ont été élaborées, la théorie des Intelligences Multiples d'Howard Gardner a le mérite d'être particulièrement simple à comprendre (car parlant bien à l'intuition) et pratique à utiliser dans une quelconque situation d'apprentissage. Son succès dans le monde anglo-saxon depuis sa parution en 1983 a été considérable, en particulier dans les champs de l'éducation et de la formation permanente. Elle a fait l'objet de très nombreux livres d'application en langue anglaise. Selon Gardner, on peut distinguer huit intelligences : Les huit intelligences, selon Howard Gardner l'intelligence verbale / linguistique C'est la capacité à être sensible aux structures linguistiques sous toutes ses formes. l'intelligence visuelle / spatiale C'est la capacité à créer des images mentales, et à percevoir le monde visible avec précision dans ses trois dimensions. l'intelligence musicale / rythmique l'intelligence logique / mathématique

Évaluation des compétences (éducation) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans les références sur l'évaluation des compétences, un rapport de l'IGEN datant de 2007[1] propose une analyse rapide de l'état des lieux dans les pays de l'OCDE ainsi que dans les différents niveaux en France (primaire et secondaire essentiellement). Il y est fait état[2], « La situation actuelle reste marquée par une réelle confusion. On ne peut qu’être frappé par l’extrême diversité des situations, des pratiques d’évaluation, d’une école, d’une circonscription, d’un département à l'autre », ce que d'autres appelleraient la « liberté pédagogique »[3]. La question de leur évaluation est devenue une partie importante du débat sur les compétences. L'autre point à ne pas négliger est l'importance prise par des évaluations comme PISA[7] qui, en comparant les pays entre eux sur la base des « compétences » des élèves de 15 ans, ont stimulé la réflexion dans ces domaines[8].

Travailler par compétences en histoire – géographie A l’approche du premier conseil de classe, mon établissement cherche un outil adapté pour gérer les compétences ! Le choix devra se faire entre Sacoche, que j’ai présenté aux collègues en conseil pédagogique, ou Pronote, sachant que l’administration utilise déjà Pronote pour les emplois du temps et la gestion de l’appel. L’outil de gestion des compétences de Pronote semble assez complet, mais il ne permet pas d’importer des référentiels fabriqués par d’autres collègues et il n’automatise pas la production des bilans comme le propose Sacoche. Cela me semble un atout en faveur de Sacoche, au regard des collègue qui entament tout juste une réflexion sur les compétences cette année…Sacoche permet de tout faire : créer ses compétences, ses bilans, des groupes d’AP, des synthèses et même un bulletin calqué sur celui du Livret Scolaire Unique Numérique. Il peut aussi être un outil de dialogue avec les familles et de remédiation pour les élèves. WordPress: J'aime chargement… Sur le même thème

Les technologies mobiles au service de l’apprentissage dans le monde numérique | TA@l’école Ajouter aux Favoris par Michael Kerr, éducateur, Kawartha Pine Ridge District School Board À voir aussi : Technologies d’aide incluses sur les appareils mobiles; Activités, stratégies et outils pour tous les apprenants; Conseils généraux pour appuyer l’apprentissage des élèves ayant des TAs Introduction La puissance des outils technologiques augmente de manière exponentielle en même temps que les appareils deviennent toujours plus compacts. La technologie mobile (ou apprentissage mobile) présente d’immenses avantages pour les personnes ayant des troubles d’apprentissage en leur permettant d’avoir accès, en tout temps et en tout lieu, à nombre des outils qu’ils utilisent habituellement sur un ordinateur de bureau. Personnalisation De par leur conception, les appareils mobiles sont destinés à un usage personnel. Intégration On parle d’intégration lorsqu’une tâche personnelle est confiée à la technologie. Aperçu des avantages pour l’apprentissage mobile En voici quelques-uns : Conclusions

« Evaluer par compétences » = « Evaluer par Items ou objectifs » ? 12novembre2011 Par Arnaud Durand Cela fait 5 ans, maintenant que j'ai entendu parler d'évaluation par compétences : "pas de note et plus de sens!" En travaillant sur un projet (mathix à l'époque qui est devenu scolatix.org) nous avions commis l'erreur de faire la confusion entre l'évaluation par items/objectifs et l'évaluation par compétences. Bien sûr dans la pratique, elles "fonctionnent" de manière quasi-identique. La différence se tient sur ce que l'on évalue. a) Une compétence n'est pas un objectif. Une compétence n'est pas un objectif car en soi elle ne peut pas être atteinte. De plus penser atteindre une compétence, c'est penser que l'on a rencontré toutes les situations possibles où mobiliser cette compétence même les situations auxquelles justement on n'a pas pensé, et aussi être sûr que l'on sera capable de la mobiliser à tous les coups, c'est absurde par définition. b) Une compétence se développe en situation "C'est en forgeant qu'on devient forgeron".

Related: