background preloader

Jean Cocteau

Jean Cocteau
Related:  Chanson Poésie

Yves Simon (artiste) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Yves Simon en 1974. Il raconte dans une émission de télé avoir été fasciné à l'âge de 16 ans par le chanteur Salvatore Adamo qui vient à l'âge de 17 ans de remporter la finale d'un concours et concrétise alors son rêve de devenir auteur et interprète[1]. Il enregistre deux 33 tours en 1967 (Ne t'en fais pas petite fille) et en 1969 (La Planète endormie), qui passent inaperçus. Parallèlement, il écrit des romans. En 1971, paraît Les Jours en couleur, puis L'Homme arc-en-ciel, qui sont des succès. En 1972, il sort un 45 tours : Les Gauloises bleues. Les succès vont ensuite s'enchaîner tant en disques (Au pays des merveilles de Juliet, grand prix de l'Académie du disque, etc.) qu'en romans. En 2011, il est un des membres du jury du prix Françoise-Sagan[4]. Sa compagne est la peintre, photographe et actrice Patrice-Flora Praxo. Yves Simon annonce un nouvel album pour 2016 . 1988 : Master Series Seule édition CD des titres avant 1973

Jean Cocteau Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jean Cocteau Jean Cocteau en 1923.Bibliothèque nationale de France Œuvres principales Signature Jean Cocteau, né le 5 juillet 1889 à Maisons-Laffitte et mort le 11 octobre 1963 dans sa maison de Milly-la-Forêt, est un poète, graphiste, dessinateur, dramaturge et cinéaste français. Comptant parmi les artistes qui ont marqué le XXe siècle, il a côtoyé la plupart de ceux qui ont animé la vie artistique de son époque. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunes années[modifier | modifier le code] Clément Eugène Jean Maurice Cocteau est né le 5 juillet 1889, dans la maison de son grand-père maternel, place Sully à Maisons-Laffitte[1] dans une famille bourgeoise de Paris. Son père qui vivait de ses rentes se suicide le 5 avril 1898 à Paris, Jean Cocteau portera longtemps cette blessure. Dès l'âge de quinze ans, Cocteau quitte le cocon familial. Portrait de Jean Cocteau peint entre 1910 et 1912. Raymond Radiguet[modifier | modifier le code]

cine clasico argentino Louis Aragon Pour les articles homonymes, voir Aragon. Louis Aragon avant 1982. Vue de la sépulture. Avec André Breton, Tristan Tzara, Paul Éluard, Philippe Soupault, il fut l'un des animateurs du dadaïsme parisien et du surréalisme. Après sa rupture avec le surréalisme en 1931, il s'engage pleinement dans le Parti communiste français, auquel il a adhéré en 1927, et dans la doctrine littéraire du réalisme socialiste. La défaite de 1940 marque un tournant dans sa poésie, et Aragon se tourne alors vers une réinterprétation de la tradition poétique et romanesque. À partir de la fin des années 1950, nombre de ses poèmes sont mis en musique et chantés par Léo Ferré ou Jean Ferrat, contribuant à porter son œuvre poétique à la connaissance d'un large public. Avec l'écrivaine Elsa Triolet, il a formé l'un des couples emblématiques de la littérature française du XXe siècle. Biographie[modifier | modifier le code] Enfance[modifier | modifier le code] Sa maîtresse Nancy Cunard. Il épouse Elsa le 28 février 1939.

Poésie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La poésie est un genre littéraire très ancien aux formes variées, écrites généralement en vers, mais qui admet aussi la prose, et qui privilégie l'expressivité de la forme, les mots disant plus qu'eux-mêmes par leur choix (sens et sonorités) et leur agencement (rythmes, métrique, figures de style). Sa définition se révèle difficile, et varie selon les époques, au point que chaque siècle peut lui trouver une fonction et une expression différente aussi d'un poète à l'autre. La poésie s'est constamment renouvelée au cours des siècles avec des orientations différentes selon les époques, les civilisations et les individus. Histoire[modifier | modifier le code] Origines[modifier | modifier le code] Entre Apollon et Dionysos[modifier | modifier le code] Technique[modifier | modifier le code] En linguistique, la poésie est décrite comme un énoncé centré sur la forme du message donc où la fonction poétique est prédominante[6].

Alexandre Vertinski Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Alexandre Nikolaïevitch Vertinski (en russe : Алекса́ндр Никола́евич Верти́нский) (né à Kiev le 9/21 mars 1889, mort le 21 mai 1957 à Léningrad) est un écrivain et l’un des plus grands chanteurs russes du XXe siècle. Enfance[modifier | modifier le code] La mort prématurée de ses parents le plonge à cinq ans dans une enfance misérable. Il vit alors chez sa tante et découvre la faim, le froid et les coups. La guerre et la Révolution[modifier | modifier le code] En 1913, on retrouve Alexandre au petit théâtre de miniature Mamonov à Moscou. Quand éclate la Première Guerre mondiale, « Frère Pierrot » devient infirmier militaire. Mais après la guerre, qui a une première fois interrompu sa carrière, la Révolution russe vient suspendre une seconde fois son activité. Errances[modifier | modifier le code] Il voyage, erre, se perd dans les Villes étrangères (titre d’une de ses chansons les plus célèbres). Le Pierrot russe[modifier | modifier le code]

Les Trophées Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Structure du recueil[modifier | modifier le code] Le recueil est composé de 7 parties ; les trois premières suivent un ordre chronologique : La Grèce et la Sicile (39 sonnets)Rome et les barbares (23 sonnets)Le Moyen Âge et la Renaissance (25 sonnets)L'Orient et les Tropiques (9 sonnets)La nature et le rêve (22 sonnets)Romancero (3 poèmes)Les Conquérants de l'Or (1 poème) Éditions[modifier | modifier le code] L'édition originale, in-8°, est datée de 1893 mais en réalité tirée en décembre 1892. L'édition Descamps-Scrive de 1907 (in-4°) est posthume, mais ses épreuves ont été relues par Heredia. Références[modifier | modifier le code] ↑ a et b Yann Mortelette (dir.), José-Maria de Heredia, poète du Parnasse, PUPS, 2006, p. 197.

José-Maria de Heredia Pour les articles homonymes, voir Heredia. José-Maria de Heredia photographié en 1896 par Paul Nadar. Œuvres principales Compléments Biographie[modifier | modifier le code] De retour à Cuba en juin 1859, il passe un an à La Havane, approfondissant sa connaissance de la langue et de la littérature espagnoles avec le projet d'y effectuer des études de droit. De 1862 à 1865, il suit également, en qualité d'étudiant étranger, les cours de l'École des chartes[1], où il se fait remarquer par son sérieux et sa culture. En 1884, Guy de Maupassant lui dédie la nouvelle Garçon, un bock !... En 1893, Lemerre commande au peintre Paul Chabas une vaste composition, Chez Alphonse Lemerre à Ville-d'Avray, où figurent tous les poètes du Parnasse qu'il éditait. Élu à l'Académie française le 22 février 1894 au fauteuil de Charles de Mazade, Heredia est reçu en séance publique le 30 mai 1895 par François Coppée[4]. En 1902, il fonde avec Sully Prudhomme et Léon Dierx la Société des poètes français.

Related: