background preloader

Sommes-nous seuls dans l'univers ?

Sommes-nous seuls dans l'univers ?
Il s'agit d'une question aux répercussions scientifiques et philosophiques considérables. Nous venons de présenter les lvres de deux cosmologistes 1) qui défendent une thèse que beaucoup de personnes détestent entendre formuler mais qui paraît aujourd'hui, en l'état de la science, la seule recevable : il n'est pas possible aujourd'hui d'identifier, à quelque endroit de l'univers que l'on se place, hors la Terre, de formes de vie et encore moins de formes organiques complexes susceptibles de comportement intelligents. Ceci quelles que soient les définitions que l'on donne de la vie et de l'intelligence. Cela ne veut pas dire que de telles formes n'existent pas ailleurs. Les super-Terres Il est indéniable que la mise en évidence, qui se multiplie actuellement, de planètes extérieures au système solaire et susceptibles d'habiter des formes de vie telles que nous les connaissons encourage les spéculations. L'évolution biologique répond-elle à des déterminismes généraux ?

De la vie dans l'univers Non, je ne vous parlerai pas de ET, mais de diatomées et de météorite. La théorie de la vie sur terre venant de l'espace est fortement relancée avec cette découverte. Qui est étonné de cette découverte ? J'ai rigolé en lisant en commentaire sur un site anglo-saxon que c'est la plus grande découverte depuis 5 siècles... Extrait d'un PDF en anglais dont je vous mettrai le lien source. Une découverte scientifique qui prouve une vie extra-terrestre Cet article provient d'un PDF, il est paru sur le Journal de Cosmologie, volume 21, N° 37. Il a été publié le 10 janvier 2013 par différents chercheurs. Récente découverte de diatomées fossiles sur une météorite carbonée Résumé Compte-rendu de la découverte pour la première fois de coques de diatomées dans une météorite contenant du carbone qui est tombée au nord de la province du Sri Lanka le 29 décembre 2012. *Panspermie : c'est une théorie scientifique qui affirme que la Terre aurait été fécondée de l'extérieur, par des moyens extraterrestres. 1.

La découverte d'une vie extraterrestre intelligente est imminente Nous serons bientôt capables de chercher des signaux dans un million de systèmes solaires, un nombre suffisant pour avoir une chance raisonnable de trouver une vie intelligente. Le site Astrowatch a organisé un débat passionnant entre des scientifiques américains reconnus, Seth Shostak, Paul Shuch, Douglas Vakoch et Gerry Harp, spécialistes de la traque d’un signe d’une vie extraterrestre. Et ils sont aujourd’hui optimistes sur notre capacité à la détecter et à la reconnaître. La technologie à notre disposition n’a cessé de se perfectionner et va continuer à le faire rapidement. «Compte tenu de la vitesse des progrès que nous faisons au SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence), je prévoyais il y a 5 ans que nous pourrions découvrir un signal provenant d’une intelligence extraterrestre dans les 25 ans, explique Seth Shostak, Astronome et directeur du Center for SETI Research. Chacune des trois approches peut réussir d'ici 2035 Etudier un million de systèmes solaires

Sommes-nous seuls dans l’Univers ? Les astronomes comptent répondre à cette question grâce à ce nouveau télescope Le « High-Definition Space Telescope » (HDST) est un télescope spatial qui sera envoyé dans une zone de stabilité gravitationnelle à 1,5 million de kilomètres de la Terre, de l’autre côté de la Lune. HDST aura pour mission de rechercher des traces de vie dans l’Univers. Cet engin hors du commun pourra également prendre des photographies d’une précision exceptionnelle depuis l’espace. SooCurious vous invite à en découvrir plus sur ce projet exceptionnel. Hubble a fêté ses 25 ans en avril 2015 et on pense déjà à le remplacer par James Webb (JWST), son successeur prévu pour 2018 et HDST un télescope aux perspectives d’avenir incroyables. Si le projet voit le jour, HDST serait envoyé dans une zone de stabilité gravitationnelle à 1,5 million de kilomètres de la Terre, de l’autre côté de la Lune. À la rédaction, on est persuadé que le HDST connaitra des perspectives d’avenir incroyables qui ne manqueront pas un jour de surprendre la Terre entière.

Espace. Les 116 photos choisies par la Nasa pour raconter la Terre aux extraterrestres Si des extraterrestres découvrent un jour l’une des deux sondes Voyager, ils auront accès au “Golden Record”, le message imaginé par la Nasa pour raconter la planète Terre. Le site Vox présente, en une vidéo, les photos contenues dans ce recueil. En 1977, les sondes Voyager 1 et 2 ont été envoyées dans l’espace par la Nasa avec pour mission d’explorer les confins du Système solaire. “Pas de photos montrant la guerre, la pauvreté ou la religion” En prévision, les scientifiques ont missionné l’astronome Carl Sagan pour réaliser, avant le départ des deux sondes, le Golden Record : un ensemble de sons et d’images censé donner un aperçu de la vie sur la planète Terre. Au programme : des équations mathématiques, des photos de paysages, des schémas de l’anatomie humaine, des photos d’avions et de trains… “Le comité a délibérément choisi de ne pas inclure de photos montrant la guerre, la pauvreté, les maladies, les crimes, les idéologies ou la religion”, précise Vox.

Doit-on contacter les extraterrestres? Les Terriens font-ils bien d'attendre (dans le silence) qu'une intelligence extraterrestre les contacte ou devraient-ils entamer activement la conversation? Le débat scientifique sur la question est épineux. Cela fait maintenant plus de cinquante ans que les astronomes ont lancé la première tentative pour faire la chasse aux signaux radio de civilisations extérieures à notre système solaire de façon systématique –une quête connue sous le nom de recherche d’une intelligence extraterrestre, ou SETI, pour Search for Extra-Terrestrial Intelligence. Les partisans d’un «SETI actif» sont de l’avis que, plutôt que de chercher à entendre les signaux d’une intelligence extraterrestre de façon passive, nous devrions être en train d’essayer d’atteindre nos voisins de galaxie de façon active –que nous devrions utiliser nos émetteurs radio les plus puissants (tels que le radiotélescope géant d’Arecibo, sur l’île de Porto Rico) pour envoyer des messages en direction des étoiles les plus proches.

Bonne nouvelle ! Nous n’avons pas découvert de planètes habitées La semaine dernière, les scientifiques ont annoncé la découverte de Kepler-186f, une planète se trouvant dans la constellation du Cygne à 492 années lumières de la Terre. Kepler-186f est spéciale car il s’agit de la première planète d’une taille proche de la Terre se trouvant en orbite dans une zone habitable par rapport à son étoile. Il y a une chose dont les journaux n’ont pas parlé. Cette découverte rend légèrement plus crédible la possibilité d’une extinction prochaine de l’espèce humaine. Sommes-nous seuls ? Le Grand Filtre est un concept qui tente de résoudre le paradoxe de Fermi : pourquoi n’avons-nous pas trouvé d’extraterrestre malgré l’existence de milliards de systèmes stellaires dans notre voisinage galactique ? Cette absence de preuve d’une civilisation extraterrestre suggère qu’il manque au moins une étape pour passer d’une planète humble à une civilisation interstellaire. La cause de ce goulot d’étranglement est sujet à débat depuis plus de 50 ans.

Paradoxe de Fermi Pour les articles homonymes, voir Fermi. Vue d'artiste des trois étoiles de l'exoplanète HD 188753 Ab, à partir d'un hypothétique satellite de cette dernière Le paradoxe de Fermi est le nom donné à une série de questions que s'est posées le physicien italien Enrico Fermi en 1950, alors qu'il débattait avec des amis de la possibilité d'une vie et d'une visite extraterrestre, compte tenu du modèle corallien de colonisation galactique. Fermi, lauréat du prix Nobel en 1938, et alors qu'il est impliqué dans le projet Manhattan à Los Alamos aux États-Unis, déjeune avec plusieurs de ses amis et collègues (Emil Konopinski, Edward Teller et Herbert York). Lors du repas, il en vient à demander où sont les extraterrestres, et pose le principe du paradoxe qui porte son nom. Celui-ci est lié à la question de savoir pourquoi l'humanité n'a, jusqu'à présent, trouvé aucune trace de civilisations extraterrestres alors que le Soleil est plus jeune que beaucoup d'étoiles situées dans la galaxie. Robert A.

Kepler découvre cent nouvelles exoplanètes, dont cinq habitables Illustration des quatre planètes rocheuses légèrement plus grosses que la Terre découvertes par Kepler autour de l’étoile K2-72 (une naine rouge). Deux d’entre elles sont dans la zone habitable de cette étoile plus froide que le Soleil. K2-72c, dont la période orbitale est de 15 jours, serait 10 % plus chaude que la Terre. K2-72e, où l’année dure 24 jours, serait quant à elle 6 % plus froide. Kepler découvre cent nouvelles exoplanètes, dont cinq habitables - 2 Photos Deux ans après que le cap des 1.000 exoplanètes découvertes a été franchi, leur nombre a été multiplié par trois. La chasse fut très bonne pour Kepler au cours de sa première campagne d’investigation, entre 2009 et 2013, où plus de 150.000 étoiles furent surveillées à travers une fenêtre du ciel boréal en direction de la Lyre et du Cygne. 104 nouvelles proies, sur 197 candidats (il y a 30 faux positifs et 63 cas ne sont pas encore confirmés), viennent en effet de s’ajouter à la collection. À voir aussi sur Internet

Stephen Hawking : "Un trou noir est une porte vers un autre Univers" "Un trou noir est une porte vers un autre Univers !" Il ne se passe pas une semaine sans que le célèbre physicien britannique Stephen Hawking ne déclare sa passion des trous noirs. Après sa récente proposition de voyage interstellaire voici une nouvelle invitation pour atteindre d'autres mondes ! Lors d’une conférence à Harvard, lundi 18 avril, comme le rapporte Boston Globe, le chercheur a présenté les trous noirs - ces astres extrêmement denses qui attirent toute lumière et matière navigant à proximité de leur horizon - comme une sorte de passage secret. Le physicien se rallie ainsi à l’hypothèse actuellement très en vogue des "multivers", pour désigner les multiples autres univers possibles. L'évaporation quantique Ces trous noirs sont, selon le physicien britannique qui a consacré sa vie à leur étude, des astres "plus étranges que tout ce qui a été imaginé par les auteurs de sciences fiction." Des trous noirs de laboratoire

Stephen Hawking annonce StarShot, une nouvelle étape dans l'exploration spatiale ANNONCE. On savait que le célèbre astrophysicien Stephen Hawking s'était associé avec l'entrepreneur russe Youri Milner pour lancer le projet Breakthough Listen. Doté d'un budget de 100 millions de dollars (soit 92 millions d'euros), il avait été présenté au moment de son lancement comme une ambitieuse tentative d'entrer en contact avec une intelligence extraterrestre. Aujourd'hui, Breatkthough Listen prend une autre ampleur avec l'annonce faite en direct sur internet par le scientifique britannique.

Les extraterrestres sont-ils des pieuvres aveugles ? On connaît déjà le Seti, la fondation américaine dont l'objectif est de détecter d'éventuelles émissions (radio ou autres) provenant de civilisations extraterrestres. On connaît beaucoup moins le Meti, une organisation qui envisage également, sur un plan scientifique, la communication dans l'autre sens : envoyer des messages aux extraterrestres. Mercredi, le Meti a réuni des chercheurs de différentes disciplines pour évoquer la nature de l'intelligence dans l'univers... Et mettre sur le tapis quelques questions assez intrigantes sur nos potentiels voisins galactiques. Car communiquer, c'est bien, mais encore faut-il savoir comment communiquer, et surtout avec qui. L'intelligence "aussi rare que la queue d'un paon" ? On peut penser que les espèces intelligentes sont légion, mais y a-t-il pour autant de nombreuses civilisations qui attendent notre appel ? On n'a peut-être pas les mêmes sens Pieuvre commune (OpenCage via Wikimedia Commons) Communication à sens unique

A quoi ressemble la vie extraterrestre ? Peut-être à ça PORTRAIT-ROBOT. Quels sont les points communs entre un escargot, une autruche et une baleine ? Ils sont innombrables : habitants de la même planète Terre, ces espèces si dissemblables sont en effet issues de la même chimie originelle basée sur l’eau et le carbone, utilisant l’ADN et l’ARN comme support pour leur code génétique. Cette architecture de la vie, la seule que nous connaissions à ce jour, est-elle universelle ? Bien malin qui pourrait répondre. Il y a quelques décennies, des chercheurs ont émis l’idée que des formes de vie pourraient s’être développées à partir du silicium, de l'arsenic, du phosphore ou du chlore à la place du carbone, utilisant de l'ammoniaque au lieu de l'eau. Symétrie Notre E.T. est symétrique, car il peut se mouvoir à la fois dans l’air et dans l’eau. Articulations Cet extraterrestre, qui vit sur une planète à plus faible gravité que la Terre, a une taille de 3 mètres de haut. Squelette Notre extraterrestre possède un squelette interne. Vision Couleur du sang

L'énergie noire aurait rendu possible l'évolution de la vie Une vue d’artiste du sursaut gamma GRB 080319B détecté par le satellite Swift, le 19 mars 2008. L’explosion était visible à l’œil nu et correspondait à un sursaut gamma long survenu, il y a environ 7,5 milliards d’années. © Eso L'énergie noire aurait rendu possible l'évolution de la vie - 2 Photos Il y a presque deux ans, Tsvi Piran, de l’Hebrew University à Jérusalem, et Raul Jimenez, de l’université de Barcelone, s'étaient déjà penchés sur l’impact potentiel des sursauts gamma sur l’habitabilité à l’échelle des galaxies. Rappelons que ces sursauts sont considérés comme les phénomènes astrophysiques parmi les plus violents de l’univers. Or, selon les calculs des deux chercheurs, ces rayonnements gamma peuvent dégrader dans une très vaste région de la galaxie la couche d’ozone des planètes possédant une atmosphère ressemblant à celle de la Terre. Les deux astrophysiciens viennent de réviser leurs travaux sous un nouvel angle, comme ils l’expliquent dans un article déposé sur arXiv.

Exobiologie : la vie aurait débuté sur des exoplanètes carbonées Les plus anciennes formes de vie seraient nées sur des planètes carbonées. Ici, une vue d'artiste représentant une planète de ce type autour de son étoile. Elle pourrait contenir de l'eau liquide en surface mais aussi des hydrocarbures et être constituée d'une fine couche de graphite et de diamant. © Christine Pulliam Exobiologie : la vie aurait débuté sur des exoplanètes carbonées - 1 Photo Le concept de planète carbonée a été proposé en 2005 par Marc J. Selon la chercheuse, cela suggérait que l’embryon planétaire à l’origine de la géante – qui s’était développé dans le disque protoplanétaire – devait s’être formé dans une zone particulièrement riche en carbone. On pouvait développer l’hypothèse un cran plus loin. L'astrophysicien et cosmologiste Jean-Pierre Luminet nous parle des exoplanètes. © Futura-Sciences Des océans avec une atmosphère de monoxyde de carbone En effet, des noyaux plus lourds que l’hydrogène, l’hélium et le lithium se forment dans les étoiles. Sur le même sujet

Related: