background preloader

Construire des compétences, tout un programme !

Construire des compétences, tout un programme !
Related:  Socle Commun & CompétencesCompétencesArticles

"Comment l’enseignement fondé sur les compétences peut-il devenir profitable aux élèves ?"- Ac Poitiers M Dominique RAULIN, ancien secrétaire général du Conseil National de Programmes et directeur du CRDP du Centre, s’adresse ici à un auditoire constitué de CPE, d’enseignants et de chefs d’établissement de collèges et de lycées.En un mot, M. Raulin argumente sur la nécessité de réorienter l’enseignement vers la prise en compte des compétences et non plus seulement des contenus de savoir. Seule cette démarche lui apparaît de nature à prévenir le décrochage scolaire. (Pour plus de lisibilité, la conférence, qui dure près de 2h30, a été segmentée en 4 parties.) Dans son introduction, Dominique Raulin relate rapidement son parcours de l’enseignement des mathématiques au secrétariat général du conseil national des programmes. Dans la première partie, Raulin insiste sur l’importance de l’inscription du terme de compétence dans le socle commun. Dans la troisième partie, Dominique Raulin commence par rappeler que l’on n’évalue que ce que l’on enseigne.

Métacognition et réussite des élèves Suffit-il de mettre les élèves en activités en classe pour qu’ils s’approprient les savoirs, savoirs faire sur lesquels est construite la séance qui leur est proposée ? L’analyse ergonomique des situations d’apprentissage scolaire amène à être très réservé dans la réponse. En effet, quels que soient les modalités pédagogiques, les supports didactiques prévus, un constat s’impose : les enseignants n’arrivent pas toujours à atteindre les objectifs visés.Eviter qu’il y ait autant d’élèves en difficultés d’apprentissage, d’élèves en décrochage scolaire voire en refus scolaire, d’élèves en souffrance, d’élèves en danger, c’est bien l’ambition de tous ceux qui oeuvrent dans ce monde complexe de l’Éducation.Que faire devant cette réalité ? Les enseignants tentent de les aider à retrouver le chemin des apprentissages scolaires afin qu’il apprennent les savoirs scolaires que l’Ecole s’engage à leur donner et définissent sur cette base la plupart des activités qu’ils leur proposent. Gagné P.

François-Marie GERARD Lavage de cerveau versus Éducation: L’Occident répand l’idiotie intellectuelle universelle Est-ce qu’un dictateur pourrait désirer mieux? La population entière de l’Empire, ou presque, pense maintenant de la même manière! La population est instruite dans les écoles et le personnel des universités est composé d’enseignants et de professeurs soumis et lâches. La population est informée par des centaines de milliers de journalistes et d’analystes serviles. Félicitations, l’Empire occidental! Et encore mieux, la plupart des gens pensent réellement qu’ils sont libres, qu’ils ont le contrôle. Des dizaines de millions font la queue, volontairement, demandant à être instruits pour obtenir à la fin un de ces diplômes impériaux officiels. Les gens offrent leurs propres têtes courbées à une intervention complexe et prolongée de lobotomie. Le degré extrême de conformité de la majorité des hommes et des femmes vivant dans nos sociétés rend les vieux livres comme Fahrenheit 451 et 1984 modérément dérangeants. Des millions d’étrangers se bousculent pour bénéficier aussi de cette lobotomie.

Compétences Le système éducatif français se trouve confronté à la nécessité d’améliorer ses performances qui, dans le cadre des comparaisons internationales, souffrent de résultats médiocres. Moins efficace, en ce sens que le niveau moyen de ses élèves reste inférieur à celui constaté dans d’autres pays au développement comparable, il est de surcroît moins équitable car il ne parvient pas à réduire les écarts qui affectent les résultats des différentes catégories d’élèves. Ce constat est sans doute imputable à une capacité trop limitée à assurer une régulation performante des processus d’enseignement / apprentissage. Or chacun sait que cette démarche régulatrice est fortement dépendante des pratiques d’évaluation développées, qui doivent permettre d’accroître le niveau de lucidité des élèves et de ceux qui les accompagnent, condition indispensable à la détermination des orientations adaptatives de l’action et à la mobilisation des efforts. Olivier Dugrip

Un aide à se comporter | Didactique professionnelle 31 mai 2013 Henri Boudreault Didactique professionnelle L’aide à se comporter est utilisée lorsque vous désirez vous attaquer à l’apprentissage des savoir-être. Le savoir-être est associé au comportement qu’un individu manifeste lors de la réalisation d’une tâche dans un contexte donné. L’aide à se comporter permet d’expliciter ce que l’on entend par attitudes ou qualités professionnelles visées. Pour fournir aux participants à une formation une aide à se comporter, il faut, dans un premier temps, pouvoir déterminer le savoir-être (les attitudes) de telle sorte que les participants en aient une représentation univoque. C’est-à-dire, qu’il faut nommer le savoir-être et ensuite le définir. 1. Le savoir-être est un état d’esprit qu’une personne adopte à l’égard d’elle-même ou envers les autres dans une situation, selon les circonstances ou les événements, qui l’incite à être ou à agir d’une certaine façon. 2. 3. 4. Like this: J'aime chargement…

compétences et situations complexes in G. Baillat., D. Niclot & G. Ulma (Dir.). Télécharger la publication 1. L'approche par les compétences vise à rendre les élèves capables de mobiliser leurs savoirs et savoir-faire pour résoudre des situations-problèmes (Le Boterf, 1994 ; Rey, 1996 ; Perrenoud, 1997 ; De Ketele, 2000 ; Roegiers, 2000 ; Legendre, 2001 ; Jonnaert, 2002). Dans cette perspective, les outils d'évaluation des acquis des élèves ne peuvent plus se limiter à prélever un échantillon de contenus et/ou d'objectifs opérationnels, mais proposent une ou des situations complexes, appartenant à la famille de situations définie par la compétence, qui nécessiteront de la part de l'élève une production elle-même complexe pour résoudre la situation (Beckers, 2002 ; Roegiers, 2004 ; Rey, Carette, Defrance & Kahn, 2003 ; Scallon, 2004 ; De Ketele & Gerard, 2005 ; Gerard - BIEF, 2008 ; Tardif, 2006). L'élaboration, l'utilisation et la validation de tels outils ne sont pas sans difficultés (De Ketele & Gerard, 2005) : 2. 3. 6.

Les trois axes de la marchandisation scolaire - L'école démocratique La thèse soutenue ici est que ces mutations sont le fait d’ une mise en adéquation profonde de l’ École avec les nouvelles exigences de l’ économie capitaliste. Ce qui est en cours de réalisation, c’ est le passage de l’ ère de la « massification » de l’ enseignement à l’ ère de sa « marchandisation ». De sa triple marchandisation faudrai-il dire. En effet, l’ appareil scolaire - le plus imposant service public qui ait jamais existé - est appelé à servir mieux et davantage la compétition économique, et ce de trois façons : en formant plus adéquatement le travailleur, en éduquant et en stimulant le consommateur et enfin en s’ ouvrant lui-même à la conquête des marchés. L’ école primaire du XIXe siècle se développa d’ abord comme un lieu de socialisation. La parcellisation et la déqualification du travail manuel, résultats de l’ industrialisation, avaient démantelé petit à petit le système maître-apprenti hérité du moyen âge. Les trente glorieuses Un nouveau contexte économique Dérégulation

Présentation du socle Vers un nouveau socle commun La loi du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République prévoit un nouveau socle commun de connaissances, de compétences et de culture (article 13) Article L. 122-1-1 du code de l'éducation modifié : La scolarité obligatoire doit garantir à chaque élève les moyens nécessaires à l'acquisition d'un socle commun de connaissances, de compétences et de culture, auquel contribue l'ensemble des enseignements dispensés au cours de la scolarité. Le socle doit permettre la poursuite d'études, la construction d'un avenir personnel et professionnel et préparer à l'exercice de la citoyenneté. Les éléments de ce socle commun et les modalités de son acquisition progressive sont fixés par décret, après avis du Conseil supérieur des programmes. Le socle commun en vigueur en 2013-2014 Le socle commun a été institué par la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'École du 23 avril 2005 Socle et programmes

L’approche par compétence Il est question d’un modèle d’apprentissage basé sur le développement des compétences dans un contexte de formation professionnelle et technique. L’écart est souvent grand entre la formation dispensée au sein des établissements de formation et le milieu du travail. Cet article qui n’est qu’un modeste résumé des travaux de M. Bourdreault vous donnera quelques pistes de réflexions. Crédits photos UQAM. En deux mots un enseignant doit être capable de distinguer les objets d’apprentissage d’une formation, être capable de développer les concepts liés et de les rendre perceptibles et compréhensibles. 1) La compétence professionnelle c’est quoi ??? La compétence professionnelle est au-delà de la simple acquisition de connaissances ou du développement d’habiletés. Le rôle d’un professeur est donc de mettre en œuvre des situations d’apprentissages contextualisées permettant de relever les défis didactiques authentifiés : Comprendre, réussir, réaliser, s’dapater etc. 2) Les 4 étapes de la compétence

Séminaire LPC La tâche complexe : définition La tâche complexe est une tâche mobilisant des ressources internes (culture, capacités, connaissances, vécu...) et externes (aides méthodologiques, protocoles, fiches techniques, ressources documentaires...). Elle fait donc partie intégrante de la notion de compétence. Dans ce contexte, complexe ne veut pas dire compliqué. La définition retenue dans le texte du socle : « chaque grande compétence du socle est conçue comme une combinaison de connaissances fondamentales pour notre temps, de capacités à les mettre en oeuvre dans des situations variées d’attitudes indispensables tout au long de la vie, comme l’ouverture aux autres, le goût pour la recherche de la vérité,le respect de soi et d’autrui, la curiosité la créativité » La tâche complexe : pourquoi ? « Dans la vie courante, les situations sont toujours complexes, à un degré plus ou moins important. Confronter les élèves à des tâches complexes permet de : On va prendre en compte leurs différences :

Related: