background preloader

Au secours commentez, likez, interagissez !

Au secours commentez, likez, interagissez !
Cet article a été publié il y a 2 ans 2 mois 15 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. L’idée de cet article m’est venue car je participe actuellement à un concours organisé par Samsung dont l’objet est de raconter une anecdote mobile et obtenir le plus grand nombre de votes. Les articles les plus notés feront ensuite l’objet d’une sélection par un jury. Avertissement : tout ce qui suit ne fera référence qu’à un aspect quantitatif des interactions sociales. Obtenir des interactions est toujours gratifiant car cela témoigne du fait que nous parvenons à satisfaire et intéresser notre communauté. Prenons l’exemple de la page de Bref (la mini série de canal +) qui a connu un succès phénoménal et qui propose un contenu typiquement “web” et viral (par son format, les sujets abordés et sa tonalité décalée). Isabelle Mathieu rappelle dans son article (Quel est le taux d’engagement moyen d’une page Facebook ?) Related:  facebook articles

Upper Playground | Zuck-1 and More Facebook Office Painting with David Choe In our continuing series of posts from David Choe’s trip to Facebook this past weekend to paint the new office headquarters in Menlo Park, California, we follow Dave as he paints around Mark Zuckerberg’s desk (and on his desk and laptop for that matter), and in the Facebook lounge. Looks like the FB crew had a nice surprise or 10 when they got back to the office on Monday morning. TechCrunch Le coût des fans sur Facebook Ce n’est plus à prouver, Facebook est beaucoup utilisé par les entreprises pour communiquer. L’un des avantages souvent mis en avant est qu’il s’agit d’un outil gratuit. Mais il peut aussi avoir un coût, notamment lorsque l’on souhaite faire de la publicité et essayer d’augmenter le nombre de ses fans. C’est l’objet de cette infographie, qui donne quelques chiffres sur le marketing sur Facebook. Tout d’abord, de nombreuses entreprises utilisent le réseau social afin de se faire connaître : c’est le cas pour 69% des petites entreprises. C’est donc un levier fréquemment utilisé. Nombreuses sont les entreprises qui utilisent le système de publicité de Facebook pour espérer voir son nombre de fans augmenter. Infographie réalisée par Flowtown

Locita Facebook: Keep It Simple! » Article » OWNI, Digital Journalism Huit propositions pour une utilisation intelligente et une optimisation de sa page Facebook. Damien Van Achter fait partager son expérience de "social media manager". Les marques se ruent sur Facebook. Au cours des trois dernières années, j’ai exploré les différentes possibilités qui s’offraient à la RTBF de tirer parti de Facebook. Comment Facebook peut devenir utile - Avant de vous lancer, fixez-vous des objectifs quantitatifs ET qualitatifs. - Être sur Facebook s’envisage sur le long terme. - Ne survendez pas votre soupe. - Animer une page, c’est un peu comme animer un camp de vacances. - Ne dévoyez pas le like. - Monitorez vos stats. - Facebook fonctionne comme un club exclusif dont les membres s’attendent à être privilégiés. - Donnez à voir, à entendre, à lire, tout ce qui peut permettre à vos fans de comprendre l’état d’esprit dans lequel vous/votre boîte se trouve à l’heure actuelle. Oser le “lâcher prise” Illustration Flickr CC Jeff Casillas et Pascal

Baisse du reach Facebook : que faire ? Cet article est l’adaptation française du post de notre PDG Robin Grant : « How to react to halved reach on Facebook ». Comme vous l’avez peut-être lu sur AdWeek, de nouvelles études démontrent que Facebook a réduit de moitié la portée (« reach ») des messages des pages de marques, ce qui signifie que même si les fans voient encore la majorité des messages les plus engageants, ils seront beaucoup moins susceptibles de voir ceux qui le sont moins. Lorsque Facebook annonce que « tout contenu [de marque] se doit d’être aussi engageant que les messages de vos amis ou de votre famille », ceci signifie que les marques vont devoir adapter leur stratégie de contenus sociaux, passer plus de temps sur des publications à forte valeur ajoutée qui résonneront auprès de leur communauté, et compléter leur stratégie par des campagnes media. Comme vous pouvez le constater sur le schéma ci-dessous, il semble y avoir eu une baisse significative de la portée des pages depuis la fin du mois d’août.

Facebook s'offre la messagerie WhatsApp pour 19 milliards de dollars Welcome to Forbes Thanks for coming to Forbes. Please turn off your ad blocker in order to continue. To thank you for doing so, we’re happy to present you with an ad-light experience. Hi again. Looks like you’re still using an ad blocker. Please turn it off in order to continue into Forbes' ad-light experience. Thank you for turning off your ad blocker! Thank you for visiting Forbes. We noticed you still have ad blocker enabled. Thank you for turning off your ad blocker.

m.bfmtv.com - article High-Tech20/02 à 13:32 Mis à jour le 20/02 à 13:32 WhatsApp compte 450 millions d’utilisateurs actifs et en gagne chaque jour un million de plus. En rachetant WhatsApp, Facebook récupère une base d'utilisateurs large et dynamique, des milliards de numéros de téléphone et une position dominante sur un marché de la messagerie en pleine explosion. Facebook va payer 19 milliards de dollars pour une startup de 50 personnes fondée en 2009, dont on ne sait même pas si elle est rentable. 1. WhatsApp compte 450 millions d’utilisateurs actifs et en gagne chaque jour un million de plus. Par ailleurs, les abonnés de WhatsApp sont particulièrement actifs: 70% d’entre eux utilisent l’application tous les jours. 2. En rachetant WhatsApp, Facebook met également la main sur un annuaire géant. 3. L’avenir de Facebook est dans l’univers mobile. 4. Facebook Messenger est beaucoup utilisé aux Etats-Unis, mais pas vraiment ailleurs. 5. La messagerie mobile est l’une des "killer app" du smartphone. Lire aussi:

Facebook : l’homme qui fait le mur En 2012, Greg Marra s’est amusé à créer sur Twitter un faux profil automatisé : @Trackgirl, l’amie idéale des passionnés de jogging. Cette femme interagissait avec ses abonnés, postait des liens, commentait l’actualité du monde du running. Elle a rapidement gagné des followers, mais ceux-ci étaient loin de se douter que ce compte était un robot. Cette expérience a valu à Greg Marra, qui dit sur son site «adorer créer des choses qui prennent vie par elles-mêmes», un article dans Wired, magazine «tech» de référence aux Etats-Unis. Est-ce cela qui a valu à ce salarié de Google, passionné de robots, d’être débauché par Mark Zuckerberg ? Un mois plus tard, ce diplômé d’Olin College (une école d’ingénieurs près de Boston, sa région d’origine) était bombardé chef de produit du newsfeed de Facebook. Dépendants. Les médias américains sont donc plus en plus dépendants de l’algorithme de Greg Marra, aussi bien pour leur audience et leurs revenus. L’algorithme du newsfeed est secret.

Pourquoi Facebook installe des chercheurs à Paris (et autres questions) Le réseau social américain a annoncé l’ouverture, dans la capitale, d’un laboratoire de recherche dédié à l’intelligence artificielle. Inquiétant ou réjouissant ? Explicateur. Facebook a annoncé mardi l’installation d’une équipe de chercheurs spécialisés dans l’intelligence artificielle à Paris. Une poignée de mathématiciens et d’informaticiens vont donc travailler sur la reconnaissance vocale, la traduction, la lecture d’images et l’apprentissage automatique (« machine learning ») et profond (« deep learning »). Voici les questions qu’on se pose. Pourquoi la France ? Nous sommes merveilleux Le communiqué officiel de Facebook mentionne « l’excellence de la France » dans ces domaines de recherche et l’attractivité de la capitale. Au téléphone, la com’ en jette encore : « La France a une éducation très axée sur les mathématiques et la physique, de très bons élèves et donc un bassin vivace dans ces domaines-là. » Intel en Essonne Il rejoint Facebook à la fin 2013. Google et Microsoft à Londres

Oui, le reach sur Facebook continuerait de baisser | Presse-Citron L’année dernière, la société Ogivly publiait les résultats d’une étude menée sur des pages de marques qui totalisaient plus de 48 millions de likes et qui a montré qu’entre 2012 et 2014, la portée organique des pages Facebook étudiées est passée de 16 % à 6,15 %. De ce fait, la chute du reach organique n’est plus vraiment une actualité. Par ailleurs, Facebook avait déjà expliqué que la chute du reach organique moyen sur le réseau social est due à l’augmentation du nombre de publications candidates pour l’affichage sur le fil d’actualité. En tout cas, quoi qu’il en soit, il semblerait que cette baisse du reach ne se soit pas arrêtée. L’entreprise a constaté que pour les pages Facebook qui ont été étudiées, le reach moyen est passé de 8,34 % en mai à 7,25 % en octobre (le nombre de personnes atteintes par un post sur le nombre de personnes qui aiment la page). Sinon, d’après cette étude, la vidéo serait le type de publication le plus susceptible d’avoir un reach maximal.

Biggest drop in Facebook organic reach we have ever seen Facebook Explore Feed is rolling out globally this week. Most people around the world can see it in their bookmarks and they can discover new content here. But in Slovakia, Sri Lanka, Serbia, Bolivia, Guatemala and Cambodia it works differently: all posts by pages are moved from newsfeed to Explore Feed. In main newsfeed are now just friend and sponsored posts.

Related: