background preloader

La cartographie du cerveau

La cartographie du cerveau

Les 5 sens Le toucher Partout sur notre peau, se trouvent des récepteurs tactiles appelés mécanorécepteurs. Sensibles à la force, à l'intensité, à la chaleur, ils sont très inégalement répartis. Au bout de nos doigts ou sur les lèvres, la densité des mécanorécepteurs est très forte, dans le dos, elle est très faible. La douleur est véhiculée par des fibres différentes, plus fines et plus faciles à neutraliser par un anesthésique local. Alors que toutes les sensations aboutissent dans le cortex, ce dernier est insensible à la douleur. Le centre de la douleur se trouve en effet dans le thalamus (au milieu du cerveau). La vision Les informations visuelles arrivent à la rétine sous forme de lumière. L'une d'elle est par exemple spécialisée dans la perception du mouvement. Il existe deux voies principales de traitement de l'information visuelle : la voie ventrale, celle de l'identification de l'objet ("qu'est-ce que c'est"), et la voie dorsale, celle de la position de l'objet ("où est-ce").

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Un premier modèle de l’organisation générale des fonctions langagières dans le cerveau a été proposé par Geschwind dans les années 1960-1970. Il s’agit d’un modèle dit « connexionniste » qui s’inspire des études lésionnelles de Wernicke et de ses successeurs, d’où son nom de modèle Wernicke-Geschwind. Son hypothèse centrale est que les troubles du langage proviennent d’une rupture dans un réseau de modules fonctionnels connectés en série. Selon ce modèle, chaque module prendrait en charge une des différentes caractéristiques du langage (perception, compréhension, production, etc.) et seraient reliés entre eux par une chaîne de connexions bien précise. S’il s’agit maintenant de lire un mot à voix haute, l’information est d’abord perçue par le cortex visuel pour ensuite être transférée d’abord au , et de là à l’aire de Wernicke. Qu’on l’entende ou qu’on le lise, c’est dans le lexique mental de l’aire de Wernicke que le mot est reconnu et correctement interprété selon le contexte.

Le langage Les deux aires principales du langage ont été parmi les premières à être identifiées. C'est Broca et Wernicke, qui en examinant des cerveaux d'aphasiques, remarquèrent que ces derniers présentaient des lésions cérébrales identiques. Chez 95% des gens, ces deux zones se situent dans l'hémisphère gauche. La compréhension Le processus permettant de donner un sens à des paroles est très complexe. Le cerveau doit d'abord distinguer le langage des bruits environnants, dirigés vers d'autres zones. Des neurologues ont ainsi identifié une petite zone proche de l'aire de Wernicke chargée exclusivement de la reconnaissance des consonnes ! Le "parler"La "production" de langage est elle située à un atout autre niveau, celui de la zone de Broca. La lecture et l'écriture, contrairement à la parole, ne font pas intervenir les zones du langage.

Le rôle du cerveau dans la vision - [la cordonnerie] la cordonnerie Anciens programmes > Classe de Première L (ancien programme) > Représentation visuelle du monde Le rôle du cerveau dans la vision 1L : Cours des semaines 09 et 10 et 11 vendredi 23 novembre 2007 par Cordonnier Navigation rapide Le cours :, p1 Le cours : Les documents projetés pendant le cours : Le plan et les documents en mode texte. le cerveau visuel le polycopié distribué en classe. illusions + plasticité autres illusions : le carré pulsant creux et bosses (la même image retournée) image ambiguë : vieille femme ou jeune fille ? image ambiguë : indien ou inuit ? Des femmes nues, ou un visage d’homme ? images retournables : Dance, même quand on le retourne Deux visages différents : Un visage et une case africaine Voir aussi les pages suivantes : Cordonnier

La mémoire Le cerveau humain peut enregistrer environ un million de milliards de bits, soit infiniment plus que n'importe quel ordinateur. Mais à la différence de ce dernier, la mémoire humaine est sélective : elle ne garde que les informations potentiellement utiles. Mémoire à court et à long terme Deux types de mémoires coexistent selon la durée pendant laquelle le cerveau doit garder les informations. La mémoire à court terme, aussi appelée "mémoire de travail", nous permet de retenir quelque chose pendant quelques secondes (un numéro de téléphone par exemple), alors que la mémoire à long terme est constituée des souvenirs accumulés sur des années. L'hippocampe, clé de la mémoire Cet organe joue un peu le rôle d'une "imprimante", en faisant passer les données de la mémoire à court terme vers la mémoire à long terme. La mémoire associative L'hippocampe intervient à nouveau lorsqu'il s'agit de rassembler différents éléments ; c'est la mémoire "associative".

La vue Fonctionnement de l'oeil humain Du point de vue optique, les yeux de tous les animaux ressemblent à des appareils photographiques à pellicule : 1. la lentille de l'oeil forme une image inversée des objets sur la rétine. Avant d’atteindre la rétine, les rayons lumineux traversent les milieux transparents de l’œil : Au cours de ce trajet, la cornée et le cristallin font subir un changement de direction aux rayons lumineux (les physiciens disent : une réfraction). Si on regarde quelque chose de lointain (au-delà de 5 m environ), l’image tombe exactement sur la rétine. 2. la rétine joue le rôle de film photographique. La rétine possède 2 types de photorécepteurs : Les bâtonnets doivent leur nom à leur forme allongée. Tout savoir sur la vision des couleurs En résumé, on distingue dans l’œil : Les cellules sensorielles traduisent cette réaction chimique en activité électrique (message nerveux) qu’elles transmettent aux neurones. Comment l'oeil s'adapte-t-il à la lumière ? Les mouvements des yeux

Comprendre le cerveau C'est au cours du développement embryonnaire que se construit le cerveau : 250 000 neurones se créent chaque seconde chez le fœtus ! Mais dès 25 ans, le nombre de neurones baisse inexorablement à raison de 100 000 en moins par jour. Car contrairement aux autres cellules, les neurones ne se renouvellent pas. Un réseau complexe Le cerveau ressemble à un immense réseau de fils électriques. Les neurones sont des cellules comme les autres, mais ont une forme assez originale : à partir d'un corps central (10 à 50 millièmes de millimètres) partent des "bras", les dendrites, et une "queue", l'axone.

Being Multiple in a Singleton World by Lisa Featherston Dissociative Identity Disorder (DID), otherwise known as Multiple Personality Disorder, is an elaborate and ingenious coping mechanism used and perfected, usually by a young child, in response to severe trauma. It was first described by Paracelsus in 1645, who wrote about a woman who had amnesia for an alter personality who stole her money. Controversy about whether this disorder exists has been common for as long as it has been documented; however, Multiple Personality Disorder was officially added to the DSM-III ( Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders , third edition ) by the American Psychiatric Association in 1980. The Dissociative Continuum Every human being dissociates to some degree. Oftentimes following a life-threatening situation such as a car accident or natural disaster, people seem to function in a daze and later report they don’t remember what they did or said. Organization of the Internal System Alters Amnesiac Barriers How Others React

Related: