background preloader

Sciences Po - Accueil

Sciences Po - Accueil

IRI - Institut de recherche et d’innovation du centre pompidou, Accueil Groupe d’Économie Mondiale Après 2050 l’espèce humaine s’éteindra Constat guère réjouissant, mais espoir tout de même, mardi au Tribunal pour les générations futures. Procureur, accusés s’affrontaient lors d’une conférence spectacle en forme de procès. Au cœur du débat : la surpopulation. Sommes nous trop nombreux pour les ressources de la planète. Mais surtout allons nous demeurer aussi nombreux. Pas si sûr, selon des démographes. Hier, l’INSEE communiquait ses derniers relevés de la population française, mettant en évidence une croissance de dix millions d’âmes en trente ans. Comme dans tout bon procès, la parole est à l’expert, place à l’objectivité. Pour parler du futur, nous devons remonter le passé, 2000 ans en arrière. À titre d’exemple, entre 1800 et 2000, la population Européenne a été multipliée par quatre. Autrefois, les familles faisaient six enfants en moyenne, mais la moitié mourrait en bas âge, la population n’augmentait donc pas. Un nouvel équilibre est alors apparu, en Europe, en Amérique et en Asie. Comment éviter le cataclysme ?

Mooc : la standardisation ou l’innovation Le développement des cours en ligne massifs et ouverts (Mooc pour massive online open courses) attise autant l’enthousiasme que le rejet. Pourtant, comme nous l’avons déjà signalé, ils n’ont rien de magique et paraissent bien souvent plus une réponse économique qu’éducative. En accentuant la concurrence entre universités et entre les étudiants eux-mêmes… les Mooc semblent répondre à un problème pédagogique par une solution économique très spécifique. Or, l’enjeu éducatif n’est pas là. C’est ce que nous explique dans cette tribune Dominique Boullier, professeur de sociologie à Sciences Po, coordinateur scientifique du MediaLab et directeur exécutif du projet d’innovation pédagogique Forccast. Le projet des Mooc consiste à standardiser l’apprentissage. La course à la plate-forme Image : Day of the Mooc par Michael Branson. La frénésie est donc à son comble. L’innovation pédagogique en question En réalité, il leur est aisé de montrer que tout a changé. La standardisation des cours

PlatformMapData Visualize regional data grids on a worldmap - Turn your numbers into a map One of the easiest way to show and compare “at a glance” regional data is showing them on a interactive world map. Regional data are social and economic macro-indicators, like GDP, scholarity, ratio of exports, number of patents, etc, sorted by country or other sub-regions. For journalists: integrating your report with an interactive worldmap enrichs it and will allow readers to “see” the issue and to interact with outputs you have published. For decision makers: creating an interactive worldmap crossing data from regional databases allows you to explore a global issue at a glance, like the GPD growth, the education rate, mortality, number of internet users, etc. We presents now two powerful webtools: the Many Eyes World Map visualization created by IBM and the OECD Factbook eXplorer developed by the swedish National Center for Visual Analytics in collaboration with OECD. 1. Many-Eyes-paste-box.gif: 2.

Hexagram-UQAM | Centre de recherche en arts médiatiques CERI Relations internationales Entretien avec Stéphanie Latte Abdallah à l’occasion de la parution de son livre Des morts en guerre. Rétention des corps et figures du martyr en Palestine aux éditions Karthala (juin 2022) La question a émergé en suivant le fil de l’enquête que je conduisais précédemment sur l’incarcération des Palestiniens en Israël, sur ce que j’ai nommé la toile carcérale, une détention à la fois massive et suspendue, c’est à dire à la fois la réalité de ces incarcérations et une possibilité plus large encore de l’être, une virtualité carcérale, qui participe notamment du système de frontiérisation à l’œuvre dans les espaces israélo-palestiniens. Des proches de défunts ont évoqué ces corps prisonniers, parfois disparus depuis de longues années et ensevelis dans ce que l’on appelle les « cimetières des nombres », des lieux où les morts n’ont pas de noms. Pour en savoir plus

Plus on est riche, moins on a de morale, c'est prouvé Des chercheurs américains et canadiens documentent l'existence d'une relation inverse entre élévation dans la hiérarchie sociale et éthique du comportement individuel. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart Dans un climat politique où il est tant question d'opposition entre les "élites" et le "peuple", voici une étude qui devrait faire couler beaucoup d'encre. Et pour cause : des chercheurs américains et canadiens documentent, dans l'édition du lundi 27 février de la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), l'existence d'une relation inverse entre élévation dans la hiérarchie sociale et éthique du comportement individuel. C'est-à-dire, exprimé de manière un peu plus directe, que plus vous êtes riche, plus vous êtes susceptible de vous comporter de manière moralement lamentable. L'équipe américano-canadienne menée par Paul Piff (université de Californie à Berkeley) a quelques arguments.

L'apprentissage collaboratif facilite la prise de décision et l'inventivité Utiliser des outils comme des bureaux tactiles multi-utilisateurs et connectés au tableau améliorerait la participation et à terme la maîtrise des savoirs inculqués. Cela, à condition que l'outil ne remplace pas l'enseignant. L'apprentissage en mode collaboratif améliore à la fois la maîtrise de matières comme les mathématiques mais aussi la vitesse d'exécution. Reste que travailler de cette manière implique des modes de faire mais aussi des technologies, comme des bureaux multi-utilisateurs et permettant plusieurs points d'interaction. En effet, d’après les recherches d’Emma M. Des bureaux connectés au tableau Dans le cadre de ce projet, baptisé SynergyNet, ils ont mis au point des bureaux tactiles et les logiciels qui les composent. Favoriser la collaboration Selon les chercheurs, de tels modes de travail favoriseraient aussi l'envie spontanée d'aider ses pairs, encouragés par le fait d'être tous rassemblés autour de mêmes supports.

Cartography and Maps for Beginners Written by Lana Law A map is an image that shows where places or landmarks are located in relation to other places and landmarks. Explorers use maps to help them get from one place to another. Explorers may also make maps in order to keep a record of what they have found. Not all maps are used for the same purpose. Some maps are designed to show the user a route or path. Step One: Determining Location When an explorer begins to make a map, he first determines his own location. For example, school bus drivers follow landmarks each day when he or she transports students to and from school. Though most of us use landmarks only to determine where we are, mapmakers must know exactly where they are on the surface of the earth so that they can make a map that any person can use. Longitude determines whether a place is west or east of the prime meridian, while latitude determines whether the point is south or north of the equator. Step Two: Determining Scale and Projection Compass Route Mapping

New Media Innovation Lab | The Walter Cronkite School of Journalism and Mass Communication

Related: