background preloader

Stagnation séculaire - Citéco Vidéo Challenge

Stagnation séculaire - Citéco Vidéo Challenge

http://www.youtube.com/watch?v=cd5vWHPtjKs

Related:  Chapitre n°1 - Quels sont les sources et les défis de la croissance économique ?A voir

De la prospérité au cauchemar : Nauru, l'île dévastée de Luc FOLLIET « L'ouvrage ne se contente pas de partir à la découverte d'un territoire lointain. Mais il raconte l'échec d'un système économique, mal appliqué et qui conduit par l'exploitation outrancière d'une seule ressource à une faillite certaine. Une leçon à méditer en pleine crise économique car Nauru, un jour même appelé "Naurutopia", est aussi un centre de globalisation. L'île fut tout à tour un enjeu pour la Grande-Bretagne, l'Australie, l'Allemagne, le Japon, les États-Unis. « Le sous-titre sent son actualité: Comment la civilisation capitaliste a anéanti le pays le plus riche du monde. « Le journaliste Luc Folliet retrace l'histoire emblématique d'un développement économique accéléré d'un pays et de son effondrement spectaculaire. [...] « Dans Nauru, l'île dévastée, Luc Folliet raconte comment une île du Pacifique est passée d'une richesse digne d'un Emirat à la ruine totale.

Les brevets et l’innovation En France, le constructeur automobile PSA est l’entreprise qui a déposé le plus grand nombre de demandes de brevet en 2019. Certains économistes estiment que le système des brevets est indispensable à l’innovation, tandis que d’autres jugent qu’il la freine. En 2019, 14 844 demandes de brevet ont été publiées en France, selon le palmarès des principaux déposants de brevets mis en ligne vendredi dernier par l’Institut national de la propriété industrielle (INPI), un établissement public. Le constructeur automobile PSA est l’entreprise qui a déposé le plus grand nombre de demandes de brevet (1 183), devant l’équipementier automobile Valeo (1 034) et l’équipementier aéronautique Safran (871). Dans un article publié en 2018, le site d’information économique Forbes présente les travaux de l’économiste américain Paul Romer, lauréat cette année-là du prix Nobel d’économie. Lire l’article. Lire l’analyse.

Pays-Bas : la ferme du futur Cet article date de plus de sept ans. Publié le 20/10/2016 20:55 Mis à jour le 20/10/2016 20:55 Durée de la vidéo : 4 min De nombreuses fermes néerlandaises ont pris le chemin de l'innovation. Dans les fermes des Pays-Bas, toutes les tâches sont désormais automatisées. Des remorques autoguidées au milieu des fermes, des poulets élevés à l'aide de caméras infrarouges et nourris par ordinateur, et des légumes qui poussent sans lumière du soleil. Au milieu des polders hollandais, voici une étable de 7000 m2 qui abrite 300 vaches laitières. Partager : l'article sur les réseaux sociaux L’actu à 18h30 Tous les soirs, recevez l'essentiel de l'actualité France Télévisions collecte votre adresse e-mail pour vous adresser la newsletter "L’actu à 18h30".

Un classique sur la destruction-créatrice : Au bonheur des dames d'Émile ZOLA Le XIXe siècle voit naître de nouveaux points de vente : les « magasins », les « marchands de nouveautés ». Ceux-ci s'opposent par leur taille, le nombre de leurs rayons et de leurs employés au petit commerce, aux « boutiques ». De nouvelles techniques de vente apparaissent, faisant appel à la publicité (la réclame), à la concurrence, à la vente de produits nouveaux, à la haute finance. Un prodigieux travail d'aménagement, de transformation et d'agrandissement de Paris est exécuté sous la direction du baron Haussmann (dans le roman, Hartmann), préfet de la Seine, et destiné à accroître le prestige du régime. Le vieux Paris est éventré ; de larges avenues rectilignes sont percées (boulevards Saint-Michel, Sébastopol, rue de Rivoli...). Ainsi naissent et se développent le Bon Marché (1852), le Louvre (1855), le Printemps (1865) la Samaritaine (1869) ; Zola s'intéresse tout particulièrement au Bon Marché, fondé par Aristide Boucicaut, et qui lui sert de modèle.

Un exemple d'innovation de commercialisation Par la force des choses, l’épidémie de coronavirus a largement favorisé le développement du shopping en ligne et de la livraison à domicile. Le secteur de l’alimentation n’y a pas échappé, y compris pour les courses que l’on faisait habituellement en traînant la patte dans les supermarchés. A l’image des « dark kitchen », des « dark stores » ont ainsi proliféré un peu partout en France, à l’image de Gorillas, Cajoo, Dija ou encore Frichti. Il faudra désormais aussi compter sur Picnic, « leader néerlandais des supermarchés online ». Il y avait les UberEats, Deliveroo et autres Just Eat pour vous apporter à domicile les plats préparés dans vos restaurants préférés. La comparaison s’arrête en effet aux grandes lignes : commande en ligne et livraison à domicile. Outre la livraison gratuite, l’entreprise néerlandaise promet « les prix les plus bas ».

Comprendre la destruction créatrice - Comprendre La notion de destruction créatrice est inséparable du processus d’innovation technologique permanent du capitalisme. Ce mouvement s’accélère sous nos yeux avec l’automatisation et la digitalisation massive de la production de biens et services : des activités sont balayées, alors que de nouvelles émergent. Cela entraine dans le même mouvement l’affaiblissement voire la disparition d’entreprises auparavant prospères, alors que s’imposent de nouveaux opérateurs. Avec l’essor des smartphones, de l’intelligence artificielle, des objets connectés ou encore de la blockchain, tout est bouleversé sous nos yeux : les produits et services, leurs usages, leur fabrication, leur distribution, les modèles d’affaires. C’est à l’économiste autrichien Joseph Aloys Schumpeter, nommé professeur à l’Université de Harvard à la fin des années 1920, que l’on doit la formulation de cette destruction créatrice. D’ailleurs, l’atout de l’innovateur peut n’être que transitoire.

Une uchronie : Sacrée croissance ! de Marie-Monique ROBIN Marie-Monique Robin signe une belle enquête sur les initiatives alternatives, qui respectent la planète, tout en retissant le tissu social et économique. Le PIB français a chuté de 8,3 % en 2020, du jamais-vu Alors qu’au sommet de l’Etat se préparent les modalités d’un nouveau confinement, le verdict est tombé : les restrictions sanitaires imposées par la pandémie se traduisent pour l’année 2020, selon les chiffres publiés vendredi 29 janvier, par une chute du produit intérieur brut (PIB) de 8,3 %. Une récession historique, qui n’atteint néanmoins pas les 11 % de recul un temps anticipés par Bercy ou les 9 % que laissaient entrevoir les dernières estimations de l’Institut national de la statistique et des études économiques. Mais il n’empêche. « On n’a jamais perdu autant depuis deux siècles, en dehors des périodes de guerre », rappelle Mathieu Plane, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). En 2019, l’économie française a produit 2 323 milliards d’euros de richesses ; en 2020, ce chiffre n’était plus que de 2 130 milliards d’euros. Pour violente qu’elle soit, cette récession aura néanmoins globalement préservé les revenus des ménages.

Des drones pollinisateurs pour remplacer les abeilles Cet article date de plus de quatre ans. Publié le 06/06/2019 11:40 Mis à jour le 06/06/2019 11:40 Durée de la vidéo : 2 min Imaginez des escadrons de drones pollinisateurs au-dessus des champs, des robots miniatures ressemblant à des insectes disparus… Ce monde où les machines remplaceraient la nature relève encore de la science-fiction – mais pour combien de temps ? "Envoyé spécial" a rencontré ceux qui travaillent à remplacer des abeilles menacées d'extinction. Dans les champs de pommiers californiens, des entrepreneurs préparent l'avenir. Pour le moment, leur start-up ne compte que quelques dizaines de clients. C'est un drone géant de 11 kilos, équipé de propulseurs ultra-rapides. Il faudra 2 kilos en tout de ce pollen, payé environ 1 euro le gramme, pour fertiliser le champ de pommiers – ce qui revient moins cher que de louer des ruches.

La stagnation séculaire : quels enjeux pour les pays industrialisés ? Gilles Dufrénot est Professeur de sciences économiques à Aix-Marseille Université, membre de l'AMSE (Aix-Marseille Sciences Economiques) et chercheur associé au CEPII. Il travaille dans les domaines de l'économie du développement, de la macroéconomie et des politiques économiques. Il a récemment publié aux Éditions Atlande Les pauvres vont-ils révolutionner le XXIème siècle ? Télécharger l'article en version pdf. Une synthèse de cet article a été publiée dans le blog des intervenants des Jéco en novembre 2017 : La stagnation séculaire : ce qui fait débat. 1. Cet article propose un survol rapide du concept de stagnation séculaire et des enjeux qu'il représente pour le débat théorique sur l'avenir du capitalisme dans les pays industrialisés. La violence de la crise financière de 2008 et la durée de la Grande Récession économique mondiale qui a suivi a remis à l'ordre du jour les doutes sur la capacité du capitalisme de marché à résister à des chocs de grande ampleur. 2. 2.1. 2.2. 3. 3.1.

Les institutions et la croissance Selon la définition de North, qui fait largement autorité, les institutions permettent de réduire l'incertitude inhérente aux relations humaines. Elles sont vécues comme les « contraintes établies par les hommes qui structurent les interactions humaines. Elles se composent de contraintes formelles (comme les règles, les lois, les constitutions), de contraintes informelles (comme des normes de comportement, des conventions, des codes de conduite auto-imposés) et des caractéristiques de leur application » (D.C. North, 1994, p. 361). Cette définition a le mérite de catégoriser les institutions en créant 2 types dans lesquels peuvent se retrouver de nombreux chercheurs : que l'on songe par exemple à la typologie du contrôle social (formel et informel). Incertitude => Cadre institutionnel => Comportements => Croissance économique Le problème, à partir de là, c'est que les institutions ne sont pas nécessairement efficientes.

La croissance est-elle nécessaire ? Le taux de croissance, c'est le chiffre auquel tout gouvernant est attaché, peut-être plus encore que celui du chômage. Que la croissance perde une décimale par rapport au chiffre prévisionnel et c'est la sanction, qu'elle en gagne et ce sera au contraire la victoire. C'est qu'il faudrait de la croissance pour relancer l'économie, l'emploi, la demande, l'offre ou encore pour faire baisser la dette. Preuve en est, la récente chute du PIB chinois à 6,5 %, au plus bas depuis près de 10 ans, qui entraîne avec elle toute l'économie mondiale. Mais la croissance est-elle le seul horizon de toute forme d'action publique ? Pour en parler, nous avons invité Anne-Laure Delatte, économiste et directrice adjointe du Centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII). La croissance est-elle nécessaire ? Est-ce qu’on a toujours connu la croissance? On peut donc se passer de croissance... Quels sont les effets négatifs de la croissance ? En quoi ces effets sont-ils dangereux ? Écouter 9 min

Gro Harlem Brundtland, Notre avenir à tous, 1987. Le plaidoyer anti-brevets d'Elon Musk, le patron de Tesla Suivre @JeromeMarinSF "Si une entreprise dépend de ses brevets, c'est qu'elle n'innove pas ou alors qu'elle n'innove pas assez rapidement". C'est par ces mots qu'Elon Musk justifie sa dernière "folie": rendre les brevets de Tesla, le fabricant de voitures électriques, accessibles à tous. "Tesla ne poursuivra pas ceux qui souhaitent utiliser, de bonne foi, ses technologies", assure l'entrepreneur d'origine sud-africaine. Le Congrès américain souhaite limiter les abus de ces sociétés, accusées de limiter l'innovation en s'attaquant aux start-up technologiques (...) "Quand j'ai débuté avec ma première société, Zip2, je pensais que les brevets étaient une bonne chose et je me battais pour les obtenir, explique M. Cela n'a pas empêché Tesla de déposer, depuis sa création en 2003, des centaines de brevets afin de protéger ses innovations. Et donc dans la capacité d'innover sans cesse. L'entrepreneur, habitué des projets les plus fous, est devenu la nouvelle icône de la Silicon Valley.

Related: