background preloader

Praxitele : du 23 mars 2007 au 18 juin 2007

Praxitele : du 23 mars 2007 au 18 juin 2007
Related:  nicolebrixSculpteurs grecs antiques

Le port antique de Rome revit grâce au virtuel Des chercheurs ont déblayé virtuellement le plus grand port antique de Méditerranée, aujourd’hui complètement ensablé, et ont remis en mouvement l’eau qui s’y trouvait. Un travail qui a permis de répondre à une question qui taraudait les archéologues depuis longtemps. Le port antique de Rome, le Portus, fut le plus grand port du monde méditerranéen antique. Il y a deux millénaires, son bassin s’étalait à perte de vue sur le delta du Tibre. Mais voilà : au fil des siècles, il a été progressivement comblé et recouvert par les sédiments charriés par la mer et le Tibre. Heureusement, grâce à la magie du virtuel, une équipe de géoarchéologues et d’océanographes a réussi (link is external) à déblayer l’immense bassin et à le rouvrir à la circulation de l’eau et des sédiments1 ! Grand comme… 275 terrains de foot ! Situé à 32 kilomètres à l’ouest de Rome, le Portus a été construit à partir de l’an 42 apr. Embouchure actuelle du Tibre. Lors de sa construction au IIe s. ap. R.

Praxitèle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sa vie est très mal connue : si sa période d'activité va de 375 à 335 av. J.-C., on ne sait même pas avec certitude ses dates de naissance et de mort. La tradition en fait le fils du sculpteur Céphisodote et le père de deux autres sculpteurs, Céphisodote le Jeune et Timarchos. Les sources antiques évoquent également sa relation avec son modèle, la courtisane Phryné. Aucun original ne peut être attribué à sa main de manière certaine, mais de nombreux types statuaires lui sont rattachés et sont parvenus à l'époque moderne par le biais de copies romaines, de figurines en terre cuite ou de monnaies. Biographie[modifier | modifier le code] On sait peu de choses de la vie de Praxitèle : on ne connaît même pas avec certitude l'année de sa naissance ni celle de sa mort. Pline l'Ancien situe son floruit (apogée) lors de la 104e olympiade (c'est-à-dire en 364-361 av. Famille[modifier | modifier le code] Phryné[modifier | modifier le code]

Mus�e de l'Image | Ville d'�pinal - L'Amour des Images Ce site est optimisé pour une résolution d'écran de 1024 x 768 pixels, et nécessite un lecteur Flash, disponible ici gratuitement. Histoire du scribe de Saqqarah Pourquoi le scribe est-il assis ? Dans l'iconographie égyptienne, le scribe est représenté dans deux attitudes spécifiques. Posant un genou à terre ou courbé, il tient le rouleau de papyrus enroulé dans la main gauche, le pinceau à peu près à angle droit par rapport au support. Quand une colonne est terminée, on enroule à nouveau le rouleau; quand la copie est terminée, on le déroule en entier pour le rouler dans l'autre sens. Pour des raisons de confort, comme en Mésopotamie, c'est avec la position assise qu'a dû naître l'habitude d'écrire selon des lignes horizontales : on comprend bien en effet que, debout avec le rouleau vertical en face de lui, le scribe ne risquait pas d'effacer les colonnes avec sa main ; en revanche, une fois assis, il devait faire un effort pénible de contraction musculaire pour ne pas courir ce risque.

Praxitele " Grâce à l'excellence de son talent, Praxitèle n'est inconnu d'aucun homme un tant soit peu cultivé... " Si Varron s'exprimait ainsi au Ier siècle avant J.-C., c'est que la renommée du sculpteur athénien du IVe siècle ne s'était pas affaiblie. Elle allait croître au cours des siècles et embellir jusqu'à nos jours. Réplique de la Vénus du Belvédère, Bronze. Base inscrite de l'Agora d'Athènes signée Praxitèle Monnaie en bronze de Cnide représentant l'Aphrodite de Praxitèle, frappée à l'effigie de Caracalla et de Plautilla Intaille gravée avec l'Apollon Sauroctone en cornaline montée sur bague en or Pausanias ou Voyage historique de la Grèce, traduit en françois avec des remarques par l'abbé Gedoyn

Eugène Isabey (1803-1886) - Par les ruelles et par les grèves Cette exposition consacrée à Eugène Isabey présente l'exploration inédite des paysages normands et bretons par un artiste dont la palette et la virtuosité font regarder autrement le spectacle de la nature. La réputation d’Eugène Isabey (1803-1886) n’a guère connu d’éclipse : l’abondance de son oeuvre a assuré sa postérité sans besoin d’un procès en réhabilitation. Fils de Jean-Baptiste Isabey (1767-1855), le plus célèbre des miniaturistes de l’Empire, Eugène sut imposer avec fougue son prénom : à la précision et à la suave délicatesse de l’un, l’autre répondit par la richesse de sa palette et la générosité de sa touche. En dramaturge romantique, Eugène Isabey orchestra d’emblée d’immenses scènes de naufrage. Ouvert aux innovations d’outre-Manche, il sut pareillement renouveler l’art du paysage lithographié, révélant une Auvergne tourmentée qui n’avait rien à envier à l’Écosse de Walter Scott. Commissaire(s) : Christophe Leribault, musée du Louvre, département des Arts graphiques

Hiéroglyphe égyptien Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode. Un hiéroglyphe[1] est un caractère de la plus ancienne écriture égyptienne. L’écriture hiéroglyphique égyptienne est figurative : les caractères qui la composent représentent en effet des objets divers, — naturels ou produits par l'homme —, tels que des plantes, des figures de dieux, d'humains et d'animaux... Apparue à la fin du IVe millénaire avant notre ère en Haute-Égypte (sud du pays), l'écriture hiéroglyphique est utilisée jusqu’à l'époque romaine, soit pendant plus de trois mille ans. Étymologie[modifier | modifier le code] Le mot hiéroglyphe dérive du grec ἱερογλύφος / hieroglúphos, formé lui-même à partir de ἱερός / hierós (« sacré ») et γλύφειν / glúphein (« graver »). Histoire et évolution[modifier | modifier le code] Une tête de bœuf, un serpent, une main...

Phidias Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». Phidias, en grec ancien Φειδίας / Pheidias (Athènes, v. 490 – Olympie, av. 430), est un sculpteur du premier classicisme grec. Biographie[modifier | modifier le code] Œuvres[modifier | modifier le code] Ses bas-reliefs sont remarquables par la rigueur de leur composition, et leur souci de rythme : se détachant du statisme des grandes frises orientales, Phidias introduit dans les scènes des contrepoints (personnages retournés, à contre-courant) et joue sur les lignes courbes, divergentes et convergentes. On lui prête également une légende : Phidias participait à un concours de sculpture d'une statue d'Athéna qui serait disposée à Athènes, à quatre mètres du sol. Dans la culture contemporaine[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] Source primaire[modifier | modifier le code]

Papyrus (papier) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir papyrus. Papyrus égyptien Le papier de papyrus ou simplement papyrus (en grec ancien πάπυρος / papyros, en latin papyrum ou papyrus), est un papier obtenu par superposition de fines tranches tirées des tiges de la plante Cyperus papyrus. Gros plan de la texture du papyrus Le principe de fabrication du papier de papyrus réside dans la superposition de fines tranches de la tige de la plante, humidifiées, placées en couches et positionnées perpendiculairement les unes sur les autres et compressées. Monopole d'État dès l'Ancien Empire, les papyrus étaient exportés dans tout le bassin méditerranéen[2]. Dans les climats secs, comme en Égypte, le papyrus se conserve convenablement, mais dès lors qu'il est humidifié, la structure se désagrège et l'encre va se diffuser dans les fibres végétales, comme ce fut le cas des manuscrits importés en Grèce et en Italie. Présentation par ancienneté

Related: