background preloader

DCRI contre Anonymous

DCRI contre Anonymous
La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) part en guerre contre les Anonymous. Jeudi, deux membres supposés étaient mis en examen dans le cadre d'une enquête sur "Greenrights" ; une opération numérique visant notamment les serveurs d'EDF. Nous nous sommes entretenus en exclusivité avec Pierrick Goujon, l'un de ces soi-disant Anonymous que la DCRI a arrêté. Pierrick Goujon, photographié à OWNI (cc Claire Berthelemy) Ce vendredi, OWNI a longuement rencontré Pierrick Goujon, 29 ans, connu sur les réseaux sous le pseudo de Triskel. Il est soupçonné par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) d’être un membre des Anonymous – même si ce mouvement militant se caractérise par l’absence totale de hiérarchie, de structures et de cartes de membres. courant août 2011 sous la banière des Anonymous participé à la campagne Greenrights, entente formée en vue de conduire des entraves par déni de service contre des producteurs/distributeurs d’électricité. 8h40. Related:  anonymous

Paroles d'Anonymous Protestation contre SOPA, PIPA et ACTA, affaire Megaupload, clash avec Christophe Barbier, membres mis en garde à vue en France... Le mouvement Anonymous refait parler de lui. Justiciers masqués ou dangereux anarchistes? 20 Minutes s'est entretenu avec plusieurs sympathisants et avec Nate Anderson, journaliste d'Ars Technica, coauteur de l'enquête au long cours Unmasked. Ce lundi matin (23 janvier), environ 400 internautes sont rassemblés dans un salon de discussion IRC (Internet relay chat). Les attaques en déni de service? Mumei (pseudo d'emprunt) a 26 ans et travaille comme technicien réseau dans une société privée. Ces deux sympathisants sont «plutôt opposés» aux attaques en déni de service (DDoS). Des actions parfois sans pitié Souvent caricaturé comme un groupe d'adolescents jouant les apprentis hackers, Anonymous peut aussi se montrer impitoyable. «La réplique fut brutale. Mouvance protéiforme De l'éthique du piratage De nombreux membres se sentent une âme de Robin des bois.

Viewpoint: V for Vendetta and the rise of Anonymous 9 February 2012Last updated at 20:03 ET By Alan Moore Author On Saturday protests are planned across the world against Acta - the Anti-Counterfeiting Trade Agreement. The treaty has become the focus of activists associated with the Anonymous hacking network because of concerns that it could undermine internet privacy and aid censorship. First published in 1982, the comic series V for Vendetta charted a masked vigilante's attempt to bring down a fascist British government and its complicit media. Many of the demonstrators are expected to wear masks based on the book's central character. Ahead of the protests, the BBC asked V for Vendetta's writer, Alan Moore, for his thoughts on how his creation had become an inspiration and identity to Anonymous. Rushton Triangular Lodge appears in Mr Moore's novel Voice of the Fire It would seem likely that the treatment afforded to the elder Tresham played some part in the general mix of grievances from which the reckless scheme ignited. Mastermind Neglect

L’opération com d’Anonymous La branche française du collectif informel Anonymous a décidé de prendre la parole, collectivement, en suivant un protocole strict. Pendant plusieurs heures vendredi soir, cinq médias ont assisté par canal de discussion interposé, à cette drôle de conférence de presse, qui révèle quelques paradoxes du mouvement. Le protocole était défini plusieurs jours à l’avance. Sur un canal de discussion en temps réel sécurisé (un canal IRC) était réunis cinq journalistes et un coordinateur. NOUS sommes anonymous, il n’y a pas de JE, et les personnes isolées qui acceptent des interviews seules, sont des erreurs, non pas de nous, mais du journaliste qui interviewe un imposteur. Début février, un mail est envoyé à un journaliste d’OWNI depuis une étonnante adresse sur yahoo.fr, un service pas vraiment réputé pour être très sécurisé. Ambiance policée Vendredi soir, la parole était maîtrisée, les mots pesés, les formulations précises, l’ambiance policée. Les usurpateurs

Lulzsec est mort, vive Anonymous 7 mars 2012 Parlons peu, parlons bien, parlons « internet is serious bizness ». Jeudi dernier, au salon du livre de Bruxelles, je discutais avec une coolos lectrice du blog qui m’a dit “c’est dommage que tu ne parles plus des Anonymous, par exemple Lulzsec, c’était intéressant”. C’est vrai, mais déjà maintenant tout le monde en parle, et puis il ne s’est rien passé qui m’inspirait particulièrement. Parfois, les attaques DDOS passent et se ressemblent. Et puis voilà que le FBI nous annonce en grande pompe qu’ils ont décapité Lulzsec – dans le texte : « We’re chopping off the head of Lulzsec ». Une série de questions s’impose immédiatement à vos esprits vifs et alertes. Comment qu’ils ont fait les mecs du FBI ? En fait, ils ont utilisé leur méthode la plus classique, celle qui fonctionne pour tous les groupes, quels qu’ils soient. Sabu a choisi l’option n°1. Tout ça se passait l’été dernier donc. Et puis là, patatra, le FBI ayant réuni assez de preuves, ils ont arrêté les autres membres.

The 2012 Anonymous Primer – What Anonymous is and What Anonymous is not <br />Guest Post by Natter The 2012 Anonymous Primer – What Anonymous is and What Anonymous is not Guest Post by Natter This is not a time line, biography, or history lesson, nor is it in any way complete. There are numerous articles and opinion pieces of varying accuracy and bias available on the web that already attempt to do those things. We'll begin with what Anonymous is not. Anonymous is not legion (digital bots don't count), omnipotent, monolithic, or all that particularly skilled at what it does (there are some individuals who are very skilled in differing fields to be mentioned later in this primer). Anonymous is not just some pimple-faced kid sitting in his parents basement smoking weed, eating Cheetos, and gulping down energy drinks, (though that does pretty thoroughly account for the bulk of the Johnnie-Come-Lately teenage fanboy's after the summers of 2009-2011). Anonymous is not what it was in 2008, although many of the most influential members and faction leaders remain. Anonymous is not leaderless.

Anonymous Has Just Released Its Own Operating System For reasons unknown at the moment, the famous and perhaps infamous hacker group Anonymous has just released its own OS. As described on Source Forge, “Anonymous-OS Live is an ubuntu-based distribution and created for educational purposes, to checking the security of web pages.” It was created under Ubuntu 11.10 and uses Mate desktop. A Tumblr blog was set up to provide updates on the development, and its About page reveals more details on the project. If you attack to any web page, might end up in jail because is a crime in most countries! It’s interesting to note that DuckDuckGo appears to be the default search engine for the OS. Here are the preinstalled apps on Anonymous-OS: - ParolaPass Password Generator- Find Host IP- Anonymous HOIC- Ddosim- Pyloris- Slowloris- TorsHammer- Sqlmap- Havij- Sql Poison- Admin Finder- John the Ripper- Hash Identifier- Tor- XChat IRC- Pidgin- Vidalia- Polipo- JonDo- i2p- Wireshark- Zenmap…and moreIncluding BroadcomBCM43xx wireless driver. ➤ Anonymous-OS

Anonymous OS est sorti… et il s’agirait d’un gros piège ? Attention, une mise à jour importante a été publiée (voir à la fin de cet article). Alors qu’il apparaît que les internautes possèdent de plus en plus d’influence sur les décisions prises dans la vraie vie (recul de l’ACTA ou de la SOPA par exemple), le pouvoir symbolique des Anonymous n’est plus un paramètre à ignorer lors d’un communiqué officiel. Par exemple, si vous êtes une entreprise et que prétendez que vous allez limiter les libertés des internautes en vendant une solution de surveillance, et vous allez vite vous retrouver avec des dizaines de hackers et d’analystes qui vont s’empresser de débusquer et de publier vos petits secrets honteux pour vous empêcher d’atteindre aux droits fondamentaux des humains (même si la France ne reconnait toujours pas l’accès à Internet comme un droit fondamental, contrairement aux Nations Unies). Ce genre de pouvoir dissuasif oblige la plupart des entreprises à adopter un comportement plus éthique et respectueux envers leurs clients. Soyez sages

Anonymous OS supprimé de SourceForge La réaction des responsables de SourceForge n'aura pas traîné. Face aux inquiétudes suscitées par le projet Anonymous OS, un système d'exploitation aux couleurs du mouvement hacktiviste, la plate-forme d'hébergement a opté pour une solution radicale. Le logiciel a été supprimé purement et simplement du site communautaire, au motif que sans confiance, l'open source ne peut avancer. Deux raisons ont conduit SourceForge à suspendre ce projet. La première concerne son nom. En baptisant le système d'exploitation Anonymous OS, les auteurs ont tenté de capitaliser sur la notoriété du collectif afin d'attirer l'attention de la presse et de gonfler gonfler artificiellement les statistique de téléchargement. La seconde raison est beaucoup plus importante, puisqu'elle porte sur la sécurité des utilisateurs. Des experts en sécurité chez Trend Micro et Sophos, interrogés par la BBC, ont affiché une certaine réserve quant au contenu d'Anonymous OS.

Anonymous veut casser Internet le 31 mars. Bonne chance. C'est une proposition qui revient régulièrement. Un collectif Anonymous a appelé à une attaque DDOS massive contre les serveurs root de l'internet ce samedi 31 mars, pour des motifs très vastes. "Pour protester contre SOPA, Wallstreet, nos leaders irresponsables et les banquiers bien-aimés qui affament le monde pour leurs propres besoins égoïstes par pur plaisir sadique, le 31 mars Anonymous va éteindre Internet", promet le communiqué. Celui-ci conseille les outils à utiliser et communique l'identité des cibles, en listant les 13 adresses IP de chacun des serveurs root d'Internet. Il s'agit des serveurs racines à partir desquels pousse toute l'arborescence de l'adressage des noms de domaine sur Internet (les fameux DNS). "En les coupant d'Internet, personne ne pourra réaliser d'interrogations sur les noms de domaine, et donc, ça coupera l'Internet HTTP, qui est, après tout, la fonction la plus utilisée sur le Web", assure le collectif Anonymous.

Related: