background preloader

Le street art ou art urbain

Le street art ou art urbain
Il s’agit de toutes formes d’art réalisé dans la rue ou dans des endroits publiques et englobe diverses méthodes telles que le graffiti, le graffiti au pochoir, les stickers, les posters, la projection vidéo, les installations de lumière, la céramique, etc. Le street-art parsème l’univers visuel des grandes cités. On en retrouve sur les murs, les trottoirs, les rues, dans les parcs ou sur les monuments. Le terme est par ailleurs utilisé afin de différencier une forme artistique d’un mouvement territorial ponctué de vandalisme et d’illégalité. Bien que le street-art ne soit pas toujours légal, sa valeur artistique est incontestable et de plus en plus en demande. Les motivations conduisant ces « street-artistes » à perpétrer leur art sont tout autant variées que le nombre d’artistes lui-même. Cela dit, tous les murs de toutes les villes du monde peuvent devenir le canevas parfait pour un street-artiste. L’art urbain s’est peaufiné avec le temps. Voir - Qui est Cornbread ?

http://www.le-graffiti.com/dossiers/street-art.html

Related:  Street Art

Street art John Fekner: Broken Promises/Falsas Promesas, South Bronx, 1980. The terms "urban art", "guerrilla art", "post-graffiti" and "neo-graffiti" are also sometimes used when referring to artwork created in these contexts.[1] Traditional spray-painted graffiti artwork itself is often included in this category, excluding territorial graffiti or pure vandalism. Artists who choose the streets as their gallery are often doing so from a preference to communicate directly with the public at large, free from perceived confines of the formal art world.[2] Street artists sometimes present socially relevant content infused with esthetic value, to attract attention to a cause or as a form of "art provocation".[3] Street artists often travel between countries to spread their designs.

streetART - Accueil et l'Histoire incroyable du street art Dès 1960, en France, on le compare à une forme d’art, ce qui s’avère être plutôt singulier à l’époque. Même si les critiques sont mitigées, l’art du graffiti était né, au grand plaisir des artistes qui s’adonnaient à cette pratique. Vers la fin des années 1960, on retrouve une valeur très intellectuelle et songée au sein des graffiti conventionnels, inspirés par la politique pour la plupart. Teintés parfois d’humour, parfois de poésie, on dépeint des slogans accrocheurs et sympathiques, souvent à double sens. Ces graffiti sont peints au rouleau ou au pinceau en règle générale, bien que certains artistes faisaient usage d’aérosols. Au début des années 1980, le graffiti est considéré comme étant de l’art urbain et son aspect illégal et clandestin intéresse bon nombre d’artistes.

Banksy, deux interventions sur le mur de séparation, 2005 - Arts à Duhamel Thématique : Arts, espace et temps / Arts, état et pouvoir Époque : XXeme et XXIeme siècle Interventions sur le mur de séparation israélien en Cisjordanie, 2005 Beach Boys The Armoured Dove tout&pire Banksy sur le mur près de Bethléem: motif d’un déplacement d’artiste Près de Bethléem, on se trouve face à un mur de huit metres de hauteur, un obstacle visuel en béton qui nous oblige à s'arrêter. Autour, un paysage poussièreux, une atmosphère lourde, le poids d'une guerre qui dure depuis quasi cent ans dont les soldats sur la tour de contrôle sont une confirmation. Là-bas, sur cette barrière entre l'Etat d'Israël et la Cisjordanie, se donne sous nos yeux une oeuvre de street art de l'artiste anglais Banksy.

Graffiti à la frontière d’Israël et de la Palestine Banksy Interprétation de l’œuvre :Banksy représente dans ses œuvres exécutées au pochoir et parfois préparées à l’ordinateur, à la frontière israélo-palestinienne des petits coins de paradis. Ici, des enfants jouent dans le sable avec un paysage paradisiaque affiche en trompe-l’œil en arrière plan. Banksy perce le mur séparant les deux territoires en offrant des paysages de paix au regard. Ses œuvres sont en étroite relation avec le site : on voit sur la photographie de son œuvre, un grillage et des barbelés qui donnent un effet dramatique à la scène.Contraste personnages peints en aplat noir et blanc, au pochoir avec le paysage en trompe-l’œil en arrière plan : contraste espace plan/espace illusionniste. »Banksy a fondé le projet « Santa’s Ghetto » en réalisant des peintures sur le mur de Gaza afin de redonner espoir aux habitants palestiniens. Kim Phuc, brûlée au napalm – Nick UtWikipédia

Artiste street art Un personnage mythique du street art Artiste de graffiti, activiste politique, cinéaste et peintre, Banksy est un personnage mythique de la scène graffiti. Supposément originaire de Bristol au Royaume-Uni, ses œuvres ont paru à Londres et dans plusieurs autres endroits à travers le monde. En dépit de cela, il réussit habilement à garder sa vraie identité inconnue des grands médias.

Où est la limite entre street art et profanation? Barbouillée de figures pop, un monument aux morts bulgare de la Seconde Guerre mondiale pose la question de la frontière entre réappropriation artistique de la ville et insulte à la mémoire. Le street-art a-t-il une éthique ? Les street-artistes doivent-ils s’imposer des limites quant aux lieux qu’ils détournent ? La question est d’actualité : la semaine dernière, les soldats de bronze du monument à l’Armée Soviétique de Sofia (Bulgarie) se sont réveillés barbouillé. Un facétieux – et talentueux – street-artiste a ainsi profité de la nuit pour les repeindre en Superman, Captain America, Joker ou encore Ronald MacDonald et Santa Claus [plus de photos ici]… Pas très subtil sur le plan artistique, mais qu’importe. Pour information, selon mon papa chéri (originaire du pays, si vous ne le saviez pas) :

Banksy – Welcome to Gaza Contrairement à un certain nombre d'artistes américains ayant déjà choisi par le passé de soutenir Israël et peindre notamment les murs encerclant la bande de Gaza, c'est le côté palestinien que Banksy a préféré explorer, empruntant ainsi le réseau de tunnels clandestins pour rendre visite à la population locale et peindre des murs. Inspiré par Le Penseur de Rodin, la 1ère peinture de Banksy située au milieu d'un terrain vague s'intitule Bomb Damage. Un chaton blanc trône lui aussi au milieu d'un champ de ruines.

Barrière de séparation israélienne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Tracé de la barrière, tel qu'il était établi en février 2006. À la sortie de Bethléem - août 2005. Mur de séparation à Jérusalem Est, vu depuis la Vieille Ville. Haut de huit mètres, il isole Jérusalem de la Cisjordanie. La barrière de séparation israélienne est une construction en Cisjordanie en cours d'édification par Israël depuis l'été 2002, sous les noms officiels de « גדר ההפרדה - Geder HaHafrada » en hébreu (littéralement : grillage de séparation), ou de « clôture de sécurité » (« security fence »).

Conflit israélo-palestinien Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le conflit israélo-palestinien désigne le conflit qui oppose, au Proche-Orient, les Palestiniens[1] et l'État d'Israël. Débutant officiellement le , jour de la création de l'État d'Israël, il prolonge le conflit qui opposait depuis la Déclaration Balfour de 1917, les communautés arabes et juives. Ce conflit, non résolu à ce jour, est à caractère principalement nationaliste, mais il inclut également une dimension religieuse entre les Israéliens, principalement de religion juive, et les Palestiniens, à majorité musulmane. Initialement géré par les Britanniques depuis le début de leur mandat sur la région en 1920, le dossier du conflit opposant Juifs et Musulmans en Palestine mandataire est transmis à l'Organisation des Nations unies à la fin du mandat, en 1947. Celle-ci vote un plan de partage de la Palestine mandataire conférant un État distinct à chaque communauté et plaçant Jérusalem sous contrôle international.

Related: