background preloader

Comment mettre en place un dispositif de veille « La veille

Comment mettre en place un dispositif de veille « La veille
Un état d’esprit avant tout La veille, c’est d’abord et avant tout un état d’esprit dont il faut se pénétrer à tout moment ; cela doit presque devenir une seconde nature. Il convient également d’être très au fait des canaux possibles d’information afin de les surveiller ou de savoir les utiliser les uns par rapport aux autres. C’est tout cet ensemble qui fonde les conditions objectives pour mettre en place un dispositif de veille. Il faut alors définir l’aire de veille, soit le sujet ou le thème à surveiller et sous quel angle le surveiller. Les principales étapes de la mise en place d’un processus de veille sont d’abord la détermination des objectifs de la veille à mettre en place, puis la mise en place du dispositif proprement dit. Détermination des objectifs d’une veille Distinguer les besoins documentaires des besoins de veille Formaliser les besoins en veille Il conviendra donc de formaliser les besoins en veille. La mise en place du dispositif de veille Surveiller… pour quoi faire ?

http://elhoussinsmar.wordpress.com/2012/01/12/comment-mettre-en-place-un-dispositif-de-veille/

Related:  Veille & CurationVEILLE ET CURATION

Le Guide de la curation (1) - Les concepts 01net le 14/03/11 à 16h00 Etymologie La pratique qui consiste à sélectionner, éditorialiser et partager du contenu a été baptisée par les Américains curation ou Content Curation, par analogie avec la mission du curator, le commissaire d’exposition chargé de sélectionner des œuvres d’art et de les mettre en valeur pour une exposition. Les termes curation et curator prennent leurs racines étymologiques dans le latin cura, le soin. Ils n’ont pas d’équivalent en français, nous les utiliserons ici dans leur contexte anglais (curation en français désigne le traitement d’une maladie).

Veille stratégique – étape 5 : optimisez votre utilisation de Google Reader Suite de notre série d’articles consacrée à la mise en place d’une veille d’information. Maintenant que nous avons les briques de base de notre veille (Débuter une veille d’information – étape 4 : filtres, classement et sélection), il est temps d’optimiser un peu Google Reader. Vous avez peut-être déjà mis en place plusieurs filtres pour ne pas perdre de temps avec les articles inutiles, si oui, bravo! Pour encore gagner du temps, le service Postrank permet de vous indiquer en temps réel l’attrait d’un article en tenant compte de son succès et de sa « viralité » sur les réseaux sociaux. Si le service est bien entendu très utile pour les professionnels de l’édition, il est également pratique pour repérer rapidement les articles « chauds » dans une thématique donnée. Voici un article de Cocktail Web qui décrit l’utilisation de cet outil dans Google Reader:

Veille internet, 3 outils pour gagner du temps Ok, c’est sympathique la veille internet mais à quoi cela sert-il? - à être informé des dernières nouveautés dans votre secteur d’activité - à trouver des articles à relayer sur les réseaux sociaux - à trouver des sources d’inspiration pour écrire vos articles de blog (non, tout n’est pas dans ma tête!) - à suivre la concurrence Voici 3 outils de veille internet pour vous faire gagner du temps! Scoop-it, Google Reader et Facebook. Les bonnes pratiques de la curation éthique. Nous avons vu lundi ce qu’était la curation et à quoi cela pouvait vous servir. Nous allons aujourd’hui détailler un point important, celui de l’éthique de la curation. Car il ne s’agit pas de faire cela n’importe comment, il y a certaines règles à respecter.

Débuter une veille d’informations : étape 2, découverte et sélection des sources Suite de notre mise en place d’une veille d’information, nous étudions à présent la recherche et la sélection des sources d’informations pertinentes pour le thème qui vous concerne. Il y a désormais plusieurs canax susceptibles d’alimenter votre veille d’information: Les sites internet bien sûr,Les mailing lists,Les flux RSS, je vous invite a consulter ce billet présentant une introduction sur les flux RSS,Twitter, notamment en utilisant les listes,Tous les médias sociaux, tels que facebook, les forums, les outils de curations, etc. Le choix du canal pertinent va dépendre de vos contraintes et des outils que vous allez pouvoir mettre en oeuvre. Dans un premier temps, je vous recommande vivement la méthode la plus simple, ie de vous en tenir aux flux RSS, qui, pour rappel, vous permettent de rester concentré sur votre veille et de gagner du temps vs la lecture direct des sites internet. Quelques idées pour commencer :

Comparatif de 12 solutions de curation Dans le cadre du dossier sur la curation que j’ai eu le plaisir de coordonner pour la revue Documentaliste et Sciences de l’information de mars 2012 ( ), j’ai eu l’occasion de réaliser un comparatif de 12 solutions dont je vous propose ci-dessous quelques éléments complémentaires. Vous pouvez aussi télécharger cet article au format PDF sur Slideshare Plutôt que de nous concentrer sur les services dont le positionnement marketing est explicitement celui de la curation, nous avons donc choisi de « brasser large » en choisissant des services qui, à minima et sauf exception répondent à la définition proposée par la Wikipedia : « La curation de contenu (…) est une pratique qui consiste à sélectionner, éditorialiser et partager les contenus les plus pertinents du Web pour une requête ou un sujet donné ».

Le marché français des outils de veille en E-réputation. Le marché de l'e-réputation, apparu en France en 2007, regroupe éditeurs de logiciels et agences de communication, l’ensemble coexiste avec une offre très diversifiée d’outils de veille gratuits. L’atteinte à l’e-réputation est aujourd’hui perçue comme un risque majeur par 40% des entreprises françaises. L'image, véhiculée par internet, d'un individu ou d’une entreprise est utilisée de façon croissante dans la prise de décisions de consommation ou de recrutement. Or 80% de l’information publiée en ligne au sujet d’une marque ne provient pas de l’entreprise. La curation La curation a fait l’objet d’un débat au cours de ces derniers mois en ce qui concerne le droit d’auteur. La curation c’est quoi ? Dénomination récemment utilisée pour une pratique ancienne (la notion de partage existant déjà), la curation consiste à sélectionner, éditorialiser et partager des contenus sur le web. Cette pratique de partage de contenu s’inscrit dans l’évolution du web communautaire et sémantique. Le terme de curation provient de l’anglais curator qui désigne le spécialiste de la gestion des contenus et des collections (l’équivalent de « conservateur »).

Gérer ses signets en ligne avec Diigo et Delicious TP de prise en mains de Delicious (link is external) TP de prise en mains de Diigo (link is external) Objectifs : - Améliorer ses pratiques de navigation, de veille et de mémorisation des ressources trouvées sur le web - Développer la connaissance comparée et l’utilisation des plateformes de partage de signets Diigo et Delicious Contenu : - Intérêt des plateformes de partage de signets, pour la veille, la navigation, le partage des références… - Présentation de Diigo et Delicious et de leurs différentes fonctionnalités - TP de prise en mains et d’utilisation : créer, paramétrer un compte télécharger la barre d’outils dans le navigateur marquer, tagguer, annoter une ressource du web gérer la bibliothèque de signets, les tags créer des listes gérer ses contacts dans un réseau d’utilisateurs créer un groupe publier ses signets sur un blog, sur Twitter… importer, exporter ses signets - Indication de ressources pour approfondir

Buzzsumo. Veille concurrentielle sur les réseaux sociaux. Buzzsumo est un outil de veille concurrentielle en ligne qui permet d’analyser les liens partagés par n’importe quel site Web sur les réseaux sociaux. De manière beaucoup plus complète que LinkTally, dont je vous parlais il y a quelques jours, Buzzsumo permet de mesurer l’écho de n’importe quelle page Web sur les principaux réseaux sociaux. Il suffit pour cela d’entrer l’url dans Buzzsumo et aussitôt l’outil vous affiche le nombre de partages que la page a généré sur Twitter, Facebook, LinkedIn, Pinterest et Google Plus. Mais Buzzsumo va beaucoup plus loin.

Comment faire de la veille avec Twitter Aline Bouchard, conservatrice des bibliothèques et spécialiste du traitement de l’information (URFIST de Paris) a proposé dans le cadre des journées annuelles du Réseau National des Documentalistes Hospitaliers une présentation intitulée Veiller avec Twitter téléchargeable à cette adresse (en pdf, 62 pages). Établi comme un dossier de ressources, ce guide de la veille sur Twitter propose également une démarche projet pour l’utilisation de ce réseau social en terme d’apport d’informations. La recherche et la veille sur Twitter sont aussi traitées en terme d’outillages : services en ligne et logiciels spécialisés sont indiqués et préconisés par Aline Bouchard pour affiner son utilisation du média social mais également pour gagner du temps que ce soit avec un ordinateur classique ou en utilisation nomade (smartphone, tablette…).

Related: