background preloader

De la valeur du pseudonymat aux dangers d’une identité réelle unifiée

De la valeur du pseudonymat aux dangers d’une identité réelle unifiée
Disqus est une plateforme de commentaires installée sur plus de 400 000 sites (dont CNN, Engadget, ou Time) et bien évidemment, ceux qui sont à la tête de cette start-up s’interrogent pour savoir comment améliorer la qualité des commentaires. Ils ont récemment fait part d’une infographie en guise d’étude sur leur base de données révélant que, contrairement à ce qu’on pourrait penser, les gens qui utilisent des pseudonymes sont responsables de commentaires de meilleure qualité que les autres. Le pseudonymat n’est pas forcément toxique pour les commentaires En analysant plus de 500 000 commentaires, l’étude révèle que les commentateurs utilisent majoritairement des pseudonymes : 61 % utilisent un pseudo, 35 % sont anonymes et seulement 4 % utilisent leur identité réelle. Pour Disqus, le caractère positif d’un commentaire demeure assez limité : l’évaluation positive ou le nombre de réponses à un commentaire n’est pas nécessairement un gage de qualité. Comme le soulignait encore danah boyd : Related:  Identité numérique

Facebook flatte le narcissisme et crée l’illusion d’être un « People » : de la communication interpersonnelle à la communication de masse Dans l’acte de communiquer, deux notions sont importantes : la volonté de communiquer, et l’effort que demande cet acte. Autrement dit, toute communication est, du point de vue de l’émetteur du message, un compromis entre la volonté de communiquer et le coût (l’effort) que cette communication exige. Le passage de la pensée au message nécessite -généralement- une volonté de communiquer. En effet, personne n’exprime toutes ses pensées ; ce serait fatiguant pour l’émetteur…et pour le récepteur ! Chacun choisit, sélectionne ce qu’il va dire et ce qu’il ne dira pas. L’effort est également une notion importante. Communiquer nécessite un effort physique et mental. Physique car il faut écrire ou parler. Mental car il faut convertir sa pensée en message, en prenant en compte le récepteur de son message et l’environnement dans lequel on communique. Appeler un ami par téléphone, engager une discussion en face à face, envoyer un mail, écrire un courrier,… Ils demandent également un effort : Conséquence ?

Lettre ouverte aux jeunes enseignants de la génération Facebook (et aux autres) En 2011, une enquête IFOP montrait que 83% des 15-24 ans possédaient un compte Facebook (contre 62% chez les 25-34 ans, 31% chez les 35-49 ans, 16% chez les 50-64 ans et 4% chez les 65 ans et plus). La « fracture numérique » est bel et bien une fracture générationnelle et culturelle : ce qui sépare, c’est moins l’équipement que l’usage ; ce qui change, en particulier avec l’usage intensif des réseaux sociaux, c’est la façon dont on construit sa relation à soi, aux autres, au monde. Or il se trouve que la « génération Y » des « natifs du numérique » est celle des nouveaux enseignants : l’Education nationale en a-t-elle pris conscience ? De nouveaux risques du métier ? Vers une prise de conscience ? Dès lors, une prise de conscience parait absolument nécessaire. Une prise de conscience de l’évolution des élèves d’abord. Une prise de conscience des pratiques des parents d’élèves, cela va de soi. Une prise de conscience des traditions de l’Education nationale aussi. Des principes à respecter

ClubDesNaturistesNumeriques Bienvenue au club des naturistes numériques ! A poil sur l'Internet, et de manière militante! C'est l'Internet qui doit s'adapter à notre condition naturelle, pas l'inverse. A quoi sert la nature si l'on ne peut pas aller y batifoler à son aise? Les naturistes numériques n'entendent rien protéger de leur intimité physique ou numérique. Tout le monde est administrateur du Club. Telecomix Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Telecomix est un groupe décentralisé d'activistes du net, engagés en faveur de la liberté d'expression. Le nom Telecomix désigne à la fois WeRebuild et Telecomix. Historique[modifier | modifier le code] Telecomix a été créé le , sur la proposition d'Erik Josefsson lors d'un séminaire sur la surveillance, la loi FRA et d'autres lois qui étaient alors en cours de discussion au Parlement européen[10]. Durant les premiers mois d'existence de Telecomix, le groupe s'est principalement concentré sur le Paquet Télécom, la Directive 2006/24/CE sur la conservation des données et la loi FRA. À mesure que Telecomix prenait de l'ampleur, la définition et les limites du « groupe » devenaient plus floues. Origines[modifier | modifier le code] Les membres de Telecomix sont issus du milieu des activistes ou de la scène des hackers. Projets et opérations[modifier | modifier le code] Streisand.me[modifier | modifier le code] Logo[modifier | modifier le code]

L'identité numérique Certains enseignants documentalistes estiment que le cœur du métier va être, dans les années qui viennent, un travail sur la notion d’identité numérique afin d’aider les élèves à construire leur personnalité, et à réfléchir aux conséquences de cette « mise en scène » médiatisée (Cf Richard Peirano dans Savoirs CDI d’octobre 2011). Le « cœur », c’est peut-être beaucoup s’avancer, mais aucun enseignant, documentaliste ou pas, ne peut nier que l’identité numérique est en train de bouleverser le mode de construction de l’image de soi des adolescents. En conséquence, il est indispensable que l’Ecole donne aux jeunes les moyens de maîtriser cette image en construction : distinction entre espace privé et espace public, protection des données personnelles, e-reputation... voilà des connaissances à construire avec eux. Cette séance, destinée à des élèves de première professionnelle, n’est évidemment pas transposable à tous les niveaux. Les documents proposés à votre lecture :

Marc L*** Mis en ligne le mercredi 7 janvier 2009 ; mis à jour le mardi 28 avril 2009. Bon annniversaire, Marc. Le 5 décembre 2008, tu fêteras tes vingt-neuf ans. Tu permets qu’on se tutoie, Marc ? Tu ne me connais pas, c’est vrai. J’ai eu un peu peur, au début, d’avoir un problème de source. Alors, Marc. Revenons à toi. On n’a pas parlé de musique. J’ai triché, une fois : pour avoir accès à ton profil Facebook (ce qui m’a bien aidé pour la suite), j’ai créé un faux profil et je t’ai proposé de devenir mon « ami ». Je pense à l’année 1998, il y a dix ans, quand tout le monde fantasmait déjà sur la puissance d’Internet. À la demande de l’intéressé, ce texte a été entièrement anonymisé et modifié (villes, prénoms, lieux, etc.) à la différence de la version parue dans Le Tigre en papier, dont seuls les noms propres des personnes citées étaient anonymisés.

Psy et Geek ;-) fxbourmaud: La société des journaliste... Beau sur facebook, intelligent sur twitter : devons-nous apprendre à être toujours le même, toujours meilleur ? Sur les réseaux sociaux, comme dans la vie de manière générale, on affiche l’image qu’on souhaite projeter, plus que ce que l’on est réellement. Erving Goffman, luinguiste américain et représentant de "l’école de Palo Alto " ( ou école de Chigaco) avait appelé cela le processus d’idéalisation : on essaye de se montrer un peu meilleur (aux yeux des autres, mais aussi à ses propres yeux) que ce que l’on est en réalité. Plus beaux sur facebook… Sur facebook, réseau social utilisé "à des fins personnelles", cette idéalisation est essentiellement incarnée par l’image physique ; c’est donc la beauté qui est souvent recherchée et affichée. La photo d’utilisateur est donc essentielle : sur facebook, on doit être beau, et on choisit la photo la plus avantageuse -ou la plus retouchée- comme représentation de soi. Plus intelligents sur twitter… Conformisme et consensualisme? Un seul profil pour une multitude de rôles sociaux… Alors, devons-nous apprendre à être toujours le même et toujours meilleur ?

Qu’est-ce que l’identité numérique ? - Avant-propos 1 Le diaporama de la journée de formation est disponible à l’adresse suivante : (...) 1L’ouvrage que vous lisez présente la particularité d’être la synthèse d’une journée de formation1 sur la question de l’identité numérique. Une première version de cet ouvrage a été réalisée par cinq étudiantes – Orlane Bech, Aude Creusé, Caroline Rebmann, Célia Ringeval et Audrey Sarrazin – dans le cadre de l’atelier livres du diplôme universitaire de technologie (DUT) Information et communication de La Roche-sur-Yon, dirigé par Marijo Pateau, enseignante PAST. Celle-ci a ensuite été enrichie et éditée à l’occasion de sa publication par OpenEdition Press. 2 Par ailleurs, il est possible de prendre connaissance de la veille menée par l’auteur sur ce sujet (...) 2Sa vocation n’est pas de discuter de points techniques, juridiques, réglementaires, ni d’entrer dans le détail des normes, protocoles et projets de loi sur le sujet.

Le Projet Doppelganger Israël met en garde les pirates contre tout acte hostile Les pirates sont prévenus. L'État d'Israël n'a pas l'intention de se laisser marcher sur les pieds. Alors qu'une récente attaque informatique a permis à un hacker de mettre la main sur les coordonnées de plusieurs dizaines de milliers de cartes de crédit, le vice-ministre des affaires étrangères, Danny Ayalon, a promis "de riposter" contre ceux mettant en péril d'une façon ou d'une autre la sécurité des Israéliens. "Israël a des capacités actives pour frapper ceux qui tentent de lui nuire, et aucune agence ni aucun pirate ne sera à l'abri de mesures de rétorsion" a-t-il expliqué, sans entrer dans les détails. Les attaques informatiques sont "une atteinte à la souveraineté comparable à une opération terroriste, et doivent être traitées comme telles" a ajouté le ministre. 400 000 Israéliens ciblés par un piratage Est-ce à dire qu'Israël est prêt à utiliser des moyens militaires ou spéciaux, via le Mossad, pour neutraliser certains pirates ? Le cas du ver informatique Stuxnet

La mauvaise e-Réputation Et si, au lieu de tanner les internautes de discours parano sur Facebook, nous reconnaissions que la vie mise en scène sur les réseaux sociaux n'est plus privée et que chacun a droit à sa part d'insouciance numérique ? Cela fait maintenant plusieurs années qu’on nous assène de discours moralisateurs avec ces concepts, à coup de billets de blogs, de conférences, d’ouvrages, de cours… On nous dit de faire attention aux traces qu’on laisse. On nous met en garde. On nous prévient des conséquences à long terme des photos ou tweets que l’on publie aujourd’hui. On ne doit pas dévoiler sa vie privée. Personal branding ou obsession narcissique ? Certes, travailler sur sa marque personnelle (personal branding) est important lorsqu’on recherche un emploi, des opportunités professionnelles ou personnelles. Mais quand cette attention de soi devient chronique, cela ne génère t-il pas une forme de narcissisme ? Ah bon ? Facebook : un théâtre ou chacun choisit de jouer son rôle

Projet identité numérique en 3ème (et 5ème...) Vendredi 17 juin 2011 5 17 /06 /Juin /2011 17:13 Voici le projet "Identité numérique" sur lequel nous avons travaillé cette année et dont j'ai déjà parlé de façon parcellaire dans certains billets. C'est un projet en complémentarité cours de technologie / vie scolaire / documentation Le projet 3ème nous avons demandé à l'ensemble des élèves du collège de répondre à un questionnaire sur leurs pratiques numériques hors temps scolaire les classes de 3ème, en cours de technologie, ont dépouillé le questionnaire et fait des camemberts de présentation des résultats sur une heure de technologie, ils ont fait le parcours "jog the web" dont j'ai parlé dans un billet précédent et, à travers ce parcours, ont découvert la CNIL lors d'une séance d'une heure, nous avons réfléchi ensemble aux résulats de l'enquête et tenté de construire une analyse. Le projet 5ème Nous avons mis en commun et corrigé les deux premières colonnes. - la notion de données personnelles

Related: