background preloader

Coronavirus : du premier cas détecté de Covid-19 au déconfinement, la chronologie d’une crise mondiale

Coronavirus : du premier cas détecté de Covid-19 au déconfinement, la chronologie d’une crise mondiale
Le Monde et des tiers selectionnés, notamment des partenaires publicitaires, utilisent des cookies ou des technologies similaires. Les cookies nous permettent d’accéder à, d’analyser et de stocker des informations telles que les caractéristiques de votre terminal ainsi que certaines données personnelles (par exemple : adresses IP, données de navigation, d’utilisation ou de géolocalisation, identifiants uniques). Ces données sont traitées aux fins suivantes : analyse et amélioration de l’expérience utilisateur et/ou de notre offre de contenus, produits et services, mesure et analyse d’audience, interaction avec les réseaux sociaux, affichage de publicités et contenus personnalisés, mesure de performance et d’attractivité des publicités et du contenu. Pour plus d’information, consulter notre politique de confidentialité. Vous pouvez consentir à l’utilisation de ces technologies en cliquant sur « accepter »

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/05/12/coronavirus-de-la-chauve-souris-au-deconfinement-la-chronologie-de-la-pandemie_6039448_4355770.html

Related:  COVID 19 Traitement de l'informationCOM' DE CRISECovid19Sociétés et risques

Les étapes de la propagation du coronavirus dans le monde  Depuis plus de trois mois, la pandémie a fait plus de 168 000 morts dans le monde (au 21 avril), mais l’Espagne et l’Italie notent les premiers signes encourageants d’une baisse des décès, encore timide. Aux Etats-Unis, où le bilan dépasse les 40 000 morts (au 21 avril), la propagation inquiète au plus haut point tandis qu'après deux mois de confinement totale, la ville Wuhan, berceau de la pandémie revit peu à peu. Retour sur les étapes de la propagation du nouveau coronavirus. Covid-19 : « Aucune leçon n’a été tirée de la gestion de la crise entre mars et mai » Les sciences humaines et sociales commencent à faire entendre leur voix pour analyser la pandémie de Covid-19. Dans un livre stimulant, Covid-19, une crise organisationnelle (Les Presses de Sciences Po, 136 pages, 14 euros), quatre spécialistes des crises et des catastrophes apportent leur lecture originale des événements. Henri Bergeron, Olivier Borraz (directeurs de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations – CSO – de Sciences Po), Patrick Castel (chargé de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques au CSO) et François Dedieu (chargé de recherche à l’Inrae) y dévoilent de nombreux dysfonctionnements dans la gestion de crise. Les trois premiers, pour Le Monde, en tirent déjà des enseignements. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : la France jugée en « position intermédiaire » dans sa gestion de la crise sanitaire Comment analysez-vous la décision du couvre-feu pour l’Ile-de-France et huit métropoles ?

Coronavirus: la mondialisation n'est pas la cause, mais le remède Avec pour conséquence logique l'appel répété, avec quelque pathos, à inventer d'urgence le temps d'après, d'après les folies de la mondialisation. L'ampleur du choc que représente le Covid-19 offre une caisse de résonance idéale pour rejouer ainsi une musique en fait déjà ancienne, connue au moins depuis les années 1990, voire les années... 1890, mais avec un écho incomparable et donc aussi particulièrement inquiétant. Définie à la fois comme une libéralisation - le triomphe de l'économie de marché sans frontières - et comme planétarisation - l'unification de la planète par des flux de tous ordres, informations, migrants, idées et représentations, touristes, pratiques religieuses-, la mondialisation serait devenue une forme de pathologie fatale pour le monde. D'où l'urgence à démondialiser[1]. Le politiste, le politique et la pathologie mondiale De quelle mondialisation parle-t-on ?

Coronavirus : les grandes dates de l’épidémie du Covid-19 en France et dans le monde Dix mois après son apparition en Chine, la pandémie a désormais franchi le cap de 1,1 million de morts dans le monde, dont plus de 34.000 dans l’Hexagone, et contaminé plus de 41 millions de personnes sur la planète. Alors que la France a enregistré pour la première fois, le 22 octobre 2020, plus de 40 000 contaminations en vingt-quatre heures et se rapproche du chiffre symbolique d’un million de cas, le premier ministre Jean Castex a annoncé de nouvelles restrictions, avec notamment un couvre-feu étendu à 54 départements désormais. Dans la région, les Pyrénées-Atlantiques et la Haute-Vienne sont concernées.

Gestion de crise et communication sensible en cas de cyberattaque - Gestiondecrise.fr Depuis plus d’une décennie, nous confions nos données au web, nous nous exposons, en tant qu’individu, entreprise, grande organisation. Dans un monde où tout commence à devenir immatériel, les paiements, les flux d’informations, tout peut potentiellement être attaquable : du portefeuille, à l’image même. Et les droits interne et international ont bien des difficultés à faire face aux problèmes que pose le numérique.

La destruction des écosystèmes par l'humain favorise l'émergence d'épidémies Courrier International et des tiers selectionnés, notamment des partenaires publicitaires, utilisent des cookies ou des technologies similaires. Les cookies nous permettent d’accéder à, d’analyser et de stocker des informations telles que les caractéristiques de votre terminal ainsi que certaines données personnelles (par exemple : adresses IP, données de navigation, d’utilisation ou de géolocalisation, identifiants uniques). Ces données sont traitées aux fins suivantes : analyse et amélioration de l’expérience utilisateur et/ou de notre offre de contenus, produits et services, mesure et analyse d’audience, interaction avec les réseaux sociaux, affichage de publicités et contenus personnalisés, mesure de performance et d’attractivité des publicités et du contenu.

Coronavirus : l'ONU dénonce la répression de l'information et des médias pendant la crise La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme a critiqué ce vendredi les pays profitant de la crise sanitaire pour arrêter des journalistes et museler les médias indépendants, estimant qu'une information libre était cruciale dans la lutte contre la pandémie. "Des médias libres sont toujours essentiels, mais nous n'en n'avons jamais eu autant besoin que durant cette pandémie, alors que tant de personnes sont isolées et craignent pour leur santé et leurs moyens d'existence", a déclaré Michelle Bachelet dans un communiqué. "Une information crédible, fiable est une ligne de vie pour nous tous", a-t-elle ajouté, en citant l'organisation International Press Institute (IPI) selon laquelle 130 cas d'atteinte aux droits de la presse ont été recensés dans le monde depuis l'apparition de l'épidémie en Chine fin 2019. Donald Trump visé

Face au coronavirus, gérer l’incertitude Editorial du « Monde ». Le gouvernement avait placé la rentrée sous le signe de la relance avec, en vedette, le plan de 100 milliards d’euros destiné à combattre les effets de la récession. C’est finalement le risque sanitaire qui a imposé sa loi. Les annonces économiques ont été différées de huit jours car, dans les entreprises comme dans les écoles et les lycées, c’est moins le soutien à l’économie qui préoccupe les Français que la façon dont les pouvoirs publics vont assurer leur protection dans une situation qui reste « à risque », selon les mots du ministre de la santé, Olivier Véran.

La leçon des grands romans d’épidémie, par Orhan Pamuk De tout temps, les peuples ont répondu aux crises sanitaires en propageant des rumeurs et de fausses informations. Que ce soit au XVIIe ou au XXIe siècle, la maladie est invariablement dépeinte comme un mal «étranger» infligé à la société depuis l’extérieur. Istanbul. Cela fait maintenant quatre ans que je me consacre à l’écriture d’un roman historique dont l’action se déroule en 1901, pendant ce que l’on a coutume d’appeler la «troisième pandémie de peste», une épidémie de peste noire qui a fait des millions de morts en Asie, mais relativement peu en Europe. Or voici que depuis deux mois, mes amis, ma famille, mais aussi des éditeurs et des journalistes, toutes celles et ceux qui connaissent le sujet de mon ­nouveau livre, les Nuits de la peste, me pressent de questions sur les pandémies.

Coronavirus, agriculture et déforestation : on vous dit tout Y a-t-il un lien établi entre coronavirus et destruction de la biodiversité ? Non, mais… Dans le cas précis de l’épidémie de Covid-19, le lien avec la destruction d’un écosystème n’est pas avéré. En revanche, il est indéniable que la dégradation des écosystèmes et de la biodiversité favorise le développement de maladies infectieuses d’origine animale. En effet, certaines activités humaines, comme la déforestation ou l’agriculture industrielle, détruisent des écosystèmes naturels.

Coronavirus : chronologie en Outre-mer, dans l'Hexagone et le monde - outre-mer la 1ère Angélique Le Bouter - Publié le 20/03/2020 à 14:01, mis à jour le 27/05/2020 à 13:06 Depuis le "patient zéro" qui aurait contracté la maladie en novembre 2019 dans la province de Wuhan en Chine, l'épidémie de coronavirus covid-19 n'a cessé de se propager à travers le monde. Un premier cas a vraisemblablement été importé dans l'Hexagone le 16 janvier par un touriste chinois décédé à Paris presque un mois plus tard, le 14 février. Les premiers cas étaient recensés dans les territoires d'Outre-mer, quelques jours voire quelques semaines plus tard : le 1er mars à Saint-Martin et Saint-Barthélemyle 4 mars en Guyanele 5 mars en Martiniquele 11 mars à La Réunion et en Polynésiele 12 mars en Guadeloupele 14 mars à Mayottele 18 mars en Nouvelle-Calédoniele 5 avril à Saint-Pierre et Miquelon À l'instar de l'Italie et de la région de Wuhan en Chine avant elle, la France a instauré un confinement dans l'Hexagone comme en Outre-mer.

Réputation Dans la foulée de mon article de la semaine passée, consacré aux croyances et aux attentes des générations Y et Z, il me tenait à coeur de vous entretenir aujourd’hui du rapport particulier qu’entretiennent les millenials – et en réalité de plus en plus de socionautes – avec les marques en situation de crise. A cet égard, je vous avoue avoir été très marqué (et inspiré) par un article de Jean-Marc Lehu¹, qui n’y va pas avec le dos de la cuillère avec les millenials, puisqu’il nous les désigne carrément comme les « nouveaux bourreaux de la réputation des marques », dont l’instrument de châtiment et de torture préféré ne serait autre que les réseaux sociaux, bien évidemment… C’est de ce sujet à la fois passionnant et un brin inquiétant pour tous les communicants (et les citoyens) que nous sommes, que je vous propose de débattre aujourd’hui. En commençant par vous souhaiter une bonne fin de week-end pascal à toutes et tous, bien sûr. La conséquence de tout ceci ?

Related: