background preloader

Mythologie gréco-romaine

Mythologie gréco-romaine
Related:  mythologie romaineMythologie

Mythologie gréco-romaine Ce condensé de la mythologie grecque est organisé en famille. Chaque famille du menu ci-dessous est un lien conduisant à un arbre généalogique. Les personnages entourés de rouge font l'objet d'une Page ou plusieures, reliées par un (ou des) liens dynamiques, que vous pourrez consulter en cliquant à l'intérieur des encadrements. Si certains trouvent compliqué l'organisation de ces pages, n'hésitez pas à m'en faire la critique. Merci. BibliographieLa Mythologie d'Edith HamiltonThéogonie d'Hésiode (Traduction de Jean Louis Backès, professeur à l'Université de Paris-Sorbonne)L'Iliade et L'Odyssée d'Homère (Traduction de Frédéric Mugler)L'Agamemnon, Les sept contre Thèbes, l'Orestie d'Eschyle (Traduction de E. Blogueurs, webmasters faites connaître www.de-bric-et-de-broc.com. Retour à la page d'accueil

Qu'est-ce que la crucifixion au temps des Romains ? Cet article décrit la crucifixion qu'a subit l'homme du suaire de Turin, et explique ce qu'était le supplice de la croix au temps des romains. Qu'était exactement la crucifixion ? Cette méthode d'exécution, empruntée notamment aux Perses, a été très utilisée dans l'Empire Romain. Lorsque les Romains occupaient le bassin méditerranéen les exécutions par crucifixion étaient courantes et pratiquées sur les esclaves et les criminels, mais aussi lors de répressions contre les révoltes locales. La manière de fixer les condamnés pouvait varier là aussi. Soit les condamnés étaient attachés par les bras et les pieds à l'aide de cordes, soit ils étaient cloués aux avant-bras ou aux mains ainsi qu'aux pieds de différentes manières là aussi.Le supplice de la croix était fait pour que le condamné souffre le plus longtemps possible. Une preuve archéologique vient confirmer l’une des méthodes de crucifixion pratiquée par les Romains. Références : Vous avez aimé cet article : Partagez et suivez :

Orphée Poète musicien des légendes de Thrace, fils du roi Œagre. Par son chant il devint le maître des créatures, charmant les animaux, les plantes, et les pierres même. Après la mort de son épouse, Eurydice, il alla la réclamer aux Enfers, et Hadès se laissa fléchir. Mais, sur le chemin du retour, Orphée se retourna malgré l'interdiction qui lui en avait été faite, et Eurydice disparut à jamais. Il fut foudroyé par Zeus ou, suivant une autre tradition, mis en pièces par les Ménades. On lui attribuait l'invention de la lyre et des rituels divinatoires et magiques. (→ orphisme.) Orphée a fasciné les poètes, depuis Virgile (les Géorgiques) jusqu'à P. Sous le titre d'Orphée, d'Eurydice, etc., le mythe a tenté de très nombreux musiciens.

Religion de la Rome antique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La religion de la Rome antique est l'ensemble des pratiques et croyances religieuses que les romains considéraient comme proprement romaines, ainsi que les nombreux cultes importés à Rome ou pratiquées par les populations faisant partie de l'Empire romain. Les romains se considéraient eux-mêmes comme profondément religieux, et ils attribuaient le succès de leur empire à leur piété collective (pietas) qui permettait de conserver de bonnes relations avec les dieux. Étude de la religion romaine[modifier | modifier le code] En dehors de quelques témoignages archéologiques et épigraphiques, notre connaissance directe de la religion romaine ne remonte pas au-delà du IIIe siècle avant notre ère. Les méthodes d'étude sont donc différentes suivant les différentes périodes étudiées : la période archaïque se fonde principalement sur la mythologie comparée[1]. Traits principaux[modifier | modifier le code] Le Romain ne craint pas ses dieux.

Religion romaine La religion romaine est une religion polythéiste qui comporte un ensemble complexe de croyances et d'actes rituels. Les Romains se disaient les plus religieux des hommes. En effet, le sentiment du sacré est omniprésent dans la vie publique comme dans la privée. Templum désigne d'abord l'espace rectangulaire que l'augure trace dans le ciel ( inauguration ) avec son bâton recourbé (lituus) et où il notera les passages d'oiseaux. Au calendrier républicain, il y 45 jours de fêtes religieuses, les fêtes fixes ( feriae stativae ) et mobiles ( feriae indictivae ). Les jeux publics: Sous la république, une soixantaine de jours sont consacrés aux ludi solemnes, célébrés à dates fixes. Les prières, voeux et sacrifices: Les prières sont faites tête couverte et tournée vers l'Est, touchant l'autel ou les genoux de la statue ( position du suppliant ). On consultait également les augures pour interpréter les oracles. Encyclopédie Universalis.

Dictionnaire mythologique Mythologie romaine Votre navigateur ne gère pas JavaScript Mars et Réa Silvia par RUBENS © Liechtenstein Museum, Vienne Dans les pages qui suivent vous trouverez les personnages de la mythologie purement romaine c'est-à-dire les dieux et les héros de l'Italie antérieurs à l'hellénisation de la mythologie. Donc si vous cherchez des éléments sur la mythologie traditionnelle comme (Jupiter / Zeus) vous devez vous reporter aux pages sur la mythologie gréco-romaine. En revanche si vous chercher des personnages comme Romulus, Cacus, Terminus ou des précisions sur le caractère latin de Jupiter c'est bien ici que vous les trouverez. En face de la richesse de la mythologie grecque, on ne peut que constater la relative pauvreté de la mythologie romaine. Symbole indiquant une divinité purement romaine Cette croyance est aujourd'hui remise en question, et l'on pense que, quel que soit l'apport hellénique, il existe à Rome une mythologie nationale qui ne doit rien à une influence grecque.

Orphée et Eurydice Orphée avait reçu de sa mère le don merveilleux de la musique, alors les dieux lui avaient fait cadeau d'une lyre. Depuis, il jouait de l'instrument au gré de ses envies ou de sa mélancolie, pour le plus grand plaisir des êtres qui l'entouraient.Le poète n'avait aucun ennemi, pas même les bêtes féroces : charmées, elles finissaient toujours par s'étendre à ses pieds. Bien sûr, aucune jeune fille ne pouvait résister aux notes tendres et apaisantes que faisait naître Orphée, mais aucune ne trouvait grâce à ses yeux, jusqu'au jour où il rencontra l'envoûtante Eurydice. Leur amour était si profond et si pur qu'ils décidèrent très rapidement de se marier. Mais ce bonheur fut de courte durée… Le mariage fut une fête pour tous les invités, chacun se réjouissant du bonheur des jeunes époux. Les Enfers étaient peuplés de créatures terrifiantes, toutes soumises à Hadès, le dieu des profondeurs de la Terre. Orphée aperçut rapidement la lumière du jour : ils allaient enfin quitter les Enfers.

Rite funéraire de la religion romaine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Statue funéraire de Marcellus L'appartenance à la classe sociale conditionne le faste des rites funéraires romains. Les Romains, très superstitieux et religieux pensaient qu'un déroulement précis des funérailles était essentiel à l'obtention d'une vie après la mort. Ils étaient donc très pointilleux sur l'exécution des rites funéraires. Histoire des rites[modifier | modifier le code] Pendant l'époque protohistorique étrusque de Rome, la crémation suit ou côtoie l'incinération suivant les périodes historiques ; elle a été généralement abandonnée vers la fin du Ve siècle av. Sous l'Empire, les rites ont également changé avec l'adoption des cultes orientaux comme le culte d'Isis qui promettaient une autre vie après la mort. Déroulement des rites[modifier | modifier le code] La plèbe[modifier | modifier le code] Pour la plèbe, le cortège était conduit par un croque-mort (vespillones) qui plaçait le cadavre sur un brancard (sandapila). Jules César :

Mythologie grecque Comme le montre l’abondance des monuments, des œuvres d’art et toute la tradition littéraire qui va d’Homère aux travaux des mythographes modernes, la mythologie grecque est l’une des plus riches qui soient. Art et Littérature W. BOUGUEREAU (© Arnot Art Museum Elmira, N.Y.) Votre navigateur ne gère pas JavaScript Un examen rapide de ses informations diverses peut laisser croire que ces légendes plus ou moins merveilleuses se présentent comme un tout cohérent, qui aurait été codifié et ordonné par le temps pour être facilement compréhensible pour un esprit moderne et figé une fois pour toute. La mythologie de l'antiquité classique comporte un très grand nombre de dieux, de déesses, de demi-dieux, ou de héros. Les romains adoptèrent les dieux grecs et leurs légendes. Ces fiches comportent en général une iconographie prise aussi bien parmi les œuvres antiques que chez les modernes. Généalogie dans la mythologie grecque au format PDF

Jésus selon les Romains Les textes romains sur Jésus : Les Chrétiens tiennent l'existence historique de Jésus pour acquise. Pourtant si celui-ci avait vraiment remué des foules énormes comme on le prétend, cela aurait été remarqué et les textes romains en auraient fait mention. Pourtant il est bien difficile de trouver des textes historiques contemporains de Jésus et qui parlent de lui. Peut-être qu'à son époque ce dernier est passé bien plus inaperçu qu'on ne le croyait ? Ou alors ces textes existaient mais ont été détruits ? Voici une liste des anciens textes contemporains de Jésus ou on peut essayer de trouver des témoignages historiques à son sujet : - Velleius Paterculus (-19 +31) : Il a écrit l' "Histoire romaine", ouvrage dont la partie concernant la fin de l'année 29 jusqu'au milieu de l'an 30 (correspondant au ministère de Jésus) a disparu (ou a été opportunément détruite ?). - Philon d'Alexandrie (-34 +54) : Il a décrit les communautés de Juifs Esséniens et Thérapeuthes qui vivaient en Égypte. ...

les Enfers : catabases et topographie les Erinnyes (cratère d'Apulie ca. 400 ante Christum, exposé au musée du Land de Bade, à Karlsruhe, R.F.A) Proserpine, par F.G. ROSSETTI (Londres, Tate Gallery)

Related: