background preloader

Quelques mots sur l'affaire Megaupload

Quelques mots sur l'affaire Megaupload
Sans prétendre à l’exhaustivité, d’autant que je n’ai accès qu’aux informations publiées, voici un petit topo sur l’affaire Megaupload, qui a généré beaucoup de questions de mes lecteurs (☹) et lectrices (♥). Megaupload, pour ceux qui ne le savent pas, est le nom d’une société basée à Hong Kong, fondée par un ressortissant ayant les nationalités allemandes et finlandaises, Kim Schmitz, qui offrait au public un vaste espace de stockage en ligne, permettant de partager des fichiers très volumineux, par la technique du upload/download, ou téléchargement acendant/descendant (un utilisateur A envoie un fichier du disque dur de son ordinateur sur le serveur de Megaupload, un utilisateur B peut le télécharger du serveur Megaupload sur son disque dur. Qui est à l’origine de cette arrestation ? Sur la base de cet indictment, le FBI a saisi un juge fédéral de Virginie qui a émis un mandat d’arrêt international. Quelles sont les suites prévisibles ? Que risquent-ils ? Ce n’est pas un juge provincial.

http://www.maitre-eolas.fr/post/2012/01/23/Quelques-mots-sur-l-affaire-Megaupload

Filtrage d'Internet : doit-on avoir peur de SOPA et PIPA ? De nombreux sites ont suspendu leur activité et rendu leur portail indisponible mercredi dernier, pour protester contre deux projets de loi américains sur les droits d'auteur, SOPA et PIPA, ces textes étant considéré comme liberticides. La rédaction fait le point, alors que la justice américaine vient de fermer 18 sites, dont Megaupload. L'encyclopédie collaborative en ligne Wikipedia, le portail de social bookmarking (partage de liens) Reddit, le moteur et la plateforme de blogs WordPress, le site de Reporters sans frontières... De très nombreux sites ont décidé de protester symboliquement contre deux projets de loi américains sur les droits d'auteur , jugés liberticides, en suspendant leur activité. SOPA (« Stop Online Piracy Act ») et PIPA (« Protect Intellectual Property Act ») n'en finissent pas de faire polémique.

Christophe Barbier et «L'Express» vs les «connards» d'Anonymous «On est blindés, pas de soucis, on les attend», lançait un Christophe Barbier fanfaron, lundi matin, en terminant sur i>Télé son «J'accuse» contre le collectif Anonymous. Quelques heures plus tard, vers 18h15, le site de L'Express est tombé pendant une vingtaine de minutes, noyé sous le flot des requêtes de connexions. Attaque punitive coordonnée? Pas vraiment.

Une entreprise française était en négociation avec Megaupload pour rémunérer les auteurs C’est une véritable petite bombe. Reflets.info a été informé qu’une entreprise française, UbicMedia, développant une solution technologique que l’on peut comparer à un ticket de cinéma virtuel, était en négociation avec les équipes de MegaUpload. Objectif, tout comme l’affirmait TorrentFreak au sujet de MegaBox : rémunérer les ayants droit. Reflets a contacté Monsieur Alain Rosset, d’UbicMedia pour en savoir plus sur PUMit, une solution technique de monétisation des contenus que les ayants droit redoutaient de voir entre les mains de MegaUpload. UbicMedia est un acteur d’origine française, basé à Lyon, qui offre des solutions de monétisation des contenus médias sur Internet. PUMit, sa solution phare, intéresse à ce titre et justement, les ayants droit.

Royaume Uni : projet de loi de surveillance renforcée des données 01net le 02/04/12 à 17h43 « Le Gouvernement sur le point d'espionner tous les mails »... Au seul titre de l'article de David Leppard, les lecteurs du Sunday Times s'attendaient peut-être à un poisson d'avril. [LIVE] e-WW3 Retrouvez ici toutes les informations à propos de la vague d’attaques que subit le web en ce moment (résumé, liens, images, photos, …). Pour plus de clarté, cet article sera mis à jour au fur et à mesure et ligne par ligne. Vous avez des infos à m’envoyer ? MegaUpload : la cyberguerre a commencé Dès jeudi soir après l'annonce de la fermeture de MegaUpload par les autorités américaines, les Anonymous ont attaqué certaines cibles symboliques en représailles. Ce n'est pas une première, mais cette fois une cyberguerre a commencé. Mise à jour : Voir notre analyse de l’acte d’accusation C’est sûr, il y aura un avant et un après MegaUpload. Non pas pour le piratage, qui trouvera refuge ailleurs comme il l’a toujours fait depuis la fermeture de Napster en 2001. Non pas pour l’offre légale, pour laquelle les ayants droit trouveront toujours des prétextes à ne pas en favoriser le développement.

Megaupload fermé parce qu'il projetait de lancer un service concurrent à iTunes ? Interview exclusive ZDNet.fr - 27/01/2012Emmanuel Gadaix, responsable technique de MégaUpload, ne s'est pas exprimé depuis la fermeture du site. Il revient sur le projet d’offre légale MegaBox, une initiative qui dérangeait selon lui certains groupes d'intérêts. Lire l'entretien Voilà une rumeur qui ne va pas manquer d’alimenter les conversations autour de Megaupload. Anonymous de nouveau sur le devant de la scène... Le désormais célèbre groupe "Hacktiviste" Anonymous, créé en 2007 pour protester contre certaines lois, ou certaines réformes mises en place par les gouvernements des divers pays semble décidément être partout... PIPA, ACTA, SOPA, fermeture de Megaupload ont donné lieu à de nombreuses attaques virtuelles et manifestations réelles dans les rues. Aujourd'hui, divers médias Britanniques rapportent que le gouvernement de Grande-Bretagne a été la cible pendant plusieurs heures des rebelles masqués. Et pour cause, dimanche matin, les serveurs du site Internet du ministère de l'intérieur Britannique semblaient être surchargés de requêtes. Par conséquent, il était impossible de s'y connecter.

www.droit-technologie.org/actuality-1455/l-affaire-megaupload-mettra-t-elle-en-peril-le-modele-du-cloud.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+droit-technologie%2FRnCH+%28Les+actus+du+Droit+des+Nouvelles+Technologies%29 Les données des utilisateurs légitimes de MegaUplaod risquent d'être effacées. Panique pour ces utilisateurs mais aussi inquiétude quant au modèle du cloud qui repose largement sur l'interconnexion des serveurs. Analyse et décryptage. Les Anonymous laissent un message à l'Elysée Vendredi, les Anonymous ont laissé un petit message sur le site de l'Elysée. Les hackers se sont fait remarquer dans l'adresse du site de la présidence de la République, laissant leur devise : "We are legion". L'action a lieu alors que de nombreuses attaques ont aussi lieu contre les sites institutionnels américains. 1“We are legion”Sur elysee.frCette fois, les Anonymous font dans la subtilité.

Les réactions à l’affaire Megaupload – DDoS etc. Tout le monde est évidemment au courant des suites de l’affaire Megaupload, sous la forme d’opérations revendiquées par différents groupes se revendiquant ou non de la bannière Anonymous. Il n’est certainement pas question pour moi de questionner la légitimité d’un débat ou de l’expression publique, dans le respect des lois, y compris de façon particulièrement visible, pour réagir à un tel évènement ou s’opposer à des projets de lois. Toutefois, dans le cas présent, il me semble important de rappeler certaines réalités.

Related: