background preloader

Résilience urbaine

Résilience urbaine
La résilience désigne à l’origine la capacité d’adaptation et de récupération d’une personne à la suite de difficultés. Depuis les années 2000, ce mot s’est peu à peu appliqué à d’autres entités, à tout ce qui est capable de surmonter des épreuves, ou des crises pour atteindre de nouveaux équilibres. Il permet de faire face à l’incertitude des systèmes complexes. Or, la ville est en quelque sorte le summum de la complexité, tout comme l’être vivant. Le concept de résilience urbaine découle directement du concept de résilience écologique, définit par l’écologue canadien Holling. Principalement resté dans le domaine de la catastrophe, le concept de résilience urbaine s’élargit à d’autres facteurs, à d’autres types de crises, moins brutales, mais plus profondes, telle que la crise découlant du pic pétrolier, abordé par les initiatives de transition. www.stockholmresilience.org/download/18.3ebb718712ed6075a67800089/albano-english.fr Related:  Ville contributivecontributif

Manifeste citoyen pour une ville coopérative - Forum Éco Cité Comment comprendre les enjeux actuels de l’urbanisme ? Aménagement du territoire et impacts sur l’humain Comment s’organise notre société ? Souvent les réponses à cette question se situent au niveau des structures sociales elles-mêmes. Il n’est pas très difficile de constater que le développement actuel du territoire est une urbanisation, au point qu’on a peine parfois, pour ne pas dire souvent, de dire où se trouve, d’une part, le véritable centre (de la ville, du bourg ou du village) à un point tel qu’on nous inonde de panneaux indicateur de centre de toute sorte, et, d’autre part, la limite entre l’urbain et la ville. Thierry Paquot, philosophe spécialiste de l’urbain est intervenu dans le cadre d’un cycle conférence sur l’urbanisme au Havre, le but étant de mieux comprendre les enjeux de l’urbanisme. Hervé Moine L’urbanisme et ses enjeux Conférences. Thierry Paquot a ouvert le cycle de six conférences tous publics. WordPress: J’aime chargement…

Les boucles locales d’innovation : la démocratie pour reterritorialiser la mondialisation Depuis plus de vingt ans, les collectivités locales et les petites et moyennes entreprises (PME) étaient noyées dans la mondialisation, subissant de plein fouet les décisions des grands groupes. Les territoires étaient perçus comme de simples réserves de main-d’œuvre se différenciant les uns des autres par leurs salaires, leur productivité ou leur niveau d’infrastructures. De cette période, il reste bien plus que des traces : la création de richesse est toujours contrôlée par des groupes multinationaux qui se jouent des continents. C’est encore pour une bonne part dans les salles de marchés et les directions des achats des grandes entreprises que le travail, les capitaux ainsi que les connaissances et savoir-faire du monde entier sont combinés pour s’inscrire dans des chaînes de valeur globales. Les politiques industrielles échappent pour une grande part à la maîtrise d’institutions politiques engoncées dans leurs frontières. La mondialisation n’est plus ce qu’elle était Bibliographie

Collaborative Cities | The Documentary Quand l’agriculture s’installe en ville… Dossier : Nature(s) en ville Longtemps célébrée comme un vestige des temps passés, l’agriculture en ville s’impose aujourd’hui à l’agenda des politiques, qu’il s’agisse des documents d’urbanisme (schémas de cohérence territoriale (SCOT), schémas régionaux de cohérence écologique (SRCE), plans locaux d’urbanisme (PLU)) ou des contractualisations locales (voir, par exemple, le Schéma directeur de la région Île-de-France (SDRIF), voté le 25 octobre 2012 et qui soutient l’agriculture de proximité). Comme les y incitent les lois SRU (solidarité et renouvellement urbains) et les Grenelles de l’environnement, les collectivités territoriales expérimentent des dispositifs fonciers innovants en faveur de l’agriculture de proximité : zones agricoles protégées, périmètres de protection et de mise en valeur des espaces agricoles et naturels périurbains, îlots fonciers, chartes foncières ou projets agri-urbains. L’agriculture au cœur des villes : une agriculture encore teintée d’utopie… © P. © L.

Société contributive... territoires contributifs ? Coordination : Michel Briand (Membre du Conseil National du Numérique) Cette session est articulée autour de trois temps : Personnes et associations, acteurs locaux de cette émergence d'une société contributive Territoires et gouvernance contributive : émergence de réseaux, de projets, de nouvelles modalités de gouvernance Chemins et possibles qui favorisent le croisement de société et de territoires contributifs Pour cette séquence autour de dynamiques en émergence, nous proposons une animation collaborative pour donner à voir, confronter, nommer, et imaginer nos perceptions des approches contributives sur nos territoires dont voici les grandes lignes prévues. L'économie contributive, de quoi parle t on ? Vous pouvez consulter l'espace de prise de notes partagées pour les 3 sessions : Retrouvez également la carte mentale produite par notre chantier collectif : En retour la suite à co-construire...

vivre hors sol - Amis de l’économie du partage, ne vous voilez pas la face : les 3 arguments de la conso collab sont fallacieux. Humanisme et urbanisme III – La ville : un objet philosophique L'urbanisme reflet de la société Il convient de rendre la ville à ceux qui l'habite. Or qui élabore aujourd'hui les villes nouvelles ? Le modèle progressiste élabore une même conception de l’homme et de la raison qui sous-tend et détermine leur proposition relative à la ville. Avec la rationalisation des voies de communications, c'est la raison qui s’étend, fait triompher le vrai et, in fine, perd le sens. Mais cette contribution technique ne va pas sans danger idéologique : si les urbanistes ont le mérite d'entretenir un rapport concret avec la technologie, leur attitude s'achève le plus souvent en technolâtrie. Urbanisme et anthropologie G. Simmel franchit une étape dans sa réflexion en s'attachant plus particulièrement à la réserve qu'exige la vie urbaine (reprise par Jane Jacob, dans son apologie de la rue). Pour Simmel aussi, l'extension croissante de la ville joue un rôle prépondérant dans le développement des aptitudes humaines. Conclusion

Related: