background preloader

Heinrich Himmler

Heinrich Himmler
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Himmler. Heinrich Luitpold Himmler ([ˈhaɪn.ʁɪç ˈluˑɪtˌpɔlt ˈhɪm.lɐ ] Écouter), né le 7 octobre 1900 à Munich, mort le 23 mai 1945 à Lunebourg, est l'un des plus hauts dignitaires du Troisième Reich. Himmler porte la responsabilité la plus lourde dans la liquidation de l'opposition en Allemagne nazie et dans le régime de terreur qui a régné dans les pays occupés. Les premières années (1900-1929)[modifier | modifier le code] La jeunesse à Munich[modifier | modifier le code] Heinrich Himmler est le deuxième fils d'Anna Maria Heyderde et de Joseph Gebhard Himmler. Himmler effectue sa scolarité dans un établissement de Landshut, puis au Wilhelmsgymnasium de Munich, là où son père est enseignant. La Première Guerre mondiale et le début des années 1920[modifier | modifier le code] Dans son journal, il décrit l'ambiance à Landshut lorsque la guerre est déclarée : — Heinrich Himmler, Journal intime, août 1914[6]. Related:  Criminels de Guerre

Himmler's Nazi Rituals: The Secret History Of The Spirit World (EXCERPT) Excerpt from WHISPERERS: The Secret History of The Spirit World © 2013 by J. H. Brennan. Published by The Overlook Press, Peter Mayer Publishers Inc., New York, NY. www.overlookpress.com Used by permission of the publisher. On July 2, 1936, a coterie of high-ranking Nazis, including the national Labor Front leader Robert Ley and Deputy Führer Martin Bormann, descended on the central German city of Quedlinburg as guests of Reichsführer-SS Heinrich Himmler. The group was greeted by the local chapter of Hitler Youth ranked three abreast with flags hanging from long poles. The Reichsführer and his party stopped briefly to admire the city’s magnificent castle, then moved on to their ultimate destination, the medieval Quedlinburg Cathedral. To historians, the ceremony at Quedlinburg reflected Himmler’s passion for history and hopes to rebuild Germany in an heroic image, but there seems to have been more to it than that. Quedlinburg seems to have been the focus for this ambition.

« Le Monde des Livres » publie des lettres inédites de Himmler à sa femme LE MONDE DES LIVRES | • Mis à jour le | Par Jean Birnbaum « Le Monde des livres » publie aujourd'hui, quelques jours avant sa parution en France et en Allemagne, un document exceptionnel : les lettres que Heinrich Himmler envoya à sa femme, Marga, de 1927, l'année de leur rencontre, à 1945, celle où Himmler se suicida. Dérobés par deux GI américains, ces courriers ont connu un destin non élucidé avant de réapparaître au début des années 1980. Conservés sur microfilms, authentifiés par les spécialistes, ils paraissent sous la forme d'un recueil édité de façon à la fois savante et pédagogique par l'historien Michael Wildt et la politologue Katrin Himmler, par ailleurs petite-nièce de Heinrich. L'aspect le plus frappant de cette correspondance, comme le souligne Elisabeth de Fontenay dans son compte rendu, c'est l'abîme vertigineux entre, d'un côté, les crimes accomplis par le professionnel de l'extermination, et, de l'autre, la mièvrerie de ces effusions privées. Ton Heini » Je t'embrasse

Joseph Goebbels Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Paul Joseph Goebbels (prononcé, en allemand, [ˈɡœbəls ]), né le 29 octobre 1897 à Rheydt[2] et mort par suicide à Berlin le 1er mai 1945, fut un des plus puissants dirigeants du Troisième Reich. Ministre du Reich à l’Éducation du peuple et à la Propagande sous le Troisième Reich de 1933 à 1945, son nom reste indissolublement lié à l'emploi des techniques modernes de la manipulation des masses et de la démagogie qu'ont été capables de diffuser les propagandes des États totalitaires. Joseph Goebbels était un proche d'Adolf Hitler et, avec Hermann Göring et Heinrich Himmler, un des responsables les plus puissants et influents du Troisième Reich. Antisémite acharné, et aussi antichrétien radical[3], il joua un rôle moteur dans les persécutions contre les Juifs allemands notamment en déclenchant la Nuit de Cristal. L'enfance et les études (1897-1922)[modifier | modifier le code] Il est le fils de Fritz Goebbels et de Katharina Odenhausen.

Enfants Goebbels Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Magda et Joseph Goebbels entourés de leurs six enfants et du fils aîné de Magda (en uniforme de la Luftwaffe) en 1944. Magda (1901-1945) et Joseph Goebbels (1897-1945), ministre de la Propagande du Troisième Reich, eurent six enfants en plus de Harald (1922-1967), issu du premier mariage de Magda : Helga (1932-1945), Hildegard (1934-1945), Helmut (1935-1945), Holdine (1937-1945), Hedwig (1938-1945) et Heidrun (1940-1945). Ces enfants, avec leur parents, vivent dans le premier cercle d'Adolf Hitler et apparaissent dans plusieurs films de propagande allemands. Les six moururent empoisonnés, probablement par leur mère, le 1er mai 1945 dans le Führerbunker à Berlin où la famille Goebbels était réfugiée. Leurs parents se donnèrent la mort le même jour, la veille de la chute de la ville. Noms[modifier | modifier le code] Les enfants[modifier | modifier le code] Harald[modifier | modifier le code] Helga Susanne[modifier | modifier le code]

Magda Goebbels Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Magda Goebbels Magda Goebbels, née le 11 novembre 1901 et morte le 1er mai 1945, était la femme de Joseph Goebbels, ministre de la Propagande pendant le Troisième Reich. Née d'une union illégitime entre un ingénieur et une employée de maison, Magda Behrend[1] n'est tout d'abord pas reconnue par son père biologique. Sa mère se marie par la suite avec un riche commerçant juif, Richard Friedländer, qui participe à l'éducation de sa belle-fille et lui donne son nom : par sa fréquentation de pensionnats huppés et des milieux mondains, Magda Friedländer devient bientôt une jeune fille de la haute société. Magda Quandt milite alors au NSDAP, où elle trouve bientôt un travail qui la rapproche du Gauleiter de Berlin, Joseph Goebbels. Biographie[modifier | modifier le code] Enfance et adolescence[modifier | modifier le code] Études et déménagements[modifier | modifier le code] Magda Goebbels est née en 1901. Premier mariage[modifier | modifier le code]

Les criminels de guerre nazis les plus recherchés Alors que le Hongrois Ladislaus Csizsik-Csatary a été retrouvé à Budapest, le Centre Simon Wiesenthal poursuit sa chasse mondiale aux assassins. Le criminel de guerre nazi le plus recherché au monde, Ladislaus Csizsik-Csatary, a été retrouvé à Budapest. Ce Hongrois de 97 ans accusé de complicité dans la mort de 15.700 Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale était le premier sur la liste des dix criminels nazis les plus recherchés établie par le Centre Simon Wiesenthal de Jérusalem, spécialisé dans leur traque. Si nombre de criminels de guerre nazis sont toujours en vie, il s'agit en général de subalternes qui avaient une vingtaine d'années à la fin de la guerre. Les principaux tortionnaires, eux, sont morts ou ont été condamnés. Mais pour le centre Wisenthal, qui a lancé en 2002 une «opération Dernière Chance» pour mettre la main sur les derniers criminels nazis encore vivants et en liberté, il n'y a pas de petites proies. • Gerhard Sommer, 90 ans (Allemagne) • Aloïs Brunner • Aribert Heim

Qui sont les criminels de guerre nazis les plus recherchés? Auschwitz, Pologne © Pablo Nicolás Taibi Cicare / flickr-cc Fin juillet, le Centre Simon-Wiesenthal relançait la traque aux criminels nazis, 68 ans après la fin de la Seconde guerre mondiale. Dans les grandes villes d’Allemagne, une campagne d’affichage baptisée « Opération dernière chance » visait à sensibiliser la population au sujet des crimes commis par les nazis encore en vie. « Aidez-nous à les faire comparaître devant la Justice », pouvait-on lire sur les affiches. 120 criminels nazis seraient encore en vie L'historien Efraim Zuroff, directeur du Centre Simon-Wiesenthal en Israël et « chasseur de nazis », déclarait à ce sujet : « Nous n'avons plus beaucoup de temps. Deux ou trois ans au maximum ». « Nous espérons recevoir des indices sur des gens qui ont travaillé dans des camps de la mort ou ont servi dans les Einsatzgruppen [unités de police chargées d’assassiner les opposants au régime nazi, ndlr] », expliquait-il. La liste noire du Centre Simon-Wiesenthal

Klaas Carel Faber Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Faber. Klaas Carel Faber (20 janvier 1922 - 24 mai 2012, Ingolstadt) est un soldat nazi hollando-allemand. Biographie[modifier | modifier le code] Fils de Pieter Faber et Carolina Josephine Henriëtte Bakker, frère de Pieter Johan Faber, exécuté en 1948, Faber était recherché par le Centre Simon Wiesenthal. Il rejoint la Waffen SS en 1940. Notes et références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code]

Mort de Klaas Faber, deuxième criminel nazi le plus recherché Soixante-cinq ans après sa condamnation à mort aux Pays-Bas pour crime de guerre, le deuxième criminel nazi le plus recherché du monde (selon le Centre Simon Wiesenthal) est mort jeudi dernier à l'âge de 90 ans. Le plus recherché est le Hongrois Ladislaus Csizsik-Csatar, il avait organisé la déportation de 15.000 juifs slovaques au printemps 1944. Klaas Faber, ancien membre du commando SS Silbertanne, avait été condamné à mort aux Pays-Bas en 1947 pour l'assassinat de 22 juifs néerlandais. Sa peine avait été ensuite commuée en prison à vie, il avait surtout réussi à s'échapper en 1952 pour se réfugier dans le petit village de Ingolstadt, en Bavière. Un second procès avait eu lieu en 1957 mais avait abouti à un non lieu, l'accusé vivait paisiblement en Allemagne. En 2010, c'est le tribunal de La Haye qui était revenu à la charge en émettant un mandat d'arrêt européen.

Oswald Pohl Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Pohl . Oswald Pohl, tribunal militaire américain à Nuremberg, 1947. Oswald Pohl (30 juin 1892 - 7 juin 1951) était un officier nazi et un Obergruppenführer (équivalent à général de corps d'armée) SS. Né le 30 juin 1892 à Duisburg-Ruhrort, il est le fils du serrurier Hermann Otto Emil Pohl et d'Augusta Pohl (née Seifert). Le premier juin 1935, il est nommé trésorier du Reich et chef de l’administration de la SS et met alors sur pied l’organisme qui veillera à l’administration des camps de concentration. Il devient, quatre ans plus tard, chef de l'Office Central d’Administration et d’Économie, qui fait partie de la SS, et de l’Office Central de la Construction, qui est subordonné au Ministère de l’Intérieur, mais dans les faits, Pohl commande ces deux structures « qui se présentent donc selon le cas comme une structure de service public ou comme une institution de la S.S. »[1].

Alois Brunner Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Alois Brunner (né le 8 avril 1912 à Nádkút, dans la partie hongroise de l'empire d'Autriche-Hongrie[1], situé aujourd'hui en Autriche et mort probablement[2], [3]en 2010 à Damas, en Syrie) est un membre du parti nazi et un officier SS, qui se rend célèbre par son action contre les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale dans plusieurs pays d'Europe. Il est l'organisateur des actions du RSHA. C'est l'un des criminels de guerre nazis le plus recherché, longtemps resté l'un des derniers criminels de guerre nazis vivants. Biographie[modifier | modifier le code] Un nazi parmi d'autres[modifier | modifier le code] En 1931, à l'âge de 19 ans, il adhéra au NSDAP. Un acteur essentiel de l'extermination des Juifs[modifier | modifier le code] Il devint par ses fonctions l'un des rouages importants de la Solution finale aux côtés d'Adolf Eichmann. La déportation des Juifs d'Autriche[modifier | modifier le code] L'exil en Syrie[modifier | modifier le code]

Ernst Kaltenbrunner Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ernst Kaltenbrunner (4 octobre 1903 à Braunau Am Inn en Autriche - 16 octobre 1946 à Nuremberg) fut l’un des principaux responsables du système policier nazi, avec le grade d'Obergruppenführer. Au procès de Nuremberg, il est condamné à mort pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité et exécuté par pendaison. Ascension[modifier | modifier le code] En 1932, il adhéra, avec Adolf Eichmann, au Parti national-socialiste autrichien, dont il fut le 300 179e membre et, au début de 1933, aux formations SS plus ou moins camouflées qui commençaient l’infiltration des organismes de combat nazis en Autriche. Dans le courant de 1933, il fut nommé chef de la 37e brigade SS. Dans le courant de 1934, il fut nommé chef de la 8e division SS, mais il ne participa pas à la tentative de putsch de juillet 1934, où le chancelier Dollfuss fut assassiné. Libéré, Kaltenbrunner consacra son activité à la préparation de l’Anschluss.

Franz Stangl The Austrian Franz Stangl was in charge of Sobibor until September 1942, when he was transferred to the deathcamp Treblinka. Stangl gained a reputation as an efficient administrator and according to SS-Obergruppenfuehrer Odilo Globocnik, Franz Stangl was "the best camp commander, who had the greatest share of the entire action...." At the end of the war Franz Stangl managed to conceal his identity and although imprisoned in 1945 he was released two years later. He escaped to Italy with his colleague from Sobibor, Gustav Wagner, where he was helped by the Vatican network to Syria on a Red Cross passport. For years his responsibility in the mass murder of men, women and children had been known to the Austrian authorities but Austria did not issue a warrant for Stangl's arrest until 1961. After extradition to West Germany he was tried for the deaths of around 900,000 people. "Would it be true to say that you got used to the liquidations?" He thought for a moment. "In days? "Months. "...

Franz Stangl Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Franz Stangl, (26 mars 1908 à Altmünster (Autriche), 28 juin 1971 à Düsseldorf (Allemagne)) était un officier SS (Obersturmführer) qui fut commandant des camps d’extermination de Sobibor et de Treblinka. Il fut condamné à la réclusion à perpétuité en 1970 par un tribunal allemand. Sa jeunesse[modifier | modifier le code] Franz Stangl naît le 26 mars 1908 au sein d’une famille modeste à Altmünster en Autriche. Après l’Anschluss[modifier | modifier le code] Toutefois, à partir du milieu des années 1930, le climat en Autriche commence à changer et les idées nazies commencent à obtenir de plus en plus de soutien, y compris au sein des administrations autrichiennes, police incluse. Commence pour Stangl une période trouble. Dès avant la fin de 1938, il est chargé d’une mission de recensement des Juifs en Bohême[7]. Incorporation à l’Aktion T4[modifier | modifier le code] Monument commémoratif à Berlin L’opération Reinhard[modifier | modifier le code]

Related: