background preloader

Savoir partager la galette

Savoir partager la galette
Related:  Theme de l'individu à l'acteur

langage corporel La génération Y en entreprise Le sondage « Observatoire Social de l’Entreprise » publié en janvier dernier par IPSOS pour l’organisme d’enseignement supérieur et de formation professionnelle CESI, démontre que si les jeunes salariés sont jugés durement, c’est bien plus par les autres salariés que par les chefs d’entreprise qui sont plutôt positifs à leur égard. La génération Y, que l’on entend généralement comme celle des 17-30 ans, est souvent décriée : elle serait une génération égocentrique, désengagée, infidèle, impatiente, aussi bien coupée du monde qu’hyper-connectée. Difficiles à intégrer en entreprise, les salariés de cette génération nécessiteraient une adaptation de leurs managers. Les chefs d’entreprise du secteur de l’Industrie sont les premiers à véhiculer une image positive des jeunes salariés : 37% les jugent plus motivés (contre 28% moins), 41% plus polyvalents (contre 24% moins) et 32% plus enthousiastes (contre 27% moins).

Salut, ça va ? … ! Un grand classique de la convivialité le matin : on se croise et c’est au premier qui va dégainer : « salut, ça va ? ». Mais est-ce toujours de la convivialité ? Prenons quelques cas de figure. Façon « Hep taxi ! Je lance mon « salut ça va ? mais pourquoi ne m’a-t-il pas répondu ? Bon, j’ai aussi le droit de penser que le collègue ne m’a pas entendu, pas vu. Façon « Le train ne s’arrêtera pas à ma gare » Prenons, maintenant le cas inverse où c’est mon collègue qui a dégainé le premier : « salut, ça va ? Il faut que je vous explique qu’entre le « salut » et le « va », le collègue a parcouru 2 mètres et qu’il continue son chemin sans même attendre la réponse. Pas top, pour la convivialité, non plus ! Façon « Ai-je le choix de ma réponse ? Cette fois-ci, c’est mon chef qui m’apostrophe avec le maintenant fameux « salut, ça va ? Au niveau de la convivialité, pourrait-on appeler ça … le minimum syndical ? Façon « Si j’aurais su, j’aurais pas venu » La convivialité aurait-elle des limites ?

M. Laguigne en entretien bilan L'entretien individuel, qu'il soit formel ou informel, constitue l'une des situations de communication professionnelle les plus fréquentes et certainement parmi les plus prégnantes pour caractériser le style managérial d'un personnel d'encadrement. Lorsqu'il est organisé selon un cadre normé, comme ici où Monsieur LAGUIGNE reçoit son adjointe en entretien bilan, il engage davantage les parties et produit souvent des effets durables sur les relations futures entre les protagonistes. Au-delà des contenus précis de l'entretien, ce qu'il est intéressant de relever ici, ce sont : les conditions techniques et matérielles qui permettront un déroulement satisfaisant (préparation, accueil, disponibilité, écoute active) ; les conditions d'efficacité qui permettront de réaliser un bilan juste et partagé des activités conduites et d'élaborer des objectifs réalistes (analyse des faits, quête de sens, mise en perspective des objectifs individuels et collectifs, etc.). 1. 2. 3. 4. 5.

Se servir du réseau social de son entreprise pour se valoriser Que le projet soit global ou « de niche » (pour une population restreinte), la mise en place d’un réseau social dans une entreprise impacte fortement les méthodes de travail, l’analyse de la performance individuelle et collective et donc forcément les attentes du management. Cela se concrétise par un changement simultané de l’organisation, des règles de fonctionnement et des outils de travail, ce qui rend la transition difficile à gérer et particulièrement structurante pour l’entreprise. La complexité d’analyse et de gouvernance de ce type de projet nécessite alors beaucoup d’énergie et de volonté, sans compter que les réticences naturelles d’une telle évolution sont généralement très fortes. Du point de vue des personnes impactées, cette situation représente donc une extraordinaire opportunité pour occuper un rôle actif dans ce changement, se démarquer et se valoriser dans son entreprise. Un changement suivi par la direction, visible de tous et inévitable.

Ressources humaines et web social : des pratiques en devenir La première, réalisée par le cabinet Sémiocast révèle que 4 500 offres d’emploi sont publiées chaque jour sur Twitter en France. Toujours d’après cette étude, plus de deux tweets publics sur mille concernent des offres et des demandes de stage ou d’emploi. Par ailleurs, 79% des ces courts messages sont diffusés par des cabinets de recrutement ou des sites d’emploi. La seconde enquête a été relayée par le site web de la revue L'Entreprise : 80% des internautes interrogés affirment ne pas avoir trouvé le poste qu’ils recherchaient après avoir utilisé Viadeo et LinkedIn. Une fois combinés, ces chiffres sont intéressants car ils pointent du doigt une réalité : les réseaux sociaux ne sont pas magiques, ni pour les recruteurs, ni pour les candidats, même s’ils permettent d’entrer en contact plus facilement et d’identifier des profils pertinents plus rapidement. C’est notamment le cas avec Viadeo, où il n’est pas rare de recevoir une demande de mise en relation sans message.

Magazine communication, revue organisations, article communication, articles organisations, Sciences Humaines Les robots vont-ils tuer les emplois ? Jean-François Dortier Quatre emplois sur dix, y compris dans les métiers qualifiés, risquent d’être automatisés dans les vingt ans à venir : cette prédiction alarmiste, largement relayée par la presse au printemps 2015, est-elle valide ? Amap : des légumes et du lien social Patrick Mundler Outre leurs fonctions alimentaires, les Amap ont un rôle éducatif et permettent de renforcer les liens sociaux. Qui sont les lecteurs de Wikipédia? Renaud Chartoire

Le groupe en psychologie sociale - DOMINIQUE OBERLÉ, article Psychologie sociale Creuset de la formation de l'individu, qu'il soit redouté ou recherché, le groupe reste un élément nécessaire à la socialisation. La victoire de l'équipe de France en coupe du monde, la violence des bandes dans les banlieues... La vie des groupes fait parfois les titres de l'actualité. Selon le tour que prennent ces événements, les représentations que l'on se fait du groupe seront, soit positives et idéalisées, soit au contraire négatives. Avant d'être un objet scientifique, le groupe est en effet un objet de croyances. Le nous idéal est un groupe dont l'action surmonte les impuissances individuelles - « l'union fait la force » - par la mise en commun des énergies, des enthousiasmes, des capacités, et grâce à la solidarité entre les membres. La force des croyances à propos du groupe n'en rend pas aisée l'investigation scientifique. Comment définir le groupe ? Dans ce qui précède, le groupe a été défini par l'interaction et l'interdépendance, c'est-à-dire défini de l'intérieur.

La notion d'individu Quelques définitionsL'individu est un être concret possédant une unité de caractères et formant un tout reconnaissable. Un individu ne peut être ni partagé ni divisé sans perdre les caractéristiques qui lui sont propres. Un individu est original, il n'existe pas deux individus totalement identiques.En biologie, un individu est un spécimen vivant appartenant à une espèce donnée. L'individu semble être défini par son corps, son intelligence, sa conscience, voire son esprit. L'être humain Un être humain est composé d'organes. La connaissance de la composition et de l'organisation moléculaire d'un être humain est donc nécessaire pour le caractériser en tant qu'un individu. L'intelligence L'être humain est doué d'intelligence. Le cerveau est un organe, qui comme les autres est constitué de cellules, elles-mêmes constituées de molécules. La conscience La conscience est la faculté mentale permettant d'avoir connaissance de ses états, de ses actes, de se sentir exister, d'être présent. L'esprit

Illusion d'optique ClaireKönig Enseignante Sciences Naturelles Nos sens peuvent être trompés et parfois de manière amusante, le terme illusion d'optique se rapporte à toute illusion qui trompe le système visuel humain. Elles peuvent survenir naturellement ou être fabriquées par des astuces qui trompent nos sens et notre cerveau mais qui, aussi, appuient certaines hypothèses sur le système visuel humain. Elles sont de plusieurs sortes : physiologiques, les images rémanentes par exemple (non développé ici) ou les hallucinations (schizophrénie ou drogues, non développé ici) ou encore cognitives. 1 - Il faut mentionner ici l'effet Tetris (ou stratégie Tetris) qui est un exemple d'application de la sélection naturelle dans le domaine de l'intelligence artificielle. 2 - Deux grands classiques parmi d'autres. Cube de NeckerReproduction et utilisation interdites Le cube de Necker, une illusion ambiguë : quand deux lignes se croisent, le dessin ne montre pas laquelle est devant et laquelle est derrière. Dali 1937

Related: