background preloader

Histoire des théâtres parisiens: Le début du 17ème siècle

Histoire des théâtres parisiens: Le début du 17ème siècle
L’occasion du mariage entre Henri IV et Marie de Médicis va permettre le retour des Italiens à Paris et l’on sait que les premières années, c’est leur troupe qui occupa l’Hôtel de Bourgogne. La mort du roi va une fois encore compliquer leur sort et une sorte d’alternance difficile, entre troupes italiennes et françaises, va marquer les premières années du siècle, nous laissant à penser que ce système ne permettait pas l’émergence d’un « nouveau théâtre ». Salle de Jeu de Paume d'après l'ouvrage de Forbert L'Ainé - 1623 Le rêve des troupes itinérantes, que l'on imagine à juste titre proches de celle du Capitaine Fracasse cher à Théophile Gautier, était de se produire à Paris. Elles trouvaient parfois refuge dans des salles rectangulaires aménageables assez facilement en théâtre où l’on pratiquait couramment le jeux de paume, Parallèlement les « spectacles de cour » ne cessent de drainer un public nombreux où se retrouvent nobles, bourgeois ou simples badauds parisiens.

http://www.regietheatrale.com/index/index/thematiques/histdestheatres/3-17eme1.html

Related:  Première LPremière STMGLe théâtre classique

Définir le classicisme au théâtre le Théâtre à l'époque classique (XVIIe siècle) Daniel Maher Le théâtre du XVIIe siècle s'inspire directement de l'Antiquité gréco-latine. Cinna, tragédie de Pierre Corneille (1642) Quelques axes de lecture Une tragédie historique? Le fait que Cinna a été admirée en son temps pour sa fidélité à l'histoire montre la conception particulière que s'en fait le XVIIe siècle.

Pierre Corneille Poète dramatique français (Rouen 1606-Paris 1684). La situation de Corneille aujourd'hui est paradoxale : un nom illustre, une tragi-comédie extrêmement célèbre (le Cid, 1637), dont quantité de répliques sont connues du grand public, un adjectif (« cornélien ») passé dans l'usage courant contrastent avec une certaine méconnaissance de pans entiers de son œuvre. Naissance Les Têtes d'Atmosphère de Carole Fréchette « Je pense à Yu », pièce écrite en 2012 et dont l’action se déroule en 2006, raconte l’histoire de Madeleine, 50 ans, militante engagée en pleine remise en question, qui se réinstalle en ville après avoir abandonné une mission écologique dans le Grand Nord. Un matin, elle lit dans son journal un entrefilet relatant la libération, après 17 ans d’incarcération, du journaliste chinois Yu Dongyue.

Jean Echenoz: comment présenter un auteur inclassable? Echenoz n'aime pas parler de lui, peut-être même n'aime-t-il pas parler du tout. Il écrit. Et laisse dire. Dans Lac (Minuit 1989), on peut lire: «On ne s'expose pas sans risque aux confidences comme à certaines radiations.» Lorsqu'en 1989 on lui demanda de rédiger son autobiographie pour une compilation d'autosatisfactions littéraires, il laissa paraître ce court texte: «Jean Echenoz, né le 4 août 1946 à Valenciennes. Etudes de chimie organique à Lille. LA REGLE DES TROIS UNITES Le développement de la pièce classique doit obéir au principe d'unité défini par Boileau (Art poétique, 1674) : «Qu'en un lieu, en un jour, un seul fait accompli tienne jusqu'à la fin le théâtre rempli». La règle des trois unités vise à renforcer l'illusion théâtrale en réduisant l'écart entre action et représentation. L'UNITE D'ACTION Elle vise à supprimer les intrigues secondaires et à concentrer l'intérêt dramatique autour d'une action unique.

LE MYTHE DU BON SAUVAGE APPROCHE DE DEFINITION DES TEXTES CONTRADICTOIRES Approche de définition Avant le dix-huitième siècle Les grands voyages et les récits de ces voyages sont à l'origine du mythe du bon sauvage. Dés la fin du quinzième siècle, Christophe Colomb, en 1492, Vasco de Gama en 1497, Magellan, en 1519, Jacques cartier en 1534, avaient respectivement fait route vers l'Amérique, les Indes, le Canada. Leurs carnets de voyage nous révèlent l'existence d'autres peuples, d'autres coutumes, d'autres cultures, d'autres religions. L'Europe prend conscience qu'elle n'est plus seule au monde. Par ailleurs, Nicolas Copernic ( 1473 - 1543) démontre que la terre est ronde et qu'elle tourne, puis Galilée ( 1564-1642) prouve que la terre tourne autour du soleil.

À quoi ressemblait Paris au XVIIIe siècle? Le fracas des voitures, le chaos des foules, les bruits de pas pressés… La ville semble aujourd’hui être devenue un vortex aussi fascinant qu’harassant. Pourtant, si nous avons l’impression qu’il s’agit là d’une particularité de notre époque, Paris était tout aussi bruyante au XVIIIe siècle. C’est ce qu’affirme l’historienne Carolyn Purnell, qui vient de sortir le livre The Sensational Past et a été interviewée par Citylab. D’un point de vue architectural, la ville ne ressemble en rien à celle que nous connaissons en 2017. Haussmann, qui s’est vu confier ses travaux en 1853, n’est pas encore passé par là, et les rues sont sombres et étroites, tandis que des buildings surplombent l’ensemble de la cité. Le chaos urbain

Traité sur la tolérance Accusé du meurtre de son fils trouvé pendu dans sa boutique toulousaine, Jean Calas, protestant de Toulouse, est roué vif le 20 mars 1762. Son fils cadet Pierre est banni du royaume. Sa femme, leur servante catholique, Jeanne Viguière, le jeune Alexandre-Pierre Gaubert de Lavaysse, avec lequel Marc-Antoine a passé sa dernière soirée en compagnie de Pierre, sont mis hors de cause. Les deux filles, Nanette et Rose sont enfermées par lettre de cachet dans deux couvents parisiens où elles subissent des pressions en vue de leur conversion.

Related: