background preloader

A home 3D printer to turn your ideas into real objects

A home 3D printer to turn your ideas into real objects

http://cubify.com/cube/

Related:  L'impression 3D dans la vie de tous les jours

Gigabot : la plus grande imprimante 3D destinée aux particuliers Coïncidence ou véritable désir de faire connaître à tous cette nouvelle technologie, vous aurez pu constater qu’il ne se passe pas un jour sans que l’industrie annonce de nouvelles avancées en matière d’impression 3D. Aujourd’hui, un projet Kickstarter est à la recherche de fond pour proposer au grand public une imprimante 3D grand format baptisée Gigabot. Conçut par Re:3D et capable de concevoir des objets d’un volume maximal de 216000 cm³ (soit des objets de 600x600x600 mm maximum) posé sur un plateau d’un peu moins de 60 cm de large, l’imprimante 3D Gigabot devrait permettre la réalisation de pièces de grande taille sans pour autant manquer de précision. Ceci grâce à la technologie FFF (Fused Filament Fabrication) permettant d’utiliser des fils de PLA ou d’ABS dans des diamètres allant de 1,75 à 3 mm d’épaisseur. Enfin, pour voir la bête en action, glisser simplement dans la suite.

Glamour geek : créez vos sex-toys depuis chez vous avec une imprimante 3D Les usages des imprimantes 3D commencent à se développer et les objets se diversifient à mesure que les imprimantes deviennent abordables. Aller dans un sex-shop ou commander un sex-toy sur Internet se faisait en cachette, désormais il vous suffira d’une imprimante 3D pour vous faire plaisir sans complexe à la maison :) C’est en partant de ce constat que les gens n’osaient pas franchir les portes des sexshops que des entreprises tels que Makerlove se sont lancées dans ce marché en proposant des modèles 3D à imprimer chez soi.

Printcraft : le Minecraft de l’impression 3D Princraft est un serveur du jeux vidéo Minecraft dédié à l’impression 3D via un serveur Minecraft. Un bon moyen de simplifier la conception de modèles 3D tout en s’amusant. Printcraft – Quand Minecraft et impression 3D se rencontrent Minecraft, qu’est-ce que c’est ? C’est un jeu vidéo indépendant de type Bac à sable (construction complètement libre) développé par Markus Persson, alias Notch. Le jeu plonge le joueur dans un monde composé de blocs de différents matériaux représentant de la terre, du sable, de la pierre, de l’eau, des arbres, des animaux, etc. L'allemand 3D Freesculpt lance son imprimante 3D à 800€ Pour une fois c’est un européen qui se lance, et plus particulièrement un allemand, du nom de 3D Freesculpt. La société commercialise depuis quelques jours un nouveau modèle d’imprimante 3D : la EX1-Basic. Disponible sur le site de Pearl, 3 packs sont proposés : une version avec l’imprimante seule à 799,90€, une version avec le logiciel de création 3D Trimodo « EX1-Plus » en complément à 899,90€, et enfin une version avec un scanner 3D « EX1-ScanCopy » pour 1099,90€. Une vidéo de présentation de l’imprimante et du logiciel 3D Trimodo, réalisée par les équipes de Pearl (en allemand toutefois) est disponible : Du côté des caractéristiques techniques, elle pourra imprimer des objets de dimension 225 x 145 x 150 mm (un peu plus petit que la MakerBot Replicator 2), à une vitesse maximale de 24cm³/h, 80 – 120 mm/s pour une épaisseur de couche de 0,15 à 0,4 mm. L’imprimante fonctionne avec du filament ABS, dont une bobine est fournie.

Dreambox : des imprimantes 3D à tous les coins de rues Trois étudiants américains ont réalisé un prototype d'imprimante 3D destiné à l'usage en libre-service. Ce projet pourrait aider à rendre accessible un service qui, pour le moment, reste trop cher et dont les délais sont trop longs pour le grand public. Depuis l'avènement de l'impression en trois dimensions, les spécialistes du secteur prévoient une démocratisation des imprimantes 3D qui devraient devenir de plus en plus accessibles en matière de taille et de coûts. Grâce à trois étudiants de l'Université de Berkeley en Californie, David Pastewka, Ricard Berwick et Will Drevno, cet objectif se rapproche. Les trois américains ont réalisé le prototype d’une borne en libre-service capable d’imprimer un objet en 3D à partir de n’importe quel modèle, la Dreambox.

Les promesses de l’impression 3D L'avènement des imprimantes 3D accessibles au grand public engendre une sorte de fantasme sur l'avenir très proche : l'impression 3D sera-t-elle la nouvelle (et exclusive) façon de créer des objets ? Cette vision est-elle entièrement fausse, hâtive, ou incomplète ? La Thing-o-Matic de MarkerBot est une imprimante 3D qui tend vers l'accessibilité grand public : elle est commercialisée au prix de 1.100 dollars. © MarkerBot Imprimante 3D : un fantasme prématuré et absurde « Il y a une sorte de pensée magique chez les geeks aujourd’hui autour de l’impression 3D », s’énerve Christopher Mims pour la Technology Review.

le FabShop représente les imprimantes 3D de Mcor Technologies en France Publié par : bertier / 16 mai 2013 La société Irlandaise Mcor Technologies inventeur de l’impression 3D papier a choisi le FabShop pour représenter et distribuer ses produits en France. C’est une opportunité pour notre société de compléter notre offre avec une technologie originale et économique d’impression 3D avec les gammes Matrix 300 + et Iris. Mcor Technologies a été créée en 2005 par Conor MacCormack et Fintan MacCormack. Leurs imprimantes utilisent du papier d’impression pour fax et photocopieurs.

Déjà des imprimantes 3D personnelles à moins de 800 euros Ce nouvel objet va-t-il envahir nos bureaux beaucoup plus vite qu'on ne l'aurait pensé ? Lorsque nous avions parlé des imprimantes 3D en 2008, pour évoquer une révolution communiste en marche, nous avions fait ce parallèle avec l'évolution du prix des imprimantes papier pour montrer que le coût actuellement inabordable de l'impression d'objets pourrait rapidement baisser : Le prix d'une imprimante personnelle est passé d'environ 1000 euros en 1982 à 300 euros en 1997... et seulement 20 euros aujourd'hui pour les moins chères. C'est-à-dire que le prix de l'imprimante personnelle a été divisé par 50 en une seule génération (et ceci sans même tenir compte de l'inflation). Aujourd'hui, Desktop Factory propose déjà des imprimantes 3D personnelles à moins de 5000 dollars. Si l'on suit le schéma de l'impression 2D, une imprimante d'objets pourrait ainsi coûter 100 dollars vers 2030, ce qui n'est pas si lointain.

Des foetus en 3D: personne n'en rêvait, le cauchemar est devenu réalité Il est loin le temps où l’on cherchait à distinguer le nez ou le bras du foetus sur une échographie noir et blanc, et granuleuse. Depuis une dizaine d’années maintenant, le business des échographies 3D et 4D sont apparues et sont devenues, depuis, très prisées des futurs parents. Pour des sommes allant de 60 euros à 200 euros environ, il est possible désormais de faire réaliser ce que l’on peut appeler des échos «récréatives» ou «spectacle», soit des clichés ou des vidéos du fœtus en 3D ou en 4D. publicité Imprimante 3D Replicator II, les meilleurs prix, les tests, les dimensions... La Makerbot replicator 2 est l'imprimante de quatrième génération de Makerbot, elle est considérée comme une des meilleures imprimantes 3D de bureau sur le marché. Avec une capacité de résolution de 100 microns et un gros volume de production de 100cm cube (c'est 37% de plus que sa grande soeur la Makerbot Replicator). L'imprimante MakerBot Replicator est une des plus facile d'utilisation et la plus rapide pour faire des modèles de qualité professionnelle. C'est une imprimante 3D robuste et durable pour l'impression à grande vitesse, avec un châssis de qualité industrielle. L'acier enduit de poudre est également résistant aux changements de température et d'humidité, ce qui la rend adaptable dans la plus part des conditions de travail.

Related: