background preloader

Temperature Data: 1880-2011

Temperature Data: 1880-2011

Médiathèque - Le thermomètre isotopique Intégrer ce média sur votre site Reconstituer et comprendre les variations climatiques - Vidéo Emissions Lumni Comment reconstituer les climats anciens de la Terre, et expliquer les alternances de périodes glaciaires et interglaciaires qu'elle a connues ? Décryptage avec le professeur de SVT Mathieu. Téléchargez le support de cours en PDF. Comment reconstituer les variations climatiques passées ? Les derniers 800 000 ans ont été marqués par une alternance de périodes glaciaires (froides) et interglaciaires (chaudes) . Le δ18O (delta O dix-huit) : cette mesure exprime le rapport entre la quantité d’oxygène 18 et la quantité d’oxygène 16 dans les glaces et les carbonates. Quelles sont les causes de ces variations climatiques passées ? Qu’est-ce que des paramètres orbitaux ? Pour étudier les causes de ces variations de températures dans le passé, les scientifiques ajoutent, aux indices vus précédemment, des paramètres orbitaux. L’obliquité : elle représente la variation de l’axe de rotation de la Terre (quand elle se penche). La diminution de l’obliquité fait diminuer les contrastes des saisons.

Arctique : le changement est devenu la norme | Pour la Science Sur l’île Banks, dans les Territoires du Nord-Ouest, au Canada, plus de 4 000 glissements de terrain progressent lentement à mesure que le pergélisol s’affaisse et s’effrite du fait de sa fonte. En Sibérie, à cause du réchauffement du sol, des infiltrations de méthane souterrain créent des brèches en surface et éclatent, laissant des cratères de 40 mètres de large. Dans tout l’Arctique, le changement est devenu la norme, en particulier celui lié à l’irruption des pays et des entreprises. Constructions, extraction de pétrole et de gaz naturel, transport maritime et tourisme sont en hausse. Indéniablement, climat et activités humaines laissent des traces dans la nature et sur les 4 millions de personnes vivant dans la région.

Climat : le rôle modérateur des océans s’amenuise | Pour la Science En août dernier, le Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) publiait son rapport spécial consacré à la pression exercée sur les terres par l’activité humaine et par le réchauffement climatique, et à l’évaluation des solutions envisagées. C’est maintenant les océans et la cryosphère (les régions couvertes de glace) face au réchauffement climatique qui font l’objet d’un rapport spécial. Le réchauffement est estimé à 1 °C par rapport à la période préindustrielle il y a environ cent cinquante ans. L’eau présente sur Terre en subit déjà les effets, partout – sous toutes les latitudes, du sommet des montagnes jusqu’aux profondeurs abyssales – et sous toutes ses formes – liquide et solide. Dans le cadre du Giec, une centaine de chercheurs de 36 pays ont compilé quelque 7 000 publications scientifiques pour faire le point sur la situation actuelle et les projections dans les décennies à venir.

Quand les plantes gravissent les montagnes sous l'effet du réchauffement climatique | Pour la Science Le Chimborazo, en Équateur, est un volcan colossal, dont la base mesure 20 kilomètres de diamètre. Déjà en 1736, l’explorateur français Charles Marie de La Condamine avait gravi ses pentes, jusqu’à 4 755 mètres d’altitude, lors d’un voyage visant à mesurer la longueur d’un arc de méridien de 1 degré près de l’équateur. Le 23 juin 1802, c’est au tour du naturaliste allemand Alexander von Humboldt et de son acolyte, le botaniste français Aimé Bonpland, d’entreprendre son ascension. À partir de 4 600 mètres, plus de plantes à fleurs, ils ne trouvent que des lichens. En 2012, une équipe internationale organisée par Jens-Christian Svenning, de l’université d’Aarhus, au Danemark, décide de rééditer cette mémorable ascension, et de retrouver les lieux des prélèvements de Humboldt et Bonpland.

La datation des archives glaciaires | Pour la Science La richesse du témoignage qu'apportent les grands forages glaciaires de l'Antarctique et du Groenland sur les variations passées de notre climat et de notre environnement est reconnue bien au-delà du monde restreint des glaciologues. À l'inverse, les aspects liés à la datation de ces glaces polaires, ou de celles forées dans les glaciers des Alpes, des Andes ou de l'Himalaya ne dépassent guère un cercle d'initiés. De façon unique, les glaces per­mettent de reconstituer, à partir d'une même archive, les variations du climat et celles de la composition de l'atmosphère. Ainsi, l'analyse isotopique de la glace (en deutérium ou en oxygène 18) révèle, en continu, les variations passées de la température du site, tandis que la composition isotopique de l'azote et de l'argon dans l'air piégé dans cette glace met au jour, de façon plus ponctuelle, les variations climatiques rapides. Par ailleurs, les glaces ne se prêtent pas à l'utilisation de méthodes radioactives.

Related: