background preloader

Dossier La face cachée des cosmétiques

Dossier La face cachée des cosmétiques
Juin 2009 Sommaire Qu’appelle-t-on un produit cosmétique ?Les ingrédients des cosmétiquesLes cosmétiques naturels et issus de l’agriculture biologiqueSavoir choisir son produit cosmétiqueSources et liens Internet L’utilisation des cosmétiques remonte à plus de 10 000 ans lorque les hommes préhistoriques se peignaient le corps à partir de matières végétales, minérales et animales afin de se différencier des autres individus ou, au contraire, marquer une appartenance. A partir du début du XXIe siècle, la cosmétologie change radicalement de visage, grâce à l’industrialisation et aux nouvelles technologies. Qu’appelle-t-on un produit cosmétique ? Liste officielle des produits cosmétiques Crèmes, émulsions, lotions, gels et huiles pour la peau (mains, visage, pieds, notamment). Les ingrédients des cosmétiques Un cosmétique peut contenir de 20 à 50 ingrédients ! Exemple de composition. L’étiquetage Les principes actifs Les excipients Les différents corps gras Les additifs Ecocert Cosmébio Cosmébio "ECO" Related:  cosmétiquesproduit cosmétique

SA Color Parabènes, silicones, sels d'aluminium... : vraiment toxiques ou pas Voir aussi mon article précédent sur sur la toxicité des cosmétiques ici, Les conservateurs sont toxiques par définition, puisqu’ils tuent ou limitent les micro-organismes. Mais il est absolument nécessaire de s’en servir en cosmétique, à petites doses, pour limiter les risques de contaminations bactériennes potentiellement dangereuses. Concernant les parabènes (parabens), il n’y a pas réellement de polémique. Tous les scientifiques sont d’accord pour dire que ce sont de très bons conservateurs, sûrs d'utilisation, pour lesquels on a un recul de 50 ans. Ils sont extrêmement réglementés par la législation actuelle : toutes les formes de parabènes ne sont pas autorisées et pour celles autorisées, leur dose maximale d'utilisation est de 0,4% pour un parabène seul et de 0,8% dans le cas d'un mélange de parabènes. Le « sans parabène » est donc un argument marketing. Le remplacement des parabènes dans un produit n’est pas anodin car ils limitent très efficacement la prolifération de germes.

Les effets indésirables des produits cosmétiques |  BienDansSaPeau.fr Catégorie : Cosmétiques Les effets indésirables sont des réactions nocives pour la santé, susceptible d’être attribuées à un produit, et se manifestent le plus souvent sous forme de réactions d’irritation, allergiques ou survenant après exposition au soleil. Les réactions d’irritation Ce sont les réactions les plus fréquemment observées suite à l’utilisation de produits cosmétiques. Les réactions locales apparaissent chez les sujets à peau sensible suite au contact de substances irritantes telles que les produits moussants, certaines crèmes anti-rides, par exemple. Les réactions aéroportées (réactions cutanées, oculaires et respiratoires), beaucoup plus rares, se manifestent après un contact avec un produit cosmétique véhiculé par l’air (et non par avion comme on pourrait le croire !) Les réactions allergiques Elle peuvent intervenir de manière retardée ou immédiatement après l’application du produit. Les réactions immédiates Les réactions phototoxiques ou réactions de photo-irritation

II) Composition de ces cosmétiques - La santé et l'utilisation au quotidien des cosmétiques Le mascara Le mascara est un produit destiné à embellir le regard et allonger les cils. Il est composé d'une phase aqueuse et d'une phase huileuse. La phase aqueuse : 1) Tout d'abord, cette phase est composée d'eau ou d'un hydrolat, c'est-à-dire un liquide a base d'eau distillé avec différentes fleurs odorantes (comme l'eau de bleuet ou encore l'eau de rose). 2) Ensuite, elle est composée de gomme permettant l'adhérance du mascara sur les cils. 3) Elle est composé également d'un émulsifiant qui est un ingrédient essentiel du mascara. émusifiant MF émulsifiant VE La phase huileuse: 1) La cire présente dans la phase huileuse est soit d'origine animale (cire d'abeille) ou d'origine végétale (cire de carnauba). Cire d'abeille Cire de candelilla 2) Ensuite, cette phase est composée de pigments. Oxyde noir 3) Enfin, le dernier composant de la phase huileuse est l'huile. Huile de ricin Le rouge à lèvres. Sa composition: huile Ces deux composants constituent 60% du produit final. Le vernis à ongles.

www.laveritesurlescosmetiques.com La conservation La mention « sans parabènes » est souvent utilisée à des fins publicitaires. Les parabènes sont sous les feux de la rampe et, avec eux, un aspect particulier des produits cosmétiques: la conservation. Dans les produits cosmétiques conventionnels, les parabènes sont les conservateurs les plus utilisés. Sont-ils aussi les plus problématiques? Quels modes de conservation sont les bons, lesquels sont douteux pour la santé? « Sans parabènes » : un argument publicitaire parfois très trompeur pour le consommateur La mention « sans parabènes » peut induire le consommateur en erreur d’une manière assez incongrue. Un savoir-faire spécifique: le concept de conservation des fabricants de cosmétiques naturels et bio Pour les pionniers des cosmétiques naturels et bio, la question de la conservation fut le plus dur des challenges des années 60/70. Dans quelle mesure les libérateurs de formaldéhydes sont-ils problématiques? Composés organohalogénés et libérateurs de formaldéhyde:

Les produits de beauté, facteurs d'infertilité et de cancers par Eléonore Taicher La mission de l'institut indépendant de notation Noteo consiste à évaluer des dizaines de milliers de produits du quotidien, selon quatre critères : santé, environnement, social et budget. Sa dernière étude, parue vendredi, s'est intéressée aux produits d'hygiène-beauté et à leurs polluants. Les résultats sont peu rassurants : sur 15.000 produits de beauté-hygiène analysés, prés de 40 % contiennent au moins un perturbateur endocrinien. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) considèrent les perturbateurs endocriniens comme une menace mondiale pour la santé, notamment du fait de leur impact sur la fertilité ou sur les troubles neurocomportementaux. Les cosmétiques les plus touchés Les vernis à ongles arrivent en tête du classement Noteo : 74 % d'entre eux contiennent au moins un perturbateur endocrinien. Ils sont suivis de près par les fonds de teint, avec un taux de 71 %. Pour se protéger : les produits bio

Dossier SagaScience - Chimie et Beauté Une surface de près de 2 m2… un tissu souple, lisse, résistant, extensible ou encore imperméable. La peau, organe le plus étendu du corps humain, cumule à elle seule toutes ces propriétés. Cette enveloppe vivante qui se renouvelle constamment nous protège des rayons ultraviolets, des micro-organismes mais aussi des chocs. Ses deux millions de pores contribuent à la régulation de la température du corps par la rétention ou l’élimination d’eau. La peau est aussi une petite usine à vitamines. L’enjeu des cosmétiques consiste à préserver les fonctions naturelles de la peau, à assurer son hygiène et à la protéger des agressions. Les produits tensioactifs, composés rentrant dans la composition des savons, nettoient la peau par entraînement des graisses où se fixent les salissures et les germes ambiants. Produits indispensables à l’hygiène du corps et vecteurs de compositions cosmétiques, on les retrouve dans la formulation des bains-mousses, des crèmes, des gels, des déodorants…

Expériences microbiologiques testant l'efficacité des conservateurs : La vérité sur la cosmétique bio Nous avons procédé à une expérience microbiologique dans le but de déterminer la pureté du produit. Celui-ci ne devrait pas présenter de problèmes de contamination bactérienne. Cela permettrait de prouver, entre autres, l’efficacité de son conservateur. Interprétation des résultats de notre expérience Le prélèvement de la première semaine (11/01) Aucune colonie que ce soit sur la gélose nutritive ou bien la gélose de Sabouraud dans le prélèvement de la crème bio ainsi que dans le prélèvement de la crème conventionnelle. Le prélèvement de la deuxième semaine (16/01) Le prélèvement de notre crème bio a présenté la formation d'une colonie. On peut donc en conclure que même s’il y a eu formation d’une colonie dans l’échantillon de notre crème bio, les résultats demeurent bien inférieurs aux normes maximales d’acceptation (présentées dans le tableau). (si la video ne fonctionne pas sur le site, vous la retrouverez jointe dans le CD en tant que "Video 5")

Les cosmétiques sont-ils dangereux pour la santé ? - 16/01/2014 - News et vidéos en replay - La Quotidienne Selon Cosmetics Europe, un consommateur européen utilise entre 5 et 7 produits différents par jour. Or, leurs ingrédients sont régulièrement critiqués pour leurs effets néfastes pour la santé. Voici quelques conseils afin de vous préserver, tout en continuant à vous faire plaisir. Avez-vous déjà lu la liste des ingrédients d’un cosmétique ? Des noms en -nol, en -mum, en -rol et en -nyl, mais surtout des noms obscurs pour la plupart des consommateurs… Comment s’y retrouver ? C’est justement parce qu’elle se posait ces questions et qu’elle ne trouvait pas de réponse qui lui convenait que Laurence Wittner a créé l’Observatoire des Cosmétiques. Top trois des ingrédients à éviter Ce travail lui a permis de réaliser la dangerosité de certains composants. Viennent ensuite les perturbateurs endocriniens, présents dans près de 40% de nos produits d’hygiène-beauté. Quelles solutions ? Evidemment les produits bio peuvent être une très bonne solution pour préserver sa santé.

Scientifiquement prouvé, assurément esbroufé : une histoire de crème anti-âge. | Bouillie De Cerveau Vous achetez des crèmes cosmétiques à 100€ le pot dont le packaging est recouvert de « scientifiquement prouvé », « ça marche », « 99.9% de femmes satisfaites » (et pourquoi pas d’hommes satisfaits d’ailleurs, non mais). Effectivement les marques nous serinent de termes à fort impact émotionnel. Ne tirez-vous pas non plus une larme à chaque fois que vous lisez leur slogan ? Une larme de détresse. La Science avec un grand -S- est perçue comme la discipline salvatrice par excellence. Ce terme de « prouvé scientifiquement » et tout ce qui en est satellite permet du coup de s’affranchir d’un tas de véritables arguments , dont ils ne disposent justement pas pour vous retendre la peau : c’est de l’eau, vous croyez quoi !? Collagène végétal = mensonge Un petit bonus pour finir. J'aime : J'aime chargement…

Quelle est la définition d’un cosmétique bio Ce que l’on appelle communément les cosmétiques bio désigne une famille de produits contenant un maximum d’ingrédients naturels, issus du règne végétal comme les huiles d’olive, d’amande ou d’argan, le karité ou encore les extraits de fruits, les huiles essentielles et les eaux florales. Les fabricants s’interdisent par ailleurs d’utiliser des substances indésirables : 1) Les silicones synthétiques (non biodégradables), les parfums de synthèse, les colorants et pigments de synthèse. 2) Les conservateurs trop puissants c'est-à-dire détruisant la flore cutanée naturellement protectrice ou réputés allergisants. 3) Les matières premières non renouvelables comme les huiles minérales, paraffinum liquidum, qui sont des résidus de la pétrochimie. 4) Les ingrédients obtenus par des procédés de fabrications non respectueux de l’environnement et les matières premières supposant la mort d’un animal. Enfin, les produits ne sont pas testés sur des animaux vivants mais sur des personnes volontaires.

Les femmes appliquent 515 substances chimiques sur leur corps chaque jour Une enquête conduite par Bionsen, une société de cosmétiques britannique qui vend des déodorants sans aluminium (soupçonné d’être toxique pour les neurones) ni parabène (un conservateur soupçonné par certains de favoriser le cancer du sein) révèle qu’une femme applique en moyenne 515 produits chimiques sur son visage et son corps chaque jour : maquillage, rouge à lèvres, parfums, lotions, mascara, etc. Selon cette étude, une femme utilise en moyenne 13 produits de beauté différents qui, pour la plupart, renferment au moins 20 ingrédients et additifs dont certains n’ont pas été testés correctement pour leurs effets sur la peau et sur la santé en général. Une étude américaine de 2006 conduite par une association, l’Environmental Working Group (EWG), avait trouvé que 11 % seulement des substances contenues dans les cosmétiques ont été évalués par des tests de toxicologie adéquats (1). Certains produits sont soupçonnés d’être cancérogènes ou de perturber l’équilibre hormonal.

Related: