background preloader

"La Princesse de Clèves" : les conventions avant les émotions

"La Princesse de Clèves" : les conventions avant les émotions
En 1678, La Princesse de Clèves est publié anonymement. Ses lecteurs n’apprendront que plus tard que son auteur est une femme. Nommée à 16 ans demoiselle d’honneur de la reine Anne d’Autriche, la mère de Louis XIV, Madame de La Fayette sera toute sa vie une habituée des salons littéraires. "Parrainée" par La Rochefoucauld, l’auteur des Maximes, elle y côtoie les plus grands écrivains de son temps. Épouse du Comte de La Fayette, mari peu encombrant, plus vieux qu’elle, et qui passe la majeure partie de son temps sur ses terres en Auvergne, elle mène à Paris la vie qu’elle souhaite : celle d'une intellectuelle libre. Son expérience a-t-elle inspiré ses romans ? Surtout, l’auteure dessine avec précision les émotions et les cheminements métaphysiques de l’âme. S'installe alors un trio amoureux avec un autre personnage, le duc de Nemours, qui revient à la cour au moment même où Mlle de Chartres y arrive. Pour aller plus loin Ecoutez, révisez... Ecoutez Révisez !

https://www.franceculture.fr/emissions/ecoutez-revisez/la-princesse-de-cleves-les-conventions-avant-les-emotions

Related:  2020 - La Princesse de Clèves, Mme de Lafayette : Individu, morale et sociétéPrincesse de Clèves

Libérons Mlle de Chartres! by marlene.tranvouez on Genial.ly Le poids de la morale est lourd à l'époque de Mlle de Chartres... Saurez-vous la libérer des carcans de son époque et la laisser vivre son amour avec Nemours???,INTRODUCTION,La princesse de Clèves peut-elle avoir un autre destin???

"La Princesse de Clèves" : l'amant, le mari et l'aveu La Princesse de Clèves paraît en mars 1678 de façon anonyme. L’auteure, Madame de La Fayette, craint le ‘’bruit’’ que ne manqueront pas de faire ses pages qui évoquent implicitement les intrigues de la cour de Louis XIV, même si l’action a été déplacée un siècle plus tôt, sous Henri II. Ce roman des passions la propulse au panthéon des grands écrivains du XVIIe siècle : Racine, le vieux Corneille, ou encore Nicolas Boileau. Amie proche de La Rochefoucauld, ce dernier aurait inspiré l’écriture de ce roman, véritable traité des passions de l’âme. A la cour du roi de France, les passions ne peuvent se vivre à l’abri des regards : tout se sait et tout se dit.

EL : Parcours : Madame Bovary par Marianne G sur Genially Bravo, tu as fini!!,Recommencer le quizz de grammaire,le but,le temps,la cause,4. Quelle circonstance est-ici exprimée? Sujets de dissertation sur la PDC Localisation dans les rubriques : ► Les synthèses des listes collège et lycée ► Les synthèses de la liste Profs-L vendredi 27 décembre 2019 Par Murielle Taïeb Lectures cursives avec la PDC Rappels des programmes officiels : « La lecture cursive est constamment encouragée par le professeur. Quatre œuvres au moins – une par objet d’étude, toutes distinctes de celles étudiées dans le cadre des parcours – doivent être lues par l’élève.

La rencontre amoureuse Localisation dans les rubriques : ► Les synthèses des listes collège et lycée ► Les synthèses de la liste français-collège mercredi 4 octobre 2006 Par Mathieu Bilière Il s’agissait de trouver des textes décrivant "la" première rencontre amoureuse. ► Anthologie, Des filles et des garçons. ► Anthologie, Leurs yeux se rencontrèrent.

La femme idéale ► ALAIN-FOURNIER H., Le Grand Meaulnes (Yvonne de Galais) ► APOLLINAIRE G., « Poème à Yvonne » dans Oeuvres poétiques. « Vous dont je ne sais pas le nom, ô ma voisine » : il présente la femme sous un jour ambivalent, tantôt « Madone dont la bouche est une capucine », tantôt rappelant la fée Mélusine, tantôt « ange » tantôt « à damner ». ► BALZAC (de) H., Le Lys de la vallée. ► BAUDELAIRE C., « A une Passante ».

Les veuves en littérature Problématique ► Contexte : en première L, étude d’un corpus et sujet de bac « Anecdote de la jeune veuve » qui se trouve page 433-436 du manuel « Ecume des Lettres ». ► Comme ce travail prend place dans l’OE Réécritures, recherche d’autres textes (par exemple, la chanson de Brassens « La Fessée ») présentant une « jeune veuve » qui donne raison à la morale de La Fontaine : « Sur les ailes du Temps la tristesse s’envole, / Le Temps ramène les plaisirs. », si bien qu’une élève écrit : « On peut donc arriver à une même conclusion : aucune femme ne reste vraiment veuve dans la littérature. » - Question : dans la littérature, une femme reste-t-elle « vraiment veuve » ? Mythe ► La Bible ; « Le livre de Judith »Judith est une veuve.

Related: