background preloader

Roosevelt et le New Deal

Roosevelt et le New Deal

https://www.lumni.fr/video/roosevelt-et-le-new-deal

Related:  Ch 1 - L’impact de la crise de 1929 : déséquilibres économiques et sociaux1- Crise de 1929

La fin des années folles et le krach boursier de 1929 Les années folles sont en réalité bien fragiles. 1929. La décennie touche à son terme. Le 24 octobre 1929, le Jeudi noir de Wall Street précipite l’Amérique dans le plus gigantesque krach boursier de son histoire. Le krach de 1929 engendre nazisme et Front populaire, par Lionel Richard (Le Monde diplomatique, 2010) Années 1920 : la Bourse de New York est dopée par l’expansion du crédit. De 1924 à 1929, les actions cotées à Wall Street deviennent trois fois plus nombreuses. Le 3 octobre 1929, brusquement, une baisse des cours survient.

La crise de 1929 aux États-Unis et en Allemagne Contexte historique Le renversement de la conjoncture boursière La prospérité économique que connaissaient les États-Unis dans l’entre-deux-guerres se renversa brutalement en octobre 1929, lors de la chute spectaculaire des cours de la bourse de New-York, à Wall Street. Le « jeudi noir » 24 octobre, puis le « mardi noir » 29 octobre, des dizaines de millions de titres furent mis en vente sur le marché, sans trouver preneur, ce qui provoqua l’effondrement des cours boursiers, de l’ordre de 30 à 40% au cours du dernier trimestre, puis entraîna la faillite des banques, qui étaient à court d’argent, et la ruine de milliers d’épargnants. Cette crise s’explique, d’une part, par la spéculation excessive autour des valeurs, trop souvent surévaluées, et, d’autre part, par le fait que les agents de change, pressentant que les actionnaires manquaient de garanties suffisantes, se mirent à réclamer de l’argent liquide, et ne reçurent, pour toute réponse, que des ordres de vente massifs. Interprétation

Idée reçue : la crise de 1929 a porté Hitler au pouvoir, par Lionel Richard (Le Monde diplomatique, septembre 2014) A Wall Street, le 29 octobre 1929, 16 millions d’actions sont bradées sur le marché. Dans les jours qui suivent, la Bourse s’effondre, les épargnants sont ruinés. En trois ans, le taux de chômage aux Etats-Unis passe de 3 % à 24 %, la production industrielle fond de moitié. La crise ne tarde pas à toucher le reste du monde : le Royaume-Uni, la France, l’Autriche, le Japon, l’Argentine, le Brésil, etc. Politique : ce que l'on doit au Front populaire, né il y a 80 ans C'était il y a 80 ans, le 3 mai 1936 : ce jour-là, Léon Blum parvient à rassembler socialistes, radicaux et communistes aux législatives. Pour la première fois, la gauche l'emporte avec un slogan qui fait mouche en cette période de crise économique et de montée du fascisme : "Le pain, la paix et la liberté". Ce grand espoir est néanmoins douché car Blum préfère attendre la rentrée parlementaire en juin pour provoquer un grand changement.

Années 30, le repli autarcique fatal Avec la spéculation financière et les erreurs de politique monétaire, le protectionnisme fait figure de grand accusé dans le déclenchement de la crise de 1929 puis de la Deuxième Guerre mondiale. Il peut donc être utile, alors que les accusations, ou les demandes, de protectionnisme montent de toutes parts, de s'interroger sur ce qui s'est passé. D'abord le protectionnisme n'est pas né avec la crise de 1929, puisqu'il était déjà élevé en 1914. Après avoir expérimenté toute la gamme des contrôles du commerce extérieur pendant la Première Guerre mondiale, les Etats ont ramené à 24,9 % en 1929 les droits de douane sur les produits manufacturés, comme avant-guerre (24,6 % en 1913). Pourtant ces chiffres sont un peu trompeurs, car des instruments nouveaux et discrets, par exemple des cartels et des monopoles nationaux ou des aides directes et indirectes, soutenaient les productions nationales. Soutenues.

Grande dépression (années 1930) - images de crises Hyperinflation (1923) Née des suites économiques de la 1ère guerre mondiale, cette crise illustre les dérèglements économiques et sociaux que peut entrainer la perte de confiance dans une monnaie dont la valeur s’effondre. Elle témoigne de l’importance de la stabilité des prix comme condition d’une croissance durable. Hyperinflation (1923) Hyperinflation (1923)

Terminale générale - Thème 1 / Fragilités des démocraties, totalitarismes et Seconde Guerre mondiale / Chapitre 1. L'impact de la crise de 1929 : déséquilibres économiques et sociaux Détails Écrit par Eric Michelangeli Sommaire I. John Maynard Keynes L’Anglais John Maynard Keynes (1883-1946) est probablement l’économiste le plus influent du XXe siècle. Keynes est un des penseurs auquel tout économiste fait inévitablement référence, soit pour interpréter et prolonger sa théorie, soit pour l’infirmer. La vie de Keynes est elle-même passionnante, il a joué un rôle essentiel dans la mise en place des institutions de Bretton Woods en 1944 (la banque Mondiale et le Fonds Monétaire International) et s’est plusieurs fois ruiné et enrichi en spéculant à la bourse. Mais il doit avant tout sa renommée à la révolution qu’il a opérée dans la théorie économique. Ses idées ont notamment inspiré la politique interventionniste du New Deal, mise en œuvre dans les années 30 par le gouvernement américain, mais aussi la plupart des politiques économiques occidentales jusque dans les années 1970 et au-delà. La réfutation de la loi de Say et de l’équilibre spontané des marché

Related: