background preloader

Programme ÉCLAIR pour l'ambition, l'innovation et la réussite

Programme ÉCLAIR pour l'ambition, l'innovation et la réussite
Related:  Violence scolaire/ Climat scolaire

Équipes mobiles de sécurité académiques Missions Les équipes mobiles de sécurité académiques ont principalement pour missions : d'accompagner et aider les établissements en cas de fortes tensions ou en temps de crise liée à l'insécurité ;d'assurer la protection et la sécurité des personnes et des biens au sein des établissements et à leurs abords ;d'améliorer la prise en charge des élèves aux conduites problématiques. Composition Chaque académie définit la composition de l'équipe selon sa taille et ses spécificités. des personnels appartenant à l'Éducation nationale : chef d'établissement, enseignant, conseiller principal d'éducation, ... Quelle que soit leur origine professionnelle, les membres de ces équipes sont formés pour s'adapter aux spécificités des interventions en milieu scolaire. Modalités d'intervention Elles agissent sur instruction du recteur : Ces équipes interviennent sous la responsabilité du chef d'établissement.

ÉCLAIR « L’éducation prioritaire doit être refondée. Le dispositif ÉCLAIR a vocation à être repensé avec la participation de tous les acteurs concernés, les règles fixées pour la prochaine rentrée étant maintenues de façon à éviter toute désorganisation. L’éducation prioritaire sera au cœur des discussions qui ont lieu dans le cadre de la concertation pour la refondation de l’École. » Année scolaire 2012-2013 : dossier de rentrée du 29 août 2012 Le programme « ÉCLAIR » « À la rentrée 2011, le programme des écoles, collèges et lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite (ÉCLAIR) intègre les 105 établissements du programme des collèges et lycées pour l'innovation, l'ambition et la réussite (CLAIR) conduit en 2010-2011 ainsi que la plupart des écoles et des collèges des réseaux « ambition réussite » (RAR). » Liste des écoles et des établissements scolaires publics inscrits - rentrée scolaire 2011 (BO n° 27 du 7 juillet 2011) Le programme ÉCLAIR vise à : Chiffres-clés à la rentrée scolaire 2012

Le harcèlement en milieu scolaire Définition du harcèlement en milieu scolaire Le harcèlement en milieu scolaire, moins visible que les violences verbales, physiques, d'atteinte aux biens ou d'intrusions, dégrade, de manière insidieuse et durable, le climat scolaire au sein des écoles et des établissements. Ses conséquences à court, moyen et long termes peuvent être graves tant pour les victimes que pour les auteurs. Le harcèlement en milieu scolaire se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique. Le harcèlement se fonde sur le rejet de la différence et la stigmatisation de certaines caractéristiques. On peut considérer qu'il y a harcèlement lorsque: les agressions sont répétées et s'inscrivent dans la durée,la relation entre l'agresseur ou les agresseurs et la victime est asymétrique. Agir contre le harcèlement à l'école.gouv.fr Conséquences Les conséquences du harcèlement en milieu scolaire peuvent être graves et multiples : Deux guides pour les professionnels

L'Education Prioritaire en textes La politique de l'Education Prioritaire, mise en place en 1981, s'appuie sur une discrimination positive dans l'emploi des moyens publics au service de l'égalité des chances. Elle constitue une réponse aux difficultés sociales et scolaires concentrées dans certains établissements.En 1990, la volonté de promouvoir la réussite de tous les élèves sur tout le territoire et particulièrement dans les Zones d’Education Prioritaires (ZEP) conduit à relancer cette politique. L’objectif premier est d’obtenir une amélioration significative des résultats scolaires des élèves.En 1997, la carte des ZEP évolue avec la création des Réseaux d’Education Prioritaire (REP). Les ZEP restent au cœur du dispositif mais un nouveau souffle leur est apporté : chaque ZEP élabore dorénavant un contrat de réussite reposant sur un diagnostic identifiant les causes de réussite et d’échec. Le programme ÉCLAIR vise à : Par ailleurs, la carte de l’Education Prioritaire n’est pas figée. La dénomination REP disparaît.

Prévenir la violence Lutter contre l'échec scolaire La lutte contre l'échec scolaire et pour l'égalité des chances constitue la première des préventions. Le socle commun de connaissances et de compétences prend largement en compte la nécessité, pour l'élève, d'acquérir des compétences sociales et civiques, d'apprendre à vivre ensemble à travers des actions concrètes (prise de responsabilité, débat et respect des idées d'autrui). Faire respecter les règles de vie dans l'établissement La lutte contre la violence repose sur le rappel de l'obligation scolaire et sur le contrôle de la fréquentation et de l'assiduité scolaires. Elle implique la connaissance et la compréhension des règlements intérieurs par les élèves et les parents ainsi que des sanctions encourues en cas de manquement au respect des règles établies. Dispositifs spécifiques Les Comités d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), généralisés en 2005, participent à l'élaboration du plan de prévention de la violence dans chaque établissement.

L'éducation prioritaire Mon stage de troisième : un site pour proposer des stages aux élèves de troisième des quartiers prioritaires 30 000 stages - 15 000 dans le secteur public et 15 000 dans le secteur privé - sont proposés aux collégiens de 3e situés en réseau d’éducation prioritaire renforcée (REP+) pour l’année scolaire 2018-2019. Un portail met à leur disposition les informations et les conseils nécessaires. www.monstagedetroisieme.fr Les principes de l'éducation prioritaire La politique d'éducation prioritaire repose sur des principes clairement affirmés. Une priorité pédagogique Les réussites observées montrent que c'est principalement dans le quotidien des pratiques pédagogiques et éducatives que se joue la réussite scolaire des élèves issus des milieux populaires. Le travail en équipe, la réflexion et la formation soutenus Dans ces REP+, le temps enseignant est organisé différemment grâce à une pondération dans le second degré et à 18 demi-journées remplacées dans le premier degré. Ce site rassemble :

Agir contre la violence Les grands axes d'action pour lutter contre la violence à l'école La loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République traduit l'engagement du ministère de répondre au phénomène de violence à l'école. Une politique d'ensemble est menée afin de mettre en place les conditions favorables à une communauté éducative sereine, en ciblant notamment les établissements les plus exposés au phénomène de la violence. La réalisation de diagnostics de sécurité Les diagnostics de sécurité présentent des préconisations d'ordre technique et organisationnel afin de sécuriser au mieux l'établissement scolaire concerné. Cette mesure de sécurisation est complémentaire des diagnostics de sûreté menés par les fonctionnaires du ministère de l'intérieur. Le dispositif des correspondants pour la sécurité de l'école Les "correspondants police-gendarmerie sécurité de l'école" sont désignés dans tous les établissements scolaires et dans certaines écoles.

L'éducation prioritaire à Paris Mesure de la violence en milieu scolaire Conçu par la direction de l'Évaluation, de la Prospective et de la Performance (DEPP), en concertation avec les chefs d'établissement, le Système d'information et de vigilance sur la sécurité scolaire (SIVIS) repose sur un échantillon, scientifiquement élaboré, d'établissements publics du second degré, représentatif au niveau national (France métropolitaine et DOM). SIVIS a remplacé Signa (Signalement des actes de violence) à la rentrée scolaire 2007. Il est centré sur les actes de violence les plus graves : faits portés à la connaissance de la police, de la gendarmerie ou de la justice, faits susceptibles de donner lieu à dépôt de plainte ou à conseil de discipline et faits ayant entraîné des soins. Il permet également de recenser des actes comme les atteintes à la vie privée (droit à l'image et représentation des personnes). La DEPP publie de façon régulière des notes d'information qui analysent les données collectées. Une vision consolidée de l'état de la sécurité dans les collèges

Contrat Réseau ÉCLAIR 2011-2014 Nom du chef d’établissement : Mme SOUFI Circonscription : ECOUEN Nom de l’Inspecteur de circonscription : M. DUCHEMIN Nom de l’IA-IPR référent du réseau : M.MEUR Vu la loi n° 2005-380 d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école, le décret n° 85-924 modifié par les décrets n° 2005-1145 du 9 septembre 2005 et 2005-1178 du 13 septembre 2005 et la circulaire n°2011-071 du 2-5-2011En conformité avec le pilotage académique des ECLAIR centré sur les cinq axes de travail suivants : et avec les orientations du projet d'établissement et du projet d’école, les responsables du réseau s'engagent sur une période de 3 ans à la réalisation des objectifs prioritaires définis. Le réseau à la rentrée 2011 Sa composition Le comité exécutif Les autres personnels du réseau Le collège Martin Luther King était tête du réseau RAR de Villiers le Bel jusqu'en juin 2010, ce qui lui a permis de déployer une action pédagogique sur un territoire qui compte 7 écoles et qui concerne 1673 écoliers et collégiens.

Climat scolaire En novembre 2012, le ministère de l'éducation nationale crée la délégation ministérielle chargée de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire (DMPLV), animée par Éric DEBARBIEUX, rattachée à la direction générale de l'enseignement scolaire (DGESCO). Dans ces domaines, la délégation est chargée des missions d'impulsion, d'observation, d'analyse, de conseil et de formation. La recherche scientifique a établi le lien très fort entre qualité du "climat scolaire", victimation à l'école, qualité des apprentissages et réussite scolaire. Il y a donc un enjeu majeur à sensibiliser et mobiliser tous les acteurs à ces thématiques, mentionnées tant dans la loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'École de la République que dans le rapport annexé. La DGESCO, la DMPLV et l'inspection générale de l'éducation nationale ont contribué à l'élaboration de ces ressources.

Petite histoire de l'Education prioritaire - ECLAIR Henri-Barbusse de Bagneux la petite histoire des ZEP Les Réseaux Ambition Réussite (RAR) et les Réseaux de Réussite Scolaire (RRS) qui composent les zones d’éducation prioritaire se situent dans le prolongement d’une histoire datant de 1981. En 1981, les milieux associatifs, pédagogiques puis syndicaux et politiques dénoncent les inégalités scolaires et participent à la création des « Zones prioritaires » qui deviendront des Zones d’Éducation Prioritaire sous le sigle ZEP. L’école publique, laïque et obligatoire a été conçue comme un instrument instituant l’égalité entre les citoyens. Tous les enfants devaient pouvoir fréquenter leur école primaire dans leur commune pour y recevoir le même enseignement, défini par des horaires et des programmes nationaux, dispensés par des instituteurs formés sur le même modèle par des écoles normales. La notion d’échec n’existait pas, elle était inconcevable. La politique des ZEP est née. Vers la mise en œuvre du Contrat d’Objectifs Scolaires

Related: