background preloader

Le « développement durable »

Le « développement durable »
1 En anglais « sustainable développement », également traduit par « développement soutenable ». Les (...) 1C’est en 1980, dans un rapport commun du Programme des Nations unies pour l’environnement et du World Wildlife Fund, qu’apparaît pour la première fois la notion de « développement durable »1. Elle est ensuite mise en avant dans le rapport dit « Brundtland », du nom de la Première ministre norvégienne présidant la commission des Nations unies pour l’environnement et le développement. En voici la définition : « Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. » 2 Il n’existe pas de définition beaucoup plus précise du « développement durable ». 3Les industriels ont résumé à leur façon ces trois objectifs : les « 3 P », c’est-à-dire les « trois pôles interdépendants du développement durable de l’humanité : équité sociale (People), préservation de l’environnement (Planet), efficacité économique (Profit) ».

Parole du fond d'une yourte Parole d' « illuminée toute nue du fond de sa yourte. »***(VC)* La prédation de terres s'est aggravée depuis la crise alimentaire en Afrique. Mais ce ne ne sont pas les Africains qui se ruent pour achèter leurs terres et pratiquer une agriculture de subsistance, que non! On leur pique sous le nez soi disant consentant les derniers carrés agricoles de leur continent. L'achat et la confiscation de terres en Afrique par les investisseurs des pays riches, pour spéculer sur la raréfaction des ressources alimentaires, atteint le niveau quantitatif des terres arables françaises! La justification basique des riches, à laquelle le colonialisme nous a aveuglement formaté, est de déclarer que les pauvres sont ravis d'attirer des capitaux, ravis d'obtenir de la monnaie de singe contre leurs derniers arpents, ravis de s'intégrer à notre économie de marché et de participer solidairement au remboursement d'une dette chronique incommensurable. . surmené « insondable bêtise ».

L’EDD, ça s’évalue ? Mais quoi évaluer… et qui évalue ? L’évaluation est à la mode, trop à la mode parfois, car de plus en plus on évalue… pour évaluer. Évaluer un contenu aussi particulier que l’EDD est-il pertinent, ou même possible ? D’autant que le mot « évaluation » est chargé d’une certaine ambigüité : est-ce que cela correspond essentiellement à une mesure, en fin de parcours, permettant de mettre en évidence ce qui a été fait ou appris par les élèves ? Ou bien s’agit-il d’une préoccupation de tous les instants ? En réalité, évaluer, c’est être en observation et à l’écoute tout au long de la progression d’un projet, ce qui n’élimine pas l’appréciation terminale. Évaluer surtout les productions des d’élèves ? Évaluer… en notant ? L’éducation au développement durable ne correspond pas à une matière de plus que l’on doit aborder. Évaluer des compétences et une démarche de projet Si l’acquisition de connaissances est relativement facile à mesurer, il n’en est pas de même des compétences et du degré d’implication. Mais… qui évalue ?

Développement durable Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Diagramme du développement durable : une approche globale à la confluence de trois préoccupations, dites « les trois piliers du développement durable ». Pour atteindre les objectifs du développement soutenable, il faut notamment faire appel à des ressources naturelles, minérales et vivantes qu'on peut selon leur vulnérabilité classer en « pas, peu, difficilement, coûteusement ou lentement renouvelables ». Les aménageurs et gestionnaires peuvent alors chercher à les restaurer, les protéger et les économiser, et le cas échéant à compenser ses impacts Le développement durable (anglais : sustainable development qui peut aussi être traduit en français par développement soutenable) est une conception du bien commun développée depuis la fin du XXe siècle. Considérée à l'échelle de la planète, cette notion vise à prendre en compte, outre l'économie, les aspects environnementaux et sociaux qui sont liés à des enjeux de long terme.

Scholar Politique européenne de développement durable Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le processus d'unification économique et politique de l'Europe, qui a abouti en 1993 à l'Union européenne, puis en 2002, à la mise en œuvre d'une union économique et monétaire, avec une monnaie commune, l'euro, s'est accompagné, dans la même période, d'initiatives et de mesures réglementaires, moins spectaculaires, mais non moins importantes, sur d'autres thématiques comme l'environnement, ou la recherche et développement, touchant directement au développement durable. Cet article se propose de dégager les grandes étapes de cette évolution vers un développement durable dans l'Union européenne. Historique[modifier | modifier le code] Émergence des préoccupations environnementales dans les années 1970[modifier | modifier le code] On peut dater l'émergence de la préoccupation environnementale des années 1970, avec les deux chocs pétroliers de 1973 et de 1979. L'Acte unique européen - 1986[modifier | modifier le code]

Le monde de l'éducation Recherche et développement Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La recherche et développement (parfois abrégée en « R et D », « R & D » ou « R&D ») est une catégorie statistique, économique et comptable englobant l'ensemble des activités entreprises « de façon systématique en vue d’accroître la somme des connaissances, y compris la connaissance de l’homme, de la culture et de la société, ainsi que l’utilisation de cette somme de connaissances pour de nouvelles applications. »[1] On distingue trois grandes composantes de la recherche et développement : la recherche fondamentale ;la recherche appliquée ;le développement expérimental[1]. Les entreprises mènent des activités de recherche et développement afin d’améliorer leurs capacités de production, la qualité, notamment environnementale, de leur production, ou afin de créer de nouveaux biens et services, si possible en accord avec les orientations du marketing et, entre autres, en matière de développement durable. Composantes[modifier | modifier le code] R.

Des outils d'éducation - Les outils d'éducation - Enseignants - Kidslovecities, le site pédagogique pour les enfants | Veolia Les outils d’éducation proposés par Veolia Environnement mettent en perspective la protection de l’environnement avec des actions concrètes. Dans une démarche rigoureuse et un ton résolument positif, l’expertise de Veolia Environnement est mise au service de la pédagogie pour aborder les problématiques des secteurs de l’eau, des déchets, de l’énergie, des transports et du développement durable. Avec le site web kidslovecities.com, les enfants découvrent d’une manière ludique et interactive la production d’eau potable, le traitement des eaux usées, la gestion des déchets, les services de l’énergie, le transport public et le développement durable. Sur les territoires où intervient Veolia Environnement, dans le cadre de ses contrats, le Groupe met à disposition des écoles des outils pédagogiques. Ces outils sont destinés à sensibiliser les enfants aux enjeux de l’eau, des déchets, de l’énergie et du transport public. • Des planches pédagogiques Deyrolle • Le Petit Prince • Des événements

L'éco-arnaque du developpement durable. L'éco-arnaque du "développement durable". Ce terme mis à mode utilitaire est un oxymore de troisième type ayant pour objectif de manipuler l'opinion. L'oxymore consiste à accoler un mot de connotation négative, par exemple le mot "guerre", avec un mot qui possède une connotation positive, par exemple "propre". On obtient ainsi l'ovni inconcevable "guerre propre", pour faire croire qu'une guerre peut ne pas faire couler de sang, ne rien salir, ne rien casser. Ce type d'oxymore joint deux termes impossibles à représenter ensemble sans proférer un « véritable mensonge. ».... En effet, dire que le développement est durable sous-entend qu'il dure à l'infini, qu'il n'a pas de limites. C'est une erreur si énorme qu'il est légitime de penser qu'elle soit volontaire. Bien plus qu'un galvaudage impénitent, ce genre de mensonge est un déni d'humanité. C'est comme si on voulait faire croire à un enfant que la maladie, la vieillesse et la mort n'existent pas. Agnès Bertrand et Laurence Kalafatidés

Quelles différences entre le mécénat et le partenariat ou sponsoring ? Le mécénat est défini comme « le soutien matériel apporté sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une œuvre ou à une personne pour l’exercice d’activités présentant un intérêt général. » Le parrainage correspond « au soutien apporté à une manifestation, à une personne, à un produit ou à une organisation en vue d’en retirer un bénéfice direct ». Ainsi, la différence fondamentale résulte de l’absence ou l’existence d’une contrepartie. Pour le parrainage, appelé aussi « sponsoring », l’objectif est la promotion de l’image du parrain, puisque figurent en « bonne place » son nom, sa marque ou encore son logo. En d’autres termes, le parrainage est assimilable à de la vente d’espaces publicitaires. Il faut attirer l’attention sur le fait que malgré la dénomination donnée par l’association, la qualification juridique effective de l’opération relève d’un examen factuel.

Développement Durable : l’arnaque. Mardi 23 août 2011 2 23 /08 /Août /2011 16:59 Développement Durable : l’arnaque. Une preuve de plus On l’a déjà évoqué, Incohérences DD : Incohérences (2) : sans parlé des bio-carburants, Bio-carburants 1 & 2 : des éoliennes, Eoliennes 1, 2, 3 & 4 : le Développement Durable est une arnaque, Développement Durable ou Gaspillage Durable ? le parfait contraire de son nom, un véritable Gaspillage Durable. Exemple et une preuve de plus :

Related: