background preloader

La créativité au service de l'éducation

La créativité au service de l'éducation
Ces derniers mois, plusieurs ressources internet faisant la promotion d’une approche éducative axée sur la créativité ont vu le jour. Il semblerait que de plus en plus d’enseignants et de professionnels du milieu travaillent à développer leur propre créativité et celles des élèves. Pourquoi ne pas profiter du début de la nouvelle année pour explorer les multiples facettes de cette tendance en évolution ? Voici quelques suggestions de lectures et de ressources sur le sujet. La Revue pédagogique (HEP) a publié en novembre dernier un dossier de Prismes dédié entièrement à la créativité. Dans le milieu de l’éducation, la créativité semble occuper une grande place dans la réflexion sur l’avenir de la pratique.

Désexualisons les poupées Une jeune femme récupère des poupées Bratz et leur offre un relooking salvateur en les démaquillant entièrement. Sugar, Roxxi, Vinessa, Breeana, Destiny... elles ont des prénoms de personnages de films pour adultes, mais ce sont bien des jouets destinés aux enfants. Les Bratz, arrivées sur le marché en 2001, sont parmi les premières poupées à avoir privé Barbie de son hégémonie dans le secteur de la poupée dénutrie et hypersuexualisée. Les Monster High (Mattel comme Barbie) et autres American girl n'ont pas tardé à leur emboiter le pas et à figurer en bonne place dans les rayonnages de jouets pour petites filles (ou pour les rares petits garçons que l'on aurorise à jouer avec autre chose qu'un mini tractopelle). Poupées Bratz de 2010, via Wikipedia, License CC Du maquillage très marqué L'influence de ce type de jouets sur le psychisme et l'estime de soi des petites filles a été maintes fois prouvé. Relooking Nadia Daam Partagez cet article

La Renaissance Le courant renaissance couvre une période longue de deux siècles durant lesquels la peinture s’exprime différemment selon la région, l’école picturale ou encore le contexte politico-social. Ce vaste mouvement est généralement divisé en trois périodes : la première renaissance (1400 - 1500), la renaissance classique (1500 - 1520) et le maniérisme (1520 - 1600). Le nouveau style s’impose d’abord en Italie dès le XVe siècle. La découverte de l’Amérique en 1492 dévoile un monde beaucoup plus vaste que ce que l’on croyait et excite la convoitise et l’ambition des monarques des grands Etats européens, devenus titulaires d’un pouvoir de plus en plus centralisé. Le pape n’est plus le chef spirituel auquel on vouait une allégeance aveugle mais devient un concurrent que l’on cherche à s’allier ou au contraire à soumettre. L’humanisme permet également au portrait d’apparaître, genre jusqu’alors prohibé par le pouvoir religieux pour lequel l’individu n’avait pas d’importance en soi.

La palette de couleurs des peintres de la Renaissance Au début du XIVe siècle, les théories sur la couleur issues de l'Antiquité et du Moyen-âge continuent à prédominer, alors que certains esprits scientifiques s'essayent à la construction des premiers espaces de couleurs. Parallélement à cette évolution, les peintres et les artistes ont déjà une bonne connaissance des mélanges de couleurs que nous appelons mélanges soustractifs de nos jours. On découvre alors que l'ensemble des couleurs peuvent être obtenues à partir d'une base de trois couleurs primaires : le bleu, le rouge et le jaune. Léonard de Vinci hésite entre une palette primaire à trois couleurs et une palette à quatre couleurs en y incluant le vert. Le cercle de couleurs basé sur des couleurs fondamentales, sur des couleurs complémentaires et sur des couleurs dérivée est une notion acquise dès le début de la période de la Renaissance.. Fig. 1.

Related: