background preloader

Je me souviens de "Je me souviens" de Georges Perec, lui-même inspiré de Joe Brainard

Je me souviens de "Je me souviens" de Georges Perec, lui-même inspiré de Joe Brainard
Related:  Je me souviensmagalieymard

"Je me souviens" par Georges Perec Je me souviens que mon oncle avait une 11CV immatriculée 7070 RL2. Je me souviens de Lester Young au Club Saint-Germain; il portait un complet de soie bleu avec une doublure de soie rouge. Je me souviens que je me demandais si l'acteur américain William Bendix était le fils des machines à laver. Je me souviens que Voltaire est l'anagramme de Arouet L(e) J(eune) en écrivant V au lieu de U et I au lieu de J. Je me souviens que Caravan, de Duke Ellington, était une rareté discographique et que, pendant des années, j'en connus l'existence sans l'avoir jamais entendu. Je me souviens que dans le film Knock on wood, Danny Kaye est pris pour un espion du nom de Gromeck. Je me souviens des mousquetaires du tennis. Je me souviens de "Bébé Cadum". Je me souviens de Paul Ramadier et de sa barbiche. Je me souviens que Colette était membre de l'Académie royale de Belgique. Je me souviens que la violoniste Ginette Neveu est morte dans le même avion que Marcel Cerdan. Je me souviens de Charles Rigoulot.

Comment faire écrire ? Le lieu de l’écriture : collège ou maison dépend de la situation des élèves auxquels on s’adresse mais tout autant, bien entendu, de la situation d’écriture elle-même. Le cas des élèves qui n’ont pas d’aide possible à la maison Travail en classe et aide individualisée Ayant travaillé pendant de nombreuses années dans des collèges dans lesquels les élèves étaient peu encadrés à la maison, je me suis rendu compte qu’il y avait intérêt à ce que la plupart des exercices écrits se fassent en classe. Travail en classe et démarche progressive vers l’autonomie de l’élève et la responsabilisation de l’écriture Un fait me semble certain : plutôt qu’à se lamenter sur l’absence de travail à la maison, il vaut toujours mieux se poser la question du pourquoi et tenter d’y apporter des solutions. Le collège, lieu d’explications, de socialisation, de distanciation de l’écriture Les explications Le temps de l’appropriation des consignes Les pré-requis de l’écriture La socialisation / la distanciation

Lecture Romans Histoire à quatre voix Pistes de travail Lecture des quatre voix Comparaison des voix 1 et 2 Questions Janus, le chat des bois La liste des fournitures Pistes de travail Mots croisés 1 Mots croisés 2 Mots croisés 3 ORL : Nom ou verbe ORL : Noms propres et noms communs Vocabulaire Les fantômes de Belleville Fiche 1 Fiche 2 Le nom L'adjectif qualificatif Grammaire et conjugaison Étude des procédés Évaluation La reine des fourmis a disparu Ali Papa La petite pierre de Chine Un Noël noir et blanc La fugue Pas de whisky pour Méphisto On a volé mon vélo L'assassin habite à côté On l'appelait Tempête Le coupeur de mots Les Minuscules Fiche 1 Fiche 2 Cherchez le Minuscule... L'oeil du loup Lecture de l'implicite Bandes dessinées Astérix étude d'une couverture Astérix : étude d'une page Astérix (évaluation) Boule et Bill Puzzles de lecture Bout de paille Le couteau de cuisine Le mot juste Le pot de terre Vous êtes sur

Georges Perec | Kafka remix Relisant ces jours-ci La vie mode d’emploi pour une commande du Nouvel Obs, je suis stupéfait de la façon dont Perec s’accorde le droit de récrire un des textes les plus secrets et denses de Kafka, Première souffrance, et l’intégrer à même son texte. D’où ces quelques remarques sur plagiat et réécriture, quelques corollaires sur la notion de droits d’auteur – et bien sûr le texte de Perec... sommaire : 1, écrire c’est déjà se plagier soi-même 2, obsolescence du droit d’auteur 3, et Kafka, puis Perec 4 – oserions-nous aujourd’hui, nous-mêmes, le remix d’un pareil texte ? 5 – Franz Kafka, Première souffrance, et son remix par Perec Image ci-dessus : dessin de Saül Sternberg cité dans Espèces d’espaces comme une des sources initiales de La vie mode d’emploi. 1 – écrire c’est déjà se plagier soi-même J’ai toujours trouvé que le mot plagiat était d’abord fait pour fournir à la presse un marronnier de plus dans sa réserve. 2 – obsolescence du droit d’auteur 3 – et Kafka, puis Perec...

Tolkien, l'anneau de la discorde LE MONDE CULTURE ET IDEES | • Mis à jour le | Par Raphaëlle Rérolle C'est un cas rare, pour ne pas dire exceptionnel : à une époque où la plupart des gens vendraient leur âme pour faire parler d'eux, Christopher Tolkien ne s'est pas exprimé dans les médias depuis quarante ans. Pas d'entretien, pas de déclaration, pas de conférence – rien. Une décision prise à la mort de son père, auteur du célébrissime Seigneur des anneaux (The Lord of the Rings, trois volumes parus en 1954 et 1955) et l'un des écrivains les plus lus dans le monde, avec environ 150 millions de livres vendus et des traductions dans 60 langues. Caprice ? Non, la fière réserve de Christopher Tolkien a une autre cause : l'écart vertigineux, presque un abîme, qui s'est creusé entre les écrits de son père et leur postérité commerciale, dans laquelle il ne se reconnaît pas. Cette galaxie marchande pèse désormais plusieurs milliards de dollars, dont la majeure partie ne revient pas aux héritiers.

« LA MÉMOIRE TRAUMATIQUE » PAR BORIS CYRULNIK - France Culture Plus Boris Cyrulnik, neurologue, psychiatre et psychanalyste français. Responsable d'un groupe de recherche en éthologie clinique à l'hôpital de Toulon-la-Seyne (1972-1991), il publie son premier ouvrage Mémoire de singe et parole d’homme en 1983. Directeur d’enseignement depuis 1996 à la Faculté des lettres et sciences humaines de Toulon et président du Centre national de création et de diffusion culturelles de Châteauvallon, Boris Cyrulnik est surtout connu pour avoir développé le concept de "résilience" (renaître de sa souffrance). Pour aller plus loin... Pour accéder au site, cliquez sur l'image!

JeuxEcriture 1. Le caviardage (ou suppression): biffure à l’encre noire, de certains passages d’un livre. On peut alors compléter le texte en laissant libre cours à son imagination. (p.57) cf cédérom Créations poétiques. 2. ……. 46. Comment parler d'un livre ? l'atelier carpe diem Comment parler d'un livre ? 12 mars 2014 L'objectif est d'éviter les adjectifs banals et triviaux qui complimentent ou détruisent en bloc sans dire précisément les choses. (Du type « c'est bien, c'est génial, c'est nul, c'est bof ») Dans un avis personnel, on cherche avant tout à être précis, nuancé. I – Si le livre t'a plu, c'est que tu y as trouvé le plaisir que tu cherchais : 1 – Des émotions, de la sensibilité : Il est émouvant, poignant, intense, sensible, tendre, gai, joyeux, optimiste, frais ;les personnages sont attachants, réalistes, bien campés ; tu t'es identifié(e) aux personnages , ils sont denses, complexes, vivants, vrais ;le livre t'a fait rire, c'est un livre drôle, comique, et même hilarant, plein de fantaisie, sa lecture est tonifiante 2 – de l'aventure : l'histoire est dépaysante si elle te permet de découvrir d'autres univers, d'autres paysages ; elle est palpitante, prenante, captivante, pleine de suspense, à rebondissements 4 – de l'évasion :

La langue de Perec entre stylistique, linguistique & rhétorique 1« Le style c’est l’homme même » : cette célèbre citation de Buffon (Discours sur le style) semble on ne peut plus éloignée de la conception que Georges Perec se faisait de son propre style, qu’il n’aurait jamais consciemment cultivé (p. 7). Longtemps, les commentateurs se sont fait l’écho de ces propos de l’auteur, en considérant « l’effacement énonciatif » et stylistique de Perec comme le corollaire de son appartenance au formalisme oulipien. Par conséquent, dans la volumineuse bibliographie des études perecquiennes, les études de style sont en minorité. C’est de cette idée reçue que le présent volume collectif prend résolument le contrepied en proposant une série d’études sur de multiples aspects du style de Perec. Un de ses mérites est d’avoir laissé la parole non seulement à des spécialistes des études littéraires et de Perec, mais également à des linguistes et à des stylisticiens, mettant ainsi en lumière la dimension artisanale de l’écriture perecquienne.

Related: